Voilà un produit qui aura marqué l’année 2014. Véritable couteau suisse audio assurant les fonctions de DAC et d’ampli casque, le Chord Hugo a en effet attisé les passions : critiques dithyrambiques, utilisateurs conquis et bien sûr critiques acerbes ici ou là… Du coup, on a toujours dans ces cas-là très envie de se faire […]

[Feedback] Chord Hugo

Voilà un produit qui aura marqué l’année 2014. Véritable couteau suisse audio assurant les fonctions de DAC et d’ampli casque, le Chord Hugo a en effet attisé les passions : critiques dithyrambiques, utilisateurs conquis et bien sûr critiques acerbes ici ou là… Du coup, on a toujours dans ces cas-là très envie de se faire une opinion par soi-même et donc de vérifier si le ramage est bien conforme au plumage, ainsi qu’à son tarif élevé (1690€)…

 


Préambule

On ne remerciera jamais assez Gilles Vekeman, le boss de L’Exception Musicale et Distributeur Chord pour la France et la Belgique, qui nous a fait confiance en nous prêtant ce Hugo.

 

 

Trois semaines ne m’auront pas suffi pour faire un tour complet de la bestiole et c’est donc un retour d’impressions que je livre ici plus qu’un test en bonne et due forme. Heureusement, d’autres oreilles aguerries ont pu m’aider dans cette démarche et le feedback que vous vous apprêtez à lire se révèle donc être un résumé de plusieurs points de vue.

 

IMG_3917

 

Déballage et packaging

Le Hugo est livré dans un emballage tout ce qu’il y a de plus normal, sans luxe ostentatoire. La compacité de l’ensemble est frappante. À l’ouverture de la boite, on découvre un ensemble complet avec le DAC/amp et les accessoires de base qui lui permettent de fonctionner : câbles USB et optique, alimentation pour le recharger, etc.. On bénéficie aussi d’un mode d’emploi très complet et très clair… dont on va s’apercevoir un peu plus tard qu’il est en outre très utile.

Le Chord Hugo en lui-même est assez lourd et imposant pour un appareil « nomade ». C’est plus grand, plus large et plus lourd que n’importe quel DAP de ma connaissance et la comparaison avec un iPod Nano donne une bonne idée du gabarit de la bête.

Hugo_3

Assez logiquement, cet appareil sera avant tout destiné à un usage « transportable » en association par exemple avec  un PC ; un usage purement nomade serait à mon sens plus problématique. En tout état de cause, le Hugo se pose sur un bureau et reste bien stable grâce à ses patins caoutchouc.

L’esthétique du Chord Hugo est… spéciale. Dans un marché dominé par le noir et l’argenté, par les esthétiques sobres et classieuses, le Hugo dénote avec ses leds lumineuses, ou encore sa molette de volume changeant de couleur… Disons-le clairement : ce truc ressemble à jouet clignotant pour enfant en bas âge. À titre personnel j’avoue que cela ne m’a jamais gêné, mais j’ai déjà un ampli bleu schtroumpf.

Plus sérieusement, le Hugo semble bien construit et solide en main. Qu’on aime ou pas le look de la bête est une affaire personnelle et de toute manière les performances n’en seront pas affectées.

 

Ergonomie générale

Avant de mettre en écoute le matériel, il s’agit de le brancher. On jette tout d’abord un œil sur la connectique et on découvre une foultitude de possibilités. On repère assez facilement les sorties RCA blanches et rouges, les deux sorties en Jack 3,5mm et celle en 6,35mm. Jusque-là tout va bien.

Hugo_4

On remarque ensuite les entrées numériques, coaxiales et toslink, permettant de connecter le DAC à une source externe. Enfin, on note l’existence de deux prises micro USB, d’un mini switch en plastique et de deux autres boutons minuscules. Une entrée USB, on voit à quoi ça sert, mais deux entrées USB ? Et sinon à quoi servent les deux autres « trucs » ? Aucune indication ne vient aider sur le corps de la bête.

Hugo_5

On ne se laisse pas impressionner et on fait comme d’habitude avec n’importe quel DAC/amp du marché : on branche. En général, les quelques options se découvrent vite sans avoir à se creuser la tête. Bref, on essaye d’allumer le Hugo…

«  Bon il est allumé ou pas ? J’en sais rien. On va le brancher et le charger pour voir. On réessaye d’allumer le Hugo. Tiens ça ne marche pas ? Ok, je change de port usb pour voir… Ah ça y est ! Y’a un truc qui s’éclaire là. C’est bon. Mettons le son ? Pas de son ! Essayons voir le switch ? Ah non , ça l’éteint ! Et le micro bouton là ? Ah ben les leds changent de couleur mais ça ne fait toujours pas de son. Et l’autre bouton ? Toujours rien. Ah si p….. mais c’est trop fort dans le casque… baissons le son… Euhh il est où le volume ? Appuyons sur ce truc mauve là ? Rien. C’est p’têt tactile ? Ah non ça tourne je crois ! Oulah le volume augmente là, faut tourner dans l’autre sens. Ah ça change de couleur c’est rigolo ! Ok, le son est moins fort… »

Je vous exagère à peine ma première rencontre avec le Hugo. On se retrouve donc rapidement à dégainer la notice très bien faite du DAC/amp pour comprendre comment il fonctionne. Sans cette notice, point de salut, le fonctionnement de l’engin n’étant absolument pas intuitif.

Après quelques jours et l’aide précieuse de ladite notice, on comprend qu’un port USB est destiné au flux PCM, l’autre à un flux DSD, que le mini switch est le bouton ON/OFF, qu’un des deux micro-boutons permet de sélectionner la source et que l’autre active différent niveau de crossfeed (mélangeur de canaux D/G dont on reparlera plus tard). Différentes LEDS changent de couleur pour indiquer quelle entrée numérique est sélectionnée ou quel niveau de crossfeed est enclenché. Une LED sert à savoir si l’engin est chargé ou pas. Le bouton de volume change de couleur selon le niveau. Il faut enfin noter qu’on peut fixer le volume de sortie (et donc rendre inopérant le réglage de volume intégré), ce qui transforme le Chord en DAC pur.

Je n’ai pas réussi à mémoriser les correspondances entre les couleurs des LED ou du bouton de volume et les différentes informations attenantes donc j’ai passé pas mal de temps à tâtonner durant mes essais. Sincèrement j’ai rarement rencontré un produit aussi peu intuitif en audio et les têtes ahuries d’autres essayeurs m’ont rassuré : je ne suis pas le seul à avoir eu des difficultés.

Au-delà de l’ergonomie, revenons à la connectique offerte par le Hugo. Elle est très riche, tant en entrées numériques qu’en sorties analogiques. L’appareil ne propose en revanche pas d’entrée analogique.

Le gros problème ici, c’est que les deux entrées USB et les 2 sorties casques en 3,5mm sont en retrait (recessed)… et assez nettement encore. Et il est où le problème me direz-vous ? Ben pas mal d’écouteurs intra-auriculaires disposent de Jacks coudés qui sont impossibles à utiliser avec les sorties 3,5mm du Hugo du coup. Idem pour les câbles USB : il faut faire attention à ce que le connecteur ne soit pas enveloppé d’un plastique trop épais.

Autant la problématique des câbles USB n’est pas bien gênante, autant l’impossibilité d’utiliser certains jack 3,5 sur le Hugo est vraiment ridicule. Il faut prévoir systématiquement un adaptateur 3,5 vers 6,35 pour certains jacks.

En résumé, c’est beau (si on aime le style de l’engin), c’est riche en fonctionnalités mais en termes d’ergonomie et d’intuitivité, on frise le carton rouge. Apprentissage et précautions obligatoires.

 

Un peu de technique

Avant de passer à l’écoute du Chord Hugo, il faut quand même avoir en tête son principe de fonctionnement.

Classiquement un DAC/AMP de ce genre contient plusieurs « étages » : une interface d’entrée accueillant les flux numériques via USB ou autres entrées numériques, un DAC qui effectue la conversion du signal numérique en signal analogique, un étage de conversion qui transforme le signal qui sort du DAC en quelque chose d’exploitable par un amplificateur et, enfin, ledit amplificateur. On peut aussi ajouter à la sauce un dispositif de filtrage permettant d’améliorer la qualité du signal qui sort du DAC.

Le Chord Hugo repose sur une solution technique spécifique et utilise une puce qui prend en charge plusieurs de ces étapes ! Il s’agit de la puce FPGA Xilinx Spartan 6, entièrement programmable. Seules les entrées USB sont gérées par une puce distincte. Sur le papier, ce choix technique permet de minimiser pas mal de difficultés : distorsion, jitter, bruit de fond par exemple. Dès lors, ce dispositif ressemble fort à l’arme absolue garantissant des résultats d’écoute hors du commun.

Cicuit_face_1-2

À cette puce est adjoint un étage d’amplification qui alimente à la fois les sorties casques et RCA. Du coup, le Hugo ne propose pas d’utilisation en tant qu’ampli avec un autre DAC. En pratique, qu’on utilise le Hugo en tant que DAC via ses sorties RCA et en fixant le volume de sortie ou qu’on utilise les sorties casque avec un volume variable, le même signal est mobilisé. Le niveau de sortie en mode DAC est fixé à 3 VRMS ; ce qui est plus élevé que la norme (2 VRMS).

 

À l’écoute 

Durant notre période d’essai, j’ai pu recueillir d’autres impressions que les miennes lors d’un meeting et ai pu tester le Hugo dans diverses circonstances et avec différentes associations.

En tant que combiné DAC/amp, il a principalement été essayé avec un Sennheiser HD800, un Audeze LCD3F ( Fazor édition), un Kef M500 et des écouteurs intra-auriculaires Shure SE215. En tant que DAC pur, le Hugo a été associé à un ensemble Eddie Current 445 / Audeze LCD3F, un ensemble DNA Sonett 2 / HD800, ainsi qu’un ensemble Stax SRM727 / Stax SR007 mkII.

Nous sommes tous tombés d’accord sur les quelques constats qui vont suivre.

Globalement le Chord Hugo est orienté s, avec un aigu qui saute immédiatement aux oreilles, qu’on l’utilise en DAC pur ou en DAC/amp. Le niveau de séparation et de détourage des instruments est véritablement excellent et un lecteur d’entrée – voire milieu – de gamme comme un FIIO X3 est totalement dominé. Pour autant, le focus sur l’aigu met aussi en exergue la piètre qualité de celui-ci. Quelle que soit l’association testée – et donc y compris avec les ensembles les plus sombres et tolérants –, l’aigu du Hugo agresse l’oreille. C’est bien sûr moins sensible lorsque le Chord est associé à un amplificateur de qualité, mais l’impression générale d’aigu abrasif demeure. Le reste de la signature ne montre pas de défauts ou de qualités particulières. Peut-être un petit surplus de graves se fait-il néanmoins sentir. De manière générale, le son manque de texture, surtout quand on a l’habitude des DACs R2R, qui offrent beaucoup de matière et un rendu analogique. On reste clairement sur un son typé « Delta/Sigma ».

Du point de vue de la scène sonore, la présentation est large mais on note immédiatement une latéralisation excessive, surtout en regard de la profondeur qui, insuffisante, nuit à la bonne visualisation de l’étagement des plans. Là encore, c’est moins sensible si l’on associe au Hugo de bons amplificateurs sédentaires, mais la sensation reste tout de même présente. Avec le HD800 branché directement sur la sortie casque du Hugo, on note un effet de trou au milieu du soundstage , un manque de focus. En résumé : on a là tous les stigmates d’une association ratée.

Il ne fait aucun doute dans notre esprit que le Chord Hugo seul ne permet pas de tirer le meilleur de casques comme le HD800 ou le LCD3F. Cela semble logique sur le papier, compte tenu de la vocation transportable de ce produit, mais nombre de revues dans la presse ou sur les forums spécialisés laissent à penser que le Chord Hugo était au niveau des meilleurs systèmes sédentaires.

Ce n’est définitivement pas notre opinion et vous aurez donc compris notre déception sur ce point.

En tant que DAC, le Chord n’est pas totalement mauvais dans l’absolu, surtout grâce à un excellent niveau de détail et de dynamique. Au premier branchement, on peut même dire qu’il impressionne. D’ailleurs, il impressionne tellement qu’on se demande si la musique ne sonne pas plus fort… Et en fait c’est le cas. En général, et à quelques exceptions près, les DACs du marché sortent 2 VRMS sur leurs sorties RCA. Le Hugo en mode DAC sort 3 VRMS (contrairement à ce qu’indique le mode d’emploi d’ailleurs)… Du coup, si on ne touche pas au volume sur l’ampli quand on passe d’un autre DAC au Hugo, tout semble sonner plus vivant mais c’est juste parce que le volume est un tout petit peu plus fort. Après égalisation des volumes, l’enchantement disparaît assez naturellement et l’on retrouve rapidement les défauts sus mentionnés : aigus piquants, latéralisation excessive, son manquant d’épaisseur et de texture.

Très sincèrement, il existe de nombreuses options alternatives à conseiller, à des tarifs nettement inférieurs. Pour les 1700€ demandés, on peut même facilement acheter un DAC sédentaire de très grande qualité plus un baladeur ou un DAC/ampli haut de gamme.

 

Conclusion

Vous aurez compris que notre constat est sévère. Il est à la mesure de l’engouement démesuré qu’a suscité ce produit. Si l’on essaye d’être un tant soit peu objectif, on se doit d’admettre que le Hugo a été mesuré à l’aune de systèmes sédentaires d’un tarif équivalent ou supérieur. Et à ce petit jeu, malgré ce qui peut s’en dire ici ou là, le Hugo est perdant à 100 %.

Par contre, si l’on prend le produit pour ce qu’il est, à savoir un DAC/amp nomade/transportable, on peut se permettre davantage de magnanimité et le Chord Hugo devient alors un peu plus recommandable. J’avoue que j’aurais aimé le comparer de manière approfondie à d’autres solutions nomades/transportables de gamme équivalente ou inférieure : Resonessence Labs Concero HP, Cypherlabs Theorem 720, Centrance M8 par exemple ou même des DAP haut de gamme comme les Astrell & Kern ou le haut de gamme Hifiman. On aurait alors une idée plus précise et juste du positionnement qualitatif de l’engin.

À vue de nez, et si l’on fait abstraction des problèmes d’ergonomie et d’aigu agressif, on peut penser que l’association avec des écouteurs intra-auriculaires de qualité et/ou des casques faciles à alimenter montrerait peut-être le Chord Hugo sous un meilleur jour.

Ne prenez donc pas ces impressions pour un test en bonne et due forme et essayez par vous-même ; faites-vous votre propre opinion si vous en avez l’occasion.

De notre côté, il faut avouer que l’on n’a pas trouvé l’envie de passer outre certains défauts, à notre sens , pour approfondir un sujet qui l’aurait pourtant sûrement mérité.

 

Hugo_2

8 réponses à “[Feedback] Chord Hugo

  1. Très très instructif avec la pointe d’humour qui te caractérise, Sorrodje, dans le préambule . Article que j’ai aimé décortiquer tant tout ce qui se dit sur ce produit est intriguant. Merci pour la belle contribution.

  2. Ah merci pour cette présentation très enrichissante ! comme quoi ce n’est pas parce que l’on est différent et encensé par quelques papes qu’on est meilleur!

    1. Comme les autres papes, c’est un avis comme un autre, ni plus, ni mon. C’est l’accumulation d’avis indépendants qui peut donner une tendance.

    2. C’est un autre avis de pape ici aussi, ni plus ni moins … une voix discordante ne fait pas non plus la vérité !

  3. Je ne post que très rarement mais amusé par la review, je ne peux qu’abonder dans le sens du testeur pour avoir essayé le bidule à de nombreuses occasions …

    Je trouve même le feedback plutôt sympathique au regard du délire de la marque en terme de rapport qualité prix …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

:D :-) :( :o 8O :? 8) :lol: :x :P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: :wink: :!: :?: :idea: :arrow: :| :mrgreen: