Après son récent retour sur l’Audeze Sine, l’un des très rares casques nomades utilisant des drivers orthodynamiques, Kirasd69 revient cette semaine nous parler d’un nouvelle réalisation sortant des sentiers battus. Il s’agit cette fois d’un convertisseur / amplificateur casque sédentaire. Sa particularité ? Il utilise, à un prix raisonnable, la technologie de conversion R-2R réputée musicale… […]

[Feedback] Audio GD R-2R 11

Après son récent retour sur l’Audeze Sine, l’un des très rares casques nomades utilisant des drivers orthodynamiques, Kirasd69 revient cette semaine nous parler d’un nouvelle réalisation sortant des sentiers battus. Il s’agit cette fois d’un convertisseur / amplificateur casque sédentaire. Sa particularité ? Il utilise, à un prix raisonnable, la technologie de conversion R-2R réputée musicale… et très chère.

Grâce à Kirasd69 nous allons voir comment Audio GD a pu tenir cet objectif de coût. Le R-2R 11, le dac R-2R pour tous ?

La marque

Audio GD est une marque Chinoise très reconnue dans le milieu audiophile. Il faut dire que la plupart de leurs réalisations sont assemblées à la main,  utilisent des technologies propriétaires, très performantes, et, cerise sur le gâteau, se veulent les plus accessibles possible.

Audio GD construit ses modèles par lot de quelques dizaines à quelques centaines d’unités. Pourtant, malgré ces quantités  limitées, les électroniques de la marque ne sont pas rares et se trouvent facilement sur le Net.

Bien qu’Audio GD soit une petite structure artisanale cela ne l‘empêche pas de sortir régulièrement de nouveaux modèles et de « surfer » sur les dernières tendances technologiques. Pour autant Audio GD n’oublie pas le passé et souvent leurs réalisations mêlent le meilleur des époques pour des résultats toujours surprenants.

audiogd-1
En Août 2017, la marque a lancé son nouveau combiné dac / préampli / amplificateur casque : le R-2R 11, frère presque jumeau du NFB-11.  Audio GD a plusieurs fois réalisé des dacs de type R-2R, soit à base de composants discrets (résistances classiques à montage en surface ou traversant), soit utilisant des puces tout-en-un comme la fameuse PCM1704. Avec le R-2R 11, l’objectif a été de rendre accessible au plus grand nombre la technologie R-2R (voir notre encadré pour en savoir plus).

Présentation

Le premier contact avec le R-2R 11 est excellent. Le dac/amp est très bien construit, tout en aluminium noir.

Il donne une impression de déjà-vu : Audio GD n’utilise que trois ou quatre boîtiers pour toutes ses réalisations. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que celui-ci soit le même que pour d’autres modèles.

La construction est très solide, les différentes parois en aluminium font entre 2 et 3mm d’épaisseur.

audiogd-2
En façade, on repère tout de suite le potentiomètre de volume chromé très bien usiné, ainsi que  les trois interrupteurs à bascule avec, de gauche à droite :

  • un sélecteur de sortie permettant de choisir entre la sortie casque ou la sortie RCA (variable ou fixe).
  • un sélecteur de gain
  • un sélecteur d’entrée (USB, optique ou coaxiale).

On n’oublie pas la prise jack au format 6.35 et une petite led bleue témoin de fonctionnement. On aurait bien aimé connaître le type de fichier décodé ; il va donc falloir faire confiance au logiciel de lecture.

Sur la face arrière sont implantées une prise USB type B, une prise spdif optique ainsi qu’une coaxiale et deux sorties RCA. A l’extrême droite, une prise secteur de type IEC c14 (prise trois pin que l’on retrouve sur les alims de pc) et un bouton on/off. Le R-2R 11 ne dispose pas de mode veille, cet interrupteur est donc le bienvenu.

Pour en savoir plus – la technologie R-2R :
Aujourd’hui, dans le monde de la conversion digitale / analogique, il existe principalement deux technologies : les dacs « Delta-Sigma » et les dacs R-2R. Les dacs « delta-sigma » sont les plus présents : ils sont peu coûteux à produire, offrent des performances assez spectaculaires pour les puces de dernière génération et leur mise en œuvre est relativement aisée. Les dacs « delta-sigma » fonctionnent d’une manière similaire au SACD (le fameux format DSD). Les mots de 16 / 24 ou 32bits composant la musique sont « transformés » en des mots beaucoup plus petits (En moyenne 3 ou 4 bits) mais à très hautes fréquences (plusieurs mégahertz). Exactement comme le fait le DSD (1bit à 2,8 Mhz). Le décodage s’effectue à partir d’algorithmes complexes et de divers filtres .. L’avantage d’une solution delta-sigma, c’est de permettre des taux de distorsion extrêmement bas, un rapport signal / bruit élevé ainsi que peu de jitter (désynchronisation du signal). La technologie R-2R fonctionne différemment. Ici les mots de 16 / 24 ou 32bits sont fournis tel quel. Il n’y a pas de transformation des mots binaires excepté pour la « taille » du dac (un mot de 32bits sera forcément tronqué si utilisé sur un dac 24bits). Le mot numérique est directement envoyé au réseau de résistance – une par bit – puis ces signaux sont ensuite additionnés grâce à d’autres résistance en ligne pour obtenir le signal « final », analogique, qui est adressé à l’étage d’amplification.
A première vue, on pourrait penser que le R-2R n’a pas beaucoup d’intérêt. On est limité par le nombre de bits du dac, on ne bénéficie pas des technologies avancées que permet le delta-sigma (filtrage et autres manipulations), et les spécifications « techniques » (distorsion, rapport signal / bruit, …) sont moins bons. Alors pourquoi le R-2R ?  Tout simplement parce qu’il s’agit d’une technique plus « respectueuse ». Les dacs R-2R sont de type NOS : soit Non Over Sampling. Contrairement au delta-sigma, le signal n’est pas ré-échantillonné à haute fréquence. On conserve l’échantillonnage initial de la musique (multiple de 44,1 KHz ou 48 KHz). Grâce à ces moindres manipulations, les R-2R ont une réputation de musicalité élevé et de respect des timbres.
Mais le R-2R souffre d’un inconvénient majeur : Pour avoir de bonnes performances, cette technologie requiert des résistances de grande précision, excessivement chères.

Construction

Plongeons à l’intérieur. Pour commencer nous avons un transformateur toroïdal protégé par un carter. qui génère toutes les tensions nécessaires à l’électronique du R-2R.

audiogd-3

Cette électronique comprend :

    • Une carte USB / spdif Amanero Combo 384 compatible avec les signaux à 384 KHz / 32 bits et les signaux DSD jusqu’au 256. Les signaux ainsi récupérés sont envoyés à la partie R-2R.
    • Le dac R-2R constitué de deux modules (un par canal) appelés par Audio GD « DA-8 ». Chaque module est construit autour d’un groupe de résistances sur 24 bits et d’un CPLD (circuit complexe programmable) de marque Xilinx (modèle Coolrunner II) fonctionnant à haute fréquence (450Mhz).
    • Cette puce Xilinx mérite une explication détaillée, car grâce à elle Audio GD a réalisé un petit exploit. Comme expliqué dans l’encadré, un dac R-2R à besoin de résistances ultra précises. Ici Audio GD a pris le contre-pied en employant des résistances bien moins coûteuses, et en compensant le défaut de précision par un algorithme spécifique dans la puce. On obtient ainsi un convertisseur présentant les très bonnes performances des dac R-2R haute précision, pour une fraction de leurs prix. Cerise sur l’Audio GD, cette puce Xilinx permet d’utiliser le même réseau de résistance pour un signal DSD et donc d’avoir du décodage natif.
    • Ce dac utilise également une solution d’amplification peu commune. Celle-ci, appelée ACSS, est légèrement similaire à ce que fait son compatriote Questyle. Elle utilise un opamp Texas Instrument TL072 pour le gain en tension et des transistors pour le gain en courant. Cette amplification est de type NFB (Non-FeedBack) c’est à dire sans contre-réaction. Il n’y a pas de condensateur de liaison ce qui permet de préserver la bande passante et de délivrer des graves profonds. Cette amplification en courant permet de driver n’importe quel casque de manière parfaitement linéaire, quel que soit son impédance.
audiogd-4
  • Le tout est contrôlé par un excellent potentiomètre Alps, très sensible et parfaitement étalonné entre les canaux gauches et droits.

L’écoute

Les écoutes ont été faite avec un Beyerdynamic Amiron et un Audeze Sine.

Toute cette débauche technique est certes impressionnante, mais ça ne nous renseigne pas sur le point essentiel. Qu’est-ce que ça donne à l’écoute ?

Charlotte Gainsbourg – Deadly Valentine. La musique que je suis en train d’écouter au moment où j’écris ces lignes. Le R-2R 11 nous révèle immédiatement une cohérence assez impressionnante. Aucun effet de masque, tous les instruments sont parfaitement identifiables. Il est très aisé de suivre un instrument en particulier si on le désire. Le R-2R 11 est très résolvant. C’est assez impressionnant car à la base, sa conception ne laissait pas présager une telle quantité de détails. Sur cette musique, tout fourmille de détails. Mais surtout, le dac possède un « grain » particulièrement grisant. Oui grisant ! Pour peu que sa signature chaude vous convienne c’est vraiment un sacré appareil.

Hop je viens de changer pour « C’est un pays » de Soldat Louis.

Première chose qui frappe, la douceur. Au début de la musique, une cornemuse joue quelques notes. Sur mon Schiit Modi 2, cette cornemuse est assez criarde et sur le Beyerdynamic Amiron c’est assez désagréable. Sur le R-2R 11, aucun problème de dureté. L’écoute en est reposante. Les guitares ont une texture fabuleuse. Oui j’utilise beaucoup de superlatif mais quand le plaisir est au rendez-vous c’est difficile d’en dire du mal même si tout n’est pas rose, mais on en reparlera.

Faisons un tour par Céline Roscheck avec sa musique « Celtic Battle Dance : Celtic Battle Dance ». Toujours ce grain impressionnant, ici on perçoit nettement la profondeur de la scène sonore. Avec le violon au premier plan, les autres instruments derrière viennent souligner la soliste comme il se doit. Le violon est d’une réelle fluidité. Encore une fois pas la moindre dureté dans la musique. Celle-ci est très fluide. Aucune exubérance. Les autres appareils que je possède ont tendance à gonfler les basses. Ici ce n’est pas le cas : elles ne sont pas la partie principale de la musique et le R-2R 11 le respecte. « Justesse » voilà comment je le qualifierais.

Des basses ? Bien sûr ! Voyons voir… Ah oui Royalston ! Avec « Blight Mamba » de l’album « People on the ground ». Quand il doit se déchaîner, le R-2R 11 sait également y faire. Les basses sont très rapides, parfaitement tenues, un poil sèches mais avec beaucoup d’impact ! Vous aimez sentir votre crâne vibrer ? Le R-2R 11 en est capable ! Mais il sait aussi se montrer sage. Tout dépend de votre casque et du gain appliqué. En Low gain, le R-2R 11 se montre complaisant, en high gain vous saurez ce que sait que de lâcher Cerbère. Bon j’exagère, mais les basses ont un surcroît de puissance en high gain et c’est très plaisant.

Mais il n’y a pas qu’en bas qu’il est excellent. Mister se débrouille très bien quand il s’agit de grimper au sommet. Et comme j’aime les instruments à cordes, quoi de mieux que « Fantasia Chromatica in Dorian Mode » de Alina Rotaru. Une œuvre au clavecin de toute beauté que je vous recommande si vous aimez cet instrument. Ici le côté métallique et pincé du clavecin est parfaitement retranscrit de même que l’ouragan d’harmoniques. Magie du dac R-2R ? Aucune idée, toujours est-il que la restitution est très fine et très joyeuse.

Conclusion

Au final que peut-on bien pouvoir reprocher à cet Audio GD ?

Pas grand-chose à vrai dire si ce n’est l’interface USB : lorsque le taux d’échantillonnage change entre deux titres, on peut entendre un petit « pop » ou grésillement. Sachant que tout le reste est un sans-faute, c’est évidemment un peu dommage. Peut-être que de nouveaux drivers Amanero régleront le problème ?

Puisque qu’on parle de connexion, sachez que le R-2R 11 est un dac 24 bits. Si la carte Amanero est bien compatible avec le 32bits, physiquement le réseau de résistances n’agit que sur 24 bits. De ce fait on constate de meilleurs résultats en paramétrant son logiciel de lecture en 24bits. En 32 bits, une sorte de dureté apparaît. Le R-2R 11 n’est plus aussi fluide. Pour ceux qui le possèdent ou qui voudraient le tester, il est donc vivement  recommande de régler le lecteur en 24bits.

Voilà donc un dac/amp qui propose une écoute très musicale et très fluide. Un son chaud, vivant, une finesse à toute épreuve, des médiums « tubesques » vraiment grisants et surtout un prix de moins de 400€. Et c’est justement toute la prouesse d’Audio GD. Une qualité de fabrication exemplaire, des technologies pertinentes et efficaces, une sonorité digne des plus grands pour un tarif accessible. Un grand bravo à Audio GD donc pour ce  voyage musical très attachant.

6 réponses à “[Feedback] Audio GD R-2R 11

  1. Ce feed fait oeuvre de diDACtisme à n’en pas douter…
    Merci pour la vulgarisation qui permet d’y voir un peu plus clair et de démêler ainsi un peu plus, les méandres d’une technologie électro-audiophile où certains, tel que moi, se perdent ou se fourvoient..
    Une fois encore Audio GD est fidèle à sa réputation et TN à la hauteur du sujet.
    Bravo !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

:D :-) :( :o 8O :? 8) :lol: :x :P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: :wink: :!: :?: :idea: :arrow: :| :mrgreen: