Voici enfin après une petite semaine d’écoute mon test de 1964-Q.  Il s’agit de mon tout premier test donc soyez un peu indulgent (ou pas!) :p Bon hop on arrête le bla bla et on y va.   est une toute jeune entreprise, une pme qui s’est donnée pour objectif de rendre accessible les “moulés” […]

Test des écouteurs 1964-Q

Voici enfin après une petite semaine d’écoute mon test de 1964-Q. 

Il s’agit de mon tout premier test donc soyez un peu indulgent (ou pas!) :p
Bon hop on arrête le bla bla et on y va.

Présentation de l’entreprise

 

1964 Ears est une toute jeune entreprise, une pme qui s’est donnée pour objectif de rendre accessible les “moulés” tout en offrant les même qualités sonores que les tenors de la profession.

L’entreprise est très jeune, moins d’un an. Pourtant elle commence petit à petit à se faire connaître, Head-fi étant très réactif (ou explosif, comme vous voulez :lol: ;) ) et en quelques mois, le nombre de clients a cru de manière exponentielle.

Le Staff est composé de 5 personnes, Vitaly (le fondateur), sa femme Anastasia, le duo de frères Polyakov et le petit dernier Micah (et non il ne chante pas…). Bref c’est presque une entreprise familiale :DD

1964 ears propose 4 modèles de “customs” :

-les 1964-S, un seul transducteur, et un son très porté médium. 200$
-les 1964-D, deux transducteurs, leur modèle qui apporte le plus d’aigus et aussi celui préconisé pour les chanteurs. 275$
– les 1964-T, trois transducteurs, le modèle le plus neutre de la gamme, typé monitoring, n’ajoute rien, n’enlève rien. Parfait pour les ingés son. 300$
-les 1964-Q, quatre transducteurs, leur EM3-PRO/JH16 bref leur “flagship” et en l’occurence le modèle testé ici par votre serviteur (laissez un pourboire) 500$

Tous ces intras (à l’exception des quads) peuvent être commandés en silicone plutôt qu’en acrylique. 100$

Tous peuvent bénéficier d’une option “ambient” un orifice permettant d’entendre les sons externes(sauf les quads :-S ). Si vous jouez dans un groupe vous verrez que ça peut être vraiment utile. 75$

Tous peuvent avoir un socket de type “recessed” (cable à angle droit plutôt qu’au dessus). 75$

Ils proposent aussi d’autres services, tels que:

-des earmolds pour intras universels ET oreillettes bluetooth. Attention contrairement aux earmolds Earsonics ici c’est de la silicone et non de l’acrylique.
Avantages: doux, isolation supérieure, meilleur confort.
Inconvénients: se salit, peut changer de couleur au fil du temps.
100$ et 50$
-des earplugs en acryliques, pour se couper du monde :D 50$

-des earplugs en silicone pour atténuer les sons de manière linéaire avec des filtres. 120$

-enfin un service de “remolding” pour pouvoir utiliser ses anciens intras universels comme des moulés ;) 190$

1964 Ears n’est pas difficile à joindre, mais les réponses ne sont pas vraiment exhaustives. Elles sont concises et on obtient toujours la réponse que l’on attendait, mais on sent que l’on ne va pas tailler une bavette non plus. :mellow:
Ceci est sans doute du au fait qu’il n’y a qu’un seul opérateur mail qui doit voir tous les jours sa boite mail pleine des même questions :)

Pourtant dès que la question devient poussée, on obtient des réponses vraiment intéressantes et ils prennent alors le temps de nous connaitre afin de mieux satisfaire nos attentes. 8-)

Ma moyenne de mail fut de 3 par jours, et j’ai passé 3 appels à leur service. 2 appels ont été pris par Anastasia et 1 par Aleksey avant de me passer Vitaly. Par contre, 10h de décalage horaire donc préparez vous à appeler TRES tard… :/

J’ai eu de plus quelques mésaventures mais je détaillerais tout cela plus bas ;)

Bon après cette présentation un peu longue entrons, dans le vif du sujet, le gras de la bête, le TEST!

Présentation du bundle


A l’ouverture fébrile du colis, on tombe sur une très jolie boite noire, frappée du sigle 1964Ears et sérigraphiée avec votre nom prénom et Serial (classe).

Il s’agit d’une boite de transport Pelican micro 1010. Pour la petite histoire, Pelican est une marque de renom (LA marque) dans le domaine de la boîte de transport à usage critique. Comprenez par la que leurs boîtes/valises sont capables de resister à bien des situations ou vous seriez déjà mort depuis belle lurette. |-)

Bref la boîte est belle, solide, légère, shock proof (jetée depuis le premier étage), water proof (elle flotte dans mon lavabo), étanche (sic), pratique avec son mousqueton, et ai-je déjà dit que je la trouvais sublime ? (l)

Une fois la boite de pandore ouverte, on a :

-un tube de gel pour pouvoir insérer les intras dans ses oreilles avec plus de confort;
-une pince permettant d’accrocher le cable à une veste ou un tee-shirt;
-un adaptateur jack 3.5->6.5mm;
-une carte cadeau itunes USA, donc incompatible avec l’itunes store français :) (N)
-un petit ustensile qui permet de nettoyer ses intras (je n’ai jamais compris comment on s’en servait …)
-une pochette de velours qui contient…
-… les intras, mes chers 1964-Q.

Bref le bundle est assez complet, et je suis surpris et même satisfait par tout cela (surtout la boite quoi!).
La boîte ne permettra pas de transporter un baladeur plus gros que l’ipod nano ou le sansa clip plus, mais si comme moi vous utilisez des amplis nomade minuscules (Fiio E5 ou Fireye mini) ça rentre sans problème avec les intras. :)

Bon c’est bien joli tout ça, mais ce qu’il y a de plus joli encore, c’est les intras!

Présentation du ear

Les moulés sont réalisés à la forme des oreille du propriétaire (nooon?!? Si si…) donc de face, moulé sera différent.
La personnalisation se fera sur les couleurs, la gravure et le backplate. Ici les possiblités sont énormes et certains ont de véritables oeuvres d’art dans les oreilles. :drool:

Mes intras sont bicolores, gauche –> noir, droite–> blanc. Sur chacun d’eux sont gravées des intiales ainsi que 1964ears. Je les trouve jolis.

En observant les intras de près, j’ai pu observer 2 bulles d’air. Une sur chaque ears :@@, mais sinon la finition est bonne.
Mes écouteurs étant opaques je ne pourrais pas vous décrire l’intérieur, je laisse Mihmoh et DavidSilvian38 s’en occuper ;)

Maj: Je ne peux passer sous silence le fait que les canules étaient quand même assez tranchantes quand j’ai reçu les écouteurs :o j’ai fait brosser le tout chez mon audioprothésiste et j’ai gagné un tout petit peu en confort (Y)
Quelques traits de constructions sur la gravure laser du SG :o (mais la c’est vraiment du chipotage de maniaque)

Le cable est le modèle universel westone, torsadé, léger, beau. Il ne transmet pas les frottements et est plutôt résistant.
J’ai pris un cable de 64” soit 162cm (je fais 1m71) ce qui me permet d’avoir un plus grand confort pour tout ce qui est prise d’appels, déplacements autour du pc, etc…
Cela ne coute que 5$ de plus et si vous pestez contre les cables courts c’est un bon choix.

Isolation, confort, personnalisation

A première vue, on se pose toujours la question “Mais ça va vraiment rentrer?” Un gros boudin en acrylique dur qui va envahir nos cages à miel c’est un peu contre nature.
Et pourtant, il suffit d’un petit twist et *pouf* vous voilà avec des écouteurs à Votre mesure. Ils épousent parfaitement la forme de vos oreilles si les moulages ont été bien réalisés. (Y)(Y)

Aucune gêne n’est censé apparaître, et le verrouillage est parfait tant que vous n’ouvrez pas la bouche à vous en décrocher la mâchoire.

Bon ça c’est la théorie car moi j’ai du retoucher légèrement les miens, celui de droite était un petit peu trop gros au niveau de la première coudée et ça faisait mal.
Celui de gauche au contraire, pas assez gros au niveau de cette même coudée, en résultait une isolation un peu moindre parfois. Après 10 minutes chez mon audioprothésiste, plus de problèmes et un confort vraiment parfait. (Y)

L’isolation est bonne, très bonne même. Mais je la trouve moindre que feu mes SM2 avec les triflanges (en même temps j’allais peut-être un peu trop loin avec…).
Par contre l’isolation n’est pas linéaire, donc vous entendrez encore certains sons plus forts que d’autres, mais globalement c’est plus que satisfaisant, et le métro se fera sourd avec un peu de musique :)

Maj: Avec le recul je trouve quand même l’isolation basse en fait, plus importante que des semi-intras ou qu’avec les mousse comply, mais moindre qu’avec les triflanges. J’entends les voix d’annonce dans le métro par exemple, chose que je n’entendais pas avec les triflanges à même volume.
Aparté sur les frais port/douanes

Enfin avant de commencer le test je ferais un petit aparté sur quelques précautions à prendre avant de se lancer, pour ceux qui veulent :DD

C’est un produit qui vient des USA, donc pour ce qui est du SAV, il va falloir se coltiner des délais importants et des frais de retour agaçants. :sneaky:
La TVA doit être prise en compte dans le budget que vous allez mettre (chose que j’avais omise dans mes calculs).
Pour mes 1964-Q à 500$, j’ai payé 116€ de TVA. :-O

Pour éviter ce problème, soit vous êtes un gourou de la diplomatie et vous convenez avec eux de cocher “commercial samples” lors de l’envoi. :)
Soit vous passez par une société tiers, shipito au hasard, qui fera office de tiers entre 1964ears , le transporteur et vous. Ce qui vous permettra de paramétrer finement les conditions d’envoi pour avoir l’assurance SANS la TVA. :sleep:

Enfin armez vous de patience, car :| il faut prévoir un peu plus d’un mois pour avoir ses Ears, sauf si vous êtes malin/riche et que vous mettiez la main au portefeuille pour les avoir en express (ce que j’aurais du faire).75$

Bref il y a de multiples variables et à vous de voir ce qui compte le plus pour vous, les avoir vite ou payer les moins possible. (Comment ça on peut avoir les deux??…)

Protocole de test

Pour tester ces petites crevettes, j’ai utilisé le matériel suivant:

-pour l’usage nomade, un iPhone 4 .

“-KEUUUUWWWAAAA???? vile raclure!! Tu utilises un simple lecteur pommé pour tes intras? C’est donner du foie gras aux cochons avec du St Emilion dans l’abreuvoir!
-Bah oui mais il fait baladeur et téléphone en même temps…
*Slash* (le son du fouet)
-Couard!!”

Plus sérieusement , pour l’écouteur nomade je n’utilise que mon iPhone, qui me permet d’avoir accès à Deezer et à un lecteur audio vraiment ergonomique. Je gagne une poche en plus, ce qui n’est pas négligeable.
Pour aérer un peu j’utilise aussi un Fiio E5.

Maj: en nomade je suis passé sur un line out Fiio E3 et un ampli Fiio E5, j’attends un cmoy Bassboost de chez JdsLabs et peut-être un ampli de de chez DavidSylvian :)

-pour l’usage sédentaire, j’utilise un ampli Marrantz avec une platine CD sony.
Et plus majoritairement mon ordinateur avec une carte son Creative X-FI Titanium Fatality (oui je suis un gamer ;-/ ), la sortie casque du Z-5500 qui est très très propre.

Bref ce n’est pas une installation de “oufzor” mais c’est suffisant pour pousser doucement les Ears. Et déjà même avec ça on peut se faire plaisir :)

Les analyses qui suivent sont purement subjectives, d’une part car chacun possède une “oreille” différente, d’autres part il me semble impossible d’être purement objectif et de reproduire parfaitement les même conditions de test chez une autre personne.
Cela dit un test reste un test, et à la fin de celui-ci l’avis qui en découle influencera forcément votre jugement, mais ne me tenez pas responsable si vous êtes déçu, ni si vous êtes heureux d’ailleurs. Ainsi tout ce qui est écrit dans ce test est à but non lucratif (sinon il y aurait déjà un icone paypal 8-D ).

Tous les morceaux testés sont en MP3 320kbps CBR sur iPhone, et en FLAC sur PC. (Aimp2 sera le lecteur utilisé)

Je testerais aussi une piste en Flac->MP3 320kpbs->MP3 256->MP3 192 pour voir comment répondent les 1964-Q aux différences de bitrate.(quand je ne serais plus malade) :mellow:

Enfin je testerais un même morceau avec différents réglages d’égaliseur pour voir si cela a un effet notable sur leur signature.

Que les participants entrent dans l’arène!

 

Test audio

 

Massive attack – Heligoland – Splitting the Atom

(cette piste sert pour moi de piste-test, pour voir les limites de cet intra)

Le retour de massive attack, après un 100th windows un peu boudé par le public, Massive attack reviens à ses premiers amours avec Heligoland, un album aussi sombre que mezzanine.

Dès le début du morceau Massive Attack annonce la couleur, une basse effrayante, profonde qui descend jusqu’à vous retourner le ventre. Les 1964-Q descendent bas dans les graves, très très bas, on ressent une pulsion intense, le pouls de la fin du monde.

Le morceau est étagé de façon simple, et avec les 1964-Q les fondations sont impeccablement posées, la basse a beau descendre à des profondeurs abyssales, elle ne traine pas, ne bave pas. L’attaque est juste, rapide.
On ne tombe pas dans les travers de la “boom-box”,les basses n’écrasent pas là chanson, elles sont juste la pour donner un BPM malsain, triste, et les 1964-Q leur rendent un bel hommage. La maitrise sur ce point est impressionnante et le morceau prend vraiment vie. :headphone:

On remonte doucement le spectre, avec un bas-médium qui forme une bosse assez palpable vers 60hz, on entend distinctement les échos de la voix, auparavant caché, par la basse. La voix gagne en coffre, susurrant une douce folie macabre. (2m34 dans la chanson, allez-y testez!)
Les médium ne sont pas en retrait, mais ne sont pas mis en avant comme chez Earsonics par exemple. Si auparavant vous aviez la sensation d’être sur la scène avec les chanteurs, ici vous êtes de face, assis dans un fauteuil, appréciant un concert personnel. Vous avez les voix, mais elles ne s’imposent pas sur le reste du spectre.
Le haut-médium est très intéressant, on sent la encore une bosse très légère, sans doute vers 18-20khz. Cela permet de palper les mouvements de lèvres, chaque mot est chanté et non plus posé, pourtant on évite un défaut assez courant, la surenchère de ce même haut-médium, fatiguant à force, vous donnant l’impression que le chanteur finit toujours son complet par un sifflement.
Chapeau bas (et pourtant avec mes cheveux je ne porte pas de chapeau, c’est pour dire).

Enfin les aigus, contrairement à ce à quoi j’aurais pu m’attendre, c’est sans doute ce point qui m’a le plus impressionné. Venant d’écouteurs à double armature seulement, (je n’ai pas gardé les SM3 assez longtemps), l’apparition d’aigus est une véritable claque. A 2m37 j’entends des “chimes” qui étaient pour moi étrangés, voir inconnus. Je comprends que le morceau ne fait pas 3 étages, mais bien 8 :DD . Des cymbales furtives font leur apparition , le synthé désaccordé ne l’était pas en fait, je redécouvre le morceau. En coupant vers 16khz, les 1964-Q évitent un travers assez courant, la sybillance, ce qui rendrait l’écoute fatiguante sur le long terme. Mais je vous rassure, cette chanson ne s’écoute pas pendant des heures, la quantité monstrueuse de basses la rend fatiguante, et c’est bien la chanson qui fait ça.

Un mot sur la séparation des instruments, parfait. (j’ai dit un mot hein!)
Chaque instrument est à sa place, posé, vissé, on palpe les dimensions de la pièce sans pour autant être étouffé. Evidemment ça reste un intra, on a donc une largeur de scène mais pas forcément une hauteur, quoique ça monte quand même pas mal ;)

Massive attack – Heligoland – Paradise circus

Une chanson qui fait la part belle à sa chanteuse. Des percussions au timbre jazz mais au rythme hip-hop. Des “claps” de main. Une chanson qui berce par sa voix mais bouge par son rythme.

On commence à l’envers cette fois, les aigus sont tout de suite présents et la voix envahit doucement les oreilles de par son claquement tendre.Un souffle.

La chanson est surtout axée sur le médium,les cadences frappées par les mains, la caisse claire et le choc des baguettes est particulièrement réaliste. On sent que la sauce prend vers 1m, avec l’apparition d’une basse pêchue et d’un roulement très sympathique à la batterie, très jazzy.

Pas grand chose à dire sur ce morceau car on reste dans du massive attack et donc je retrouve les mêmes sensations que sur la chanson précédente. 8-)

Le 1964-Q apporte ici une grande maitrise de l’espace, avec une précision incisive sans pour autant rendre l’écoute morne et plate. Une redécouverte la encore:)[/color]

Justice – Cross – D.A.N.C.E

Un tube electro . Basé sur un sample irresistible, cette piste electro va chatouiller les morceau pop/rock avec un beat imparable et un refrain impossible à déloger de ses oreilles une fois qu’on l’a entendue :)

Le départ en filtre passe-bas donne un son vieille radio qui accroche, le 1964-Q fait honneur à cette figure de style en renforçant le traitement nous plongeant doucement dans cette piscine de son.
A 26 secondes, les basses arrivent doucement, le bas-médium prend corps, on sent que ça va bouger, qu’on doit bouger. La bosse des bas-médium prend alors tout son sens, elle donne du fun au son, mettant un terme à un hypothétique son monitor. Pourtant la fidélité des médiums, leur vitesse, et le punch nous crient que “NON” ce n’est pas un Beats de Dre. (l)

Les basses suivent ce chemin, on tape du pied au sol, on vit la basse. Elles se posent sur le tympan, pressent comme une explosion et quand on sent que ça va clasher, que tout va exploser, elles se retirent, laissant un son sec, propre, sans bavure. J’ai redécouvert ce qu’est une basse. Que ce soit la grosse caisse, la basse saturée d’effets electroniques, tout est clair.

En mettant les voix en arrière, ou plutôt en ne les amplifiant pas on prend plus la mesure des médiums, aussi paradoxal que ça ne parait. Ainsi chaque instrument EST une voix, pas juste un simple accompagnateur, la musique est sublimée, et on découvre des voix cachées :
-il y a des respirations cachées à 2m15,
-les couplets ont 2 reverb et non pas un seul.
-les couplets de 3m28 ont un accompagnement vocal derrière.

Les aigus respirent enfin, je découvre que ce morceau est très rock, avec une batterie qui met tout le monde d’accord, un hi-hat qui glisse comme les doigts sur un piano, le rythme n’est plus à 3 mais 4 temps. Ce n’est plus QUE de l’électro, c’est un morceau rock à part entière, avec sa basse funk et sa batterie rock.

Bref, séparation chirurgicale sans pour autant nuire à l’harmonie du morceau. Basses abyssales et vives, médiums qui claquent, aigus qui font détail de peinture baroque.
Ces 1964-Q sont une surprise sur tous les points pour moi, la claque est forte, je sors sonné de ce titre…[/color]

Radiohead – In – Reckoner

Un de mes morceaux favoris (et puis aussi un de mes groupes favoris:) )

Une intro de toute beauté, avec des percussions et des cymbales qui occupent l’espace sans l’envahir, la séparation des instruments et la clareté des aigus permettent de distinguer chaque cymbale, chaque tambourin, la caisse claire. Nondidiou!! C’est fort ça: “I hear everything! “
On peut palper du bout de l’oreille leur place, la stereophonie est toujours aussi precise, et si l’on enlève un écouteur on semble perdre d’un coup une partie du groupe…

A 10 secondes, la guitare et la basse s’installent doucement, elles rejoignent les percussions sans l’écraser, elles accompagnent le morceau, ensemble ils ont posé les bases et le bateau démarre. Les 1964-Q continuent de chanter dans mes oreilles cette harmonieuse discordance. On enlèverait une cymbale, on ajouterait une note de basse, ce serait tout simplement hideux. Les quads permettent de s’en rendre compte tel un échec et mat, la profusion de détail ne nous bloque pas, elle nous innonde, nous porte et nous transporte.

A 33 secondes, une petite vague. Une secousse qui semble avoir été rajouté post-final. Une tourniquet est venu jouer aussi. La précision des 1964-Q nous donne alors à réfléchir, car à cet instant précis, soit on trébuche comme si il y avait eut un raté dans le titre, une fissure. Soit on essaye de comprendre ce qu’a voulu dire le groupe à cet instant précis. Tout cela pour dire que parfois, trop de détail, tue le détail.

48 secondes, Thom Yorke entonne sa litanie. La voix n’est pas en avant comme sur les SM2, et encore moins que sur les SM3, et pourtant la lisibilté du morceau et bien supérieure.Les haut-médiums rendent hommage au timbre de Yorke, on sent une détresse dans cette voix qui cajole. Sur mon casque, ce début sonne comme un miaulement, mais sur les intras on sent un velouté sans doute du au fait que la basse porte plus facilement ce couplet.
La basse justement se fait discrète malgré les deux transducteurs dédiés, sans doute un choix du groupe, pourtant on sent les cordes qui cherchent un son profond, vraiment le bas du spectre.
La guitare reste toujours lisible, elle chante elle aussi plus qu’elle ne rythme.

A 1m30 la basse se fait plus présente, elle remonte et se fait plus audible.

A 2m27 le morceau reprend sa respiration avant de s’envoler dans le lyrique, des cordes accompagnent les “pleurs” de Thom Yorke. Le morceau se complexifie avec des petits sons electroniques (?) en arrière plan.

Encore une fois, les 1964-Q rendent une prestation de haute volée. Des aigus jamais dans les choux, un ensemble toujours clair et des détails tout partout.
Finalement ma crainte de voir les basses écraser ce morceau ne s’est pas réalisée.

Radiohead – In Rainbows – Weird fish / Arppegi

Dans la continuité du morceau précedent, une très belle ballade.

Un incipit tout en rythme avec une entrée sur batterie très folk, le rendu des peaux de batterie est vraiment effrayant de réaliste avec les quads, on sent le mouvement de la baguette qui rebondit sèchement sur la caisse claire, puis sur le pot en lui même. De la 58 à 60ème secondes on entend distinctement que le batteur ne frappe plus la peau de la caisse claire mais son rebord. Les quads sont fait pour du radiohead, en mettant à nue les pistes et désossant les détails tel un psychopathe ils subliment le travail musical du groupe.

La guitare joue toujours ce rôle ambigu de rythmique/chant, en poussant un peu le volume on retrouve l’espace vertigineux de la chanson. Une descente très douce, des cordes qui filent, on s’imagine plonger doucement dans les abimes. Etonnament l’espace sonore est extremement bien rendu alors qu’il s’agissait pour moi d’une des première crainte, le morceau devient 3D plutôt que 2D. Les quads nous coulent doucement dans ce titre et perdu pour perdu on se laisse aller, musicalement c’est grandiose. Pas de son ennuyeux, on vit la chanson sans se retrouver avec une bête démonstration de force.

Les médiums sont précis, ils donnent ce côté non-linéaire à Weird fish, sur les SM2 avec la position un peu trop avancée des voix on perd le côté détresse dans la voix. Ici au contraire, la voix étant légèrement en retrait on se retrouve avec un chanteur qui se noie dans la mélopée du titre. Le poisson se noie et ça c’est fort.
Les effets qui s’ajoutent au fil du titre restent toujours parfaitement distincts sans pour autant nuire à une quelconque cohésion, techniquement ces quads sont encore et toujours une petite perle.

Au niveau des aigus ça fourmille de détail, les cymbales vibrent, vivent et éclairent le morceau.

Les basses sont plutôt calmes ici, on pourrait presque se laisser aller à pousser un peu dans l’égaliseur. Mais encore une fois après la première aproche on comprend que si elles ne nous écrasent pas elles sont plus que suffisantes de par leur capacité à descendre bas/très bas/très très bas. L’alliance Weird fish/1964-Q est une vrai réussite.

Christina Aguilera – Stripped – Beautiful

Une très belle chanson où Christina montre une belle amplitude vocale.

Le rendu est, je trouve, ennuyeux. On manque d’espace, la salle semble calfeutrée.
Je sens ici les limites des intras, la hauteur de scène est trop réduite, le son gagnerait à monter pour s’aérer.

Comme d’habitude, on retrouve la précision des 1964-Q, le piano du début et les vocalises de Chrisitina sont parfaitement justes, mais on perd en fun je trouve. Même l’arrivée de la batterie à 1minutes20 me semble trop précise, j’ai besoin de sentir de l’imperfection dans ce titre.

En fait les 1964-Q ne sont pas (à mon avis) idéaux pour les musiques “simples”, ainsi quand Christina s’emballe à partir de 2m30 je commence à retrouver des émotions dans la chanson. Les 1964-Q ont besoin de matière pour travailler, ils ont envie de lâcher les watts. On manque tout simplement d’aération car la voix est “Beautiful”, mais le peu d’espace est étouffant.

Bref je suis un peu déçu ici, non pas que le rendu soit mauvais, loin de la , mais je trouve que le son est ennuyeux sur ce titre, on ne partage pas la force du morceau…Dommage… :o

Bobby Mc Ferrin – Best Jazz 100 Disc 4- Don’t Worry Be happy

Attention chef-d’oeuvre, une performance vocale souvent copiée mais jamais égalée, du fun comme jamais.

Dès les premières secondes je sens que ce titre va me décrocher la machoire, et je ne me trompe pas…

Avec les Quads chaque voix, chaque souffle est distinct, on croierait avoir le groupe en face de soit. La qualité du grave permet de comprendre distinctement les “ooohh” chantés en arrière, ce n’est plus juste un sifflement ou un gémissement, non c’est bien un chant.

C’est incroyablement juste et surtout clair! :headphone:

On se met à dodeliner de la tête en voyant les lèvres articuler “Don’t worry be happy”.
Non vraiment je vais être bref sur ce titre, c’est parfait.
On se croirait dans un petit cabaret avec Bobby et son groupe qui vous font une représentation juste pour vous. La polyphonie des voix est envoûtante de bout en bout.

Réussite totale. :(l) ;-/

Maj:
Mickey 3D-La grande évasion- Je m’appelle joseph

Un groupe que j’apprécie énormement, des rythmes accrocheurs, un vrai sens de la musique et puis des paroles…qui font froid dans le dos :(l)

J’ai choisi ce morceau pour la qualité de l’enregistrement (comme tout l’album d’ailleurs), car effectivement les quads sont très sensibles à la qualité du mixage et de l’enregistrement des morceaux. Un morceau mal mixé, même en Flac se fera toujours pourrir par un morceau bien mixé, même en 128kbps.

Ici c’est un vrai régal avec les quads, l’espace sonore est rempli avec chaleur et précision. On devine le placement de chaque instrument (la batterie légèrement en retrait à gauche, la basse placée dans l’axe), tout ce que le groupe et le mixage ont voulu nous transmettre et perçu de façon limpide.
La encore ce qui me surprends en premier lieu c’est la largeur de scène de cet intra,on a l’impression d’être entouré, et non pas de recevoir des sons de gauche et de droite (l) .

La basse est tendue, les doubles transducteurs font des merveilles, ça descends encore et encore. On sent les doigts qui chatouilles les cordes, et chaque vibration est savoureuse. Merci chef! :lool:
Par contre attention à vos sources, car entre deux ampli (Marrantz et sony) la quantité de basse perçue diffère assez nettement. Ce n’est pas
« Boom-Box » mais si vous préfèrez une sortie assez neutre choisissez des T plutôt que des Q :)

Le son de la caisse claire me surprends agréablement, le médium n’y est pas étranger. Ne bavant jamais, ils ont une dynamique que je n’avais jamais entendu ailleurs. :-O
D’ailleurs si il y a bien un point ou les 1964-Q surpassent tous mes anciens IEM, c’est sur la dynamique.
Toutes les plus petites variations sont rendues. Entre l’intro et le premier couplet on n’est jamais perdu.

Enfin comme je l’ai déjà dit, la profusion de détail, micro-détails est sans commune mesure pour mes petites oreilles.
On peut voir les lèvres du chanteur à chaque chant :-S

Comparatif entre 192kbps et FLAC (!).

Un peu useless mais comme j’ai dit que je le ferais,je le fais. 8-)

Plus encore que sur mes feu SM2, la qualité d’encodage est prédominante ici. Les quads pardonnent moins que les SM2 :o (et déjà ils sont assez méchant avec mon brave petit iPhone)
Flac ou MP3 320kbps obligatoire ici, et si vous avez un bon DAC les Quads vous remercieront chaleureusement.
C’est assez logique mais plus votre matériel en amont est performant et plus les Quads s’en donnent à coeur joie. Tout, et je dis bien TOUT ici a son importance dans le son. La signature sonore ne change pas, mais la vitesse d’attaque des graves et aigus, l’espace sonore, la
précision, tous ces éléments se modifieront, et oui ce sera palpable. (bon après je ne suis pas encore au point de prendre un câble wishplash :lool: )

Bref, si vous investissez dans cette paire, au rapport qualité/prix imbattable, ne faites pas comme moi, et investissez l’argent économisé dans une bonne/très bonne source. Vos oreilles vous remercieront. (l)

Signature sonore

Concernant la signature sonore : personnellement c’est exactement ce que je recherchais. Des écouteurs typé monitoring, mais un rendu pas complètement neutre. Des voix présentes mais pas trop en avant, et des aigus clairs sans pour autant devenir fatiguants. La signature n’est pas du tout en V.
Les basses sont puissante, profondes et sèches, je trouve que leur niveau est juste suffisant, plus aurait été trop.
Les médiums sont tendres, veloutsé, agréables. Je trouve que c’est la force de cet intra de par leur précision et leur qualité.
Les aigus montent haut mais s’arrêtent suffisamment tôt pour ne pas devenir fatiguants.


Maj: personnellement le niveau de basses est parfait pour moi, mais chacun ayant des oreilles et surtout une écoute différente, si vous pensez que ce sera trop, dirigez vous vers les Triples :sleep:
Leur signature neutre, typé monitoring vous permettra de les paramétrer plus finement.

Avec les quads vous pouvez vous RAPPROCHER d’une signature plus neutre, avec:
-4db sur 60hz (voir -6 si c’est encore trop pour vous)
+3db à 10khz

Retour de scène

J’ai testé les 1964-Q sur scène (je suis batteur apprenti et pianiste accompli :) ), le port est très bon après retouche, on peut frapper fort sans les décrocher.
Je ne pense pas que pour chanter il s’agisse du meilleur choix, le spectre étant un peu ramassé au niveau des voix justement, de plus le trop haut niveau de détail peut tout de même devenir fatiguant. Par contre pour un batteur, allez-y les yeux fermés, c’est vraiment un excellent choix.

(Y)(Y)
Monitoring et batterie

Sur ma batterie électronique, Alesis DM6, les écouteurs sont parfaitement à l’aise et fournissent un son “plein”, la vivacité de l’attaque permet de jouer sans latence, enfin l’isolation permet de ne pas entendre le bruit des baguettes sur le caoutchouc des pads.
Mention spéciale pour le rendu de la grosse caisse, les niveaux de sorties sont bien rendus et je m’amuse vite à taper sur la grosse caisse pour le plaisir des basses. 8-)

Pour les ingé son qui seraient interessés, le rendu n’est pas toutafait neutre, on peut l’avoir neutre en donnant un petit coup d’égaliseur +4db à 8khz , -3db à 60hz et je sens un petite bosse vers 2 khz mais je préfère la garder en connaissance de cause. Sinon il faudra vous orienter vers les 1964-T.


Bilan et conclusion

D’un point de vue purement objectif, ces 1964-Q sont une franche réussite, avec un son balanced mais sans être ennuyeux.
Des basses pêchues, des médiums qui chantent et des aigus limpides. Ils sont vraiment parfaits sur des musiques un temps soit peu complexes et ne brillent pas forcéments sur les titres un peu intimistes (du moins sans égalisation). Pour autant je ne saurais les déconseiller pour du classique, car leur vitesse permet de ne pas se retrouver avec une soupe de sons (Y)
La profusion de détail et leur maitrise permettent de redécouvrir moults morceau qu’on croyait connaitre auparavant. Sachez pour autant que la signature sonore ne conviendra pas forcément à tout le monde, comme pour chaque intra. :headphone:
Au niveau de l’ergonomie c’est théoriquement parfait, il suffit d’avoir bien réalisé son empreinte à la base et ils se glissent dans vos oreilles sans encombre. :lol:
Le packaging est généreux et la boite permet de garder ses écouteurs avec sécurité. :drool:

Donc les points positifs:

-le son détaillé et propre
-la bonne sensibilité qui permet de se dispenser d’un ampli la majorité du temps
-l’isolation (pas encore parfait mais déjà très bien)
-la personnalisation
-le packaging (sacré boite pélican va!)
-la largeur de scène
-le rapport-qualité prix
-la dynamique exceptionnelle

Les points négatifs:
-la hauteur de scène
-des microphonics si on est touffu ET qu’on porte des lunettes :DD
-une finition qui aurait pu être meilleure (2 bulles et des bords que j’ai fait brosser chez l’audio-prothésiste)

Et d’un point de vue subjectif:

-les délais, mais ça c’est plus que je suis un gros poissard :)
-la TVA qu’on paye à la douane!
:@@

Bon on arrive donc à la fin de ce test et je remet un joli 5 à ces 1964-Q pour le son qui vraiment le mérite.


Sinon plus subjectivement je pense qu’à ce prix la 500$-> 300€ il est difficile/impossible en intra de trouver mieux. Qualitativement c’est une véritable tuerie. :DD

Maj:

On assiste ainsi à l’apparition d’une véritable concurrence dans le mondes des moulés. Les anciens et ténors du marché doivent désormais faire face à des petits jeunes qui non content de proposer des produits à prix moindres, proposent des produits de qualité.
Ces 1964-Q sont vraiment une excellente surprise :headphone: (je remercie d’ailleurs Mih-Moh qui me les a fait découvrir et qui a commandé en m^me temps que moi d’ailleurs (Y)(Y) )

Sur la durée et après un mois d’utilisation maintenant, je suis encore subjugué par les performances de ces petites merveilles:
-port parfait
-son qui claque, mais qui ne fatigue jamais
-dynamique sans équivalent avec mes anciens IEM
-détails qui déferlent comme une avalanche.

Par contre il vous faudra rajouter quelques liasses étant donné que les frais de ports sont de 50$ ET surtout la TVA de 120€ environ...
Mais si vous êtes suffisement nombreux à faire pression, je pense qu’ils peuvent vous accorder le statut de “commercial samples” et dans ce cas, pas de TVA.
Sinon il reste la solution Shipito :)

Merci de m’avoir lu pour ce premier test :)


Ps: je rajouterais d’autres test de chansons, mais ayant une sinusite en ce moment je me suis volontairement restreint, car ça fait bobo!

Et pour ceux qui se demandent ce que ça vaut par rapport aux IEM français , le feed-back de DavidSylvian38: http://forum.tellementnomade.org/viewtopic.php?f=42&t=758

 

Pour des réactions à ce test vous pouvez aller directement sur le forum en cliquant ICI

Gwendal

Concepteur Intégrateur Web et Photographe

Une réponse à “Test des écouteurs 1964-Q

Les commentaires sont clos.