Les Écoutes  Conditions de tests   Les tests ont été faits sur un AK SP 1000 et avec les câbles stocks. Les Anole VX avec switchs en position off, U12t avec le module apex M15. Les intras sont écoutés au minimum 100 h pour les Z1R et bien plus pour les autres. J’ai eu d’une part les […]

Anole VX – IER-Z1R – U12t – VE8 : le grand match des S de Crinacle

Les Écoutes

 

Conditions de tests

 

Les tests ont été faits sur un AK SP 1000 et avec les câbles stocks. Les Anole VX avec switchs en position off, U12t avec le module apex M15. Les intras sont écoutés au minimum 100 h pour les Z1R et bien plus pour les autres. J’ai eu d’une part les Anole, U12t et VE8 ensembles puis les VE8 et Z1R en même temps.

Une chose à garder à l’esprit :  les comparaisons et jugements sont relatifs aux intras, dire par exemple qu’un soundstage est très important est relatif à ce que l’on connaît dans ce domaine, et bien sûr pas comparable à des casques !

 

 

Scène Sonore

 

Les U12t ont un soundstage important en largeur et hauteur, la profondeur restant assez limitée comme cela se ressent dès que l’on écoute de la musique symphonique, la scène sonore elle-même est en retrait, la séparation est excellente avec un bon placement.

Les Sony ont de loin le meilleur soundstage y compris en profondeur, les limites du U12t sont abolies et il en résulte un sentiment d’aération et d’espace rare dans les intras.

Les Anole ont une scène plutôt intime et holographique, elle est un peu paradoxale par l’alliance de cette proximité avec une perception très ouverte due sans doute aux grandes qualités de résolution et de séparation que nous offrent ces intras.

Les VE8 ont un soundstage en dessous des Sony et des U12t, mais avec un bien meilleur équilibre des trois dimensions et surtout avec une profondeur plus importante et bien mieux suggérée, c’est le seul des quatre ou la profondeur acquiert une place à part.

 

 

Registres

 

U12t

J’ai trouvé les basses très bonnes mais pas aussi exceptionnelles que ce que j’ai pu en lire, il y a de la vitesse et de la précision, du contrôle mais les subs ne sont pas rendues de façon organique. Les médiums sont légèrement chauds, légèrement en retrait et manquent d’épaisseur à mon gout. Les aigus sont naturels, sans sibilances et sans duretées et apportent du détail au message sonore. L’ensemble est fin et plein de douceur.

 

Anole VX

Le grondement des subs est bien plus important qu’avec les 64 Audio et bien plus viscéral, les basses sont également organiques, par contre la vitesse est un peu à la traîne, attaque un peu lente. Les médiums sont nettement plus chauds et les hauts médiums en avant. Les aigus sont de qualité avec une extension assez courte.

 

IER-Z1R

Subs manquants un peu de force mais sans doute les meilleures basses du lot, impact, vitesse et longue décroissance lorsqu’il le faut. Les médiums sont un peu trop en retrait en mon gout mais gardent quand même de l’épaisseur et de la texture. Aigus aérés, sans sibilances ni duretées.

 

VE8

Très belles subs et basses pleines d’impact et de texture, chaque nuance est reproduite. Médiums inférieurs en avant apportant un peu de chaleur. Aigus sans grande extension mais avec de beaux timbres.

 

 

Carré Magique : Résolution /Séparation /Définition /Transparence

 

Rappel du sens proposé pour ces termes :

La résolution est la capacité à individualiser une voix ou un instrument, c’est donc un synonyme de détourage, elle est le plus souvent liée à une perception organique du son.

La séparation est la capacité à ressentir de l’espace entre les musiciens, il peut y avoir une bonne résolution avec une séparation insuffisante.

La Définition est la capacité à percevoir un maximum d’informations, il peut y avoir une grande définition sans séparation ni résolution.

La transparence est la capacité à retranscrire les nuances et subtilités de la musique, une grande définition sans transparence donnera un rendu analytique et « clinique ».

 

Je propose une notation pour donner une idée des différences perçues.

U12t : R 6  S 9  D 9  T 8

Anole : R 8  S 8  D 9  T 7

Sony : R 8  S 10  D 8  T 9

VE8 : R 9  S 9  D 8  T 8

Les U12t ont une résolution moins importante que les autres intras, ce qui se traduit par un son plus lisse et un peu lointain.

Les Anole offrent moins de transparence et cela s’entend dans la restitution par une tendance à uniformiser le rendu d’instruments de la même catégorie : violon et alto par exemple. La qualité de définition et résolution à tendance à rendre l’écoute un peu fatigante sur le long terme en centrant l’auditeur sur les performances techniques.

Les VE8 offrent une résolution et une séparation énormes, c’est probablement cette alliance qui donne cette perception d’une profondeur palpable et participe au côté si vivant de ces intras.

Les Sony sont quasiment au top dans chaque domaine, cela s’entend par l’équilibre et la capacité de s’adapter à presque tous les styles avec musicalité au sein d’un soundstage important.

 

 

Impressions d’Écoutes

 

Voici quelques notes prises lors de l’écoute de quelques morceaux, je les laisse telles quelles, les premières impressions étant souvent les meilleures.

 

THE PACKAGE – A PERFECT CIRCLE

Anole : basses un peu lentes mais superbes subs

VE8 : basses plus sèches que l’Anole et subs plus organiques

U12t : bonnes basses mais peu de subs, bon rendu de l’ambiance du morceau

Sony : décay plus rapide, grondement impressionnant

 

ANGRA – CAROLINA 4

VE8 : très rapide et immersif

Anole : comme précédent mais moins rapide

U12t : rapide mais pas d’ambiance

Sony : la meilleure résolution et séparation

 

VIVALDI – QUATRE SAISONS – L’AUTOMNE – CARMIGNOLA

Anole : séparation, définition au top, violons aux timbres un peu stridents

VE8 : bien plus entraînant que l’Anole, belle profondeur

U12t : beaux aigus, un peu lointain

Sony : duperbes violons, belle scène, rapidité

 

THE EAGLES – HOTEL CALIFORNIA VERSION FREEZE

Anole: très bon placement frontal, son de batterie parfait

VE8 : encore meilleur, timbres de guitare acoustique et classique excellents

U12t : bon placement manque de profondeur, batterie collée aux guitares

Sony : excellent mais moins bon que VE8

 

CASH/STRUMMER – REDEMPTION SONG

Anole : très belles voix, belles textures, placement des chanteurs bien rendu

VE8 : très belle voix, détourage et profondeur !

U12t : bien mais un peu lointain

Sony : rendu exceptionnel sur tous les plans

 

BRUCKNER – QUATRIEME SYMPHONIE

Anole : superbe, sensation d’enveloppement, cuivres viscéraux

VE8 : grande définition, cuivres d’une grande beauté, très belle scène pour des intras

U12t : séparation moyenne, sentiment d’être extérieur, beau soundstage

Sony : très beau , moins organique que les VE8

 

5 réponses à “Anole VX – IER-Z1R – U12t – VE8 : le grand match des S de Crinacle

  1. Bravo Sausalito, c’est rapide clair et concis. Finalement et c’est amusant assez proche du classement que j’ai fait un peu plus tôt sur le topic des infinity2 et sans rien connaître de ce retour concernant les Sony et U12T. Pour moi les Anole ne rentrent pas dans le tableau, par contre les Earlkoenig qui ont peut être des similitudes avec les VE8 y sont bien. On a peut être au final et sans le savoir des goûts assez proches.

  2. Merci beaucoup. Surtout pour l’effort de contextualisation. Je pense que ça permet vraiment au lecteur d’y retrouver ses petits et d’éviter les malentendus. Bravo !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

:D :-) :( :o 8O :? 8) :lol: :x :P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: :wink: :!: :?: :idea: :arrow: :| :mrgreen: