La semaine dernière, nous vous invitions à découvrir le Paw 5000, petit dernier de Lotoo situé dans le milieu de gamme. Voici maintenant venue l’heure de se pencher sur l’aîné, le Paw Gold, vaisseau-amiral de la marque… Le meilleur pour la fin ? Comme le précédent, cet article fait suite à un prêt que nous ont […]

[Feedback] Lotoo Paw Gold

La semaine dernière, nous vous invitions à découvrir le Paw 5000, petit dernier de Lotoo situé dans le milieu de gamme. Voici maintenant venue l’heure de se pencher sur l’aîné, le Paw Gold, vaisseau-amiral de la marque… Le meilleur pour la fin ?

Comme le précédent, cet article fait suite à un prêt que nous ont consenti la marque et, en particulier, son directeur, M. Xiao Qi. Nous l’en remercions de nouveau vivement, tout en vous certifiant que l’indépendance qui caractérise TN a été, comme toujours, préservée.

Attention : les photos qui vont suivre risquent de choquer les plus fragiles d’entre vous…

Présentation

Le packaging du Lotoo Paw Gold (ci-après Gold ou LPG) offre dès l’ouverture de la boite un aspect haut de gamme.

Lotoo Paw Gold - Boite 2

Celle-ci se divise en trois niveaux que vous faites coulisser pour découvrir, sur le premier, l’appareil en lui-même, en dessous une housse de transport légère avec le manuel d’utilisation ainsi qu’une carte de garantie, et, en troisième lieu, le câble secteur avec tous les adaptateurs et le câble USB ; une présentation à la fois agréable et originale.

Lotoo Paw Gold - format

Comme un pied de nez au design ultra raffiné des Astell&Kern, Le LPG donne plutôt l’impression de venir du monde professionnel ou de sortir tout droit des années 80. Sa forme cubique, tout comme les matériaux employés, ne flattent guère le regard, même si la touche dorée apposée sur la molette du volume et du bouton central vient égayer une apparence un peu terne.

Si le design est peu travaillé, la finition est en revanche soignée. Le LPG est propre, bien assemblé pèse son poids (280 grammes) : à une fois en mains, il rassure par sa solidité.

Ses dimensions, enfin, sont assez contenues (c’est d’ailleurs surprenant de le découvrir si petit, surtout après avoir manipulé un HM901.) et il tient parfaitement en main malgré son épaisseur.

Le tour du propriétaire

Lotoo Paw Gold - Face

Sur sa face avant, le lecteur propose un écran de taille plutôt réduite et, en dessous, cinq boutons de menu placés en L inversé qui entourent un bouton central doré en forme de rosace.

La similitude esthétique avec son petit frère 5000 est évidente… à une exception près : la molette dorée ne tourne pas. Elle permet uniquement d’avoir accès à quatre fonctions disposées aux quatre points cardinaux de la rosace, son bouton central servant à confirmer les sélections.

Lotoo Paw Gold - Haut

Sur la tranche supérieure, vous disposez d’une prise casque en jack 3.5 mm, de la line out, d’un interrupteur de changement de gain et d’un switch de verrouillage. La molette de volume se trouve également sur cette partie et elle se révèle très pratique à l’usage. Sur la tranche inférieure, vous trouvez le slot SD – et non micro-SD – protégé par son cache en silicone bien pratique.

Lotoo Paw Gold - Tranche

Sur le côté gauche sont placés le connecteur pour recharger votre appareil (uniquement sur secteur avec un transfo dédié) ainsi qu’une connexion USB 3. Concernant le type de recharge, il s’agit d’un des points négatifs de l’appareil car il oblige à emporter le dispositif de recharge mural avec soi en voyage.

L’intérieur de la bête

Le LPG utilise, pour la partie dac, la puce PCM1792 bien connue des audiophiles et, pour la partie amplification, un LME 49600 permettant de délivrer suffisamment de puissance pour alimenter une grande variété de casques. Le processeur est un ADI BLACKFIN 514 DSP : le LPG peut ainsi lire en natif les fichiers DSD sous les formats dsf, dff et iso, ainsi que tous les autres formats usuels (flac, alac, aac, wav, etc.).

Il est par ailleurs équipé d’une batterie assurant plus de 11 heures d’autonomie. Enfin, il sera possible de lui faire avaler jusqu’à 2 To de données… lorsqu’existeront des cartes SD de cette taille.

L’utilisation

Si vous avez déjà lu l’article consacré à son petit frère Paw 5000 dans nos colonnes, vous ne serez pas dépaysés avec le LPG, qui présente une ergonomie très semblable. Néanmoins, pour les nouveaux lecteurs, nous allons résumer rapidement son système de navigation.

Lotoo Paw Gold - Allumé

Le gold propose une utilisation sans écran tactile, toutes les commandes s’effectuant directement avec les six touches physiques et la rosace en face avant, celle-ci permettant d’activer les fonctions « play », « forward », « rewind » et « stop ». Au centre de cette rosace dorée, nous l’avons dit, se trouve le bouton de sélection.

Pour allumer l’appareil, il vous faudra maintenir appuyé pendant environ deux secondes le bouton doré situé en bas à droite. La mise en route est extrêmement rapide et devrait satisfaire les plus impatients d’entre vous. Aucun scan ou mise à jour de votre bibliothèque ne sera nécessaire, la navigation s’effectuant par dossiers tels qu’enregistrés sur votre carte mémoire. Cette opération effectuée, vous aurez accès à un menu de présentation relativement austère mais complet qui regroupe toutes les informations nécessaires telles que : le type de fichier, le mode de lecture, l’autonomie résiduelle de la batterie, etc.

Pour sélectionner vos morceaux, il faudra cliquer sur le bouton file. Vous accéderez ensuite à une présentation de type « lecture par fichier » tel qu’enregistrée sur votre carte SD (ce qui impose de bien organiser le contenu de cette dernière). Pour naviguer et choisir vos morceaux, vous devrez utiliser les boutons haut et bas (nord et sud) de la rosace. Un clic sur le petit bouton central vous donnera ensuite accès au fichier ; un deuxième clic sur ce même bouton et la lecture sera lancée. Pour changer d’artiste ou d’album, il conviendra de procéder de la même manière.

Les playlists, quant à elles, peuvent être créées par l’appareil en appuyant longuement sur le bouton « forward » lors d’une écoute d’un morceau. Vous aurez alors la possibilité de placer celui-ci dans une des trois playlists disponibles.

L’onglet menu est affichable via le bouton « set up » et ouvre sur un sous-menu composé des items « play settings », « system settings » et « custom settings ».

Un bouton différent appelé ATE/PMEQ donnera lui accès à un menu très complet de paramétrage audio, qui vous permettra de moduler le rendu sonore de votre appareil. Il s’agit du même système que sur le Paw 5000.

Lotoo Paw Gold - courbe

Au niveau des options d’affichage, vous avez la possibilité de faire apparaître deux autres écrans, l’un représentant la courbe de fréquences et l’autre la pochette de l’album. Pour ce faire, il conviendra d’effectuer un appui long sur le bouton central de la rosace.

Lotoo Paw Gold - pochette

Vous constaterez à cette occasion que le rendu de l’écran est plutôt jaunâtre au niveau des blancs et qu’il a tendance à scintiller. Ce petit défaut n’est pas spécialement dérangeant puisque l’on ne passe pas son temps à contempler son écran mais plutôt à écouter sa musique (enfin, je parle pour moi).

L’appareil dispose en plus d’un bouton « hold » – qui bloque toutes les touches de l’appareil – et d’une veille automatique. Au bout de quelques secondes, l’affichage de l’écran s’éteint et les commandes manuelles deviennent inopérantes. Seul le bouton de volume reste utilisable et, pour reprendre la main, il suffit d’appuyer sur le bouton « power ».

Voilà : maintenant vous savez naviguer dans les Lotoo, que ce soit le Paw Gold ou le Paw 5000 ! C’est simple au possible et, surtout, l’auto-scan à l’allumage vous est épargné : en deux secondes tout est prêt. Pour l’extinction, même chose : le bouton power maintenu appuyé. Je n’ai pas eu de besoin de lire le manuel pour naviguer dans les menus, même si j’ai dû l’expliquer à pas mal de forumeurs qui ne doivent pas être habitués à des baladeurs ergonomiquement rudimentaires comme celui-ci.

Mais le plus agréable, dans tout cela, c’est vraiment la taille contenue du Gold, surtout au regard de la puissance qu’il possède.

Par ailleurs il propose également une line out que j’ai pu notamment tester avec l’ampli Alo RX IEM. J’ai trouvé cette sortie ligne particulièrement neutre et conçue pour laisser s’exprimer une amplification externe. Il s’agit du meilleur rendu au niveau association que j’ai pu essayer (meilleur qu’avec les lecteurs Shanling ou FiiO). La sortie ligne m’a semblé également plus transparente que celle proposée par son petit frère, le Paw 5000. Une très belle réussite, vraiment et, même si pour beaucoup vous ne l’utiliserez pas en nomade, essayez-la tout de même à l’occasion avec un ampli portable haut de gamme.

Qualité sonore

Comme le PAW 5000 précédemment, le Gold est passé entre plusieurs mains expertes, dont celles d’un camarade familier des lecteurs haut de gamme – j’ai nommé Sausalito – qui a pu le tester et le confronter aux Hifiman HM-901 et HM-901S.

De mon côté, c’est également le HM-901S mais aussi le Cowon Plenue 1 qui m’ont servi de points de comparaison pendant mes (longues) sessions d’écoute avec les intras Oriolus.

Lotoo Paw Gold - Et Auriolus

Autant vous le dire de suite : j’ai immédiatement été conquis par le rendu de ce Lotoo Paw Gold. J’ai d’ailleurs eu du mal à le restituer… mais c’est une autre histoire.

Signature sonore

Le Gold propose un rendu à la fois neutre et détaillé ; parmi les plus neutres d’ailleurs qu’il m’ait été donné d’entendre.

Mais attention, neutre ici ne veut pas dire ennuyeux, bien au contraire : il arrive à allier un rendu résolvant, offrant pas mal de détails avec un côté plutôt doux. Le gold n’est jamais agressif et n’offre pas le grain d’autres lecteurs.

Il offre un côté très immersif et non contemplatif qui se retrouve plutôt du côté des AK de deuxième génération.

Ses qualités résident dans son approche, dans sa façon de restituer la musique. De nombreux lecteurs très haut de gamme optent pour un rendu de plus en plus précis avec des soundstages larges ; le Gold préfère lui appuyer sur la profondeur et l’étagement des plans au détriment peut être des détails. Il est particulièrement impressionnant sur des musiques électroniques et un peu plus complexes.

Basses

Pour certains – voire pour beaucoup –, il s’agit de l’un des points les plus importants, surtout lorsqu’on qualifie le lecteur de neutre. Certains ont en effet peur des lecteurs dits analytiques.

Avec le gold, les basses sont traitées sans exagération, sans emphase particulière mais avec un grand respect.

Elles offrent un rendu plutôt sec se mariant très bien avec des casques ou intras un peu généreux en bas comme les Oriolus. Très rapide, la jonction avec les médiums est une vraie réussite offrant beaucoup d’impact dans les mids basses, sans trainer de trop.

Dans cette partie du spectre, le gold m’a offert le meilleur rendu de tous les lecteurs sur l’album de Jamie X (grande articulation dans les basses, un vrai régal). Il m’a fait apprécier cet album que j’avais trouvé quelconque notamment avec le Plenue 1.

Avec le gold, les basses deviennent ce qu’elles doivent être à savoir le moteur de ce type de morceau.

Médiums

Le gold allie ici un rendu très détaillé, particulièrement résolvant, mais en aucun cas sec ou fade. Les voix sont restituées d’une très belle manière. Je dirais qu’il s’agit, avec le HM901s, des meilleurs rendus de voix qu’il m’a été proposés d’entendre.

Le Hifiman propose un rendu un peu plus organique ce qui n’est pas pour déplaire. A contrario un Questyle offre, lui, des médiums plus analytiques, un brin plus secs que le gold.

Une belle réussite, car il arrive à traiter les voix sans coloration notable, en les détourant, bien aidé par la qualité de ses aigus.

Aigus

Etant désigné comme un baladeur offrant un son de référence, ces derniers se devaient de proposer de belles extensions tout en limitant les agressions.

Eh bien le contrat est rempli. Les aigus sont bien étendus, particulièrement aérés, mais jamais fatiguants.

Maintenant changeons de testeur et découvrons ce que notre ami Sausalito (utilisateur de K10) a pensé de ce gold.


L’avis de Sausalito

NDLR : Je tiens à préciser que nous avons rédigé nos impressions séparément et que je ne les ai lues que lors de leur insertion au sein de ce retour.

Scène Sonore

Bien que la scène sonore du Paw Gold manque d’ampleur en largeur et hauteur, elle est remarquable par sa profondeur, par la précision du placement des instruments et des voix. Le Paw Gold offre de plus une grande résolution et une grande transparence.

Signature et généralités

Le Paw Gold s’avère équilibré, avec toutefois des sub basses manquant de présence, chaque partie du spectre offre un son assez sec, détouré ; la dynamique est excellente, les timbres sont d’un grand réalisme. La puissance est au rendez-vous, ce DAP donne toujours l’impression d’une grande disponibilité en étant capable de driver de nombreux casques.

Graves

Les graves ont un grand impact et sont très rapides mais manquent un peu de corps, ce qui tend à donner un aspect un peu aride à la musique.

Médiums

Les médiums sont quasiment parfaits : détourage, grande précision qui permet de percevoir les moindres nuances d’une voix ou d’une guitare. Leur restitution est analytique et intimiste à la fois.

Aigus

Les aigus ont une grande extension. Ils sont clairs, aérés mais avec une sécheresse audible avec certains intras (on peut percevoir alors une légère sibilance).

Conclusion

Le Paw Gold est d’une grande qualité, il sera le compagnon de ceux qui aiment une restitution plutôt analytique et tonique. Les autres pourront regretter un manque de corps et une trop grande aridité qui ne rendent pas toujours justice à la subtilité de certaines musiques et notamment la restitution des harmoniques.

 

Comparaison avec d’autres lecteurs

Afin de vous donner une meilleure idée de ce que peut offrir le gold, nous allons évoquer quelques comparaisons, avec notamment les lecteurs qui me sont passés entre les oreilles pendant la période de prêt.

Versus Cowon Plenue 1

En matière d’UI, les deux sont à l’opposé : l’un propose un lecteur très propre et parfaitement réalisé incluant un écran entièrement tactile, alors que l’autre  propose un lecteur d’un autre âge avec uniquement des commandes manuelles.

Quant au son, le Plenue 1 sans equaliseur propose un rendu plus sombre, beaucoup plus fourni dans le bas du spectre tout en offrant une bonne dynamique et un niveau de détails assez important.

Néanmoins, le gold offre un meilleur détourage, un niveau de détails beaucoup plus élevé surtout au niveau des voix dont le rendu est plus live. Niveau aération, ici aussi le gold offre un meilleur rendu comparé au Plenue 1, dont le soundstage, plus restreint, sonne davantage intimiste.

Au niveau de l’aération, les aigus du gold montant plus haut, il est devant car rendant la musique plus vivante et moins « étouffée ».

Le Plenue 1 offre un son organique charnu alors que le gold lui propose un rendu plus live.

Versus Hifiman 901S

En matière d’UI et de présentation, les deux lecteurs boxent dans la même catégorie, même si le Hifiman est plus volumineux. L’autonomie du gold l’emporte haut la main.

Les différences se perçoivent à nouveau au niveau de l’approche et du rendu. Le Hifiman 901S offre une plus grande assise dans les basses, à la fois plus présentes et de très bonne qualité. Les voix apparaissent également plus charnues plus texturées. Au niveau du soundstage, le Hifiman s’étire plus, offrant ainsi davantage d’espace ; permettant de l’emporter au niveau des détails, plus facilement perceptibles.

J’ai trouvé le Hifiman moins « sec » que le gold, notamment au niveau du traitement des voix, mais le gold est meilleur dans le traitement de la profondeur. Après, tout est une question d’appairage, le gold s’entendant par exemple particulièrement bien avec les Oriolus (ces derniers offrant un très bel espace sonore qui est parfaitement mis en valeur avec le Lotoo).

Versus Questyle QP1R

La comparaison a été plus brève mais du peu que j’ai écouté, je dirais que le gold est à nouveau plus neutre que le Questyle, qui propose des basses plus présentes – notamment dans leur impact.

Le Questyle délivre un son plus dynamique, moins calme que le gold.

Au niveau du soundstage, le Questyle propose un rendu aussi profond que le gold (ce qui n’est pas facile) et le dépasse au niveau de la largeur. L’espace sonore paraît énorme : trop peut-être pour certains d’ailleurs.

Au niveau des voix, je placerais le gold devant, notamment parce qu’il offre un rendu plus naturel, plus doux, le Questyle ayant tendance à légèrement les creuser.

De nouveau, la comparaison n’est pas aisée entre les deux lecteurs, et tout comme le HM901S, le choix sera certainement une question de préférence.

Conclusion

Il s’agit parfois de la partie lue en premier par les lecteurs pressés et qui s’interrogent sur les qualités de ce lecteur. Mérite-t-il son prix ? Difficile question, surtout après avoir vu les photos de la bête.

D’après son site, Lotoo voulait proposer un lecteur portable de référence (portable reference audio player). Son prix élevé (autour des 1800 euros lors de sa sortie) le plaçait effectivement dans les lecteurs très haut de gamme, catégorie ouverte par les AK. Mais ici, le gold ne mise ni sur son look, ni sur son UI, sans oublier qu’il ne propose rien d’autre que la lecture de votre musique sur votre carte SD (pas de streaming, ni de grand écran tactile). Malgré tout, un essai suffira certainement pour vous convaincre de ses très grandes qualités sonores.

Il offre ainsi un son particulièrement bien équilibré, avec un très grand sens du placement et, en cela, il devient clairement un lecteur de référence. Cerise sur le gâteau, il propose une autonomie supérieure à celle de ses concurrents (de plus de 4 heures par rapport à un QP1R par exemple).

Au final, moins charmeur aux premiers abords qu’un AK240, le gold finira par vous séduire juste en branchant vos écouteurs dessus. On oublie alors son design d’un autre âge, son UI simpliste et on se laisse transporter – bercer ? – par la musique. Et il s’agit bien du principal non ? Posez donc la question à toutes les personnes qui ont pu le tester. À titre personnel, j’ai longtemps hésité à le rendre.

6 réponses à “[Feedback] Lotoo Paw Gold

  1. Merci pour cet article et vos impressions !

    J’ai eu l’occasion de le tester à la CanJam de Londres, j’ai été immédiatement séduit par le rendu. Un son plein, naturel , puissant capable de driver beaucoup de casque disponible sur le stand. Mais je fais parti d’un catégorie d’utilisateurs amoureux de l’ergonomie, à ce niveau de prix selon moi si le son est le principal l’ergonomie doit suivre. A ce niveau de prix impossible pour moi de ne pas avoir autant de plaisir à l’écouter qu’à le manipuler ! Mais d’autres se familiariseront sans problème , je pense à ceux qui arrivent à laisser filer un album sans changer de pistes ce n’est pas mon cas …

  2. Merci pour le feedback, il m’a l air bien ce player… faut que ja l’essaye vite..
    Il a le disign d’une brique et l’ui d’une console ssh mais moi ca ne me gene pas si le les critères sonores sont tels que décrit . juste une derniere question , est-il lourd ?

  3. Oui il est assez lourd. Le poids est indiqué dans le test (280 grammes).

    Et le rendu sonore est assez exceptionnel. Et il est assez contenu le gold.

    Merci pour les commentaires

  4. Bonjour,
    merci pour ce test. Savez-vous quels sites « sérieux » le proposent à la vente ? Merci d’avance.

  5. Bonjour.

    En tant que possesseur de cet appareil depuis plusieurs mois. Il offre aussi une fonctionnalité qui m’est aujourd’hui indispensable : son Égaliseur paramétrique à 5 bandes et 5 setup différents. Cela permet de corriger les petits défauts de nos casques et d’avoir différents setup selon les enregistrements. Je l’utilise pour adapter le niveau de l’aigu selon la qualité de l’enregistrement.

    Et sa puissance de sortie lui permet de driver un planar avec aisance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

:D :-) :( :o 8O :? 8) :lol: :x :P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: :wink: :!: :?: :idea: :arrow: :| :mrgreen: