Les pleins de super et de plutonium ont été faits, les niveaux sont OK et on a passé un coup sur le pare-brise. La DeLorean est prête : avec la gamme Celsus Sound, les nouveaux casques à dent bleue de Sony et un peu de théorie de mesure, il y a de quoi faire. Celsus […]

[Brèves] Marty #45 : Celsus Sound et Sony sans fil

Les pleins de super et de plutonium ont été faits, les niveaux sont OK et on a passé un coup sur le pare-brise. La DeLorean est prête : avec la gamme Celsus Sound, les nouveaux casques à dent bleue de Sony et un peu de théorie de mesure, il y a de quoi faire.

Celsus Sound

La marque Celsus Sound est une nouvelle venue dans le monde de l’audio nomade, mais ce n’est pas forcément le cas des gens qui sont derrière : la marque est en effet une spin-off de Heap Venture, marque créée par Jason Lim (fondateur de NuForce).

La marque présente à son catalogue actuel 2 produits : le Companion One et le Gramo One. Le premier est un DAC/ampli nomade assez richement doté et le second un écouteur bouton dont le format explique le nom. Alors, certes, on pourra trouver un rien agaçant les « one » en suffixes des noms qui ont un côté quelque peu prétentieux, mais les produits méritent qu’on s’y attarde un peu.

Le Gramo(ph)one consiste en une paire d’écouteurs boutons, ce qui devrait réjouir le club des boutonneux du forum. Avec sa forme de trompe, le jeu de mot sur le nom apparait clairement. De conception ouverte, il est doté d’un driver dynamique équipé d’une membrane de 16mm et présente une sensibilité de 100dB pour une impédance de 32ohms.

C6iem

Pour un prix annoncé de 249$, le Gramo est fourni avec des embouts (comprendre : des bonnettes), une petite housse en cuir et la promesse de fournir « a mesmerizing midrange and dynamic bass » (un médium hypnotisant et des basses dynamiques), ce qui n’est pas sans inquiéter un peu sur le rendu de l’aigu, aux abonnés absents de la publicité de la marque.

Le Companion One, de son côté est un énième combo DAC/ampli nomade. Cela aurait pu faire frissonner, à une époque, d’indiquer qu’il est équipé d’une puce Sabre ES9018K2M, mais cela n’est plus le cas depuis qu’on annonce un tel produit chaque semaine ou presque (l’audiotechnica d’il y a deux semaines, l’apogée d’il y a trois semaines, etc.). Rien ne bouge non plus quand on annonce la liste des compatibilités : DSD jusqu’au DSD128 et PCM jusqu’au 32 bits 384khz, tout le monde ou presque en est là en 2015.

C6iem access

Alors quoi ? Hé bien déjà, il est plutôt esthétique et parait très bien fini. Ensuite, il est compatible Android et iOS et est fourni avec les câbles OTG idoines (micro-USB, Lightning et iPod old school). Enfin, il présente surtout une petite chose que tous, loin s’en faut, n’ont pas : il peut se connecter à un réseau wifi et est compatible UPnP et Airplay… Cela autorise le streaming audio de flux jusqu’au PCM 24bits/192kHz et laisse entrevoir des cas d’utilisation sortant un peu de l’ordinaire et une très grande flexibilité.

C6iem access

Reste qu’à 595$, on est par exemple à deux fois le prix d’un Oppo HA-2, qui présente la même fiche technique à la seule exception du wifi.

Sony a la dent dure (et bleue)

Sennheiser avait dégainé pendant le CES 2015 en présentant une ribambelle de casques sans fil. La marque japonaise lui emboite le pas, en annonçant 3 casques bluetooth, tous supra- ou circum-oraux et fermés.

C6iem access

Le premier, le MDR-ZX330BT est aussi le plus modeste de la fratrie : ses drivers de 30mm et son fonctionnement simple assurent déjà le minimum : contrôles volume/appel/pistes, compatibilité NFC fort pratique. Les 30 heures d’autonomie compensent le fait qu’il ne peut pas fonctionner en mode passif. À 90€, on ne sera pas trop regardant.

C6iem access

Son grand frère, le MDR-ZX770BN, est un peu plus sérieux, ce que son nom aux accents de cours de récréation (ok, la partie ZX770 reste sobre) n’est pas forcément pour confirmer. On passe ici à des drivers de 40mm et on ajoute aux fonctionnalités du 330 la possibilité de l’utiliser passivement (c’est-à-dire alimenté par l’ampli casque de la source, comme un casque « normal ») et une réduction du bruit ambiant. Avec 13h d’autonomie (toutes fonctions activées), si la qualité sonore suit, on pourrait avoir là une assez bonne affaire à 160€.

Tout en haut de la gamme, c’est une évolution du MDR-1BT qui nous attend. Son nom est, MRD-1ABT avec un ‘A’ comme LDAC ? Derrière cet acronyme (dont la signification me reste étrangère) se cache un nouveau protocole de transmission des données Bluetooth mis au point par Sony. Avec une bande passante 3 fois supérieure à l’APT-X, il permet la transmission de flux en 24bits, 96kHz. Nous vous en avions déjà parlé lors de la présentation du Sony ZX2, qui le supporte également.

C6iem access

La bande passante du casque, promise de 4Hz à 100kHz (en passif) va au-delà de ce que permet le LDAC et est due à de nouvelles membranes en polymère à cristaux liquides recouverts l’aluminium (rien que ça !). Le casque adopte en outre la technologie DSEE, déjà aperçue sur les baladeurs de la marque, pour améliorer le son des MP3 et autres fichiers compressés. Dernier point, le contrôle du volume, la navigation dans les pistes sonores et la prise d’appels sont effectués via une surface tactile située sur une des cups.

À 350€, il se place en concurrent direct des Momentums sans fil, avec ce petit plus du LDAC… A suivre !

Casques : réponse en fréquences et mesures

Si, pour des enceintes haute-fidélité, la réponse en fréquence attendue est assez évidente et la mesure plutôt simple à effectuer, c’est loin d’être le cas pour les casques. En effet, il est nécessaire de simuler le fonctionnement du tympan, la forme et le volume de l’oreille, pour que la mesure soit juste. L’autre point est lié à l’interprétation de cette mesure : en prenant en compte la résonnance de l’oreille, la courbe de réponse ne doit pas être plate…

C6iem access

Innerfidelity, en la personne de Tyll, présente un article en deux parties sur les mesures des casques. La première partie explique le fonctionnement de la prise de mesure et la courbe cible correspondant à une réponse perçue comme plate. La deuxième partie nous apprend à lire une courbe de réponse et à essayer de déduire, à son étude, le comportement d’un casque.

Le tout est malheureusement en anglais uniquement, mais vaut la lecture.
La première partie est ici, et la seconde ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

:D :-) :( :o 8O :? 8) :lol: :x :P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: :wink: :!: :?: :idea: :arrow: :| :mrgreen: