Allez, un petit test pour le Blog TN, en plus c’est de l’excellent matos ! En effet, le Burson HA 160D, est un ampli/DAC assez haut de gamme de conception « full-discrete », qui fait le pari de réunir un préampli de qualité, un DAC du même acabit et tout ça pour moins de 1100€. Alors, est-ce […]

TEST Burson HA-160D: Pour l’amour du rock

Allez, un petit test pour le Blog TN, en plus c’est de l’excellent matos !

En effet, le Burson HA 160D, est un ampli/DAC assez haut de gamme de conception « full-discrete », qui fait
le pari de réunir un préampli de qualité, un DAC du même acabit et tout ça pour moins de 1100€.
Alors, est-ce le combo DAC/Amp parfait à moins de 1500€ ?

Présentation

Burson, une marque qui résonne (presque) dans l’inconnu en France, et pourtant les Australiens on réussi à se
faire une vraie place dans le monde de l’audio. A dire vrai, avant que Burson et Headfonia me contactent pour le tester, je n’en avais moi-même jamais entendu
parler… Shame on me!
Le HA-160D est péjorativement un ampli casque, péjorativement car son rayon d’action est bien plus large.
Comme pour le Fiio E7, il se substituera à votre carte son et pourra récupérer le signal brut de décodage depuis votre platine CD ou tout autre appareil
disposant une sortie coaxiale.

Pour satisfaire le plus grand nombre, Burson a d’ailleurs doté son HA-160D d’une foultitude d’entrées audio, numériques comme analogiques, de deux sorties casques, une « High
Gain » et une « Low-Gain », et même comble du luxe, une sortie « pré-out » pour profiter uniquement de la partie DAC.

Design

Dès le déballage, on est surpris par la qualité et la classe que projette l’objet, il est lourd, froid, dense. Ce n’est pas la taille qui compte, mais une fois posé sur un bureau il semble
s’imposer, naturellement, comme un véritable objet d’art moderne.

Entièrement réalisé en Aluminium brossé, le 160D pèse son poids, 7kg. Le choix du matériau s’est fait selon un cahier des charges précis, et permet à cet ampli de s’affranchir de toute
ventilation grace à la conduction thermique la chaleur est évacuée par lesparois en alu. De plus le Burson est totalement insensible aux ondes:
« l’aluminium c’est fantastique ».

La finition est excellente, aucun jeu, aucune trace polissage maladroit. Les prises d’entrée/sortie sont fermes et on ne craindra pas de (dé)brancher son casque plusieurs milliers de fois.
Top case en plexiglas, la classe!
Le dessus du Burson est en plexiglas, et permet d’admirer le travail d’orfèvre réalisé.
Les soudures sont  parfaites, et le moindre espace a été utilisé. Et pourtant on sentque ça respire, que tout a été pensé par l’audiophile pour l’audiophile. Le
HA-160D n’est pas sans rappeler les platine Denon de par sa sobriété.
Je dis Bravo.

La façade avant fait dans le minimal, un sélecteur de volume (cranté), 2 Jack 6.5mm, et un minuscule bouton permettant de choisir la source.
Le panneau arrière est, lui, assez fourni:

- 3X RCA-in,
- 1X COAX-in,
- 1X USB-in,
- 1X pre-out.

Il y a tout de même deux diodes sur le Burson. Une jaune qui indique quelle source est sélectionnée, et une bleue qui nous informe que le Burson est en marche.
C’est brut, sans superflu, massif sans être brutal, pour le moment c’est parfait.

Bundle

Un petit mot sur le bundle, comme pour Fiio, j’ai été agréablement surpris par la profusion des accessoires
fournis.

1 câble coaxial, 1 câble USB, 1 câble RCA, 1 chiffon de nettoyage..

Finalement, la vrai question ce n’est plus « Comment peuvent-ils fournir tout ça ? » mais plutôt, « Comment peut-on omettre ce genre d’accessoires? »
C’est exactement ce genre d’attention qui fait qu’on recommandera le produit à des amis par exemple, ou qu’on aura l’impression que le constructeur pense à ses futurs clients.
USB, RCA, Coaxial

Caractéristiques

Burson a mis tout son art dans ce HA-160D . Le HA-160D est un pré-ampli « solid-state Full-discrete », dit comme ça, ça ne parle pas
tout de suite, et pour ceux à qui ça parle, ça peut faire un peu peur.

Par solid-state, comprenez que le HA-160D n’utilise que des résistances et des condensateurs, pas de tube ou de lampe.
Chacun a sa préférence, et le débat est ailleurs, chaque technologie ayant ses avantages.

Par full-discrete, il faut l’opposer au design dit IC. Sur un ampli IC, l’intégralité des fonctions est couché sur un unique PCB.
Au contraire dans une configuration « discrete », on utilisera presque abusivement des composants solides.

Ici, on a un étage dédié à l’amplification pure et un autre étage qui sert la partie DAC.
Le DAC
Le DAC peut décoder sans effort un signal 192khz/24bits en coaxial, ainsi qu’un signal en 96khz/24bits via l’USB (avec un jitter particulièrement faible).
La puce utilisée est une Burr Brown PCM1796, une puce choisie pour son équilibre et son naturel. D’ailleurs, c’est la le credo de cet ampli, le naturel et la transparence du son.
Vous voulez plus de détail ? Ok!

- 5 circuits d’alimentation fait maison, pour réduire au minimum le bruit;

- 2 transformateurs, un pour l’étage d’amplification et l’autre pour le DAC, comme ça pas de jaloux et chacun pourra donner le meilleur de lui même;

- il s’agit d’un ampli de classe A, mais il reste dédié principalement à une utilisation avec un casque;
- le contrôleur de volume est cranté, lui aussi de type solide, et présente 24 crans;( en fait c’est un atténuateur)

Double Transformateur
Encore plus de détail ?

Spécifications:

Impédance d’entrée: 47 kOhms

Réponse en fréquences: 5Hz (-0.3dB) to 35 kHz (-1dB)

Rapport signal/bruit (SNR): >98dB at 0dB gain

THD: <0.001% at 6mW/300 Ohms

Channel separation: >70dB/10kHz

Puissance de sortie: 650mW/300 Ohms, 800mW/60 Ohms

Impédance de sortie: line out 60 Ohms, phones out 5 Ohms

Dissipation thermique: <25W, internal,regulated power supply

Dimensions: 265 mm x 250 mm x 80 mm

Entrées:
1x USB Connection (Support up to 24bit @ 96Khz with 10ppm low jitter clock)

1x Coaxial RCA (Support up to 24bit @ 192Khz)

3x gold plated RCA (line level input)

Sorties :
2x headphone jacks 6.35mm
1x pre-out with 10Db gain

Poids: app. 7 kg

Couleur: silver anodized aluminium
Gauche à droite: Coaxial, USB, RCA, Pre-out

 

Configuration de test

Un beau DAC, c’est bien, un super DAC/ampli casque c’est mieux, mais alors un DAC/ampli casque/pré-ampli, c’est la panacée.
Mais pour un tirer la quintessence, il faut que le matériel en amont suive, c’est pourquoi, encore une fois, je remercie la Fnac Odéon
et plus particulièrement le sympathique responsable audio de m’avoir permis d’utiliser le matériel qui me fait défaut en usage domestique.

Alors pour alimenter ce gros cube d’alu nous avons :

- une ASUS P8P67-EVO branchée en Coaxial,

- la même carte mère mais cette fois-ci branchée en USB (3),
- une platine CD Denon PMA 1510AE branchée en coaxial;

- un ampli Denon PMA 1510AE, reliée à la sortie pré-out du burson,

Pour l’écoute nous aurons :

-un paire d’enceintes  PMC FB1i Walnut ;

-une paire d’IEM 1964-Q ;

Et c’est tout, pas de casque cette fois-ci(!)

Une petite comparaison sera faite avec le iDecco, qui bénéficie lui aussi d’une sortie casque particulière.

 

Haut en bas: Burson HA-160D, Denon 1510AE (Platine), Denon 1510AE (ampli)
Pour plus d’informations ou une
description plus détaillée de ce matériel :

Premières écoutes


Petit rituel, on branche le DAC au PC en coaxial, on configure AIMP3 pour lâcher les watts en wasapi 24/192 (comment ça un CD c’est du 16/44 ?), on branche les Quads sur
la sortie Low Gain et on sélectionne une piste pas trop compliquée, entrainante, et déliée.
Bref, on prend du Metronomy (et hop petit coup de pub).

Dès les premières notes de The Look, on est surpris par la transparence de ce DAC/Amp, l’articulation est vraiment excellente.
Le son est vraiment à l’opposé du iDecco, c’est l’antithèse du son  à Tube, pas de chaleur excessive, des transition vives et une expérience très musicale.

Au fil des pistes, la fluidité se confirme, et aucune coloration particulière n’est à noter. Neutre, honnête et pourtant jamais ennuyeux, une belle surprise encore une fois.
Le registre grave est exceptionnel, vraiment.
Sec, rapide, tendu, profond, je pense n’avoir jamais entendu de basse aussi maitrisées et avec autant de coffre sur mes Quads avant. La transition
entre les phrasés est impeccable, l’écoute est un vrai délice.

Comme pour tout matériel un peu haut de gamme, il reste impitoyable avec les sources et lui soumettre un MP3 encodé
à la va vite ou un CD bâclé par les ingés sons se transformera vite en une longue et douloureuse punition.

Deux sorties casque, High et Low gain.

Après 3 semaines

Après quelques semaines d’écoute assidue  le Burson ne s’est pas démonté, bien au contraire.
Sa maturité sonore s’est confirmée, la synergie qui opère en son sein est exceptionnelle.

Sa tessiture est celle d’un chanteur de rock, un grave bien affirmé, puissant, la clé de voute d’un édifice . Quelque soit le type de musique, le grave reste d’une justesse
et d’une limpidité prodigieuse, on sait que c’est un ampli qui ne fatiguera pas, mais bien au contraire nous charmera encore et encore.
La signature sonore est malgré tout très particulière.

Pour tester uniquement le DAC, le Burson s’interposera entre la platine Denon et l’ampli de la même marque. Il est à noter que visuellement l’ensemble des
trois est assez harmonieux, le métal brossé les confondant.

Le DAC, est neutre. Il n’améliore pas le son, mais ne le dégrade pas non plus. Pas de voile, pas de chaleur excessive ni de timbre aggressif ou  froid, c’est un modèle du genre.
J’oserais même avancer jusqu’à dire qu’il sonne très « musical ».
Sur du live ou des pistes Master la dynamique est excellente, ça sonne plein.
Définitivement le choix numéro un pour le rock/électro, en fait pour toutes les musiques un tant soit peu dynamiques.

Sur du classique ou du jazz, c’est un peu moins impressionnant, la faute à un aigu en retrait par rapport au reste du spectre. Pas d’effet wow, mais après quelques minutes on retrouve les
qualités inhérentes du produit, un grave impeccable et des transitions rapides.

Herbie Hancock a tout à gagner, et son piano en devient plus consistant, plus réel. Pour du classique, la vitesse n’est pas une priorité, le 160D ne fait pas mieux que l’iDecco par exemple.

Le Burson branché en pré-out

 

Je me répète, mais les basses sont, à l’heure ou j’écris ces lignes, les meilleures que j’ai entendu. Chaque instrument y gagne, les guitares sont plus matures, la batterie est plus
franche, même le piano et la harpe se retrouvent sublimés.
On parvient presque à sentir l’effleurement des touches et des cordes.

La largeur de scène n’est pas énorme, mais la profondeur qui s’en dégage et la cohérence du positionnementsonore impressionne.
Pour schématiser, vous êtes le chef d’orchestre, vous savez à chaque instant où se trouve chaque instrument et vous avez derrière vous l’écho de la musique.

Bien que les aigus soient en retrait, il n’en est pas sombre pour autant, comme pour les Quads, je considère
qu’il y a juste ce qu’il faut mais après c’est une considération toute personnelle.
Toujours avec les Quads, la symbiose opère avec brio. La signature de chacun se complétant, amateur de grave affirmé et défini, vous allez pleurer !


Autre chose, cet ampli a la patate, la grosse patate. Pour développer, que ce soit avec la sortie Low gain ou High gain, chacun trouvera son compte, et je pense que même
les casque les moins sensibles atteindront un volume sensiblement élevé et une dynamique percutante. La puissance induite est maîtrisée, l’atténuateur Burson fait un travail
remarquable. Le son n’est pas étouffé, sa puissance est simplement diminué, même à faible volume on perçoit encore toutes les subtilités de chaque morceau,
les cymbales et l’effleurement des voix.


Atténuateur mécanique
Petite parenthèse sur l’atténuateur,de type mécanique, il faut un peu de force pour réussir à le tourner. Les crans sont bien marqués et un « click » bien sonore se fait entendre.
« click » bien évidemment totalement absent dans le casque ou les écouteurs. L’énorme molette aide évidemment à une meilleure préhension, etaprès plusieurs semaines, il n’a pas perdu de son mordant et se révèle toujours
aussi précis.
L’amplitude proposée est juste et chacun devrait pouvoir ajusterle volume à sa convenance.
Entre le cran 1 et le cran 10 on a donc bien 10 paliers de volume différents et non pas des « faux » crans 2/2.5/2.75.

Finissons avec mes impressions sur différentes pistes, pour cela le HA-160D sera branché sur mon PC en coaxial, et
j’utiliserais mes 1964-Q sur la sortie Low-Gain.

Au fil du son

Newlands – AudioVideoDisco – Justice
FLAC 96khz/24bits Electro/rock

Une piste résolument rock sur le nouvel album de Justice, presque vintage.
Dès les premières secondes, laguitare file et le Burson montre une articulation surprenante, chaque accord se
détache clairement des autres bien que ce soit le même sample qui tourne.
La batterie est monstrueuse, ni plus ni moins. La symbiose HA-160D+1964-Q est parfait, la basse est finement contrôlée et le médium devient presque
organique, plus près de la réalité.

Et surtout, le facteur d’entrainement est à son paroxysme, impossible de rester cloué sur sa chaise,
le cocktail détonnant monte au oreilles et on se surprend à mimer la batterie
et les lignes de basses.
La voix est aigue, et malheureusement pour les fans d’aigus filant haut, le mélange peut en décevoir certains, personnellement c’est largement suffisant pour moi, mais d’aucun préfèrent des aigus qui montent encore et encore.

Globalement, c’est une franche réussite, c’est enjoué, efficace, et surtout c’est dynamique.

The Look – The English Riviera – Metronomy
FLAC 96khz/16bits Electro Pop

Ok je me répète, mais pour moi, The English Riviera est tout simplement le meilleur album d’électro/pop jamaissorti.
Bonne surprise, la largeur de scène est très bien rendue, on entends le piano se déplacer subtilement vers nous.

Les premiers coups de caisse claire sont magistraux, ça cogne sec et dur, le rythme rock se détache de la basse. Le HA-160D a pour lui un pouvoir entrainant
exceptionnel, possesseur de casque et fan de musique qui bougent, vous voila prévenu : investissez dans une rallonge !

On est toujours dans l’électro (mais pop cette fois) donc dur de le prendre à défaut, les accords à l’orgue sont de
toute beauté, la basse se délie et la guitare aussi s’amuse.
Encore!
No other Way – Sunny Side up – Paolo nutini
Flac 48khz/16bits
Pop

« Wow ça claque », les premiers riffs de No Other way sont un véritable coup de fouet.
La tessiture propre à Paolo convient parfaitement au 160-D, le médium-grave de sa voix gagne en profondeur
et la largeur de scène plus restreinte nous immerge au plus près.

Une belle balade, avec une coup de coeur pour le son du charleston, très réaliste, et un rauque de la voix
vraiment puissant. Il manque peut-être un tout petit peu plus de subtilité pour accentuer le romantisme de la chanson, mais le
dynamisme est malgré tout très appréciable.
L’ambiance reste, et c’est tout ce qui compte.

 

Convertisseur USB 96/24

Finalement…

Essai transformé pour Burson, ce combo Ampli/DAC est une franche réussite.

La finition tout alu, sa compacité et sa simplicité font du HA-160D un excellent produit tout-en-un pour tout possesseur de casque ou d’intra haut de gamme.
Un seul bouton pour sélectionner la source, un atténuateur massif et robuste, tout est fait pour aller à l’essentiel : la musique.

Le grave est de toute beauté, les phrasés sont limpides grâce à la vitesse et l’articulation de la partie amplificatrice.
Le DAC délivre un son neutre, ni trop chaud, ni trop froid, mais toujours avec ce petit grain vintage qui accompagnera agréablement vos albums.
La possibilité de choisir à la volée une sortie Low ou High Gain sans manipulation complexe est un plus appréciable.

Bref, ce Burson ne remplacera peut-être pas votre DAC ultra haut de gamme, ni votre ampli à 4 chiffres, mais en tant que produit tout en un, il me semble dur de trouver mieux, même plus cher.
C’est tout simplement une box-of-joy, on pose, on branche et on savoure.
Ah pardon, c’est LA box-of-joy.

Encore merci à Headfonia et Burson (Mike, Alex, John, you rock)
Petite pub pour finir, passez sur mon blog, ça ne mange pas de pain :D

:lol: http://www.ampowerhead.com/ :lol:

 

Des questions ? Posez les içi  http://forum.tellementnomade.org/viewtopic.php?f=64&t=1620

Piédestal de fortune

Une réponse à “TEST Burson HA-160D: Pour l’amour du rock

  1. Le DAC est un PCM1793 et non un PCM1796 comme dit dans l’article ^^

    Pourquoi ne pas tester également les productions chinoises moins chère , genre Audio GD NFB-10SE ? :p

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

:D :-) :( :o 8O :? 8) :lol: :x :P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: :wink: :!: :?: :idea: :arrow: :| :mrgreen: