ViSang R02 et R04 ViSang est une société chinoise encore mal connue dans nos contrées. Distribuée notamment par audiophonics, nous avons pu bénéficier d’un prêt gracieux de deux paires de la marque chinoise : les R02 et les R04. Le premier est un intra d’entrée de gamme, tarifiée aux alentours d’une cinquantaine d’euro, quand le […]

ViSang R02 et R04

ViSang R02 et R04

ViSang est une société chinoise encore mal connue dans nos contrées. Distribuée notamment par audiophonics, nous avons pu bénéficier d’un prêt gracieux de deux paires de la marque chinoise : les R02 et les R04. Le premier est un intra d’entrée de gamme, tarifiée aux alentours d’une cinquantaine d’euro, quand le second possède des prétentions plus haut de gamme et se retrouve autour de la barre des cent trente.

Les ViSang R02 sont donc des intras à driver dynamique d’entrée de gamme, dont voici les spécifications :

  • Type: Dynamic Driver, Driver Diameter: 10.7mm
  • Impedance: 20ohm
  • Sensitivity: 112dB @ 1mW
  • Frequency Range: 20 to 20,000Hz
Les R04 sont quant à eux également des intras à driver dynamique reprenant la construction des R02, mais en mieux.

  • Type: Dynamic Driver, Driver Diameter: 10.7mm
  • Impedance: 20ohm
  • Sensitivity: 115dB @ 1mW
  • Frequency Range: 20 to 20,000Hz
  • Maximum Input Power: 40mW

On remarque donc un simple driver dynamique, permettant de reproduire des basses qui descendent bas, plus bas que (presque) tous les drivers BA, ainsi qu’une sensibilité élevée et une faible impédance : d’un point de vue énergétique, les R02 comme les R04 ne poseront pas de problèmes à la grande majorité des sources, même des baladeurs grand public souvent décriés ici.

Package, construction, ergonomie.

Le packaging est simple, mais efficace : un jeu d’embouts, une pince pour accrocher le câble aux vêtements (très pratique en hiver), et une housse pour ranger les R02 bien à l’abri ; bref, classique mais il ne manque rien.

Les R04 sont livrés dans un package plus luxueux d’apparence (la boîte est mieux finie, il y a une carte VIP de Visang, ce qui nous a fait beaucoup rire d’ailleurs), mais au contenu semblable, il ne manque pas plus ici (housse de rangement, embouts…).

Dans les deux cas, le câble est bien construit, au même niveau que le câbles stocks fournis par les paires d’intra haut de gamme de chez Earsonics ou Unique Melody (bien qu’il ne soit pas détachable) à l’exception de la fiche jack – coudée, heureusement – qui ne semble pas très bien solide (bien que je n’ai relevé aucun jeu ni défaut dans lesdites fiches en trois mois de tests) ; de plus, le câble porte assez peu de bruits microphoniques, encore un très bon point. Du bon, les exigences de qualité pour des intras à ce prix sont largement atteintes.

Les embouts, sans être en nombre démentiel, permettront à chacun de trouver chaussure à son pied et embout à son oreille. Rappelons l’importance réelle des embouts quant à la qualité d’écoute : un embout qui n’isole pas bien l’auditeur fera s’écrouler la section basse tandis qu’un embout trop serré rendra la restitution sonore bouchée.

Les R02 et les R04 ont été testé avec principalement trois sources, un sansa clip+ pour l’entrée de gamme, un Sony F800 pour la catégorie moyenne gamme et un colorfly C4 pour le haut de gamme. Ce dernier est relativement chaleureux mais très rigoureux dans sa restitution ; le Sony est pourvu d’une bonne extension, il sonne plus aéré et un poil sec en bas que le C4 ; enfin le sansa est plus sobre que ses deux prédécesseurs.

Les R02, un monstre d’impact :

Ce qui surprend, c’est la patate de ces petits intras : ça cogne.

Les mid sont réellement très bons pour cette gamme de prix, détaillés, sans agressivité, et surtout plutôt naturels, y compris avec des baladeurs qui ne le sont pas forcément. Il y a beaucoup de matière et de texture, et le seul bémol viendra des voix masculines sur lesquelles j’ai trouvé un voile – léger – mais rien qui ne rende l’écoute désagréable. Les aigus sont à côté plus en retrait, et coupent court, mais sont finalement toujours doux (ce qui pour un intra de cette pêche est vraiment un gros plus, mes esgourdes me remercient), tout en conservant le niveau de détail qu’on est en droit d’attendre d’un intra plus onéreux ! Enfin, les basses descendent plutôt bas – vive le driver dynamique – et surtout possèdent un impact très marqué : cet intra est taillé pour de l’électro ou du métal ! Surtout qu’elles ne manquent absolument pas de rapidité, les rythmiques sont bien retranscrites. A noter que l’intra est pourvu en bas-médium, ce qui ne donne pas l’impression d’espace sonore de certains intras, mais donne une certaine matière à la musique qui est vraiment agréable sur des styles plutôt modernes.

Globalement, la signature est plutôt chaleureuse, mais attention, nous ne sommes pas le moins du monde dans une philosophie de la chaleur « canapé au coin du feu » façon Sennheiser HD650 : l’intra est un petit bijou de dynamisme !

Comme dit précédemment, l’impact est excellent ; même si on est pas au niveau des Merlin de chez Unique Melody, ça cogne dans le bas du spectre, tout autant que le célèbre combo Pico Slim + ER4P (ceux qui ont testé peuvent confirmer la pêche de l’ensemble).

Le soundstage, gros point noir de l’intra, est assez contenu, et cela ne conviendra pas à tous les amateurs de musique classique notamment (en plus de l’impact). En revanche, aucun soucis sur des musiques électroniques (hors ambient s’entend). Du fait de ce soundstage, la séparation est plutôt bonne mais pas transcendante, on oublie rarement des instruments. Enfin, le niveau de détail est correct, voire bon ; on perçoit même les détails d’enregistrement. En revanche, la résolution n’est pas excellente, mais ça n’est pas la prétention d’un intra de cette technicité-là que de reproduire toute la tessiture et le détail d’un instrument. L’ensemble est finalement assez musical et donne envie de taper du pied lors des solos : que demande le peuple ? Les R02 sont de très bons intras sur de l’électro (je ne leur connais que peu de rivaux en dessous de la barre symbolique des 200 euro) et sont très agréables sur du rock et ses dérivés punchy (punk/rock notamment).

Les R04, un son aérien et détaillé.

Le principal atout des R04, c’est son soundstage : c’est vaste, profond et ample ; l’ensemble ne manque pas d’aération. On sent même un travail sur l’articulation de la scène sonore, bien que cela n’égale pas la qualité de certains intras plus haut de gamme comme les Heir Audio 4ai (qui furent un temps champions de la largeur de scène sur tellement nomade, ils sont ceci dit trois fois plus cher, c’est dire si le travail sur l’espace est appréciable sur les R04). Du fait de ce grand espace, les détails sont réellement audibles, la séparation est bien acquise sur cet intra (sans tomber dans l’écueil du son chirurgical des Etymotic ER4P) ; la résolution quant à elle est travaillée, et la tessiture et le relief des instruments d’un morceau sont globalement bien retranscrits.

Les basses des R04 présentent tout comme chez son petit frère un bel impact, mais manquent de texture (c’est là le principal défaut des R04). Sèches et rapides, elles ne sont pas accompagnées d’un bas-médium chargé (ce qui contribue à l’impression d’espace sonore et rend l’ensemble moins endiablé que les R02, mais plus rigoureux). Les médiums sont très bien réalisés, car ils sont de belle facture : détaillés et naturels, ni trop froids ni trop chauds, texturés et surtout légers, ils sont la force de l’intra (bien qu’il ne soit pas mid-centric). Enfin, les aigus sont tout aussi magnifiques, ils filent très haut et se montrent parfaitement contrôlés, naturels (mais sans emphase aucune contrairement à nombre d’autres intras où souvent le haut médium et les aigus sont boostés pour rajouter du détail mais nuisent au naturel de l’écoute). A noter que les R04 se marient bien avec des baladeurs chaleureux, pour densifier le bas du spectre (et éviter que les aigus ne sonnent métalliques). Avec un pico slim par exemple, les aigus seront agressifs mais l’impact et le soundstage seront magnifiés.

Concrètement, les R04 délivrent une prestation très détaillée, aérienne et ample, très cohérente (je m’attendais plus à entendre ça sur des driver BA que sur des drivers dynamique) qui, même si la texture et les mid-basse pourront manquer pour certains, se révèlera très à l’aise sur les grands ensembles (classique) et les musiques électroniques (sur de l’ambient je conseille mille fois ces intras qui jouent très bien leur rôle de tueur dans la catégorie des moins de 200€).

En conclusion…

Visang nous sort donc avec ses R02 une paire de très bonne facture, musicale et enjouée, bien construite – bien qu’on puisse lui reprocher un corps d’intra partiellement en plastique qui ne donne pas entièrement confiance ; somme toute c’est un bon investissement à prix contenu pour les audiophiles ! Et porteur d’un réel plaisir d’écoute, même pour des propriétaires de solutions plus onéreuses !

Leur grand frère quant à lui est un intra qualitativement au dessus encore (id est que les qualités techniques le placent au dessus de son confrère, mais qu’il ne s’agit pas de la même philosophie d’écoute, et que donc vous pouvez aimer l’un sans aimer l’autre), vaste et particulièrement détaillé, qui saura ravir les amateurs de musiques bien enregistrées (il est relativement sensible), qu’elles soient calmes ou non (l’impact aidant).

Deux bons intras à classer dans le top de leurs catégories somme toute ! Merci beaucoup à Audiophonics pour le prêt de ces intras très sympathiques !

Photos : site d'audiophonics

Lire la suite