1, 2, 3, 4, 5 ... 33

Message Le Grand Comparo de sausa 05 Nov 2017 13:05

Cher-es Téhéniens-nes
Voici enfin arrivée la possibilité de réaliser mon grand désir d'audiophile/mélomane un peu fou (juste un peu?, diront quelques âmes non charitables :mrgreen: )
Je m'apprête à faire un comparo avec une dizaine de Daps,une dizaine d'intras ,une dizaine de câbles et quelques embouts.
J'avais envie depuis longtemps de pouvoir comparer le matos que l'on peut voir dans les beaux meetings qui sont toujours trop loin pour moi pauvre provincial,j'avais surtout peu confiance en ma mémoire et je désirais pouvoir tester ce matos en même temps.Il aurait été impossible de faire une telle comparaison si je ne connaissais pas la grande majorité de ce matériel depuis un bout de temps,par chance c'est le cas!.
dans la suite de ce post je ferai la liste des daps,intras etc ,et vous pourrez me proposer quoi tester pour avoir une liste la plus variée possible de l'entrée de gamme au THDG,je vous parlerai du mode opératoire que je compte mettre en oeuvre,je ferai un petit lexique pour savoir exactement de quoi on parle ,je vous donnerai ma playlist, je vous proposerai les items qui feront l'objet d'une notation que ce soit pour l'ergonomie,l'interface et le son,et enfin j'y publierai mes retours et photos.
à très bientôt pour la suite en espérant que vous y prendrez à la fois du plaisir et quelques idées pour vos choix.

                                Image
           


                                                                         COMPARO
1  LE MATERIEL

Liste définitive des Lecteurs                                      et des Intras
1 FiiO X5 III                                                                                            1 Tia Fourté
2 HM 901s avec carte balanced                                                            2 Empire Ears Arthur
3 AR M2                                                                                                3 Audèze LCD i4
4 AK SP 1000                                                                                        4 Onkyo E 900M
5 AK 70 MK2                                                                                         5 Oriolus Mellianus
6 Onkyo DPX1                                                                                       6 Shure KSE 1500
7 AUNE M1S                                                                                          7 LZ Big Dipper 7BA
8 SONY NW WM 1Z                                                                               8 Inear Prophile 8
9 Cowon P2                                                                                           9 TZF King
10 Lotoo Paw Gold                                                                                10 FLC8
11 SHANLING M2S                                                                                
12 Sony NW A35                                                                               

Les câbles (en dehors des stocks bien sûr)                                      
1 Tralucent audio silver/Gold 2 pin 2.5 trrs                                              
2  Brimar audio supreme reference 2 pin 2.5 trrs
3  DM 27 2 pin 2.5 trrs
4 Beat Audio Signal MMCX 4.4 trrs
5 Sony Kimber 2 pin 4.4 trrs

Embouts
Ortofon
Symbio W
Comply
Spiral Dot

Quelques précisions en ce qui concerne le matériel
-J'ai essayé de faire en sorte que toute les gammes de prix soient présentes,mais j'ai bien conscience qu'il y a un déséquilibre envers ce qui est considéré à tort ou à raison comme HDG voire THDG (en tout cas pour le prix).J'assume ce choix,il correspond à cette croyance que l'on va enfin trouver un jour ou l'autre ce combo sur lequel on mettra une petite fortune mais qui sera "the end of the game",c'est un peu le choix du rêve.Il nous restera à voir si ce rêve n'est qu'un piège à gogos :mrgreen:
-Seuls les Intras universels seront testés,j'aurai bien voulu essayer quelques stars des ciem comme les EM 10 ou les SE5
mais vu les problèmes de revente,seule la quasi certitude de les garder longtemps en justifie l'acquisition.
De même j'aurai bien aimé mettre des écouteurs boutons,mais là c'est l'incapacité de les retenir à mon oreille qui m'en a dissuadé alors que par ailleurs mes conduits auditifs acceptent les plus grosses canules!
-je parlerai plus tard du mode opératoire du comparo,mais un mot en préambule:La seule vue de cette liste montre qu'il est impossible de tester toutes les combinaisons possibles Dap/Intras/Câbles/Embouts,il va de soi que l'utilisation des câbles se fera dans certains cas seulement,ne serait ce que parce que je suis toujours très réticent à changer plus de deux ou trois fois les câbles à connexion pin.J'essaierai les embouts uniquement pour les 5/6 combos qui me plairont le plus.

2  PLAYLIST

 La playlist est un mélange de chansons qui font mon quotidien depuis de longues années.J'y ai ajouté des titres d'électro qui ne font pas à priori partie de mon univers musical mais qui sont révélateurs de la qualité des daps et des intras,(et par ailleurs j'y ai trouvé un plaisir que je n'aurais pas soupçonné  :mrgreen: )
 La liste contient trente titres,mais seuls une dizaine ont été utilisés systématiquement,il aurait fallu un temps énorme pour écouter l'ensemble dans toutes les combinaisons Daps/Intras.Je donne pour cette dizaine de titres les raisons du choix et en donne le lien plus bas.

Dire Straits – On every street
   Comme beaucoup de titres de Dire Straits,"On every street" propose une ambiance dont on peut juger la qualité .         
  ,Par ailleurs la seconde partie du morceau (à 2'50) propose un remarquable crescendo dans la tension  musicale qui est
   rarement transcrit avec justesse et subtilité
Incubus - Pendulous Threads
   Titre avec beaucoup d'effets stéréophoniques et l'utilisation d'un ring modulator qui génère beaucoup d'harmoniques (en
   début et fin du morceau)
Periphery -  Erised
Floex - Nel Blu
Massive Attack - Unfinished Sympathy
   Que ce soit pour juger de la qualité des basses en intro,des percussions juste après (des cloches sauf erreur!) qui
   peuvent vite donner un bruit de casseroles ,de la voix de shara nelson rendue souvent de façon criarde et des superbes
   cordes!.
Coldplay-Viva la vida en live
   c'est une des choses les plus difficiles que de retranscrire l'atmosphère d'un concert.La première minute,mélange d'ap-
   plaudissements,de cris et de chants de foule permet d'en évaluer la qualité
Bach- Cello Suite No. 1 in G major; Ophélie Gaillard
Pink Floyd - high hopes
   Un "morceau-Monde",tout y passe:Cloche,guitare lap steel,classique,folk,batterie,synthé,effets divers,voix.
Handel -  ariodante - anne solie von otter - musiciens du louvre minkowski
angra- carolina IV (live)
   Pour juger de la rapidité et donc de la capacité à délivrer un message clair et défini.
cabrel - Le cygne blanc
Brassens - Supplique pour être enterré sur la plage de Sète
   Une voix,une contrebasse et une guitare,l'idéal pour juger le rendu et l'espace sonore.
Bruckener - Symphonie N°4 - Sir Simon Rattle
Vivaldi - Late concertos
Clapton - Let it grow
Vivaldi- Stabat Mater-the Academy of ancient music-James Bowman-C.Hogwood.
   Un disque extraordinaire! j'ai utilisé la piste 4 pour juger de la fidélité au rythme,la dynamique,la résolution,le respect des
   timbres et le soundstage et la piste 7 pour le rendu de la voix de contre ténor de Bowman qui est ce que j'ai trouvé de     
   plus révélateur dans cette partie du spectre.
Plastikman-Consumed-10.Consumed
Korn-Korn-01.Blind
Voulzy-Le rêve du pêcheur
Bach-Allegro du concerto pour violons BWV 1042-Freiburger
Polnareff-Sous quelle étoile suis-je né
Nougaro-Toulouse
Simon and Garfunkel-America
    peut être mon morceau favori pour juger de la sibilance
Doors-Riders on the storm
Beach Boys-God only knows
Spirit-Life has just begun
   une voix à gauche,une à droite et une au milieu,une guitare à gauche,une à droite et la batterie au milieu.Idéal pour
   juger du soundstage,de la définition et de la résolution.
un disque de tests Stakkato:instruments-bruitages etc












3  PRESENTATION ET NOTATION DES DAPS:ERGONOMIE ET FONCTIONS.ITEMS CHOISIS
 La notation de l'ergonomie et des fonctions sera importante pour la majorité d'entre nous qui cherchons le lecteur idéal     alliant à la fois une petite taille, un petit poids et une polyvalence d'utilisation.Bien entendu les derniers gaulois qui ne s'intéressent qu'a la qualité du son pourront lire cette partie d'un oeil distrait.J'ajoute que cette notation ne concerne pas la qualité des items choisis mais simplement leur présence ou leur absence dans les spécifications du Dap.

Voici donc les critères de notation choisis
1. Capacité de servir réellement de lecteur nomade.Poids,taille,accessibilité des commandes et placement du câble.
2. Autonomie.(< 6h)=0   (6/9h)=0.25   (9/12h)=0.50  (12/15h)=0.75   (+15h)=1
3. temps de recharge.(>5h)=0   (4/5h)=0.25   (3/4h)=0.50   (2.5/3h)=0.75  (<2.5h)=1
4. Capacité de stockage interne.(0)=0   (<32)=0.25   (<64)=0.50   (<128)=0.75   (<256)=1
5. Capacité de stockage par cartes SD et micro SD.(<16)=0  (16/32)=0.25  (32/64)=0.5  (64/200)=0.75   (256 et+)=1
6. Durée pour la mise en marche de l'appareil.>60s=0  45/60s=0.25  30/45s=0.5  15/30s=0.75  <15s=1
8. Capacité du Dap de respecter la façon d'organiser ses fichiers et ses tags sans intervention supplémentaire.
9. Support fichiers Cue.non=0   oui=1
10. Présence du gapless.non=0   oui=1
11. Possibilité de servir de Dac.non=0   oui=1
12. Richesse de la connectique:sortie balanced,line out,sortie optique
13. Finesse du contrôle du volume.
14. Fluidité de l'interface.
15. Possibilité d'action sur le son:égaliseur,filtres,gain.pas d'action=0   égaliseur=0.5   égaliseur+filtre+gain=1
16. Qualité de l'éclairage:Visibilité de l'écran à la lumière du jour.pas de visibilité=0  visibilité=1
17. Bluetooth  non=0   oui=1
18. Wi Fi  non=0   oui=1
19. Formats audio supportés.
20. Accessoires fournis.
certains des critères sont assez faciles à noter car objectifs:exemple de l'item 18, présence du wifi 1,absence 0
d'autres sont plus relatifs et dans ce cas c'est par rapport à l'ensemble des daps que j'estime la note.Exemple du dernier item :l'AK SP 1000 n'est pas fourni avec un câble de chargement,ce qui est le cas de tout les autres lecteurs,il aura la plus mauvaise note (pas 0 car il y a quand même une protection d'écran et la housse :mrgreen: )
Pour éviter une certaine lourdeur ,la présentation et notation des daps est maintenant ci-dessous "afficher" :mrgreen:

Classement
AK SP 1000:   15.50
FiiO X5III         :14.25
AK 70MK2       14
SONY WM 1Z :14
COWON P2   :13.75
ONKYO DPX1:13.50
SHALING M2s:13
SONY A35     :12.50
AUNE M1S     :11.50
LPG               :10.25
AR M2            :9.25
HM 901S        : 8.75

Le HM 901S.  Note:8.75/20


Double DAC ESS Sabre 9018 32 bits / 384 kHz (2x8 canaux, rapport S/B 135 dB)
Amplis OP TI OPA627 (x4) et buffers OPA634 (x4)
Lecteur SDXC compatible 256 Go
Mode DAC USBet S/PDIF
Batterie
Fichiers lus
DSD,WAV, FLAC et ALAC (M4A) jusqu'à 24 bits,AIFF, AAC, APE et MP3 jusqu'à 16 bits
Réponse en fréquence : 20 Hz à 20 kHz (-0,1 dB)
Impédance de sortie : 2 Ohms
Puissance de sortie max. @ 30 Ohms : 179 mW (low gain) et 477 mW (high gain)
Rapport S/B : 112 dB (sortie casque)
Autonomie : 9 à 10 heures
Connectique
2x sorties casque mini-jack 3,5 mm (symétrique et asymétrique)
1x connecteur propriétaire
Accessoires livrés:Alimentation secteur, câble USB,câble adaptateur sortie ligne et S/PDIF
Dimensions (lxhxp) : 72 x 29 x 117 mm
Poids : 250 g


Le HM 901S est le Dap le plus ancien de ce comparo,suivi de près par l'AR M2.
Dépourvu du wifi et du bluetooth,d'une lenteur exaspérante au démarrage,d'une faible autonomie,avec un écran tout juste lisible à la lumière du jour et d'une taille imposante,le 901s se retrouve bon dernier de notre classement Ergonomie/fonctions.Si l'on ajoute que le look du lecteur paraît vieillot,la messe semble dite et notre Hifiman promis aux poubelles de l'histoire.Ce serait à mon avis aller bien trop vite en besogne et une réhabilitation s'impose.
Il est possible de changer la carte d'amplification du HM 901s(certes FiiO et Ibasso proposent également cette possibilité sur certains DAPs,sans doute à l'imitation d'Hifiman) et ce n'est pas rien que d'avoir la possibilité d'avoir plusieurs signatures à sa disposition!
Il est également possible de changer la batterie du HM 901s,ce qui est possible sur quelques modèles (anciens) d'Ibasso.C'est la promesse d'un lecteur durable et d'ennuis en moins (allez donc faire changer une batterie défaillante sur un AK SP 1000!)
et bien le 901s est le seul lecteur du lot à permettre à la fois le changement de carte et de batterie!
Du coup,le problème de l'autonomie est moins prégnant:l'achat d'une seconde batterie permet l'alternance et la promesse de ne jamais être "en manque",d'autant plus que le changement de batterie est facile et rapide.
La mise en marche du lecteur est longue mais ensuite la fonction veille permet de remettre en marche le lecteur en 3 secondes.
Voilà donc un ensemble de possibilités qui seront importantes voire décisives pour ceux qui ne sont intéressés que par la qualité sonore et ne voient pas l'intérêt d'être connectés.J'ajouterai que ce Dap est connu pour sa solidité et la quasi absence de bugs,alors si l'on prend en compte les qualités sonores du 901s,nul besoin d'avocat pour défendre la cause de ce dinosaure nomade.

LE AR M2  NOTE:9.25/20

Processeur         Qualcomm Snapdragon MSM8926 400 1.2GHz
Système d'exploitation         Android 4.3 personnalisé
Type de convertisseurs         Burr-Brown PCM1794A DAC
Capacité         64 Go
Détails écran         720 x 1280 pixels | 5 pouces (environs 12 cm) | Écran tactile capacitif AMOLED
Connectique         Lecteur de carte microSD et microSDXC | Prise casque jack 3.5 mm | Sortie en ligne jack 3.5 mm
Connectique informatique         Port USB
Liaison Sans-Fil         Wi-Fi
Codecs Audio lus         AIFF, ALAC, APE, DSD, DXD, FLAC, M4A, OGG, WMA
Autres fonctions         Lecture de fichiers Hi-Res 24bits-192khz | Égaliseur 5 bandes | Mémoire extensible | Navigateur web | Téléchargement d'applications de streaming (Qobuz, Tidal, Spotify, Deezer...)
Autonomie         9h approximativement
Dimensions (L x H x P)         136.5 x 71.1 x 15 mm
Poids         245 gr

L'AR M2 est une création,du fabricant d'enceintes américain Acoustic Research et celui-ci semble avoir tout misé sur le son:Les mélomanes en seront ravis comme on le verra dans la partie dédiée,mais il faut bien dire que la gestion épouvantable des dossiers ainsi que la reconnaissance souvent aléatoire (ou du moins après quelques minutes) des cartes sd et l'absence de vraies améliorations suite aux très rares mises à jour peuvent dissuader de potentiels acheteurs.

LE AK SP 1000  Note:15.5/20

Lecteur audio portableSoC ARM à 8 coeurs
2x DAC Asahi Kasei AK4497
Compatible fichiers WAV, FLAC, WMA, MP3, OGG, APE et DSF/DFF 64/128
Mémoire interne de 256 Go
Lecteur de carte microSD (max. 400 Go)
Contrôleurs WiFi 802.11 b/g/n et Bluetooth 4.1 aptX HD
Batterie 3400 maH (3,7 V) rechargeable rapidement par port micro USB C (chargeur rapide non fourni)
Autonomie de 12 h max.
Lecture gapless
Mode DAC USB asynchrone
Étui en cuir
Mesures
Jitter : 30 ps
Réponse en fréquence : 10 Hz à 70 kHz
Rapport signal /bruit : 120 dB (122 dB symétrique)
Diaphonie : - 138 dB
DHT : 0,0005 %
Tension sortie ligne : 2,2 Vrms (asymétrique) et 3,9 Vrms (symétrique)
Impédance de sortie : 1 Ohms symétrique et 2 Ohms asymétrique
Connectique
1x micro-USB type C (recharge et transfert)
1x sortie S/PDIF optique
1x sortie casque mini-jack 3,5 mm (asymétrique)
1x sortie casque mini-jack 2,5 mm (symétrique)
Accessoire fournis
Pilotes ASIO Windows et MacOS, câble micro-USB, étui en cuir
Généralités
Dimensions (lxhxp) : 75,8 x 132 x 16,2 mm
Poids : 388 g

Comme son nom complet l'indique ,l'AK SP 1000 se veut "l'ultima",et il faut reconnaître qu'il offre un ensemble de caractéristiques et de fonctions qui lui valent sa première place:Double dac,écran tactile HD,charge rapide,lecture native jusqu'en 32bits/384Hz (vraiment nécessaire?)etc etc.On pourra mégoter sur l'autonomie qui reste ridicule face au Sony WM 1Z,s'apercevoir que les fichiers cue ne sont pas pris en charge, que le streaming ne concerne que Tidal ou bien que sa taille et son poids ne correspondent pas à ce que beaucoup attendent d'un lecteur nomade.
Evidemment la présentation du lecteur est à la hauteur de ses ambitions:le SP 1000 est présenté dans une superbe boîte en bois et accompagné d'un bel étui en cuir,le lecteur lui-même étant magnifique.Reste à savoir si le ramage se rapporte au plumage!.On peut déjà dire que la déception ne sera pas au rendez-vous.

LE AUNE M1S  NOTE:11.50

DAC ESS Tech Sabre ES9018K2M
Potentiomètre de volume ALPS
Lecteur de cartes microSD (128 Go max)
Lecture fichiers FLAC (24/192), WAV (32/384), WAV + CUE, MP3, AAC, ALAC et DSD (DFF, DSF, ISO)
Mesures
Réponse en fréquence : 20 Hz à 20 kHz
Rapport signal /bruit : 120 dB
Puissance de sortie : 110 mW sous 32 Ohms (asymétrique) et 180 mW sous 32 Ohms (symétrique)
DHT : < 0,00012 % à 1 kHz
Connectique
1x sortie casque mini-jack 3,5 mm
1x sortie casque mini-jack 2,5 mm
1x port micro-USB de recharge
1x sortie coaxiale S/PDIF
Généralités
Dimensions (lxhxp) : 55 x 126 x 14,8 mm
Poids : 147 g

Objet de ferveur pour de nombreux membres de TN,le M1S est un lecteur de format vraiment nomade (encore que certains le trouvent encore trop imposant!),il propose les fonctions essentielles et est simple d'utilisation.Le seul bémol concerne la fiabilité de fabrication,de nombreux problèmes ont été rapportés et la disponibilité reste aléatoire.Vu la qualité sonore de ce Dap,on peut espérer que ces problèmes seront résolus et le M1S à nouveau disponible.

LE FiiO X5 III  NOTE:14.25/20

DAC Asahi Kasei AK4490,Ampli OP TI OPA1642 (2) et OPA426 (2),Écran tactile 4" 480x800 pixels (178°)
Android 5.1.1 (avec Play Store),WiFi et Bluetooth 4.0 apt-X
Égaliseur 10 bandes,5 filtres numériques passe-bas,Gain casque ajustable,Lecture gapless
Mémoire interne de 32 Go extensible par cartes micro SD (2x256 Go max)
Sortie ligne et S/PDIF,Mode DAC USB
Batterie Lion-polymère 3400 mAh fixe
SoC Rockchip RK3188 quad core à 1,4 GHz, GPU Mali400, 1 Go de mémoire vive,6 boutons de contrôle
Formats audio supportés
MP3, AAC, OGG, WMA, WMA lossless, FLAC, ALAC, APE, AIFF, WAV, DXD, DSD 64/128 (.ISO, .DFF, .DFF)
Mesures
Puissance de sortie casque : > 300 mW sous 32 Ohms (28 mW sous 300 Ohms)
Impédance de casque recommandée : 16 à 150 Ohms
Séparation des canaux : 73 dB (asymétrique) et 98 dB (symétrique)
DHT : < 0,003 % à 1 kHz
Rapport S/B : > 115 dB
Réponse en fréquence : 5 Hz à 55 kHz
Impédance de sortie casque : < 1 Ohm
Tension de sortie ligne max : 8 V p-p
Connectique
1x sortie casque mini-jack 3,5 mm asymétrique,1x sortie casque mini-jack 2,5 mm symétrique
1x sortie ligne et S/PDIF coaxiale mini-jack,1x port micro-USB (transfert de données, mode DAC USB)
Accessoires fournis
Câble USB, câble mini-jack vers RCA S/PDIF, 1 feuille de protection pour écran en verre (pré-installée), pochette en cuir
Généralités
Dimensions (lxhxp) : 114 x 14,8 x 66,2 mm,Poids : 186 g

Le FiiO X5 III est un lecteur au fonctions très complètes sur le papier,c'est d'autant plus remarquable que ce lecteur fait partie de ceux dont le prix reste raisonnable.Mais l'utilisation du Dap en situation réelle est un peu plus compliquée,il a été rapporté de nombreux bugs (manque de fluidité,wifi très peu performant,blocage etc..),mais il faut reconnaître que FiiO est à l'écoute des utilisateurs et propose régulièrement des mises à jour de son firmware qui résolvent nombre de problèmes pour offrir un lecteur à la hauteur de ses ambitions.

LE COWON PLENUE 2  NOTE:13.75/20

Processeur         ARM Cortex-A9 1,2 GHz Dual Core
Système d'exploitation         Base Linux
Type de convertisseurs         DAC AKM AK4497EQ (24 Bits / 192 kHz + DSD 5.6 MHz)
THD         <0,0005 %
Capacité         128 Go
Détails écran         Couleur, Amoled, 3.7 pouces, tactile / capacitif, 800 x 480 pixels
Connectique         Jack 3.5 mm + Optique / Jack 2.5 mm
Connectique informatique         Port cartes microSD, Port USB (pour recharge)
Puissance de sortie         2 Vrms
Codecs Audio lus         AIFF, ALAC, ALAC 24/96, APE, DCF, DFF, DSD, DSF, DXD, FLAC, FLAC 24/192, MP3, OGG, TTA, WAV, WAV 24/192, WMA
Temps de charge complète         4 heures
Autonomie         Jusqu'à 8,5 heures (Musique 24/96)
Fonctions spéciales         Fonction DAC USB pour Mac et PC / JetEffect 7 / Navigateur Matrix / Vu-mètre analogique
Dimensions (L x H x P)         67,9 x 116,7 x 16,5 mm
Poids         193 grammes

Cowon nous habitue depuis longtemps à des Lecteurs aux fonctions complètes et à la grande qualité de fabrication,le P2 ne déroge pas à la règle,il offre une grande fluidité d'utlisation,les célèbres et nombreux réglages du son "maison" qui sont de grande qualité.

LE LOTOO PAW GOLD Diana Edition  NOTE:10.25



Conception
DSP : ADI Blackfin 514 DSP,DAC TI Burr Brown PCM1792A,Lecteur carte SD-HC (jusqu'à 2 To)
Écran OLED avec verre de protection en saphir,Molette de contrôle,Gain réglable (2 positions) : High / Low
Coque en aluminium
Lecture audio
PCM : jusqu'à 24 bits/384 kHz,DSD : jusqu'à 5,6 MHz
Formats de fichiers pris en charge : DSD (DFF/DSF/ISO) / FLAC / WAV / APE / OGG / AAC / ALAC / MP3 / WMA / M4A
Égaliseur paramétrique (PMEQ) : 6 modes personnalisables
Mesures
Réponse en fréquence : 20 Hz - 20 kHz (+/- 0,06 dB)
Puissance de la sortie casque : 2 x 500 mW (32 ohms)
Distorsion harmonique totale + bruit (THD+N) : < 0,00058% (20 Hz-20 kHz)
Connectivité
Sortie mini-jack 3,5 mm,Sortie Ligne,Port micro-USB 3.0
Batterie
Capacité : 6000 mAh
Autonomie : jusqu’à 12 h d’autonomie à volume moyen,Temps de charge : environ 3 heures
Généralités:Dimensions (lxhxp) : 104 x 60 x 20 mm,Poids : 268 g
Accessoires fournis:Câble USB vers micro-USB (USB 3.0),Pochette de transport

A noter que les données ci-dessus concernent l'édition "classique du LPG,la version Diana ne semble différer que par la puissance qui est en effet plus importante sur ce dernier,je n'ai pu trouver les données du Diana.
Pour ceux qui se moquent de ne point avoir les images de pochettes de disques et de ne pouvoir faire du streaming,le LPG peut être un choix judicieux,certes un peu lourd mais petit,il offre une qualité de fabrication exceptionnelle,une facilité d'utilisation importante excepté le réglage de l'égaliseur et accepte des cartes d'une grande capacité.

LE SONY NW WM 1Z  NOTE:14/20

Système d'exploitation         Propriétaire
Type de convertisseurs         DAC 32 Bits / 384 kHz et DSD 11.2 MHz
Capacité         250 Go
Détails écran         TFT couleur, 10.1cm, Tactile, 854x480 pixles
Connectique         Mini-jack 3.5mm asymétrique / Jack 4.4mm syémtrique
Connectique informatique         Port cartes microSD, Port WM 22 broches
Liaison Sans-Fil         Bluetooth LDAC, NFC (Near Field Communication)
Codecs Audio lus         AAC, AIFF, ALAC, DSD, FLAC, HE-AAC, MP3, PCM, WAV, WMA
Temps de charge complète         7 heures
Autonomie         33 heures (MP3 128kbps) / 26 heures (FLAC 24-192) / 11 heures (DSD 11.2)
Fonctions spéciales         Ampli S-Master HX / DSEE-HX pour conversion ascendante / Châssis cuivre OFC plaqué or / Câblage interne Kimber Cable
Dimensions (L x H x P)         72.9 x 124.2 x 19.9 mm
Poids         455 grammes

Sony a fêté dignement ses 70 années d'existence avec ce magnifique lecteur qui se remarque de loin,chassis cuivre plaqué or,et de près,456 grammes!.Autant dire que ce lecteur est plus transportable que nomade.Cela n'empêche pas ce Dap d'offrir de nombreux avantages,on notera par exemple une autonomie de chameau,de loin la plus importante de ce comparo,une capacité importante de stockage et des réglages du son judicieux.Quant à la qualité sonore,le moins qu'on puisse dire est quelle est au rendez vous.

LE SONY NW A35  NOTE:12.50

Mémoire interne 16 Go extensible par carte microSD (carte de 192 Go max.)
Bluetooth avec association par contact NFC (codecs LDAC et SBC),Tuner FM
Écran tactile 7,8 cm 480x800 pixels,Autonomie : 22 h (DSD),Charge batterie : 4 h
Formats audio supportés
AAC, AIFF, FLAC, HE-AAC, MP3, ALAC, DSD, PCM linéaire, WMA
Traitements audio
ClearAudio+, Clear Bass, Clear Stereo, DSEE HX, Dynamic Normalizer, Égaliseur (5 bandes), Phase claire, Technologie VPT (Studio/Club/Concert Hall/Matrix)
Connectique
1x port USB avec connecteur Sony WM,1x sortie casque mini-jack stéréo,1x port microSD
Accessoires fournis
Câble USB, Guide de démarrage, Manuel d'instructions, Espaceur (pour amplificateur portable).
Généralités:,Dimensions (lxhxp) : 55,9 x 97,5 x 10,9 mm,Poids : 98 g



LE ONKYO DPX 1  NOTE:13.50


OS Android 5.1.1 avec Play Store,Processeur quadri-coeur Qualcomm APQ8074, GPU Adreno 330
Mémoire vive 2 Go et mémoire de stockage 32 Go (dont une partie utilisée par Android)
Ecran tactile 16:9 1280x720p 4,7"
WiFi 802.11 b/g/n/ac (WiFi Direct, WPS),Bluetooth SBC et apt-X (émission uniquement)
Batterie 1630 mAh (16 h en lecture FLAC 24/96),Double lecteur de cartes microSD (jusqu'à 2x200 Go)
Audio
2x DAC ESS Sabre ES9018K2M,2x amplis casque ESS Sabre 9601K
Lecture FLAC, ALAC, WAV, AIFF, OGG Vorbis, MP3, AAC, MQA et DSD (DSF)
Compatible MQA (Master Quality Authenticated) après mise à jour
Résolution PCM : jusqu'à 32 bits / 384 kHz,Résolution DSD : jusqu'à 1 bit / 11,2 MHz,Listes de lecture : M3U, PLS, WPL
Egaliseur
Réglage filtre passe-bas numérique
Trois niveau de gain casque
Mesures
Puissance de sortie : 2x75 mW sous 32 Ohms (et 2x150 mW en mode symétrique)
DHT : < 0,006 %,Rapport S/B : > 115 dB,Réponse en fréquence : 20 Hz à 80 kHz,Impédance de sortie casque : 0,5 Ohm
Connectique
1x sortie casque mini-jack 3,5 mm (non compatible microphone, commutable ligne),1x sortie casque mini-jack 2,5 mm (symétrique),1x micro-USB OTG,2x lecteurs micro-SD
Généralités
Dimensions (lxhxp) : 129 x 76 x 12,7 mm,Poids : 203 g


LE AK 70 MK2  NOTE:14


Châssis en aluminium.2x DAC Cirrus Logic CS4398.Lecture audio PCM 24/192 et DSD
Sortie audio USB (OTG) : PCM (jusqu'à 384 kHz) et DSD (jusqu'à 5,6 Mhz) via conversion DoP (DSD over PCM)
Mode DAC USBFichiers compatibles : WAV, FLAC, WMA, MP3, OGG, APE, AAC, ALAC, AIFF, DFF et DSF (64 et 128)
Égaliseur 10 bandes entièrement paramétrable (incréments de 0,5 dB)
Mémoire interne de 64 Go.Lecteur de carte microSD HC (max. 256 Go)
Gapless.WiFi 802.11 b/g/n.DLNA 1.5 (DMP, DMC, DMS, DMR) .Bluetooth 4.0 apt-X
Mesures
Rapport signal /bruit : 118/119 dB (1 kHz, sorties asymétrique et symétrique)
Niveau de sortie : 4 Vrms et 2,1 Vrms (symétrique et asymétrique)
Impédance de sortie : symétrique 3 Ohms et asymétrique 1 Ohm
Connectique
1x micro-USB (lecture audio vers DAC USB, recharge de la batterie et copie vers et depuis un ordinateur)
1x sortie casque mini-jack 3,5 mm
1x sortie casque asymétrique mini-jack 2,5 mm (4 pôles)
Généralités
Dimensions (lxhxp) : 60,3 x 96,8 x 13 mm.Poids : 150 g


LE SHANLING M2S  NOTE:13[[b]



DAC Asahi Kasei AK4490EQ.Ampli casque TPA6120
Lecteur microSD : compatible jusqu'à 256 Go.Rechargement par port mini-USB.Autonomie : > 9 h en lecture
Sortie audio numérique USB possible (avec câble OTG, mode PCM et DoP)
Formats audio supportés
Formats audio 24 bits / 192 kHz : APE (96 kHz), FLAC (32 bits), ALAC, WMA (96 kHz) et WAV
Formats audio 16 bits / 44,1 kHz : MP3, FLAC, WAV, WMA, OGG, ALAC, AAC, DSD (.DSF et .ISO)
DSF, DIFF (DSD)
Mesures
Réponse en fréquences : 20 Hz à 20 kHz
Rapport S/B : > 108 dB
Séparation des canaux : 75 dB
Puissance de sortie : 130 mW sous 32 Ohms et 12 mW sous 300 Ohms
Connectique
1x sortie casque mini-jack 3,5 mm
1x port micro-USB type C (pour transfert de fichiers et mode DAC USB)
Généralités
Dimensions (lxhxp) : 53 x 85,6 x 14,5 mm.Poids : 100 g



[b]4  PRESENTATION DES INTRAS


LES AUDEZE LCDi4
Conception
Couplage : intra-auriculaires, port universel,Coques anti-vibrations en magnésium,Transducteurs magnétiques planaires
Charge : semi-ouvert,Structure magnétique Fluxor™,Type d'aimant : néodyme N50
Diaphragme : bobine Uniforce™, diaphragme ultramince,Taille du transducteur : 30 mm
Mesures
Puissance admise maximale : 3 W,Sensibilité : 105 dB/1 mW
Niveau de pression sonore maximal : >120 dB,Réponse en fréquence : 5 Hz - 50 kHz
Distorsion harmonique totale : < 0,2 %, sur toute la plage de fréquences @ 100 dB
Impédance : 35 ohms
Câble
Câble Premium tressé : 1,2 m flexible, cuivre OCC plaqué argent
Connecteurs : Prise stéréo de 3,5 mm à l’entrée et prises à 2 broches en sortie
Accessoires fournis
Crochets de maintien contour d'oreilles (1 paire),Câble Premium  OCC plaqué argent,Étui de transport en cuir
Certificat d'authenticité,Guide utilisateur et carte de garantie
Généralités
Poids : 12 g (chaque oreillette, sans câble)
https://imgur.com/hQJ6BLz

Audeze fait partie avec Shure et 64 Audio de ceux qui mettent en oeuvre de nouvelles techniques afin de repousser les limites qualitatives de nos chers intras :DD .
Avec les LCDi4 ,Audeze reprends les technologies utilisées pour les casques,les LCDi4 sont donc pourvus de transducteurs planar-magnétiques qui imposent une coque de 3cm de côté ,on se demande alors si l'on à encore affaire à des intras ou des mini-casques!.Les 12g de chaque coque sont supportés par un crochet en plastique qui se met autour de l'oreille et s'avère à l'usage confortable.Les retours montrent malgré tout que ces crochets ont une fâcheuse tendance à se casser au bout de quelques mois d'utilisation intensive,hormis cela les intras respirent une grande qualité de fabrication,ainsi que le câble qui est de très bonne qualité et bien adapté à ces intras .


LES EMPIRE EARS ARTHUR

   14 uniquely hand tuned balanced armature drivers per side
   DUAL low frequency balanced armature drivers
   SIX mid-range frequency balanced armature drivers
   SIX high frequency balanced armature drivers
   8-way passive crossover
   Silver LITZ and Copper LITZ internal wiring
   Silver-gold alloy LITZ 24 AWG cable
   Frequency response: 20Hz - 20,000Hz
   Impedance: 21 Ohms at 1mW
   Noise isolation: -28dB +/- 2dB
https://i.imgur.com/kw8LKUK.png
Les intras Arthur sont le résultat d'une collaboration entre le fabriquant de câbles Effect Audio qui s'occupe du câblage interne des intras et du câble et le fabriquant d'intras 64 Audio qui fournit les drivers et s'occupe du tuning.
Les intras sont d'une grande qualité et d'une taille assez grande,similaire aux Zeus-R,les canules sont épais ,il est donc à craindre que beaucoup ne puissent les fiter!.Le câble est d'une qualité exceptionnelle,sans doute le meilleur que j'ai croisé (avec le Brimar Audio supreme reference),jusqu'à présent,quasiment impossible à enrouler sur lui-même si l'on montre un minimum de respect dans son utilisation!.

LES TFZ KING
   Driver: 12mm Double magnetic circuit Graphene driver
   Impedance: 12 ohm
   Sensitivity: 110 dB mW
   Frequency response: 5 Hz一40 kHz
   Lowest power: 8 mW
   Connectors: 2-pin 0.78mm
   Plug : 3.5mm
   Cable length: 1.2m

LES 64 AUDIO TIA FOURTE
https://i.imgur.com/8bSs5Eh.png
Features:
tia™ system: tia™ drivers, single-bore, acoustic chambers, passive radiator
Internal apex™ Technology
Universal-Fit w/foam and Silicone Tips
Anodized Aluminum Shells
Warranty: 1-year Parts and Labor

Tech Specs:
Transducer type: 3 precision balanced armature drivers, 1 dynamic driver
Transducer configuration: 1 tia™ high, 1 high-mid, 1 tia™ mid, 1 dynamic low
Impedance: 10 omhs @1k
Sensitivity: 114 dB/mW
Freq. response: 5Hz - 22Khz
Isolation: -20dB
Crossover: Integrated 4-way passive crossover
Les Tia Fourté sont avec les Tzar les Flagships de 64 Audio,un statut qui se paie cher et on est en droit de se demander
à quel point il y a une corrélation entre le prix et la qualité.La qualité de fabrication semble excellente et le câble est un
"tout venant" à bas prix,ce qui montre à contrario que la recherche de câbles "HDG" peut donner quelquefois à reflexion!

LES ONKYO E900M
https://i.imgur.com/fdCTJXs.png

Frequency response:5Hz - 40kHz  Sensitivity:107dB/mw   Impedance:16ohms
Cable:Detachable 1.3m long low impedance, oxygen-free copper twisted cable
Accessories
3 pairs Comply™ foam tips (Small, Medium, Large)
3 pairs silicone caps (Small, Medium, Large)



LES ORIOLUS MELLIANUS
   Driver: 10pcs balanced armature (Knowles &SONION mixed)
   Plug: 2.5mm gold-plated
   Impedance: 36Ω
   Sensitivity: 109dB
   Weight: 12g (not included cable)
   Frequency response: 10Hz-40kHz
   Wire: 1.2 m imported single crystal silver oil-immersed
Des intras que j'ai eu envie d'essayer suite au plaisir que j'avais eu avec les Oriolus "oriolus"

LES LZ BIG DIPPER 7A
Tuning switch manual ,Turn on the switch to enhance frequency

  Without Switch , Cannot tuning the bass, middle and treble
   1 Switch , can tune any one of the bass, middle or treble.
   2 Switches  , can tune any two of the bass, middle or treble.
   3 Switches , can tune bass, middle and treble.
Des intras essayés suite à la curiosité provoquée par le buzz outre atlantique et sans doute une bonne
occasion de se méfier à priori d'un Buzz

Specification:
 Brand: LZ:   Model: Big Dipper
 Vocalism Principle: Balanced Armature: Drive unit: 7BA drivers
 Impedance: 25Ω: Frequency Response Range: 15-25000Hz: Earphone sensitivity: 115db/mW
 Earphone Interface Type: 0.78mm 2-Pin: Plug Type: 3.5mm gold-plated    plug: Cable Length: 1.2m±5cm
 THD/Total Harmonic Distortion: <0.2
 Power output: 5mW

LES FLC 8s

   Driver unit: 8.6 mm dynamic drivers+ dual balanced armature
   Rated Impedance: 11 Ohm
   Sensitivity: 93 dB/mW
   Frequency response: 20Hz- 20KHz
   Plug: 3.5mm gold-plated plug
   Cable: 1.30 mm TPU cable

LES INEAR PROPHILE 8
Avec 8 transducteurs
2 commutateurs pour ajuster le son
Ergonomie universelle, convient pour la plupart des oreilles
Isolation de bruit: 26 dB environ
SPL thomann max: 120 dB
Impédance: 34 Ohm
Ajustement du son: +3 dB dans les basses et +2 dB dans les aiguës
Les Prophile 8 font partie d'une nouvelle série du constructeur allemand,les "Studio Reference Series",ce qui en situe les ambitions!.Les PP8 sont accompagnés d'un nombre significatif d'accessoires de qualité:embouts comply et spinfit,outils de nettoyage,filtres anti-cérumen.Le confort est superbe,ce sont les seuls intras universels qui m'ont donné l'impression de porter des moulés !,On peut varier la signature grâce à deux commutateurs,l'un ajoute 3Db aux basses et l'autre 2Db aux aigus.

LES SHURE KSE 1500
Écouteurs électro-statiques fermés
Ampli casque avec batterie et DAC USB 24/96
Egaliseur 4 bandes
Ampli DAC compatible iPhone, iPod, iPad et Android OTG (avec USB audio actif)
Ampli DAC compatible tout ordinateur
Batterie 3,6 V:Autonomie : de 7 à 10 h selon la source
Mesurese fixation en silicone, embouts de rechange, prise avion, adaptateur mini-jack 3,5 mm femelle vers jack 6,35 mâle.
Généralités
Poids des écouteurs : 44 g hors câble
Dimensions ampli (lxhxp) : 59 x 111 x 21 mm
Poids ampli : 182 g
Réponse en fréquence : 10 Hz à 50 kHz: Sensibilité : 113 dB SP: Rapport S/B ampli : 107 dB
Ajustement du gain : +40 à +60 dB
Connectique:1x entrée ligne mini-jack:1x entrée micro-USB:1x sortie casque LEMO
Accessoires fournis
Câble micro-USB vers USB A, câbles mini-jack 3,5 mm mâle/mâle de 15 et 92 cm, câble micro USB vers Lightning de 20 cm, câble micro USB OTG, câble micro USB vers Apple 30 broches, étui en cuir pour le baladeur, étui de rangement, bandes de fixation en silicone, embouts de rechange, prise avion, adaptateur mini-jack 3,5 mm femelle vers jack 6,35 mâle.
Généralités
Poids des écouteurs : 44 g hors câble
DiRéponse en fréquence : 10 Hz à 50 kHz: Sensibilité : 113 dB SP: Rapport S/B ampli : 107 dB
Amensions ampli (lxhxp) : 59 x 111 x 21 mm
Poids ampli : 182 g
Avec les LCDi4 d'Audeze,le KSE 1500 est la tentative la plus aboutie tendant à apporter une véritable innovation technologique dansle
monde des intras.Shure utilise en effet des transducteurs éléctro-statiques dédiées habituellement aux casques HDG.Les intras sont livrés avec un ampli dédié et il en est de même pour les connecteurs.Ce duo intras/ampli pourra rebuter beaucoup d'amateurs,le combo devenant plus transportable que nomade,surtout si l'on ajoute que le câble est très peu souple.



5   CRITERES POUR L'EVALUATION DU SON+LEXIQUE
J'ai longtemps hésité à proposer une notation des qualités sonores des Daps et Intras,la majorité des retours sont simplement le reflet des gouts de l'auteur et quelquefois,mieux ne vaut pas savoir les conditions des essais :cinq minutes dans un magasin dans une atmosphère bruyante avec toujours le même dap si on teste des intras et toujours les mêmes intras si on teste un dap :mrgreen:
J'ai tellement hésité à faire une notation que j'en ai abandonné l'idée  :DD ,cela pour plusieurs raisons
-Prétendre atteindre une forme d'objectivité me paraît de plus en plus difficile,bien que l'on trouve assez souvent des avis très proches dans un ensemble de review (ce qui montre malgré tout que l'on peut s'approcher de cette objectivité),le problème étant que les critères sont loin d'être partagés ou précisés. Il faut ajouter les gouts très différents d'un amateur à l'autre:untel qui aime une signature claire aura tendance à penser que les basses sont omniprésentes et débordent sur le reste du spectre alors qu'elles sont en fait "normales",il est difficile de voir les qualités d'une signature que l'on aime pas...et de voir les défauts d'une signature que l'on aime,on s'en sort en disant chacun ses gouts et vogue la galère!.
-Dans de nombreux cas le rendu varie fortement selon l'association Dap/Intras,pour prendre l'exemple le plus étonnant,je trouve que les Onkyo E 900M et l'ONkyo DPX 1 ont des performances "moyennes",mais il se trouve que l'association entre les deux est un vrai miracle de qualité et de musicalité ?!,on comprendra donc qu'il est difficile de donner une hiérarchie gravée dans le marbre.
-Après avoir passé quelques semaines avec ce matériel,je m'aperçois que beaucoup sont relativement proches en qualité,le choix devenant une affaire de gout.
-Enfin,les conditions de test correspondent à un idéal de mélomane:milieu calme,propice à l'attention,ou le moindre défaut prend une importance démesurée.Cela n'offre aucun intérêt pour celui qui utilise son combo dans le métro ou en faisant du vélo,son classement sera bien différent!.
Dans ces conditions j'abandonne la notation pour une évaluation....et pour le plaisir je ferai quand même un classement de mes Daps et intras préférés,notant quant il le faut que j'en surévalue certains par rapport à mes gouts,peu importe ce sera clair et propice aux discussions  :mrgreen:



AVoici les items que j'ai choisi pour évaluer le son,j'en donne ma définition à la suite,je dis "ma" définition car il peut y avoir des différences quelquefois importantes dans ces concepts selon les retours.Le plus simple est alors d'expliciter ce que l'on veut dire.Un texte m'a beaucoup inspiré concernant la clarification des termes utilisés dans les retours et tests.Il s'agit de l'introduction de Flinkenick à son test d'intras HDG,on peut ne pas adhérer à la totalité de son discours mais il a le mérite de la clarté et en ce qui me concerne,c'est grace à cette lecture que j'ai pu mettre des mots sur ce qui restait des impressions et des sensations.Voici donc ce texte (les liens sur la tonalité et le soundstage sont tout aussi importants)
http://theheadphonelist.com/ranking-the ... -shootout/
.Ces items sont présents évidemment sur les Daps et les intras.
1:Soundstage/imagerie
Il fut un temps ou je ne jurais que par le soundstage,plus c'était grand mieux c'était et mon contact avec les tralucent audio m'avait laissé une grande impression!.Mais cela fait cinq ans et mes gouts et perceptions ont évolués au fur et à mesure de mes essais.
La grandeur de la scène sonore "de base" reste un critère important qui permet de donner de l'aréation en séparant les instruments/voix,en ce sens mais la vraie qualité d'un intra est de donner la scène sonore qui corresponds à l'enregistrement,inutile d'avoir l'impression d'être dans un stade pour écouter Brassens,par contre si la scène sonore d'un enregistrement orchestral ressemble à une chambre,il ya un problème!.
La scène sonore est en trois dimensions:Largeur,Profondeur,Hauteur.La plupart des intras offrent une largeur suffisante ,voire impressionnante dans certains cas,on en trouve déjà beaucoup moins qui ont une profondeur réaliste et encore moins qui offrent de la hauteur,ce dernier critère est pourtant important pour donner le sentiment d'immersion dans le soundstage.
Par imagerie j'entends l'ensemble des qualités liées à la scène sonore:placement, résolution etc...autrement dit c'est le sentiment de cohérence et de réalisme perçu ou non à l'écoute d'une musique.
2:l'enveloppe sonore
l'acronyme ADSR à la signification suivante
A = Attack : attaque = temps que le son va mettre pour atteindre le volume max
D = Decay : chute = temps que va mettre le son pour arriver au niveau du sustain
S = Sustain : tenue = valeur du volume quand on maintien la note enfoncée
R = Release : relâchement = temps que va mettre le son pour disparaitre à partir du moment ou on relâche la note
voir par exemple:https://fr.wikipedia.org/wiki/Enveloppe_sonore
cette structure est importante,si l'ADSR n'est pas correctement retranscrit,on percevra par exemple
-des timbres qui ne semblent pas tout à fait justes:l'attaque étant un critère important dans la reconnaissance d'un instrument.
-le sentiment d'un manque de rapidité si l'ensemble de l'enveloppe sonore est plus long que l'original
-La perception d'un manque de dynamique
3:Le Carré Magique: Séparation/Résolution/Transparence/Définition
La résolution est la capacité à individualiser une voix ou un instrument,c'est donc un synonyme de détourage,elle est le plus souvent liée à une perception organique du son.
La séparation est la capacité à ressentir de l'espace entre les musiciens,il peut y avoir une bonne résolution avec une séparation insuffisante .
La Définition est la capacité à percevoir un maximum d'informations,il peut y avoir une grande définition sans séparation ni résolution
La transparence est la capacité à retranscrire les nuances et subtilités de la musique,une grande définition sans transparence donnera un rendu analytique et "clinique"
4:Timbres/Basses/Médiums/Aigus
5:La dynamique
J'utilise ce mot dans le sens "audio"
c'est la différence d'amplitude sonore entre le niveau maximal d'un signal et son niveau minimal. L'échelle de la dynamique sonore va du pianissimo (ppp), le plus faible possible, au fortissimo (fff), le plus fort. On peut passer d'une nuance à une autre sans transition, par une augmentation (crescendo) ou une diminution (decrescendo) progressive de l'intensité.
Utilisée au sens commun ,on parle de dynamique comme synonyme de puissance et de vivacité,ce qui est important aussi mais différent.
6:Le silence
C'est un critère ne faisant pas strictement partie d'une analyse purement sonore mais a un effet important sur la perception de la qualité du son.Beaucoup de TNiens sont sensibles au bruit de fond que peut faire un Dap selon la sensibilité de l'intra associé,je dois avouer à ma confusion que je n'ai quasiment jamais perçu de bruit de fond,j'en déduit que mes vieilles oreilles ne peuvent plus le percevoir!.Je vais donc faire appel à un audiophile respecté de notre Forum,j'ai nommé DaveStarWalker,qui à bien voulu m'en dire plus sur le bruit et le silence lors d'un mp et dont je vous livre les reflexions ci-après
"Tu as typiquement 2 types de bruits/souffles qui se superposent à des degrés divers :
1/ Le souffle résiduel du DAP. Qui est là, quoiqu'il arrive, et quel que soit le volume sonore. Il est constant normalement, mais va du imperceptible au potentiellement très perceptible. Est lié aux intras, casques...
2/ Le souffle lié à la prise de son, et qui ne va être perçu qu'à partir d'un certain volume sonore (plus on écoute fort).

Donc si je résume, le premier va surtout être perçu à bas niveau sonore, et/ou pendant les plages plus calmes d'un morceau, alors que l'autre, à l'inverse, va plutôt être perçu à fort volume sonore (selon les mêmes modalités).
Et sachant que le premier peut manger le second à bas volume sonore, alors que c'est l'inverse à haut volume sonore pour le second qui normalement mange le premier...
Ce que j'ai donc remarqué, c'est que le Aune comme le Dx90 (mais surtout le Aune) sont complètement dépourvus du bruit/souffle 1/ : silence total (en low gain ; en high gain, un tout petit début microscopique), quel que soit le volume sonore, avec les Andromeda.
Par contre, le bruit/souffle 2/ étant lié à la qualité de la prise de son et au volume d'écoute plus ou moins élevé, il n'est donc pas lié au DAP.
La structure du bruit, surtout le bruit résiduel du DAP, fait fortement penser à un bruit blanc, qui peut d'ailleurs être pulsé selon les appels de courants.
Ce qui est curieux, c'est que cela ne semble pas être lié au plafond de bruit théorique du DAP (par exemple lié à la puce de conversion), mais bien aux étages de sortie analogiques. Et en particulier, je pense à l'impédance de sortie du dap, quand elle est élevée. Aussi, je pense que c'est fortement lié au gain de l'amplification du dap : plus ce gain est élevé, et plus cela souffle résiduellement "en natif", sans même le besoin qu'un quelconque signal soit introduit. C'est peut-être aussi lié à la qualité des condos de sortie. Sans doute un mix de tous ces paramètres (j'oubliais le potard du volume, notramment s'il est analogique, ce qui est intéressant à certains égards, et moins à d'autres... nothing's perfect)
Je suppute mais...  :levit:
C'est sans doute aussi lié certes à la sensibilité de l'intra (c'est même certain), mais je pense aussi et peut-être surtout au profil de la courbe d'impédance qui est plus ou moins anguleux (c'est ce que l'on constate en audio sédentaire, et je ne vois pas pourquoi cela serait différent avec l'audio nomade).
Je pense, oui, que des plages de silence seraient un très bon test pour mettre en exergue (ou pas...) le bruit résiduel d'un dap. Certes le souffle résiduel, mais aussi d'autres bruits résiduels potentiels (microphoniques, tribo-électriques, etc, ça ne manque pas  :mrgreen: ).
Mais le souffle, ce souffle résiduel, en tant que "bruit blanc", est un bruit à large spectre. Donc je suis surpris que tu ne le perçoive pas (ou pas plus facilement). Cela chuinte quoi.
Ou alors c'est "dû" aux intras que tu utilises, et alors c'est tant mieux "

Bquelques précisions supplémentaires sur un trio de termes
Neutre/Plat/Equilibré
Lorsque l'on parle de neutralité,on signifie par là que toutes les fréquences sont retranscrites sans colorations dues à la mise en valeur d'une partie du spectre sonore.On serait donc dans le meilleur des mondes et la neutralité garante d'une retranscription parfaite du message sonore:Il suffit de lire de nombreux tests et retours pour voir qu'il n'en est rien,beaucoup de ces testeurs s'empressent de nous dire que tels intras sont neutres "mais musicaux",que veut dire cet ajout?
A mon avis cela signifie qu'un son neutre semble souvent "oublier" de nous faire entendre des choses aussi importantes que le dynamisme ou les harmoniques pour prendre deux exemples essentiels,c'est ainsi qu'il devient souvent un son plat,comme compressé,manquant  de fluidité et sans respect pour les transitoires,c'est pour cela que j'ai tendance à parler d'un son équilibré ce qui signifie à la fois neutre et musical,c'est à dire retranscrivant réllement toutes les dimensions d'une musique.

CJ'ajoute un lexique dans lequel Je pensais  mettre une quinzaine de mots,en voici environ 80  :DD ,j'ai pensé qu'il serait utile de donner à tous ceux qui cherchent à mieux comprendre et/ou transmettre leurs impressions un lexique plus important.Il y a à l'occasion deux ou trois définitions du même terme,qui vont de la plus simple à la plus approfondie.
Et voici les liens d'où viennent ces définitions
http://api.guide.free.fr/glossaire-hifi.htm
http://audiophilefr.com/Site/Lexique_hifi.html
Accent

Dans une ligne mélodique, désigne un son dont l'intensité est supérieure à celle des autres, de par la volonté de l'artiste ou du chef d'orchestre. Un manque d'énergie dans la restitution des accents par la chaine Hi-Fi peut trahir une certaine compression de la dynamique fine et/ou une mauvaise restitution des attaques de notes. Cela se traduit surtout par une perte de sens du discours musical, par son affadissement. Le message perd alors de son intérêt jusqu'à en devenir ennuyeux dans les cas les plus extrêmes. Si votre pied bat tout seul la mesure dans un morceau rythmé, c'est un des signes que votre chaine restitue bien les accents. Une lente montée en puissance parfaitement contrôlée par le chef et bien traduite par la chaine, un crescendo tout en tension en suspens, comme tenu par une main de fer, est un autre indice positif.

Acidité

Terme qui indique que la musique est dépourvue de douceur ...

Aération

1:Une scène sonore aérée se traduit par une sensation d'espace entre les plans, et d'air autour des musiciens. Les notes et les instruments se détachent distinctement contribuant à la lisibilité de l'écoute. Une scène sonore aérée donne toujours le sentiment que la musique coule plus naturellement, avec plus d'aisance, plus de liberté. Au même titre, elle ne nécessite quasi aucun effort de concentration de la part de l'auditeur pour être parfaitement perçue.
2:Qualité d'une scène sonore virtuelle (voir ce mot) stéréophonique qui se traduit par une sensation d'espace entre les plans et d'air autour des musiciens. Les notes et les instruments se détachent distinctement contribuant à la lisibilité de l'écoute. Par opposition, on parle de compacité. Une scène sonore aérée donne toujours le sentiment que la musique coule plus naturellement, avec plus d'aisance, plus de liberté. Au même titre, elle ne nécessite quasi aucun effort de concentration de la part de l'auditeur pour être parfaitement perçue.


Aigu
      
Partie supérieure du spectre sonore perçu par l'être humain. On y distingue généralement l'aigu et le suraigu: l'aigu à partir de 2 ou 3 kHz et le suraigu au dessus de 8 kHz. Le spectre sonore est le plus souvent divisé en trois groupes de fréquences: registre grave, médium et aigu avec respectivement des gammes de fréquences approximatives allant de 20 Hz à 150 Hz, de 150 Hz à 2 ou 3 kHz et de 3 kHz à 20 kHz. [Spectre sonore, voix et instruments] Les limites d'audibilité en dessous de 20Hz et au dessus de 20 kHz ne sont pas strictes et varient en fonction des individus. Avec l'âge on perçoit de moins en moins bien les sons aigus ( on parle de presbyacousie lorsqu'elle survient naturellement et progessivement... ou très vite après un traumatisme sonore, style concert de Rock). Cependant l'absence de perception des hautes fréquences, au dessus de 12 à 13 kHz, sera considérée comme un manque par tout mélomane car à défaut de les entendre directement on entend toujours leur battement et leur répercussion sur tout le bas du spectre sonore, et cela même à un âge très avancé. Ce phénomène de répercussion sur le spectre audible est une des raisons qui justifie l'usage de certains tweeters de haut de gamme qui montent jusqu'à l'ultrason, 40 ou 50kHz, fréquences inaudibles en soi.
Tout système audio qui monte très haut dans le registre aigu doit, pour rester équilibrer à l'oreille, descendre aussi très bas dans le grave.


Analytique

1:Un produit est réputé analytique lorsqu’il lève le voile sur une grande quantité d’informations, de sons, et  d’infimes détails.
2:Ecoute très détaillée, presque à l'excès. La difficulté réside dans le "presque" et il ne faut pas tomber dans la décortication chirurgicale qui viendrait pénaliser la musicalité au profit de la seule précision. L' image sonore doit être finement définie, très claire et détaillée mais sans froideur ni connotation métallique.

Applaudissements

Test sonore très simple et souvent révélateur. Des applaudissements se rapprochent d'un bruit blanc, erratique, mais riche en transitoires, et permettent de détecter des déséquilibres ou des toniques néfastes au rendu sonore. Ces déséquilibres peuvent être des défauts des enceintes acoustiques comme parfois un mauvais traitement acoustique de la pièce d'écoute. C'est aussi un son non musical familier que chacun connait, qui ne fait pas appel aux goûts musicaux personnels, et dont la crédibilté et le naturel peuvent être facilement appréciés. En particulier les applaudissements ne doivent pas tourner au brouhaha et rester différenciés. Sur un bon enregistrement les applaudissements permettent de détecter des irrégularités de la bande passant au même titre que la voix humaine. Le manque de matière ou l'absence de filé se traduit par un bruit de fritteuse pouvant aller jusqu'à l'agressif, inversement le rendu peut prendre un côté cotonneux et devenir terne, morne, sans vie. On doit pouvoir presque distinguer les claquements de mains d'hommes (plus graves, plus forts) et de femmes (plus aigus, souvent plus réservés), ceux qui sont plus près, plus loin... et aussi dans la salle ceux qui applaudissent mollement et ceux qui sont enthousiastes... ceux qui se lèvent pour applaudir. Le moment où les applaudissements diminuent puis s'arrêtent est souvent porteur de fines informations sur l'acoustique de salle, les plans sonores, l'aération, le naturel...

Articulation

Caractérise la clarté (voir ce mot) et l'intelligibilité (voir ce mot), généralement dans la reproduction de la voix, la diction. C'est aussi la reproduction des détails internes dans les sons complexes, ce qui rend facile à suivre une voix individuelle parmi d'autres ou un instrument dans un groupe. Musicalement, c'est la façon dont un interprète joue sur la durée des notes, leur intensité, leur couleur et leur attaque, pour former des phrases musicales expressives. Son rendu doit être aussi net et subtil que possible. Un chanteur ou une chanteuse d'opéra qui articule bien reste parfaitement compréhensible tout en chantant divinement. C'est hélas une qualité rare (cf Georges Thill, Régine Crespin, Victoria de Los Angeles ou encore Ella Fitzgerald pour n'en citer que quelques uns hélas disparus). Le lied et surtout la mélodie française sont probablement les genres de chant les plus exigeants à cet égard avec la nécessité d'une diction irréprochable. Le système Hi-Fi se doit de leur rendre justice en ne gommant pas cette qualité d'élocution.

Attaque

C'est le début de l'émission d'un son. Une chaine hi-fi doit en respecter la franchise et l'ampleur. Elle ne doit ni les exagérer ni les amoindrir en n'en restituant pas tous les harmoniques et toutes les transitoires. C'est le début d'un son qui seul caractérise l'instrument de musique qui l'émet. En cela ces quelques premières millisecondes sont très importantes. L'attaque sera très différente selon qu'il s'agit d'un instrument frotté, gratté, soufflé, secoué, frappé ou pincé. Sur une même note tenue plusieurs secondes par un piano, une trompette et un violon, supprimez le début et vous serez incapable de dire qui joue quoi. L'attaque de l'archet sur la corde du violon ou du violoncelle est riche d'information et je l'utilise souvent comme test. On doit sentir le mordant de la collophane sur les enregistrements faits de près, mais sans que cela devienne gênant. Le son de la main qui frappe une peau de tambour est un autre test très utile, tout comme le marteau en feutre qui frappe la corde du piano ou le doigt du guitariste qui accroche la corde...


Audiophile / mélomane

Il ne faut pas confondre l’audiophile et le mélomane. Si le premier attache une importance à la seule qualité de restitution musicale, la qualité des timbres, etc …, le second sera avant tout sensible l’aspect artistique et à l’interprétation.

B

Bande passante

Il s’agit d’une gamme des fréquences de la plus grave à la plus aigüe, reproduites par un système acoustique, et mesurée en hertz (voir Hertz).

Bas Médium

En Hi-Fi, le mot médium (voir ce mot) désigne la zone des moyennes fréquences, intermédiaire entre le grave et l'aigu sans que cette zone soit délimitée par une frontière précise au sein de la gamme de fréquences 20Hz à 20000Hz [Spectre sonore, voix et instruments] (cliquez) communément admises comme perçues par l'oreille humaine. Le bas-médium en constitue le début, la partie la plus grave du médium. Pour les haut-parleurs dédiés à cette bande de fréquences, le médium couvre une zone de 150 Hz à 1500Hz voire 3000 Hz. La bande de fréquence "bas-médium" peut se confondre en partie avec celle de haut-grave couvrant la bande 100 -160Hz. La voix humaine ainsi que la plupart des instruments de musique (à part quelques exceptions comme le piano, l'orgue ou le piccolo...) produisent habituellement des fréquences comprises entre 100 Hz et 4000 Hz. Le bas-médium serait donc comprise entre 150Hz et 300Hz. Au piano cela correspondrait à l'octave qui va du Ré3 (147Hz) au Ré4 (294Hz). En voix humaine cela correspondrait plus ou moins au baryton (110Hz - 425Hz). C'est une zone très riche où se forment les sons fondamentaux de nombre d'instruments de musique. Cette zone donne du corps au son, de la matière (voir ce mot), et en particulier aux voix humaines (on parle alors de "coffre"). C'est à mon sens une zone à peauffiner tout particulièrement dans un système Hi-Fi car si elle est déficiente on perd de l'incarnation, on perd du timbre et on perd un certain sens du discours musical, à l'inverse trop accentuée on colore artificiellement le rendu sonore. Certes la coloration d'un bas médium un peu trop accentué est avantageuse et souvent très agréable à l'oreille, voire confortable... mais cela reste un artifice.

Brillance

Elle reflète une accentuation subjective des fréquences aiguës, leur donnant une luminosité artificielle souvent flatteuse et donc fréquente chez les constructeurs d'enceintes acoustiques qui cherchent à rendre leur produit attractif à défaut d'être neutre.

C

Charpenté

On évoque une restitution charpentée lorsque celle-ci met en évidence à la fois et de façon bien répartie, la matière, le volume, et la précision des instruments de musique. Ceux-ci prennent une dimension et une présence vraisemblable dans la pièce d’écoute. Certains chroniqueurs font aussi allusion au ‘’corps’’ des instruments.

Clarté

qualifie une image sonore limpide, sans zone d'ombre ou d'opacité susceptible de masquer des informations musicales. La clarté ne signifie pas pour autant que les plans sonores soient respectés ni qu'il circule de l'air entre les pupitres. Une image sonore peut être claire mais plate, sans relief, tout dépend de la prise de son et du mixage.

Cohérence

qualifie l'homogénéité globale de l'image sonore. Le dosage de chaque paramètre parait équilibré et harmonieux: définition, dynamique, impact, équilibre spectral, localisation, relief...
Une chaine semble avoir une restitution cohérente quand les différents registres (voir ce mot) sont équilibrés mais quand ils sont égament définis et dynamiques avec une localisation stable et précise.
Ce critère se manifeste par l'incapacité pour l'auditeur même attentif, d'isoler vraiment l'un ou l'autre de ces paramètres... et de les critiquer. Rien ne fait tâche, on ne ressent rien d'anormal ni en trop ni en moins, et c'est très bon signe. Rien à redire, et le "no comment" est dans ce cas un excellent satisfecit. C'est bien connu, "les gens heureux n'ont pas d'histoire".
Un système cohérent peut ne pas être totalement fidèle, ce n'est pas grave et il reste toujours acceptable, un peu comme on accepte un parti-pris, au même titre qu'un morceau ne sera pas dénaturé si on en change la référence de base avec un La3 à 442Hz au lieu de 440 Hz (au fil des années le La3 a évolué entre 392 et 415 Hz )

Coloration

On appelle coloration ce qui modifie le spectre sonore, par analogie avec la lumière. Un corps est coloré quand il absorbe toutes les longueurs d'ondes, sauf celle dont il affiche la couleur.

On utilise souvent du bruit blanc (son qui contient toutes les fréquences sonores à intensités égales, à l'instar du blanc qui contient toutes les couleurs) ou du bruit rose (qui contient toutes les fréquences sonores à intensités décroissantes avec la fréquence, plus conforme à ce qui existe dans la nature) pour mettre en évidence une, ou des, colorations. Le constat est assez facile à faire à l'oreille. Dans les 2 cas, bruit blanc ou bruit rose, la coloration se manifestera par une accentuation ou plus souvent par une atténuation sur un secteur (ou plusieurs) du registre sonore. Un son très coloré peut confiner à la caricature. On le constate alors aisément sur la voix parlée.

Par contre un son un juste peu coloré est plus pernicieux car il va habituer l'oreille à ce son déformé qui risque de devenir sa référence auditive. C'est un peu comme quand on s'habitue à manger trop salé, le retour à un plat normal parait fade et on resale. Ecouter coloré est donc un danger sournois à éviter. Le meilleur remède reste quelques vrais concerts en direct, avec de vrais instruments acoustiques non amplifiés pour retrouver des références auditives saines.


Courbe de réponse

La courbe de réponse représente l'évolution du niveau sonore en fonction des fréquences.

Crédibilité

mesure la capacité du système Hi-Fi à reproduire une musique que le cerveau prendra pour naturelle et non jouée par des haut-parleurs. On doit avoir le sentiment que les murs de la salle d'écoute disparaissent, remplacés par ceux du lieu supposé de la prise de son.

L'homme étant d'abord un être visuel, la crédibilité passe énormément par la bonne localisation géographique (visuelle mais ici virtuelle) des musiciens, en largeur et en profondeur. Elle passe ensuite par une densité des sources sonores qui ne doivent pas rendre une image instrumentale plate mais avoir une épaisseur, une consistance. Enfin il doit y avoir une parfaite cohésion entre la vue et le son, qui doit sembler jaillir d'un seul et même endroit, avec la même vivacité que si on se trouvait en direct, au concert.

Aucun son ne doit sembler sortir des haut-parleurs qui doivent donner l'impression de ne pas fonctionner. La scène sonore doit s'étaler largement derrière la ligne des haut-parleurs, avec plus ou moins profondeur selon la nature de l'enregistrement. Sur les grandes formations l'image débordera même à droite et à gauche des enceintes, formant avec le point d'écoute un angle en V supérieur à 60° (70 voire 80 ou 90°). Sur des prises de son stéréo à deux micros de type tête artificielle, il est possible de "matérialiser" le son dans l'espace jusqu'à un mètre devant l'auditeur (voir le CD test "bruits de rue et de moto") tout en ayant une profondeur quasi infinie derrière les enceintes.

Le temps nécessaire à "entrer dans la musique" sera d'autant plus court que la crédibilité sera plus forte. Sur un très bon système, c'est instantané. On y croit dès que la musique commence à jouer.

D


Décibels (dB)

Unité de mesure de l’intensité des signaux par rapport à une référence (souvent proche ou égale à 0). Le décibel exprime aussi un rapport logarithmique entre deux valeurs, et sert à mesurer des intensités en fonction d'une distance par rapport à la source sonore. A titre indicatif, pour entendre un son deux fois plus fort, il est nécessaire d’avoir une augmentation de son niveau de 6 dB ; 3 dB constituent la limite d’audibilité humaine.

Définition

ou résolution. Dans son sens informatique elle détermine la quantité d'information d'un format. Le terme est utilisé en vidéo et en photo. Ainsi une image TV en définition standard a une résolution de 720x576 pixels et passe en 1920x1080 en haute définition (HD). Le format audio PCM ou WAV du CDaudio représente une définition de qualité avec un flux d'informations de 1411 kilobits par seconde. Par comparaison le format MP3 représenterait la basse définition avec un flux de seulement 128 kbps (soit 11 fois moins d'informations). Le format SACD 1 bit DSD offre un flux de 2822 kbps, soit le double du CD audio(*).
La définition en rendu sonore va donc refléter la précision, la finesse avec lesquelles le son est reproduit, avec un maximum de détails, d'informations.
A l'écoute, un rendu sonore est défini quand on peut identifier et suivre aisément les lignes mélodiques, distinguer les voix ou les instruments dans un groupe très fourni, un choeur ou un grand orchestre.
La définition peut aussi caractériser des aspects particuliers. Le mot "ciselé" est parfois utilisé pour décrire une impression de définition très marquée avec des attaques de notes très franches. Par analogie, on parle aussi de netteté des contours, de son "cerné". Ces deux derniers aspects peuvent devenir des défauts s'ils sont trop marqués. A ne pas confondre avec lisibilité

Dégraissé

Ce terme s’applique au registre grave ou éventuellement au bas médium. Le côté dégraissé suggère un registre grave ferme, bien tendu, très lisible et dénué de toute forme d’opulence ou de boursoufflure exagérées. Le côté dégraissé ne suggère en aucun cas un registre grave écourté.

Déliée (scène sonore)

1:J’utilise souvent ce terme pour mettre en valeur la fluidité et l’écoulement de la restitution sonore. Les lignes mélodiques s’enchainent de façon souple, ordonnée, aérée, et harmonieuse.
2:fluidité et souplesse sonore. Les sons coulent naturellement, les lignes mélodiques se déroulent en courbes douces, harmonieuses. Le rendu musical est empreint d'une sérénité de bon aloi. Le delié fait rarement bon ménage avec les duretés, notamment sur le haut médium et dans l'aigu.

Démonstratif

L’utilisation de ce terme dans mes comptes rendus m’est venue lors d’écoute de matériels, pour qualifier des produits ou systèmes audio qui en font trop sur certains paramètres, notamment le côté hyper holographique de la scène sonore où l’auditeur a l’impression d’être agressé par une musique envahissante. On peut également qualifier de démonstratif un produit ou un système audio complet qui surligne tel ou tel registre ou groupe d’instruments de musique.

Détourage (des instruments et voix)

Cette expression traduit la faculté d’un système ou d’un élément de la chaîne haute fidélité à bien délimiter les contours d’une voix, d’un instrument ou d’un groupe d’instruments de musique.

Diaphonie

Elle est souvent utilisée lorsqu’il s’agit d’exprimer les interférences d’un canal par rapport à l’autre. Elle sert à définir la séparation des signaux d’un canal par rapport à l’autre.
Le rapport du signal parasite au signal d’origine, que l’on mesure en décibels, donne le taux de diaphonie.


Dureté

C’est l’inverse de la notion de  fluidité.

Dynamique

1:Etendue des valeurs d'amplitude utile d'un signal. En d’autres termes, les valeurs les plus faibles sont au-dessus du niveau de bruit, et les plus fortes en limite d'écrêtage, qu'il soit électronique ou acoustique. On l'exprime généralement par le rapport S/B en décibels (dB).
2:Il y a (au moins) trois sortes de dynamiques, l'absolue, la fine ou microdynamique et la capacité dynamique.
La dynamique absolue mesure l'écart entre les sons les plus bas et les sons les plus forts. C'est celle de l'ingénieur du son. Un CD autorise une dynamique qui peut atteindre 90 dB et un SACD autorise une dynamique de 120 dB. Cela n'offre pas un grand intérêt dans l'absolu. Rares sont les enregistrements qui atteignent 60 ou 65 dB de dynamique. Au delà, ils ne seraient pas écoutables sur une chaine Hi-Fi dans un salon. En effet en gardant les fortissimo à un niveau supportable, le niveau relatif des pianissmo serait tellement bas que le bruit amniant les couvrirait. Musicalement cette dynamique absolue n'est pas celle à laquelle l'oreille est musicalement le plus sensible sensible. L'oreille est sensible aux plus infimes variations instantanées de niveau car elle sait les interpréter finement.
C'est en effet cette microdynamique intermédiaire, qui est porteuse de toute l'émotion de la musique, de son expression, de sa tension et même de la notion de puissance au sens d'une progression impérieuse et inéxorable. Bien plus que le niveau final sonore qui sera atteint, ce qui compte pour l'oreille c'est comment on va l'atteindre.
La capacité dynamique est la capacité d'un système audio à reproduire un son durant toute sa croissance en intensité sonore de manière réaliste c'est-à-dire sans compression de dynamique ou avec une compression assez subtile pour ne pas pénaliser l'émotion (un crescendo depuis de le pianissimo jusqu'au fortissimo du tutti orchestral final par exemple).
Par réaliste on ne veut pas dire identique au niveau acoustique absolu du son en direct dans la salle de concert mais seulement trouver la forme de progression adéquate jusqu'au niveau sonore qui suscitera à domicile une émotion analogue, sans frustration, dans son salon. Une grande voix d'opéra atteint en effet 120 dB et une voix d'opérette 100 dB... ce serait stupide (et désagréable) d'arriver à un tel niveau sonore dans son salon.
L'exactitude du rendu des nuances fines est essentielle. Elle contribue pour une large part à l'expressivité de la restitution. Certains appareils ont tendance à simplifier, à caricaturer la dynamique en occultant les nuances fines. Ils manquent de subtilité et sont rarement musicaux. Souvent à puissance égale sur le papier (en Watts RMS) ils sonnent comme s'ils étaient deux ou trois fois moins puissants que d'autres amplis plus fidèles à la dynamique fine.

Le mal du siècle: l'usage abusif de la compression de dynamique. La tendance se fait de plus en plus d'atténuer les niveaux maximums (les pics) , de hausser les niveaux minimums et de remonter le niveau général moyen. Si c'est tolérable pour des fonds sonores, diffusés à faible niveau, propices à meubler les espaces commerciaux pour que le client n'y ressente pas l'angoisse du magasin vide ou pour diminuer la claustrophobie dans les ascenseurs, ce n'est pas tolérable pour de la musique à vraiment écouter. Cette tendance outrancière revient à supprimer toute expressivité à la musique, à en laminer la plus grande partie du sens et incite à écouter trop fort.
Cela a aussi une autre conséquence encore plus dramatique, celle d'habituer l'oreille a des niveaux sonores trop élévés et cela en permanence, sans jamais lui donner le temps de se reposer... et quand à cela on ajoute la compression de données genre mp3 ou wma, que reste-il de la musique? En plus d'en faire des "musicalement lobotomisés" on fait d'une partie de notre jeunesse une génération de sourds précoces en puissance!

E


Equilibre

1:On parle généralement d’équilibre lorsque les « sons », les fréquences, les plans sont harmonieusement répartis dans la scène sonore, sans aucune prédominance.
2:désigne l'aptitude d'un élément ou de la chaine hi-fi dans son entier à reproduire un spectre de fréquence plus ou moins large de façon subjectivement linéaire, sans favoriser ou défavoriser une zone particulière du spectre sonore. Traditionnellement les correcteurs de tonalité des amplis basculaient autour d'un point central, pivot, à 1000Hz. La courbe de réponse, non corrigée, est alors symbolisée par une droite horizontale. Si on baisse le registre grave et rehausse le registre aigu de manière équivalente la droite pivote, bascule, on parle alors d'équilibre «montant» car il favorise les fréquences hautes. Au contraire, si la courbe s'inverse, on parle d'équilibre «descendant» quand les basses fréquences sont prédominantes.

Etagement des plans sonores

Capacité à apprécier la distance à laquelle se trouve un instrument de musique ou des voix et la distance en profondeur qui sépare deux « objets » entre eux. On peut évoquer également le relief sonore.

Extrême Aigu       

Partie supérieure du registre aigu, qui monte jusqu'aux fréquences les hautes audibles au delà desquelles commencent les ultras-sons.

L'extrême aigu n'est perceptible qu'au oreilles jeunes et la presbyacousie naturelle (cliquez) venant avec l'âge pourrait faire penser que ces fréquences sont peu importantes dans le rendu musical. Erreur! Ce serait croire que le spectre audible peut se découper en tranches indépendantes. Musicalement parlant il n'en est rien, c'est un tout. L'extrême aigu rejaillit sur le médium et à la limite sur le grave même si on ne l'entend pas directement. Son accentuation ou sa disparition change immédiatement l'équilibre tonal global et perturbe aussi la perception géométrique de la scène sonore virtuelle.
Anecdote: Dans ma jeunesse j'étais très gêné par le sifflement à 19kHz des tout premiers tuners UHF qu'on plaçait sur le flanc des grosses TV noir et blanc pour recevoir les nouvelles deuxième et troisième chaines (eh oui, 1964, 3 chaines TV en tout et pour tout!)... mon père et ma mère ne l'entendaient bien sûr pas du tout, pourtant moi j'étais obligé de quitter la pièce. Aujourd'hui je n'entends pratiquement plus les signaux sinusoïdaux purs au delà de 12 ou 13 kHz (selon l'oreille testée) et pourtant si on me les enlève en musique (par filtrage à pente raide), à l'évidence ils me manquent! L'expérience montre même que toucher aux plus hautes fréquences, supérieures à 15 kHz, se perçoit à tout âge. Je perçois donc l'absence de ces fréqnences "médicalement inaudibles" parce qu'elles font partie intégrante de mon univers musical global, sans distinction entre de pseudos zones grave/médium/aigu qui n'existent séparément que par convention sémantique, par besoin de catégoriser tout et n'importe quoi.

Extrême Grave

sous grave ou infra grave. Encore une convention de langage, dont les limites sont floues. Infra grave de 15 à 50 hz, voire 80 Hz(*)
Le bas du spectre sonore s'entend avec les oreilles et plus on descend en fréquences plus il se ressent corporellement au niveau de la poitrine, du ventre, des jambes (impact). La perception par le cerveau de ce registre très grave lui fait reconstituer la réalité sonore d'une vraie salle, avec son acoustique. Tout le rendu sonore se trouve rééquilibré, plus dynamique, plus imposant et majestueux quand il faut, ce qui est rarement possible quand l'extrême grave est absent. Cet aspect a lancé la mode des caissons graves dédiés, autoalimentés. En dessous 100 Hz nous ne percevons plus la provenance du signal, l'oreille humaine ne parvient pas à situer spatialement l'origine du son, cela permet de placer plus facilement un caisson grave dans une pièce. Leur apport est certain mais on peut parfaitement s'en passer si on euphonise son système.
Dans une pièce moyenne, un salon de 25 ou 30m² par exemple, l'extrême grave n'est pas censé pouvoir être reproduit parce que la longueur d'une seule onde sonore dépasse les dimensions de la pièce. Là encore, on oublie que le rendu sonore forme un tout. On oublie aussi la psychoacoustique qui fait que le cerveau reconstitue un son fondamental (voir ce mot) absent à partir de ses harmoniques supérieurs, 2, 3, 4, 5...
Non directionnel, difficile à produire dans une pièce de dimensions moyennes, peu riche en instruments de musique descendant aussi bas, on pourrait croire que la reproduction du sous grave est somme toute secondaire sur un système Hi-Fi. Ce serait une erreur. L'image sonore gagnera en réalisme, les attaques de contrebasses retrouveront une franchise très véridique et une fin de note sans aucun traïnage, tout paraitra plus stable, plus fermement ancré, plus dense, plus riche. Les intentions du compositeur et des musiciens seront ressenties avec bien plus d'évidence et les montées en puissance prendront une autorité que vous ne soupçonnez même pas. C'est tout ce qui fait la différence entre un bon système et un grand système.

F


Fermeté

En général destiné à qualifier le bas du spectre, le terme de fermeté est employé lorsque l’on veut mettre en avant la précision et la lisibilité du registre bas médium ou grave. On peut aussi parler d’un grave bien tendu, sans trainage, et qui a du répondant.

Focalisation

En photographie, le point focal est situé sur l'axe optique d'un objectif, là où convergent tous les rayons lumineux. En audio c'est le point d'où semble provenir la source sonore.
Ce point est défini par un axe et une distance virtuelle vis à vis de l'auditeur mais aussi par une épaisseur. Une bonne focalisation correspond à une image virtuelle clairement définie dans l'espace. Un tel point virtuel permet une meilleure fixation visuelle et l'oeil y va chercher naturellement la source du son qu'il y entend.

L'homme est d'abord un être visuel. Quand l'oeil s'est ancré sur le point en question, qu'il y entend la musique s'en échapper, le cerveau a vite fait d'y apposer une image mentale de l'instrument qui joue ou de l'artiste qui chante. La concentration est facilité, l'acuité auditive est accrue et se traduit par exemple comme le fait de mieux entendre les brefs moments de silence entre les impulsions musicales dans le son reproduit. Ne pas confondre focalisation avec la localisation, qui repère la position géographique en azimuth, c'est-à-dire l'angle horizontal entre la direction d'un objet sonore et une direction de référence, par exemple l'axe centrale de la scène sonore. On peut avoir localisation sans pour autant avoir un son focalisé. Quand focalisation, localisation et matérialisation (voir ce mot) sont à leur mieux et coincident pour un instrument ou pour une voix humaine on obtient la 3D phonie

Fondamentale

Son musical qui donne la sensation de base de hauteur, perçu comme le premier terme de la série harmonique émise . Tous les sons musicaux sont un mélange de signaux sinusoïdaux dont les fréquences respectives sont multiples de la fréquence fondamentale, la fréquence la plus basse. La fondamentale définit la note, détermine la hauteur du son, et les harmoniques caractériseront le timbre de l'instrument. Ces fréquences multiples de la fréquence fondamentale sont appelés harmoniques.

Par exemple pour un signal de fréquence fondamentale 440 hertz (le la3 du piano), ses harmoniques sont :
-  880 Hz harmonique 2 - la4
- 1320 Hz harmonique 3 - la5
- 1760 Hz harmonique 4 - la6
- 2200 Hz harmonique 5 - la7
- 2640 Hz harmonique 6 - la8
- 3080 Hz harmonique 7 - la9
On distingue souvent les harmoniques pairs et impairs car en matière de distorsions l'oreille tolère bien mieux les premières que les secondes.

Bizarrement le cerveau reconstitue un son manquant, surtout pout les sons graves. Si vous lui faites entendre seulement les harmoniques 2 à 7 ci-dessus, il entendra (faiblement car le son n'est pas grave) la fondamentale à 440Hz alors qu'elle n'est pas émise!
On peut mettre à profit cette étonnante faculté d'entendre un son fantôme.
Lire: Précis de l'audition considérée sous l'angle de ses singularités
Un son très grave de 30 Hz demande 11,43 mètres(*) pour développer en entier une seule sinusoïde, il est donc improduisible et inaudible dans une pièce qui ne ferait que 6m dans sa plus grande longueur. Mais ce son à 30Hz a aussi engendré des harmoniques à 60, 90, 120, 150, 180 Hz qui, eux, seront bien audibles dans une pièce de 6m de long... Le cerveau reconstitue naturellement ce son fondamental absent et on entendra ou plutôt dans ce cas on ressentira le 30Hz théoriquement inexistant. C'est un des mystères de la psychoacoustique.
En optimisant la phase de ces harmoniques graves, on peut par exemple se dispenser de tout caisson grave autoamplifié.

Si l'oreille n'entend pas certains sons graves mais que le cerveau les reconstitue, on peut penser qu'il en est de même pour l'extrême aigu et probablement aussi pour les ultrasons (voir à ce mot). Le cerveau a des capacités surprenantes à décortiquer des informations d'où qu'elles viennent. L'audition est l'ensemble des mécanismes de captation de l'environnement sonore (oreilles mais aussi la boîte crânienne et l'ensemble du corps pour certaines bandes de fréquences) qui permet au cerveau d'en faire une synthèse et son interprétation. L'oreille et l'oeil sont seulement des capteurs, c'est le cerveau qui fait ensuite le boulot

Fruité

Mot « imagé » pour évoquer l’étendue de la richesse musicale, et pour signifier un message musical qui contient beaucoup de petites subtilités et de détails, et contient un large éventail de timbres.

Fluidité

Une musicalité dite fluide s’apprécie lorsque la musique coule sans accroc, sans gêne, sans dureté, avec beaucoup de spontanéité, et de naturel.

G


Grain

On dit d’un instrument de musique qu’il a du grain, lorsque l’on évoque la grande qualité de la définition ou la texture reproduite. Il ne faut pas confondre le grain avec la couleur tonale, qui n’a pas la même définition.

Grave

Le grave est une notion très relative, qui s'apprécie nécessairement en référence à un ambitus particulier (le spectre sonore audible par l'homme)  : il n'existe pas d'absolu dans ce domaine, et aucune frontière précise vient séparer le grave du médium , ni ce dernier de l' aigu (wikipedia) . En hi-fi le grave correspond à une bande de fréquences 15 Hz à 150 Hz [Spectre sonore, voix et instruments] La bande 15 à 50 Hz est souvent dissociée et baptisée extrême-grave (voir ce mot) ou infra-grave car plus ressentie qu'entendue et non directive. L'oreille humaine est nettement moins sensible au grave qu'elle ne l'est au medium et à l'aigu (voir courbe ci-dessous). Des correcteurs de tonalité dits "physiologiques" (voir ce mot) compensent cette particularité de l'oreille. Les voix d'homme et plus de la moitié des instruments de musique peuvent descendre jusqu'à ce registre et y avoir une fréquence fondamentale. Il est donc tout aussi important que le médium et l'aigu. En outre il contribue énormément à la perception du rythme, à l'ambiance et l'acoustique de salle. Avoir des basses de qualité est important, on parle de fermeté (voir ce mot) . Qualité ne signifie pas quantité. Elles ne doivent pas devenir envahissantes et ne pas exister quand le message musical n'en comporte pas, sinon il s'agit d'une coloration (voir ce mot). La qualité se définit par un niveau correct quand il le faut, de la fermeté et une bonne différenciation des timbres avec une excellente attaque du son. Le grave est le point faible de nombre d'enceintes acoustiques et surtout de nombre de salles d'écoutes domestiques, salon, living, non traités acoustiquement. Les bass-trap sont ainsi des résonateurs acoustiques destinés à piéger des fréquences graves (trop) gonflées dans une pièce par le jeu des ondes sationnaires (voir ce mot).
La mode chez les jeunes et même les moins jeunes est aux basses qui "tapent" (bosse dans la bande 80-100Hz). C'est peut-être compréhensible en concert pop ou en effets spéciaux pour du home-cinéma. Une bonne chaine Hi-Fi doit se contenter de taper si ça tape sur l'enregistrement, mais d'être douce et subtile le cas échéant. Un bon système audio doit être transparent, tel un caméléon qui prend la couleur de ce qu'on lui donne à l'entrée, ni plus, ni moins.

H

Haut Médium

Correspond à la bande 2000 à 4000 Hz. La zone de sensibilité la plus grande de l'oreille se situe sur cette bande de fréquences, dès lors, une accentuation exagérée du haut médium engendre rapidement de la fatigue auditive avec un son qui peut vite devenir agressif. Mais inversement un haut médium atténué diminue la clarté, la reconnaissance vocale et la présence. Pour les instruments à percussion, cette zone conditionne le bon ressenti des attaques.

Holographique

Une restitution sonore dite "holographique" permet de restituer l’image musicale en trois dimensions (hauteur, largeur, profondeur de scène sonore).

Holophonie

Holophonie vient du grec "holos" (entier) et de "phônê" ( la voix). Un système holophonique enregistre outre les sons qui viennent de face, horizontalement, mais prend en compte également ceux qui arrivent de côté, d'en haut et de l'arrière. On cherche ainsi à enregistrer et à reproduire l'espace sonore qui nous entoure dans sa totalité. Le "multicanal", le "home cinéma" ou le son "surround" ne prennent pas en compte la dimension verticale. L'holophonie impose une technique de prise de son spéciale à 8 micros sur 8 pistes différentes et une reproduction par 8 haut-parleurs placés aux quatre coins de la pièce en bas et en haut. La reproduction tridimensionnelle du son n'est donc pas à la portée du premier venu.
A-telle un intérêt musical au delà de la recherche scientifique pure?
Dans la réalité du concert, vrai, en direct, notre attention est en fait tournée vers l'orchestre, la scène, avec un champ de vison subjectivement réduit (les projecteurs n'éclairent pas en principe le public) et un champ d'écoute sélectif favorisant le frontal. Personnellement j'ai estimé à un angle d'environ 90° horizontal et de 30 ou 40 ° vertical ce que j'entendais en général en salle, en musique symphonique comme en récital ou en petites formations, plus bien sûr l'ambiance, l'acoustique de la salle..

I

Impact

1:La notion d’impacts traduit le comportement lié à la rapidité de l’amplificateur qui réagit de manière plus franche, plus précise, avec un aspect net.
2:Une attaque très rapide du son dans le registre grave se ressent plus par le corps que par les oreilles. Ce choc de l'onde de basse fréquence participe à la sensation d'un grave puissant, générateur d'émotion et se traduit par une brève sensation de pression viscérale, voire même dans la cage thoracique . C'est la raison pour laquelle le grave des casques et plus encore des écouteurs intra-auriculaires, est rarement aussi satisfaisant que sur enceintes car cet impact corporel est inexistant. La tendance des fabricants de casque est alors souvent de gonfler artificiellement le grave pour compenser ce déficit de sensation. C'est un pis-aller et qui tourne vite à la caricature. En concert pop ou en boites de nuit, cet effet est très recherché, jusqu'à l'abus, à grand renfort de décibels quitte à mettre en danger les oreilles du public.


Impédance acoustique


L'impédance est exactement l'inverse d'une résistance (en électricité). Par analogie, on définit l'impédance acoustique : en électricité on a la loi d'Ohm : U=RI ou Z = U/I avec Z=1/R l'impédance. On fait correspondre la pression à la tension électrique U et la vitesse (du son) à l'intensité électrique (qui correspond au déplacement des électrons). L'impédance acoustique est donc le rapport de la pression sur la vitesse (du son).

Infra grave

Ce terme qualifie les fréquences très basses, et en tout cas inférieures à 20 Hz. Peu d’instruments de musique s’aventurent dans cette gamme de fréquences. A ma connaissance, seules les grandes orgues sont capables de descendre aux alentours de 15 Hz. Par ailleurs, l’oreille humaine ne les perçoit pas. De surcroît, peu d’instruments de musique (à l’exception des grandes orgues) s’aventurent dans cette zone de fréquences.

Infrason

Ondes sonores de fréquences inférieures à celles perçues normalement chez l'homme. En général, la fréquence de ces ondes est inférieure à 20 Hz.

Le plus grand jeu d'orgue descend à 16Hz, c'est l'instrument de musique qui est capable de produire le son le plus grave.

On pourrait penser qu'il est inutile qu'un système reproduise des sons inaudibles. Pourtant l'expérience à été faite (par Kef dans les années 70 si ma mémoire est bonne) qu'une coupure rapide en dessous de 16Hz s'entendait et même qu'une coupure à 7Hz avait des répercussions sur tout le haut du spectre sonore. Le médium et l'aigu se trouvaient plus aérés et naturels si les enceintes descendaient en dessous de 7Hz sans coupure.
La perception par l'homme de son environnement sonore est bien plus subtile que l'audition par les oreilles de la seule bande 20Hz à 20 kHz. Il convient en effet d'y ajouter les harmoniques et les fréquences battements et surtout l'audition corporelle . On ressent ces fréquences par le ventre, la poitrine, les pieds, le sol alors qu'on ne les entend pas avec les oreilles. L'extrême grave et à fortiori les infrasons sont des fréquences qui participent au sentiment musical qui sera perçu, de manière inconsciente, certes, mais bien réelle. La perception de l'espace, la crédibilité des tuttis, l'ampleur orchestrale imposante, impériale, d'une grande formation ne seront rendues que si on descend, d'une manière ou d'une autre, jusqu'aux extrêmes limites vers le bas du spectre sonore.

L

Largeur

dimension apparente de la scène sonore. La largeur dépend de l'écartement des enceintes, du point d'écoute choisi et bien dûr de la prise de son et de la nature de l'objet sonore enregistré.
Un chanteur qui s'accompagne à la guitare n'a pas vocation à remplir la totalité de l'espace entre les enceintes (voir à anamorphose) alors qu'un grand orchestre symphonique peut même largement déborder à droite et à gauche des enceintes (sur les bons systèmes Hi-Fi).
La largeur apparente se modifie donc avec chaque enregistrement. Tout autant que la largeur, la façon dont est rempli l'espace : homogénéïté, stabililté, plans, aération... (voir à spatialisation) intervient énormément dans la crédibilité (voir ce mot) du rendu sonore.

Legato

Terme de musique, qui, mis en tête d'un passage, indique qu'il faut en lier les notes. Désigne une manière de jouer en liant les notes entre elles sans interruption, en soutenant chaque note jusqu'à l'amorce de la prochaine.

Souligne l'aptitude d'un appareil hi-fi à restituer ce lien sans rupture. Quand un appareil traduit bien le legato, il est rare que sa musicalité soit par ailleurs prise en défaut.  


Lisibilité

Chaque note de musique est décortiquée, avec une forme de détourage qui permet à l’auditeur de bien cerner le contour de l’instrument, du groupe d’instruments, ou des voix.

Limpide

Ce mot permet de mettre l’accent sur la transparence et de décrire d’une autre façon finalement l’aspect analytique d’un système ou d’un maillon haute fidélité.

Lumineux

On évoque la luminosité ou la limpidité d’un maillon audio ou d’un système audio intégral, lorsque celui-ci à des propensions à s’exprimer de façon libre vers le haut du spectre, en laissant apparaître beaucoup de détails, de subtilités, et de nuances. Attention à ne pas confondre la luminosité avec un registre aigu acide et / ou agressif.

Linéaire

Un système ou un produit audio réputé linéaire (ou droit) ne laisse pas la musique déborder ou mettre en avant tel ou tel registre.


M

Matière – matérialisé

1:Obtenir une restitution matérialisée s’apparente à des instruments ou voix qui offrent de la consistance et une forme d’épaisseur qui évoque la mieux possible celle d’un instrument ou groupe d’instruments de musique écoutés en direct. La matérialisation prend d’avantage son sens sur des instruments acoustiques. On peut aussi parler de « corps » ou « d’enveloppe ».
2:sentiment que le son prend corps dans l'espace à un endroit précis, avec de la matière, une enveloppe précise et une épaisseur correspondant à ce que le cerveau a mémorisé pour le chanteur qui chante ou l'instrument qui est joué.
Le son acquiert une troisème dimension et n'est plus plat comme un théâtre d'ombres chinoises. C'est un son en relief, propre par exemple à l'holophonie, au mulicanal (si bien réglé) ou encore à la 3D phonie.
La matérialisation participe énormément à la crédibilité du rendu sonore car elle fixe naturellement le regard et l'attention sur les objets sonores comme dans la réalité.
3:ou corps, densité. Qualité de rondeur et de robustesse dans le son reproduit. Impression de consistance plus ou moins grande du son.

Par exemple, on parle de manque de matière quand les sonorités semblent dépourvues d'épaisseur.

Médium (registre)

1:Groupe de fréquences situées dans une fourchette large comprise entre 200 Hz et 5000 Hz. On divise souvent cet ensemble en deux sous ensembles appelés bas médium et haut médium.
Le bas médium se situe dans une fourchette de fréquences comprises entre 150Hz et 300Hz. Le haut médium se situe dans une fourchette de fréquences comprises entre 2000 Hz et 4000 Hz.
2:Le medium se situe entre le grave et l'aigu, il couvre la bande de fréquences de 150 Hz à 2 ou 3 kHz. C'est la bande de fréquence la plus riche en informations car elle correspond aux fréquences fondamentales de quasi tous les instruments et de la voix humaine.

Voix d'homme :

   "Basse": de 70 à 350 Hz environ.
   "Baryton:" de 100 à 450 Hz environ.
   "Ténor": de 130 à 550 Hz environ.

Voix de femme :

   "Contralto": de 175 à 800 Hz environ.
   "Soprano": de 250 à1100 Hz environ.


C'est la bande qui doit impérativement être de la meilleure qualité possible avec une linéarite parfaite, une phase parfaite entre les deux voies G et D, et un minimum de distorsions.

Mordant

C'est la forme de l'attaque du son à son tout début qui détermine à la fois la tonalité, le timbre, sa matière et sa microdynamique. Ce court instant est riche en informations sur la qualité du système hi-fi, et contribue au plaisir d'un son vrai et riche lors de l'écoute. Le mordant qualifie surtout la façon dont l'archet attaque la corde. La collophane et le crin ont une façon particulière de générer le son, qui tient à la fois à l'instrument, à l'artiste et à la prise de son. Rendre cette attaque de corde de manière naturelle, sans insister trop mais sans rien gommer relève du grand art plus que de la hi-fi.

Analogue au mordant de l'archet: la prise en bouche de l'anche, l'attaque du son dans l'embouchure de la trompette, le feutre du marteau du piano, la main sur la peau du tambour, la corde grattée de la guitare ou du luth etc.

N

Neutralité

Un système dans son intégralité ou un élément de ce système audio est réputé neutre lorsqu’aucune trace de coloration n’est mise en avant. Ainsi, la répartition des différentes fréquences est totalement dépourvue de colorations intempestives. La musique s’exprime alors de façon beaucoup plus naturelle.

O

Ouverture

J’utilise ce terme au travers de mes comptes rendus d’écoutes pour qualifier l’aspect expressif de la restitution sonore. Un système ou un produit « ouvert » est système qui laisse passer beaucoup de détails, beaucoup de nuances, de l’aération, et suggère une liberté d’expression, et qui, par définition, respire et apporte une sorte de ‘’bouffée d’oxygène’’ musicale.

Objectivité musicale

La notion d'objectivité repose sur des critères et des caractéristiques musicales qui peuvent se vérifier facilement et que tout à chacun pourra entendre : par exemple, grave proéminent, aigu en retrait, voix projetées en avant, etc....

P


Plans – étagement des plans

1:On évoque les plans ou l’étagement des plans lorsque l’on évalue le positionnement des musiciens ou groupes de musiciens au sein de la scène sonore. Suivant les cas de figure et le matériel utilisé, l’auditeur sera en mesure de faire la distinction et de mesurer la distance en profondeur entre les interprètes. Il est entendu que, suivant les moyens mis en œuvre, certaines prises de sons ne permettent pas d’appréhender correctement l’étagement des plans.
2:Terme emprunté à la vision et à la photographie: premier plan, second plan, plan moyen, arrière plan, plan lointain...

Capacité à apprécier la distance à laquelle se trouve un objet (ici un objet sonore) et la distance en profondeur qui sépare deux objets entre eux. La vision binoculaire, par la stéréoscopie, permet cette appréciation pour les courtes distances et les distances moyennes. Le maximum de précision se fait pour tout ce qu'on peut prendre avec la main. L'estimation devient plus imprécise dès que la distance grandit voire impossible à quelques centaines de mètres. Il suffit de fermer un oeil pour perdre la perception des différents plans et du relief.

L'écoute binaurale offre la même possibilité si toutefois la chaine Hi-Fi respecte la bonne mise en phase des deux voies du signal stéréo (et si la prise de son est de bonne qualité).
Au même titre qu'un zoom ou des jumelles puissantes compressent, tassent, les plans visuels, jusqu'à donner l'impression d'une image plate, une chaine médiocre compressera l'image sonore en la rendant plate, ce qui ne veut pas dire que l'image ne puisse pas avoir de la profondeur. Il peut y avoir de la profondeur mais avec une confusion des plans qui empêche leur bonne lisibité. La perception des plans sonores n'est pas évidente et demande une certaine éducation de l'oreille.
Les respect des plans sonores en Hi-Fi ne se borne pas au besoin de repérer les musiciens dans l'espace, c'est ausi une composante de la musique. Le compositeur peut avoir décider de superposer les plans sonores. Il répartit alors les événements sonores d’une manière spatiale et temporelle afin de nous faire imaginer une histoire (œuvre orchestrale descriptive) ou afin d'accroitre l'attention, de relancer l'intérêt, de surprendre, d'évoquer une atmosphère ou un sentiment, de faire dialoguer des instruments etc...

Puissance

Quand on parle de puissance, il faut mettre le mot au pluriel. Il y a les "vrais" Watts, RMS (root mean square) mais aussi la puissance crête (watt crête), la puissance crête à crête (watt crête à crête), la puissance musicale (watts musicaux), la puissance DIN (Watt DIN), la puissance impulsionnelle, la puissance moyenne, la puissance PMPO (Watt peak music power output) et enfin et surtout il y a la puissance ressentie par l'auditeur... Ouf! et c'est cette dernière qui seule m'intéresse, et encore, seulement dans ce qu'elle véhicule de l'intention du compositeur, de l'artiste ou du chef d'orchestre.
Pour moi ce n'est pas le niveau sonore final maximum qui compte musicalement mais l'intention, le but visé, et la façon de l'atteindre. Si l'intention n'est pas respectée, ce n'est jamais que du son très fort, peu générateur d'émotion. Par contre pour le même niveau sonore si l'intention y est, on a la chair de poule et on est transporté par le tutti orchestral. Subjectivement on aura le sentiment d'avoir entendu un fortissimo ffff bien plus impérial et grandiose que dans le premier cas.
La puissance d'un haut-parleur ne définit que sa puissance maximum admissible avant destruction, la puissance d'un ampli définit la puissance qu'il peut délivrer sans que son alimentation ne s'écroule et écrête... dans les deux cas cela ne détermine en rien une qualité musicale à l'écoute.

Pupitre

Les pupitres, ou lutrins, sont ces trépieds porte-partition placés devant les musiciens, souvent partagés par 2 ou 3 musiciens - à raison d'un pour pour deux violonistes par exemple. En termes de prise de son, cela définit dans un grand orchestre les groupes d'instruments de la même famille que le preneur de son va s'attacher à capter en conservant leur caractère homogène.

Dans un ensemble musical , un pupitre désigne un groupe de musiciens exécutant la même partie , comme les ténors dans une chorale ou les deuxièmes violons dans un orchestre symphonique , mais il dénomme aussi un ensemble d' instruments appartenant à la même famille, les bois d'un orchestre d'harmonie ou les cuivres d'un big band .
Un bon système Hi-Fi doit permettre de retrouver un placement spatial correct des différents pupitres, tant en largeur qu'en profondeur. Pour des petites formations, les pupitres correspondent à autant de solistes dont la séparation doit sembler évidente tout en conservant une parfaite cohésion, une homogénéité, avec les autres musiciens. L'impression qu'il "circule de l'air" entre les pupitres est un excellent critère qualitatif. Le jeu de chaque pupitre doit être autonome et ne pas intermoduler avec les autres sous peine de confusion, au prix d'une perte de lisiblité des lignes mélodiques pouvant aller jusqu'à la disparition du sens du discours musical (soit on s'ennuie, soit on ne comprend plus), voire la cacophonie (et là, ça devient franchement désagréable)

R


Registre

1:Qu’il soit grave, médium, aigu, le registre permet de définir les grandes natures de fréquences utilisées dans le domaine de la haute fidélité.
2:En musique, ce terme désigne les zones correspondant aux principaux types de sonorité: grave, médium et aigu. Par souci de précision, ces zones sont parfois déclinées entre bas et haut (exemple : haut­grave, bas-médium, extrême aigu) afin de mieux localiser un défaut ou une qualité de la restitution, sans que ceci corresponde à une bande de fréquences aux limites bien déterminées..
Pour le chant on lui préfère parfois le mot tessiture, qui recouvre l'étendue du registre vocal émis par un chanteur ou une chanteuse avec un maximum d'aisance (en général 2 ou 3 octaves). A ne pas confondre avec "étendue vocale" qui est l'ensemble des notes que peut émettre une voix depuis l'infragrave jusqu'au suraigu.
Registre d'orgue : dans les orgues à transmission mécanique, on appelle registre, le tirant manuel installé sur la console, à portée de main de l'organiste, et qui lui permet, à raison d'un registre par jeu, d'actionner la réglette et donc de faire parler ou taire le jeu choisi.
Registre de clavecin : par analogie avec l'orgue, certains clavecins disposent de tirants ou de pédales pour créer des timbres différents.
Un bon système audio hi-fi se doit de reproduire de manière égale tous les registres, de façon homogène, sans accidents et avec une parfaite continuité.

Relief

caractérise l'étagement des plans sonores en profondeur. Le relief ne peut être dissocié de la notion de profondeur de la scène sonore, à savoir la distance qui sépare l'auditeur des instruments les plus éloignés. Cependant une image peut être profonde mais sans relief. On parle alors d'image plate.
Plus l'étagement des plans est marqué dans une grande formation (orchestre symphonique, choeurs) et plus le discours musical sera intelligible. L'intention musicale de l'auteur, du chef et des artistes sera plus aisément transmise à l'auditeur installé devant sa chaine Hi-Fi.

L'expression la plus aboutie du relief, outre les plans sonores bien marqués, réside dans le sentiment que chaque pupitre, chaque instrument ou chaque voix possède lui-même de l'épaisseur.

Réverbération

Assimilé à un phénomène d’écho, la réverbération est un phénomène de retour des multiples ondes réfléchies.
La réverbération est propre à chaque lieu d'enregistrement et sa bonne restitution permet de retrouver l'ambiance de ce lieu.

Relief sonore

On définit le relief par un étagement des plans en profondeur au sein de la scène sonore. Le relief et profondeur de la scène sonore ne peuvent être dissociés. A l’écoute, on perçoit dans l’espace (ou non) la distance qui sépare l'auditeur des instruments les plus éloignés. Plus l'étagement des plans est marqué au sein d’une grande formation orchestrale, et plus le message musical sera « intelligible ». Ainsi la communication avec l'auteur sera mieux établie.

Rythme

le rythme en Hi-Fi, c'est la bonne restitution du temps, du tempo. Respecter la cadence est bien le minimun que doit faire tout système audio. Cependant un système ne devient musical que lorsqu'il est capable de restituer l'expression même du rythme, l'intention de l'artiste. C'est alors qu'on parle de vie, de peps, de punch, d'allant, d'envie de jouer , et que ça devient contagieux avec le pied qui se met tout seul à battre la mesure à l'écoute d'un morceau de jazz, ou encore lorsqu'on oublie de respirer le temps d'une inéxorable montée en tension dans un concert classique. Un même morceau de musique qui semble époustouflant sur une bonne chaine Hi-Fi bien euphonisée (voir ce mot) et sans considération de prix peut au contraire paraitre terne, fade et presque sans intérêt sur une chaine mal optimisée, et même fort chère.  


S


Sécheresse

1:Il s’agit d’une impression ressentie lorsque les notes de musiques paraissent s’éteindre de façon prématurée. Cette « simplification » musicale affecte essentiellement les notes haut médium / aigu.
2:impression ressentie lorsque les sons ou leur réverbération paraissent s'éteindre prématurément. Elle dénote un certain étouffement des sons les plus faibles, des extinctions de notes et cela de façon indépendante de l'acoustique du local.

La sensation de sécheresse peut tout aussi bien être ressentie dans une salle de prise de son mate, feutrée, à très faible réverbération. Le son semble anormalement écourté, comme tronqué, peu naturel avec une tendance à l'agressivité.

Sifflantes (Sibilance)

En hi-fi il s'agit de caractériser un défaut présentant une exagération des notes aigües et tout particulièrement dans le chant des lettres S.
Cette mauvaise reproduction des S dans la parole est très évidente dans nombre d'émissions radio FM (saturation du fait de la surmodulation).
Sur une chaine hi-fi, en lecture de CD audio, la chose est fréquente et on l'attribue la plupart du temps à tort à la prise de son, alors que c'est la chaine hi-fi qui est en cause

Silence

Le silence parfait théorique correspond à 0 dB SPL, qui définit le seuil audible. A ce niveau limite, le tympan se déplace d'une distance d'environ 1 / 10 du diamètre d'un atome d'hydrogène. La sensibilité de l'oreille est vraiment stupéfiante. L'écoute binaurale et ensuite l'intégration et l'interprétation du message par le cerveau en font un outil d'analyse qui dépasse de loin tous les instruments de mesure électroniques (*) .
En deça de 0 dB, la limite d'audition est aussi constituée par le bruit de fond émis par l'homme, sa respiration, sa circulation sanguine, ses battements de coeur et même son influx nerveux. Dans la nature le silence parfait n'existe pas et un lieu très silencieux atteindra vite 10dB(A) en haute montagne ou 20 dB(A) en rase campagne. Un appartement sera considéré très silencieux si le bruit ambiant se situe vers 40dB. En pratique cela signifie que l'écoute d'un excellent enregistrement (LP vinyle, CD, SACD, DVD-audio, DVD-AD ou SARD) offrant une "dynamique vraie" de 55 à 65dB (rare!) y sera écouté dans de bonnes conditions.
NB. Les 90 db ou 120dB de dynamique théorique des CD et SACD sont en réalité inutilisables et inutilisées dans les faits! Quasi tous les enregistrements musicaux font l'objet d'une compression de dynamique. Un trombone écouté en direct peut atteindre 120 dB SPL et un grand orchestre classique 130 dB. Avec un salon à 40 dB de bruit ambiant cela conduirait à 160 et 170 dB de niveau acoustique! Sachant que le seuil de la douleur est à 135 dB, vous seriez sourd bien avant, si ce n'est mort et enterré sous vos murs et votre plafond qui se seront probablement effondrés!
Le meilleur et ultime outil de mesure du rendu sonore d'une chaine hi-fi reste l'oreille humaine. Et c'est en outre un outil unique, à la fois semblable et différent, car tout comme il n'y a pas deux hommes pareils, aucune audition n'est exactement la même. Ce que vous entendez, vous êtes le seul à l'entendre comme ça!

Spatialisation

1:La spatialisation définit les trois paramètres que peuvent prendre l’expression musicale dans la pièce d’écoute : largeur, hauteur, profondeur. La spatialisation s’apparente à l’aspect holographique défini ci-avant.
2:L'écoute sur enceintes acoutiques et l'écoute au casque offrent deux spatialisations différentes.
Dans la salle d'écoute, la scène sonore se déploie entre les deux enceintes ( parfois même en déborde de part et d'autre) et s'emploie à restituer avec le plus de vérité possible le jeu des musiciens, à leurs places respectives tant en largeur qu'en profondeur avec un étagement correct des plans sonores (voir ce mot), des pupitres (on parle alors de relief). Le casque classique créé une image intra cranienne entre les deux oreilles, avec une latéralisation souvent accrue. Acuité et localisations, selon les prises de sons peuvent être donc sensiblement accrues en écoute au casque de par la proximité de la membrane émettrice, et par une transmission non perturbée par l'acoustique de la pièce. Cependant cette écoute demande une adaptation mentale qui rebute parfois au point que certains ne peuvent s'y faire. Les casques dits "ouverts" aérent un peu la scène sonore en faisant parvenir par l'extérieur un peu du son de l'autre oreille, sans pour autant supprimer la sensation de "son dans la tête".
Personnellement en bidouillant mon casque Stax Lambda, (électrostatique ouvert, à membranes de très grande surface (*) j'ai pu le transformer en "enceintes d'oreilles", et l'image se forme devant ma tête et non plus dedans, sans toutefois bénéficier d'un élément d'écoute et de plaisir important, celui de l'impact physique sur le corps, autre dimension essentielle de la musique.
La spatialisation dépend au départ de la qualité de la prise de son. Pour respecter l'homothétie (**) de la prise d'une son stéréo à 2 micros , les enceintes acoustiques devraient être écartées de la même distance qui sépare les micros. Ce qui revient à dire qu'une prise de son effectuée avec un couple ORTF (cliquez) ou une tête artifcielle (cliquez) ne peut être écoutée qu'au casque pour bénéficier de toutes sa qualité. Aucun enregistrement ne précise ce genre d'information, et c'est bien dommage. En outre depuis longtemps les prises de son sont faites avec de nombreux micros de renfort, au grand dam de la cohésion et de l'image sonore virtuelle qui perd souvent toute crédibilité.

Staccato

La spatialisation dépend au départ de la qualité de la prise de son. Pour respecter l'homothétie (**) de la prise d'une son stéréo à 2 micros , les enceintes acoustiques devraient être écartées de la même distance qui sépare les micros. Ce qui revient à dire qu'une prise de son effectuée avec un couple ORTF (cliquez) ou une tête artifcielle (cliquez) ne peut être écoutée qu'au casque pour bénéficier de toutes sa qualité. Aucun enregistrement ne précise ce genre d'information, et c'est bien dommage. En outre depuis longtemps les prises de son sont faites avec de nombreux micros de renfort, au grand dam de la cohésion et de l'image sonore virtuelle qui perd souvent toute crédibilité.

Subjectivité musicale


Par rapport à la notion d’objectivité, la notion de subjectivité repose essentiellement sur l'appréciation individuelle de chaque audiophile ou mélomane par rapport à la sonorité qu'il recherche, son degré d'exigence, et surtout à la crédibilité qu'il accorde à la restitution musicale qui lui est proposée.

Symétrique

Un schéma (audio) est réputé symétrique lorsqu’il est composé de 3 conducteurs : le point chaud (+), le point froid (-), et la masse. Le + et le - sont de phases opposées, de façon à pouvoir transiter sans bruit à travers un long câble.

L'intérêt du système, sous condition que tous les éléments de la chaîne soient symétriques (source, électroniques, câbles ) : toutes les perturbations captées par le câble (qui est une antenne en soi), sont captées de manière identique par les 2 conducteurs de signal (point chaud et point froid) puisqu'ils sont identiques et positionnés de manière identique par rapport au blindage (d'où le terme "symétrique"). Par ailleurs, l'étage d'entrée du maillon qui reçoit ce signal peut très facilement supprimer ces signaux parasites car il fonctionne en mode différentiel : il soustrait le signal du point froid au signal du point chaud, et ainsi les parasites s'annulent.

Il faut enfin relever que la ‘’symétrie’’ n'a aucun autre effet que la protection du signal face aux interférences extérieures, elle ne change rien aux caractéristiques de bande passante, à la réponse impulsionnelle, etc ...

T

Texture sonore

Lorsqu’au travers des comptes rendus d’écoutes, j’évoque la texture sonore, j’évoque d’une façon globale la manière dont est agencée la « scène sonore », la disposition des musiciens, et la structure des différents plans.

Timbres

1:Ce terme est également utilisé par les musiciens pour évoquer la signature ou la couleur sonore propre à un instrument de musique ou à une voix.
2:Le timbre est ce qui différencie deux instruments différents qui jouent une même note. C'est la qualité sonore spécifique, la signature d'une voix ou d'un instrument de musique .

le timbre dépend de la corrélation entre la fréquence fondamentale et les harmoniques. L'intensité respective de chaque harmonique est déterminante dans la caractérisation du timbre. Plus les fréquences de ces harmoniques sont proches des multiples entiers de la fréquence fondamentale, plus le son est pur ou harmonique ( clavecin ). Plus elles s'éloignent des multiples entiers, plus le son est inharmonique ( piano , cloche ).

Le timbre dépend également de l'attaque du son, qui est d'une grande importance dans le message musical et pour l'articulation. L'étude de l'attaque passe par celle des transitoires d'attaque, qui la caractérisent. Le timbre et l'attaque des sons nous permettent par exemple, d'identifier sans le voir un instrument de musique quelconque, ou encore de reconnaître au téléphone, la voix d'une personne familière avant que celle-ci ne se soit présentée, ou encore le célèbre "Qui est là?" quand on frappe à la porte, et que la voix répond derrière "C'est moi!" et qu'on sait qui c'est.
Des expériences en laboratoire ont montré avec une note tenue dont l'attaque est supprimée qu'il devient totalement impossible de reconnaître l'instrument qui l'a jouée.



Temps de montée (en micro seconde)

Le temps de montée (en µs) indique le temps nécessaire à un amplificateur pour restituer le front d’onde vertical d’un signal rectangulaire. En général, plus le temps de montée est bref pour un amplificateur, plus l’appareil est en mesure de restituer sans déformation les signaux transitoires les plus rapides.

Traînage (effet de)

Très facilement identifiable dès les première secondes d’écoutes, ce phénomène se traduit par une forme d’inertie et d’un manque de contrôle de la restitution sonore – une forme de mollesse qui se traduit par une prolongation artificielle de certains sons, et évoque souvent un manque de dynamique.

Transparence

1:Cette « fameuse » notion de transparence s’oppose à celle d’un voile qui ne permettrait pas de distinguer d’infimes subtilités ou détails. Un système audio ou un produit audio est qualifié de transparent lorsqu’il laisse passer un grand nombre de détails et de nuances, sans forme d’opacité d’aucune sorte.
2:L'inverse de la transparence est l'opacité, avec différents degrés que l'on appelle effet de voile. L'analogie visuelle est celle de l'observation d'un paysage au travers de plusieurs rideaux très fins en tulle, espacés les uns des autres de quelques centimètres. Le système hi-fi, non euphonisé au départ, fait que le payasage est vu au travers d'un certain nombre de voiles, nombre qui dépend de la qualité initiale de la chaine. La présence de ces voiles ne se manifeste pas en soi faute d'élément de comparaison. En fait tout le paysage perd en acuité, en finesse, en profondeur, en couleurs, en respect des plans... Dès qu'un premier voile est enlevé, on se rend alors compte qu'il existait bien auparavant. Idem pour le second voile ôté, le troisième etc. L'euphonisation permettra d'enlever ainsi voile après voile sachant que la transparence totale, celle du son direct en vrai, est un idéal théorique inatteignable à domicile mais que l'on s'efforce d'approcher au plus près, comme une asymptote.

La transparence c'est aussi l'absence de couleur, l'absence de couleur propre au matériel de reproduction sonore. Or quasi tout matériel a sa signature personnelle, sa couleur propre... rares sont les matériels à ce titre que l'on peut qualifier de totalement transparent. Ces matériels d'exception reste invisibles quel que soit le mariage que l'on fait avec les autres maillons, ils transmettent en aval uniquement la couleur des éléments avec lesquels ils sont associés en amont. Inutile de dire qu'un tel maillon sera précieusement conservé même en cas d'évolution de la chaine hi-fi.
Un appareil réellement transparent doit rendre perceptible les différences de timbre, de définition, de dynamique, de construction d'image (largeur, profondeur, relief) et d'acoustique de salle (couleur) entre les enregistrements. Autrement dit, plus une chaîne est transparente plus elle permet de percevoir de différences d'un enregistrement à l'autre.

Au sens propre un corps est qualifié de transparent lorsqu'il se laisse traverser par la lumière visible. Ainsi, est-il prudent de marquer d'une bande de couleur à hauteur des yeux une porte en verre, qui autrement serait invisible et risquerait de provoquer de douloureuses collisions.
Au sens figuré en matière de haute-fidélité, cela caractérise globalement l'ensemble d'un système de reproduction sonore dont la qualité est telle qu'il est difficile voire impossible d'en détecter la présence. On se croit en présence directe de la source sonore, du chanteur, des musiciens... et parfois même on croit avoir carrément été transporté dans un autre lieu.
A défaut d'être physiquement invisible, la chaine hi-fi s'oublie totalement au profit de la musique. Le son se matérialise dans l'espace, en une scène tridimensionnelle virtuelle, de manière totalement indépendante des enceintes acoustiques qui semblent n'émettre aucun son, sauf à s'en approcher à quelques centimètres. Tout système audio hi-fi correctement euphonisé tend vers une telle perfection musicale.


Transitoires

1:Les transitoires déterminent les attaques et l’extinction des notes de musiques ; elles définissent le début et la fin dans le temps et l’espace des sons.
2:En psychoacoustique, les transitoires constituent une portion infime de l'attaque ou de l'extinction d'un Son. En effet, le Son n'apparaît pas "d'un seul coup", ni ne s'évanouit brutalement. Les coups d'archet de violon, les cordes frappées ou pincées, leurs vibrations finales ainsi que les coups de percussions qui les déclenchent constituent des transitoires. Cette minuscule portion d'attaque ou de fin de note est essentielle à l'identification de l'instrument par notre cerveau : ces transitoires d'attaque ou d'extinction durent entre 20 ms et 200, voire 300 ms selon les instruments, et affectent grandement notre perception du timbre

et en bonus!

Image
ainsi que
https://www.nativsound.com/en/blog/perc ... tics-audio

D  MODE OPERATOIRE DES TESTS

Première étape.
j'ai écouté tous les daps entre 5h pour les daps que je connais bien (la majorité) et jusqu'à 20h pour les autres.Ceci avec les deux intras suivants:les Fourté et les inear prophile 8.J'ai ensuite alterné l'écoute de lecteurs et d'intras choisis au hasard histoire de m'habituer aux différents mariages (dont certains vont finir par un divorce prématuré  ).
J'en profite également pour repérer le Dap et les Intras qui vont me servir de référence.
J'ai choisi les Inear prophile 8 qui sont unanimement considérés comme un modèle de neutralité mais qui ne sacrifie pas la musicalité,ce que j'ai pu vérifier lors de ces premières écoutes.En ce qui concerne le Dap,j'ai choisi pour les mêmes raisons l'AK SP 1000.
Deuxième étape
Test des DAPs avec les INEAR PROPHILE 8,les FOURTE et les ARTHUR.Les INEAR comme première référence d'intras neutres,les Fourté parce que je les considère aussi comme neutres (plus exactement équilibrés,j'expliciterai dans la partie "lexique") ,mais avec une visée plus mélomane et moins "studio" que les inear,et les ARTHUR car ce sont des monstres dans le soundstage et la résolution,c'est une façon de pousser un DAP dans ses retranchements
Test des INTRAS avec l'AUNE M1S (qui joue un peu le rôle des inear prophile 8 dans le test des DAPs),avec l'AK SP 1000 (un peu l'équivalent des FOURTE) et le HM 901S (qui jouera le rôle des ARTHUR)
Troisième étape
retour vers la première étape  ,essai de toutes les combinaisons.
Quatrième étape
Comparo.
Je parlerai de tous les daps et intras ,et je mettrai surtout en valeur les meilleures synergies (et les plus mauvaises)


6  ET ENFIN LE COMPARO  

     Voici donc mon classement des daps et intras que j'ai eu le plaisir d'avoir pendant deux mois.Je rappellerai simplement que s"il y a en effet de vraies différences de qualité ,il y a aussi beaucoup de matériel pour lequel les différences n'ont aucun rapport avec la différence de prix,mais tout le monde le sait ,comme tout le monde sait que l'amour n'a pas de prix (mais il a un coût!  )
     Je rappelle,comme expliqué plus haut,que ma description repose en premier lieu sur l'écoute du Dap avec l'IPP8,les Fourté et les Arthur,les autres intras permettant ensuite de nuancer le premier jugement.
     En ce qui concerne l'appréciation du soundstage,,il est jugé avec l'IPP8.On peut penser que la scène sonore varie grandement selon les intras utilisés,c'est en partie vrai mais j'ai été étonné de me rendre compte que dans ce domaine, c'est le Dap qui donne le "la" ,des intras qui ont potentiellement une grande scène sonore sont bridés par les capacités du lecteur,le meilleur exemple étant le LPG qui impose sa scène sonore étriquée à tous les intras,y compris les Fourté et les LCDi4!!
    Les descriptions sont faites à la base sans utiliser l'égaliseur où les filtres sonores éventuellement présents et en utilisant des intras branchés en asymétrique.
   
   
   
A:LES DAPS

 Deux Daps sont "à la traine" par rapport aux autres,ce sont le Sony A35 et le Shanling M2S qui offrent des performances qui suffisent largement dans une utilisation nomade mais qui montrent des limites dès qu'il s'agit de porter un regard de mélomane/audiophile.Mon douzième est donc..

12   SONY NW A35

 Je pourrais résumer les performances du A 35 en disant qu'il est assez bon dans tous les domaines mais nulle part vraiment performant.Le soundstage reste dans la moyenne basse,la définition est bonne mais la résolution très moyenne,de ce fait,rien n'émerge vraiment dans la scène sonore et il faut des enregistrements avec peu d'intruments et une seule voix, tel que Brassens, pour trouver un certain réalisme,par contre "l'ouverture de la passion selon Mathieu" de Bach devient une sorte de magma dans lequel il est difficile de séparer les différents choeurs.Rien de spécial à dire concernant les différents registres,l'équilibre est bon mais le réalisme est absent:les cymbales dans just like heaven s'arrêtent trop tôt,les harmoniques sont absentes et la dynamique laisse à désirer:Dans les Concertos de Vivaldi,le contraste entre les violons et les fines interventions du clavecin semble compressé.La texture manque de complexité,le boisé d'un violon disparait,les cuivres ont tendance à devenir seulement métalliques sans un timbre spécifique.
Néanmoins il faut tempérer ce jugement selon les intras utilisés avec ce lecteur.Ainsi le mariage avec les Fourté s'avère excellent,cela montre,soit dit en passant, que le conseil souvent prodigué de faire l'upgrade des intras en premier est vérifié.Les Fourté en apportant leur technicité et leur musicalité trancendent le son des Sony pour faire un combo vivant ,mais à quel prix!,on pourra se contenter des FLC8s qui eux aussi apportent de la vivacité,de la clarté et un message sonore plus complexe
Par contre il faudra éviter à tout prix les TFZ KING:des morceaux comme "viva la vida" de Coldplay en live ne sont que cacophonie,un mélange brouillon ou les applaudissement de la foule et les cris de joie font un bruit qui vrille les oreilles,presque toutes les basses de toutes les chansons sont envahissantes.
les LCDi4 qu ne peuvent être drivés correctement par le manque de puissance du A 35,il en résulte des bas médiums envahissants qui vous permettront de passer l'hiver au chaud dans un tout petit coin tant le soundstage est rétréci !.
Entre les deux extrémités on à les onkyo E 900m qui paraissent plats et sans émotion et les IPP8 qui hélas révèlent les limites du daps : encore une fois le caractère plat et notamment la pauvreté de texture.
Voici donc un lecteur qui est malgré tout agréable à l'usage,vraiment nomade et qui suffit à une écoute "ordinaire",peut-on trouver mieux et plus musical?,plus vivant? le shanling va se révéler un bon candidat.

11  SHANLING M2S

  Le Shanling M2S offre un soundstage assez limité mais cohérent,c'est à dire aussi profond que large.Sans atteindre ce que l'on peut trouver sur des lecteurs d'une gamme supérieure,la résolution et la définition sont bonnes.La signature est plutôt équilibrée avec cependant une petite emphase à la jonction graves/bas médiums qui donne une sonorité assez douce mais sans excès,il n'y a pas de débordement mais simplement une petite rondeur gage d'une musicalité agréable,de même il y a une emphase à la jonction Haut médiums/aigus qui apporte de la clarté .La supériorité du M2S sur le Sony A35 réside dans sa capacité à donner vie à la musique et à offrir des timbres de bonne qualité.
Qu'en est-il de la synergie avec les intras?
C'est de loin les IPP8 qui s'harmonisent le mieux avec le Shanling,l'équilibre est excellent,le son,en particulier des médiums, acquiert plus de corps. tous les styles de musiques sont retranscrits avec une bonne qualité,les bémols sont des bas médiums un peu envahissants,des aigus un peu durs et presque métalliques dans les concertos de Vivaldi et un peu de lenteur dans "Carolina IV" d'Angra,autrement dit comme à chaque fois les IPP8 sont un révélateur des faiblesses du lecteur associé.Il faut ajouter que le M2S à une impédance de sortie de 4.8 et que les IPP8 sont les seuls intras de ma liste (avec les LCDi4) à dépasser les 30 ohms,il est bien possible que ce soit la raison de ce mariage de qualité et quelques reviews font d'ailleurs cette remarque.
Les FLC8s offrent également un bon rendu avec le Shanling,j'ai simplement constaté assez souvent de la dure dans les aigus.
Enfin il y a également une bonne synergie avec les TFZ King ou la définition et la résolution gagnent en qualité.Un morceau difficile comme "Just like heaven" de Cure passe bien avec un timbre de cymbales respecté ainsi que celui du  piano.
A l'opposé les Onkyo E 900M ne s'accordent pas avec ce Dap:un son plat,un manque de texture,des timbres peu réalistes,un soundstage large mais peu profond et des ambiances quasiment absentes..
En résumé un lecteur bien agréable par sa taille,sa facilité d'utilisation et sa multitude de fonctions,si l'on ajoute un son plein de vivacité et de bonne qualité,voilà un bon rapport qualité/prix!

Nous arrivons maintenant à un groupe de trois Daps qui me paraissent bien supérieurs aux deux premiers mais qui me semblent du même niveau,mon gout étant seul responsable de leur classement,ne prenez donc pas ombrage si votre favori vous semble injustement placé  

10  L'ONKYO DP X1

  Je commence toujours mes descriptions par le soundstage et c'est hélas sur ce plan que l'Onkyo m'a le plus déçu,certes la sensation d'ouverture et de transparence est là et la largeur de la scène sonore est grande,mais (en asymétrique) quel manque de profondeur!il semble n'y avoir qu'un seul plan sonore et pour aggraver le tout,c'est le seul dap où la partie centrale de la scène sonore manque de matière,ce qui s'entend notamment avec les Arthur et les Fourté.Pour atténuer ce sentiment il faut préciser que ce lecteur est un des rares où le passage en symétrique apporte une vraie différence de qualité,dans ce cas la profondeur est nettement améliorée,ce qui est spectaculaire avec les Onkyo E 900M.
Le DP X1 offre une transparence remarquable et une grande définition.La signature est  assez claire avec des basses ayant une très bonne extension et de l'impact, bien qu'un peu sèches,les aigus ont tendance à être agressifs avec certains intras comme les Fourté et les IPP8,les médiums sont un peu plats et manquent de texture,ce qui s'entend facilement en comparaison du Sony 1Z ou de l'AK SP 1000.
C'est avec les Onkyo E9OO M que la synergie est la meilleure,à tel point que j'ai été impressionné par la qualité,à croire que les ingénieurs Onkyo ont conçu leur Dap pour être compatible avec leurs intras.Il y a là une transfiguration:le soundstage s'ouvre pour devenir remarquable,on atteint une bien plus grande finesse dans le son,"le rêve du pêcheur" de Voulzy est retranscrit dans toute sa subtilité;la voix de Léonard Cohen dans "Treaty" retrouve sa texture et ses inflexions les plus basses et les violons dans "Les Quatre saisons" de Vivaldi allient vivacité et beauté des timbres.
Tous les autres combos sont bien en deçà,mais les FLC8s et les IPP8 s'accordent également très bien avec les Onkyo.Par contre avec les Arthur,le son paraît très plat,sans texture,avec un soundstage très limité,le classique étant le style qui passe le moins bien.
Il faut ajouter que l'égaliseur est excellent et permet de changer le son sans le défigurer.
En conclusion un dap aux fonctions complètes et avec un son dans une bonne moyenne,voire excellente en symétrique et avec ..les E900 M  

9   AK 70 MK2

     L'AK 70 II offre un son qui ne déroutera pas ceux qui ont apprécié les AK 100,120 et 70,on retrouve ici les qualités de transparence et de définition dans une signature plutôt claire.Alors pourquoi passer à l'AK 70 deuxième du nom?,tout simplement parce qu'il apporte quelques améliorations notables.
 Le soundstage devient ainsi plus profond,la définition est toujours aussi importante mais cette fois-ci elle est accompagnée d'une meilleure résolution,les basses et les bas médiums sont un peu plus en avant que sur les modèles précités et apportent un côté organique bienvenu,l'image globale est ainsi plus réaliste.En symétrique,la puissance devient enfin honorable et permet d'obtenir une bien meilleure dynamique.
 L'AK 70II se marie bien avec les IPP8,ce qui montre qu'il est bien équilibré,ainsi qu'avec les Fourté.Plus étonnant les LCDi4 passent bien en symétrique sans apporter la richesse de timbres et la présence du SP 1000.
 Avec le FLC8,les hauts médiums montrent un peu de dureté et il y a un manque de texture dans les Concertos de Vivaldi.
 Il n'y a pas d'intras avec lesquels l'AK 70 II paraisse vraiment mauvais ,le seul point faible apparaissant à chaque fois reste la sécheresse du rendu,mais c'est un point qui reste subjectif et on peut très bien m'objecter que cela est du à mes préférences sonores.
 En conclusion,l'AK 70 MK2 est un lecteur de taille nomade,facile à utiliser, pourvu de nombreuses fonctions et dont le son est assez équilibré pour pouvoir s'adapter à de nombreux intras.

8   FIIO X5 III

     Le FiiO X5 possède un soundstage de très bon niveau,la comparaison avec les autres Daps de ce comparatif permet de se rendre compte qu'il est équilibré avec une profondeur assez importante,(j'ai remarqué d'ailleurs qu'il en était de même avec le FiiO X7 II).La sonorité est plutôt douce,mais ne tombe pas dans la mollesse grâce à un rendu très organique et une bonne résolution.
  Les basses ont beaucoup d'impact,sont bien texturées et ne débordent pas sur le reste du spectre.Les médiums sont riches,musicaux et sont porteurs de nombreux détails que l'on trouve souvent sur des lecteurs bien plus chers:respect de la dynamique,définition et timbres ( violons dans les Concertos de Vivaldi),transcription de l'ambiance dans la musique électro.Les aigus sont fins et doux,leur extension est assez faible.
  Le FiiO X5 III est un des lecteurs qui est bon avec presque tout les intras utilisés,ce qui est pour moi un signe qu'il est bien équilibré et laisse s'exprimer la signature de l'intra.
  C'est avec les Fourté que le FiiO donne le meilleur de lui même,une fois de plus le signe que l'upgrade des intras est dans un premier temps plus efficace que celui du lecteur!.Le seul bémol est la mise en avant des hauts médiums/bas aigus dans certains morceaux ("unfinished music" de Massive attack,"America" de Simon et Garfunkel" etc),mais cela est du en grande partie à la signature des Fourté.
Mais en règle générale le rendu est très équilibré au sein d'un beau soundstage.
Le rendu avec les IPP8 est proche,il met un peu
plus en avant une certaine rondeur des basses et toujours une petite emphase sur les hauts médiums.
  Le combo FiiO/Onkyo E 900M est excellent,le soundstage y est assez impressionnant,le côté organique y est poussé à son paroxysme et la résolution au sommet.Un combo excellent à prix raisonnable!.Beaucoup de corps et grand soundstage également avec le Arthur,la résolution et la définition y sont les meilleures.
  Par contre la synergie avec les TFZ King est mauvaise:timbres peu réaliste et son d'une grande dureté.Mauvaise aussi avec les LCDi4,le son y est chaud et peu articulé.

7    L'AR M2

  Les premières écoutes de l'AR M2 frappent par quatre caractéristiques.
Une puissance énorme qui permet de driver des casques réputés difficiles,la contrepartie en ce qui concerne les intras est la sensation de fatigue lors de longues séances d'écoutes.
Une très grande largeur de la scène musicale,mais une profondeur dans la moyenne.Il en résulte un manque de cohérence et de réalisme.
Une signature chaleureuse qui rebutera beaucoup d'amateurs.
Et enfin un fond sonore qui n'est pas exempt de bruit.
  En rester là serait dommage car l'AR M2 délivre un son magnifique,très organique et qui respecte les subtilités de la musique avec des harmoniques présentes et une dynamique de haut niveau.Bien qu'ayant une signature chaude,les basses restent maitrisées et texturées,les médiums ont une grande présence et les aigus,bien que légèrement en retrait sont assez présents pour apporter de la transparence.On se retrouve en fait avec un son qui corresponds à ce que l'on a coutume d'appeler analogique.
  Les intras qui se marient le mieux avec l'AR 2 sont les Fourté,les FLC8s et les Arthur.
Les Fourté apportent un surplus d'équilibre en sauvegardant la qualité des timbres de l'AR M2.Les FLC8S montrent une fois de plus leur capacité à être musicaux avec de nombreux Daps:On retrouve la rapidité nécessaire dans "Carolina IV",les timbres sont magnifiques dans le "Concerto pour violons" de Bach,"on every street" de Dire straits est retranscrit avec la tension propre au morceau et ainsi de suite.Tout en restant d'une grande qualité,le combo avec les Arthur révèle un manque de transparence et de résolution ainsi qu'une inflation des bas médiums,par contre le soundstage y est amélioré. Par contre les Oriolus ne vont pas du tout avec notamment beaucoup trop d'aigus.
  Comparé aux trois précédents daps,l'AR M2 est à peu près au même niveau dans tous les domaines mais me paraît nettement supérieur pour la qualité de ses timbres et le sentiment de présence qu'il offre d'où son classement.
 


6    L'AUNE M1S

 
  Si beaucoup d'audiophiles ne peuvent plus se passer des divers à côtés qu'offrent maintenant les Daps,des vignettes d'albums au streaming en passant par la fonction dac,beaucoup aussi ne sont intéressés que par le son et souhaitent trouver un lecteur au prix modéré correspondant à leurs attentes.Il se pourrait bien que l'Aune M1S,qui fait l'objet d'un culte fervent par de nombreux membres de TN,soit ce lecteur!.
  L'Aune M1S étonne par ses qualités sonores et ce n'est pas pour rien que je l'ai choisi comme une des références pour tester les intras.
  Il offre un excellent soundstage qui n'est meilleur que sur le SP 1000,le 1Z et le P2,la transparence est remarquable,la définition très bonne et la dynamique de haut niveau.La signature est bien équilibrée avec simplement une emphase à la jonction haut-médiums /aigus.
  Les basses sont percutantes,rapides et assez texturées,même si le Sony 1Z est loin devant dans ce domaine,les médiums sont clairs et résolus,les hauts médiums paraissant un peu dur sur quelques morceaux,les aigus ont une bonne extension,ils paraissent un peu bright et apportent quelquefois de la dureté,notamment dans le classique.
  L'Aune M1S est un des lecteurs qui s'accorde ou met le mieux en valeur la qualité des intras avec lequel il est apparié.Le mariage avec les IPP8 est très bon,il montre toutefois quelques limites du lecteur,une texture qui manque de richesse:violons des Concertos de Vivaldi,le trombone de "Tuba Mirum" de Mozart ,et l'emphase des hauts-médiums/aigus.L'Audeze LCDI4 qui est difficile à driver passe très bien en symétrique.Quasiment rien à dire non plus avec les fourté.
  A la lecture de ce qui précède,vous pourrez vous demander l'intérêt de mettre dix fois le prix de ce lecteur dans un autre dap,y a t'il une réelle différence justifiant le prix?.Une comparaison M1S/SP 1000 (et M1S/Sony 1Z) montre que oui:Quelques exemples que je pourrais multiplier.
  M1S/SP 1000
dans "treaty" de Léonard Cohen,la texture de la voix est bien plus fine sur l'AK
sur "Time" de Pink Floyd le soundstage et le placement est bien meilleur sur le SP et les timbres sont beaucoup plus acides sur L'aune.
dans "Viva la vida" de Coldplay,les cris et battements de mains de la foule sont beaucoup moins définis et plus "criards"
dans "les quatres saisons été partie 6" de Vivaldi,la texture des violons est moins réaliste,les harmoniques moins présents et la dynamique de moins bonne qualité
dans korn,le rendu des M1S est plus métallique,l'ambiance n'est pas bien rendue.
Je pourrais ajouter la qualité du rumble,des attaques etc.D'autre part le soundstage du sp 1000 est bien plus important,son extension plus grande dans les graves et surtout les aigus et sa définition d'un autre niveau.
De manière générale, ce sont tout les éléments qui font la différence entre un rendu "neutre"mais plat et un rendu "neutre" mais équilibré,soit la bonne retranscription,des harmoniques,de la dynamique,des transitoires et de tous les micro détails qui participent à créer une ambiance sonore.En un seul mot l'AK SP 1000 est simplement plus musical,ce qui justifie (pour moi  ),d'y mettre le prix.
 Il n'en reste pas moins que ce lecteur est de loin le meilleur rapport qualité/prix du lot et satisfera tous ceux qui veulent un excellent rendu sans se ruiner,Le seul et vital point noir réside dans la qualité de construction qui ne semble pas toujours au top.

5    L'HM 901S (avec la carte Balanced)

  Ce Dap qui fait figure d'ancien faisait l'objet de critiques élogieuses à sa sortie pour la qualité du son.Maintenant que de nombreux lecteurs de qualité ont fait leur apparition,le HM 901s gardera t'il son rang?
  Le soundstage reste modeste et intimiste et paraît maintenant un peu limité,mais ce qui étonne toujours est la sensation de puissance qu'il procure.La signature est équilibrée avec des basses puissantes et texturées,des médiums d'une grande présence, aussi à l'aise dans les voix masculines et féminines et des aigus qui filent hauts.La définition est importante ainsi que la résolution mais il y a un manque de clarté,c'est à dire de séparation entre les diverses voix et/ou instruments.Et pour finir la puissance peut être source de fatigue lors de longues sessions d'écoute et à tendance à gommer la subtilité du rendu sonore.
  Le mariage avec l'IPP8 est excellent,il montre cependant quelques petites faiblesses comme une certaine dureté des hauts-médiums et une tendance à la sibilance.
  Le meilleur combo est avec les Fourté,le seul bémol résidant dans la fatigue auditive à long terme,la puissance c'est beau,mais point trop n'en faut !.Ce problème se pose également et avec plus d'intensité avec les Arthur.Les combos avec l'onkyo E 900M et les FLC8S sont de bonne qualité dans tous les domaines.
   c'est avec les LCDi4 que l'accord est le plus décevant,la puissance nécessaire est là pour les driver mais le son manque à la fois de résolution,par exemple dans "on every street" de Dire Straits,manque de densité et de texture dans les morceaux classiques,et manque enfin d'impact dans les basses et de résolution presque partout.
    Ainsi ,si ce lecteur reste dans la catégorie des très bon lecteurs,il commence à accuser le coup face à des concurrents qui offrent une cohérence plus grande sur l'ensemble des critères sonores.

4    LE LOTOO PAW GOLD

Le soundstage du LPG est un sans doute le plus équilibré dans les trois dimensions avec une superbe profondeur,hélas,trois fois hélas !,je le trouve trop limité,ce qui à des incidences sur l'appréciation du rendu sonore:Si la définition est exemplaire,la résolution et la transparence ne sont pas au niveau du Sony et de L'AK,il m'a semblé probable que c'est la taille limitée du soundstage qui donne l'impression d'un manque d'aération,ce qui est flagrant lors de l'écoute d'un concerto de vivaldi en comparant avec un switch le rendu LPG/Sony/AK SP 1000.
Cela est d'autant plus dommage que le LPG donne une retranscription remarquable du registre sonore:si les sub basses sont un peu faiblardes,Les basses sont rapides et ont de l'impact.Les aigus ont une bonne extension même s'ils tendent à être un peu sec et quelquefois sibilants et les médiums sont magnifiques et plein de nuances,sans doute les meilleurs du lot!.
la restitution générale est équilibrée avec une grande puissance, une grande dynamique et une tendance à être un peu analytique et "sèche".
Si je compare le LPG avec le Sony 1Z et le SP1000,Le Gold n'a pas les formidables basses organiques du Sony et à l'opposé n'a pas l'extension et la fluidité des aigus du SP 1000,si j'ajoute qu'il lui manque la scène sonore de ses deux compétiteurs,vous comprendrez pourquoi je suis moins laudateur que la plupart des testeurs et que le LPG se retrouve "seulement" quatrième de mon comparo.
Je veux quand même atténuer une impression qui pourrait vous paraître trop négative avec trois remarques.
-il faut ajouter que la puissance du LPG,et notamment celle de la version Diana que j'utilise est remarquable,c'est le Dap le plus à même avec le HM 901 s de driver des casques gourmants.
-Bien que j'utilise à priori les Daps sans utiliser les égaliseurs et autres filtres sonores,je dois dire que l'égaliseur paramétrique,bien que difficile à utiliser,est remarquable et permet des ajustements qui apportent beaucoup à la restitution musicale.
-Je n'ai utilisé que des intras pour les tests,or de nombreux retours semblent indiquer que l'écoute avec un casque HDG tel que le HD 800
donne une restitution toute autre avec un soundstage bien meilleur et une sécheresse qui disparaît.Il se pourrait bien que le LPG soit en fait plus apte à driver des casques à l'image de l'AR M2.
En ce qui concerne les combos Dap/intras,c'est avec les IPP8 et les LCDi4 que j'ai trouvé la meilleure alliance avec toujours ce soundstage un peu maigre,l'alliance avec les Fourté pourrait être excellent,il est dommage qu'il y ait alors une nette tendance à la sibilance dont les fourté sont la cause.
En résumé Le Paw Gold est d’une grande qualité,une sorte de synthèse "a minima" du sp 1000 et du Sony. il sera le compagnon de ceux qui aiment une restitution plutôt analytique et tonique. Les autres pourront regretter un manque de corps et une trop grande aridité qui ne rendent pas toujours justice à la subtilité de certaines musiques et notamment la restitution des harmoniques.


3    LE COWON P2

Le Cowon P2 est un Dap remarquable qui tutoie à mon avis le niveau du 1Z et du SP 1000 pour un prix de deux à trois fois moindre.
Le soundstage est important avec une largeur étonnante qui par contrecoup fait paraître la profondeur un peu limitée,mais le placement est précis et la scène sonore permet d'écouter un orchestre avec bonheur.
Le rendu global est équilibré,avec une grande dynamique et un sentiment de puissance,il montre un rendu un peu rond qui n'est pas toujours exempt de coloration,ce qui peut être un frein pour ceux qui aiment un rendu plus clair.
Hormis ce point,tout me paraît de haut niveau:les basses y compris les subs sont présentes,pleine d'énergie et bien détourée,les médiums sont magnifiques de fluidité et de douceur et les aigus sont étendus et n'offrent aucune sibilance.La définition est importante,le sens des nuances et des détails parfait.Je mettrai juste un petit bémol sur la résolution qui ne me semble pas au meilleur,il en résulte lors d'une comparaison avec le SP 1000 par exemple le sentiment qu'il y a comme un petit voile qui semble lié à ce rendu un peu rond.
J'ajouterai que le P2 est avec le LPG le Lecteur qui bénéficie du meilleur égaliseur,efficace sans dénaturer le son.
Avec le LCDi4 le son est un peu trop chaud et manque de séparation,la restitution d'un concerto est énivrante.
Avec les ARTHUR,les médiums sont légèrement colorés,les bas médiums un peu envahissants,par contre le soundstage est d'une grandeur et d'une cohérence superbes.
Avec les IPP8 encore une légère chaleur et des cymbales qui se terminent un peu rapidement,beaucoup d'énérgie,une grande qualité de timbres et finalement le meilleur combo avec le suivant
Avec les Fourté,très bonne résolution et définition,des basses grandioses,des timbres de toute beauté.
En résumé le meilleur rapport qualité /prix après l'Aune M1s,il reste lègèrement dérrière le Sony et l'AK pour un réalisme et une présence qui n'est pas au même niveau.




2    LE SONY NW WM 1Z et 1    L'AK SP 1000 "ULTIMA"


Voici donc mes deux lecteurs préférés! que je traiterai donc ensembles
 Le SP 1000 et le 1Z sont à mon avis au dessus des autres en terme de qualité et bien que mon gout personnel me fasse choisir le SP 1000,je pense qu'il est impossible de désigner un "vainqueur".La différence essentielle (mais ce n'est pas la seule) qui induit toutes les autres est l'accent sur les basses pour le Sony et l'accent sur les aigus pour l'AK,mais comme rien n'est simple il se trouve que la version copper de l'AK tend (soi disant mais je suis plus que sceptique!) à se rapprocher du Sony par des basses plus organiques et qu'il existe maintenant un Sony moddé qui tend à donner une meilleure extension et présence des aigus,une façon de se rapprocher du SP 1000 en fait,preuve s'il en est que le Dap vraiment "ultime" sera celui qui saura marier les qualités de ces deux géants de l'audio.
 La comparaison est faite en utilisant les deux daps en symétrique.
 Je commence cette fois par la comparaison du registre sonore puisqu'il est à la base des différences entre les deux daps.Le grave est incontestablement meilleur sur le Sony,et c'est le meilleur que j'ai entendu jusqu'à présent !.Dans la plupart des cas les graves ne sont pas réalistes ,que ce soit sur les daps ou les intras et l'on a à la place une emphase des bas médiums qui donnent cette sensation connue d'un son chaleureux,avec le 1Z on retrouve ce réalisme avec une séparation avec les médiums excellente.
  Marcus Miller est un bassiste maître de la technique du slap,si vous écoutez "hylife" sur l'album "Afrodeezia",le 1Z transcrit comme l'AK le côté "claquant" et percussif de la basse mais aussi une texture plus dense avec des timbres plus précis,on sent avec le Sony que la basse sert de fondation au morceau,alors qu'elle à tendance à être un instrument parmi les autres avec le SP 1000.De manière générale les basses du Sony sont "tripales" avant d'être "rythmiques".
 en ce qui concerne les médiums le Sony offre un son à la fois organique et d'une grande musicalité,les médiums du SP 1000 sont d'une égale définition et résolution que ceux du SONY,ils offrent en plus une meilleure séparation et un côté plus léger qui vient de l'extension meilleure des aigus,du coup le son du SONY offre moins de clarté et se présente comme un bloc là ou le SP 1000 donne de la respiration
 Les aigus du Sony ont moins d'extension et d'articulation que ceux de L'AK mais sont d'une grande qualité et d'une grande douceur.Les aigus du SP 1000 filent nettement plus hauts,ont une grande articulation et ont une légère tendance à être bright.Ils apportent une grande qualité de vivacité et de dynamisme que l'on peut entendre par exemple sur un concerto de Vivaldi qui paraîtra nettement plus "chantant";
Le soundstage du 1Z n'est pas immense mais est probablement le plus cohérent car à peu près de même taille dans les trois directions,celui du SP 1000 est bien plus large et haut,de ce fait la profondeur paraît moins importante.Du fait de ces différences l'imagerie sonore est plus réaliste sur l'ak,si l'on excepte les formations classiques,on a l'impression d'être face à des chanteurs en taille réelle.
 Je résumerai le caractère de ces daps en disant que le SP 1000 est meilleur pour la rythmique,le sens du détail,la résolution et le réalisme de l'imagerie là ou le Sony est plus organique,plus dense,avec une texture plus complexe des basses aux médiums et une plus grande vérité des timbres.
  L'AK SP 1000 offre une grande synergie avec le Fourté,le seul bémol étant une tendance à l'acidité des aigus.Avec les IPP8,il n'y a pas de point faible,c'est une sorte de mariage référence /référence qu allie au mieux musicalité et définition.Mais c'est avec le LCDi4 que le mariage est le meilleur,le SP 1000 apporte sa puissance (en symétrique) et sa clarté pour littéralement transcender l'Audeze,les basses acquièrent une présence digne d'un casque de grande qualité,le soundstage est à l'avenant et peut même paraître irréaliste.Le SP 1000 est en effet bon avec tous les intras de ce comparo, il met leurs qualités en avant.
  Avec le Sony le LCDi4 la texture est meilleure comme on pouvait s'y attendre,le soundstage est plus intime et sans doute plus réaliste,on peut quand même y trouver un peu trop de chaleur.Les IPP8 sont encore plus musicaux.Un combo étonnant est celui formé avec les Onkyo E 900M,le soundstage est maitrisé,le côté organique est magnifié et l'équilibre est parfait.
  J'ajouterai que le Shure KSE 1500 est excellent avec les deux daps,mais j'en parlerai dans le retour de cet intra.


B:LES INTRAS (+CABLES ET EMBOUTS)

   Les Intras sont essayés comme dit plus haut avec l'Aune M2S,l'AK SP 1000 et le HM 901s,l'essai avec les autres permet
de nuancer le jugement.
   Les essais sont fait à la base avec les câbles stocks,donc en asymétrique et avec les embouts fournis,je parlerai au fur et à mesure des essais avec d'autres câbles et embouts.

10   LES TFZ KING

   Voilà des intras déroutants!:Bien plus sensibles à la source que les autres intras de ce comparo, vous les trouverez envahissants dans les basses,stridants dans les hauts médiums et d'une dynamique fatigante ou bien clairs,organiques et résolus!.Ma description correspondra donc à ce qui s'entend avec l'Aune M1S et l'AK SP 1000,puis ensuite avec les différents Daps avec lesquels j'ai essayé ces intras.
Avec l'Aune M1S les TFZ sont globalement bons:un soundstage assez intime,à peine hors tête et une très bonne résolution,mais une définition loin de celle des Fourté,Shure et autres LCDi4,les basses ont beaucoup d'impact,les médiums un peu en retrait,puis une emphase des hauts-médiums et des aigus inférieurs qui sont durs,voire stridents et métalliques,(le temps n'a rien fait à l'affaire,c'était toujours pareil après un burn in de vingt heures et une trentaine d'heures d'écoute,mais comme tout le monde n'est pas gêné par ce point,j'en déduis une sensibilité personnelle),par contre un bon point,pas de sibilance.
Avec les SP 1000,le son est encore meilleur bien que la dureté des hauts médiums perdure,mais "unfinished Sympathy" de Massive Attack sonne très bien avec d'excellentes basses en intro,suivies de percussions qui sonnent avec réalisme ,mais la voix de Sharon Nelson est quand même assez dure et manque de texture.
C'est avec le Cowon P2 que les TFZ ont la meilleure synergie.Toujours un peu de dureté pour mes oreilles,mais le rendu est remarquable,Le P2 à tendance à "polir" le son des TFZ qui acquiert une belle fluidité avec de beaux timbres et une grande dynamique.Dans ce combo,les TFZ boxent dans une catégorie bien supérieure à ce que l'on attend de leur prix.Le shanling M2S donne un son proche du Cowon mais avec moins
de qualité dans le rendu des timbres,moins de détails et une dureté plus importante.
Le mariage avec le LPG,le HM 901s et le Sony 1Z est par contre assez mauvais,avec à différents degrés des basses qui deviennent envahissantes,des percussions (Massive attack),qui ont un bruit de casseroles et des aigus durs et métalliques.
 Le changement du câble stock par le DM 27 rend le son plus lisse,du coup les hauts médiums sont moins durs mais les basses deviennent plus envahissantes.Il en est de même avec le Brimar audio qui apporte de son côté plus de finesse.
 Les embouts Symbio W accentuent la dureté dans toutes les fréquences et les Comply accentue les basses.

9    LES LZ BIG DIPPER

Lao Zhong est un fabriquant chinois de Shenzen dont la dernière création à crée un buzz sur Head Fi avec son Big Dipper (La grande ourse),il n'en fallait pas plus pour que je cède à la curiosité et bien mal m'en a pris!,les LZBD sont la déception de ce comparo en terme de rapport qualité/prix et en comparaison aux commentaires élogieux de HF. Ces derniers m'ont laissé dubitatif et il en a été de même pour l'ami DarkZunicorn, à tel point qu'il se demandait si les testeurs US n'avaient pas reçus des Big Dipper "spécialement tunés" en vue des tests.
J'ai essayé la version avec trois commutateurs basses/médiums/aigus,Les descriptions concernent les impressions avec switchs of.
La scène sonore est de bonne qualité et ressemble à une sphère.La signature est un peu bizarre et ressemble à un W:des basses qui ont une bonne présence mais avec un peu trop de rondeur,des bas médiums en retrait,des médiums légèrement en avant et de bonne qualité,des hauts médiums en retrait et des aigus très (trop?) présents qui sont un peu acides,l'ennui est qu'il y a un manque de fluidité dans le passage d'un registre à l'autre.Le son est très énergique voire un peu agressif surtout lorsque l'on monte un peu le volume.Sinon il y a une belle clarté due aux aigus ,la résolution et la définition sont d'un bon niveau.
Un mot quand même des filtres,autant je ne conseille pas de mettre le commutateur aigu on,le médium apporte une signature plus équilibrée qui améliore le son à mon gout,le commutateur grave donne un peu plus d'assise mais à tendance à rendre la jonction basses hautes/Bas médiums envahissante.
La meilleure synergie se fait avec les SP 1000 qui bonifie les qualités de cet intra...et met en évidence quelques défauts comme un manque de subtilité et un son quelquefois agressif , avec l'Aune M1s une fois de plus étonnant et avec lequel l'équilibre est meilleur et le soundstage cohérent et avec le 1Z qui apporte une texture plus complexe.
En résumé une bonne paire d'intras mais qui n'est certainement pas un HDG à très bon prix comme le laisserait supposer les retours dont je vous parlais,cela restant bien sûr mon avis qui n'est pas parole d'évangile  :mrgreen:

8    LES ONKYO E 900 M

  Les Onkyo E900M ont deux particularités:une canule élaborée lors d'un brainstorming un peu déjanté  ,et un son qui offre des performances très divergentes selon les critères envisagés!,autrement dit excellentes dans tout ce qui à un rapport avec le soundstage,l'imagerie et la dynamique, et quelquefois médiocres dans la fidélité à certains timbres et à certaines fréquences
  Ce qui impressionne en général lors d'une première écoute est la scène sonore.Elle semble la plus importante des intras existants (exceptés les LCDi4) et à tendance à former une grosse bulle qui peut être enveloppante et intime si l'enregistrement l'est et qui peut être à l'opposé d'une clarté,d'une précision dans le placement et d'une expansion qui permet la retranscription d'un ensemble classique ou d'un concert "live".
  Comme il a été dit plus haut,seul le shanling ne s'accorde vraiment pas avec ces intras.Par contre l'alliance va du bon à l'excellent avec les autres Daps,le top étant atteint avec l'Onkyo DPX1,le Sony 1Z,le SP 1000,le Cowon P2 et l'Aune M1S.En passant par tous ces ces lecteurs,les E900M gardent une remarquable stabilité dans les performances:la définition et la résolution y sont d'un haut niveau ainsi que la dynamique et la rapidité,ces qualités en font des intras remarquables pour qui aime le Classique.Face à ces grandes qualités,il y a un manque de séparation qui rend le message un peu brouillon,par exemple sur "Viva la Vida" de Coldplay,ou sur "Les Quatre Saisons" de Vivaldi.Le rendu des cymbales est souvent à la fois écourté et un peu métallique,le rendu de nombreux instruments paraît manquer de qualité de timbre et de texture dans les médiums,notamment la guitare.
  Pour résumer,je dirai que ce sont des intras qui compensent quelques petites failles dans le rendu des instruments et des voix par de grandes capacités à retranscrire des ambiances.

7    LES FLC 8S

6    LES ORIOLUS MELLIANUS

5    LES SHURE KSE 1500

Les Shure me sont arrivés précédés d'une réputation flateuse,la déception qui a fait suite aux premières écoutes m'a incité à me demander si je n'avais pas une rancoeur cachée envers Mr Shure ou pire encore un défaut auditif!,j'ai donc persévéré encore et encore ,passant avec les shure au moins le double du temps consacré aux autres intras,sachant qu'il faut souvent une longue familiarisation pour apprécier des intras à leur juste valeur.Alors q'en est-il de mon point de vue?
La scène sonore des shure est de bonne qualité et s'adapte autant à une chanson de Brassens qu'à un concerto de Vivaldi.La signature me paraît assez neutre et droite,aucune partie du registre n'étant en avant,on peut juste noter des aigus qui n'ont pas une grande extension et des basses qui n'ont pas toujours un grand impact.
La définition est stupéfiante ainsi que la fluidité et la rapidité,mais contrairement à ce que j'ai pu lire,je trouve que la résolution (ou détourage) est moyenne ainsi que la séparation et la transparence.En fait la qualité de définition donne l'illusion de résolution,séparation et transparence:Si je compare les Shure aux Flamenco sur le presto de "l'été" des Quatres saisons de Vivaldi,non content d'avoir une définition d'un niveau presque équivalent,la séparation est meilleure sur les Flamenco,la résolution permet de quasiment donner une image en quatre dimension du violon solo,on "voit" les mouvements de l'archer, les nuances du jeu ainsi que la dynamique y sont meilleures,gage d'une meilleure transparence,alors certes la retranscription des Shure est excellente ,mais elle reste plus plate,plus clinique.Certes j'ai lu ici et là que les shure recherchent la subtilité et ne veulent pas en mettre plein la vue avec plus d'impact et de puissance,mais mettre de la subtilité dans un morceau de hard rock revient à lui enlever sa saveur première!
Quelques impressions sur certains morceaux de la playlist:
Dans Bruckner les cuivres manquent d'ampleur et de personalité,timbres "plats"
dans "sous quelle étoie suis-je né" de Polnareff la basse manque d'impact
sur Brassens c'est excellentissime,ce qui est général sur la chanson et le Folk
Sur Vivaldi définition au top mais résolution moyene
Sur erised excellent et aigus parfaits
dans Plastikman très très bon!
et dans le disque de percussion "Planet Drum",manque d'impact et soundstage un peu plat.
En résumé d'excellents intras,mais que je ne trouve pas au niveau auquel ils sont habituellement considérés et qui restent peu nomades à cause des câbles rigides et de l'ampli dédié.


4    LES EMPIRE EARS ARTHUR


La scène sonore est ce qui impressionne d’emblée avec les Arthur: large, haute mais surtout profonde. Ce dernier critère semble le plus difficile à réaliser puisque c’est un des rares intras avec les LCDi4,les Fourté et les Flamenco qui ont un soundstage réaliste et équilibré dans toutes les dimensions.Le placement des instruments semble parfait et naturel.La seconde chose qui marque est la puissance et la vivacité des Arthur,ils donnent l'illusion d'écouter la musique en live.
La signature sonore est quasiment droite avec une petite bosse à la jonction médiums/haut-médiums, il y a une grande fluidité et une grande transparence mais cela n’est pas synonyme d’un son lisse, bien au contraire : chaque petite plage de fréquence semble être autonome et cela est bien sûr lié à la sensation d’avoir un IEM détaillé mais surtout d'une grande résolution.
Les Arthur ont donc à la fois une grande résolution ,une grande séparation et une grande transparence.La définition en retrait permet d'avoir un son un peu plus rond ,plus chaleureux avec une grande musicalité qui empêche les Arthur d’être analytiques et sans âme.
Les basses n’ont pas une extension vers le bas exceptionnelle et manquent légèrement de rapidité, les Tralucent par exemple ont de vraies sub-basses qui sont plus rapides,sans parler des Encore. Mais ce qui fait la qualité des basses sur les Arthur est le juste milieu entre sécheresse et rondeur, l’inexistence totale de débordement sur les médiums, la puissance et l’équilibre avec le reste du spectre.
Les médiums sont quasiment parfaits : le rendu des voix est d’une qualité incroyable, leur texture est très légèrement granuleuse et donne du relief et du détail tout en restant réaliste et naturelle. Le timbre des instruments est plein, d’une belle complexité et relève les harmoniques. Des médiums de cette qualité avec un tel soundstage permettent de rendre crédible l’écoute des formations classiques. Reste toutefois une petite emphase autour des 2Khz qui peut donner sur certains morceaux un très léger aspect métallique !
Les aigus ont beaucoup d’éclat et peuvent à la longue provoquer un peu de fatigue auditive, mais ne provoquent aucune sibilance à mon oreille. Ils participent évidemment à la qualité du soundstage.
Je dois noter et c'est quelquepart un exploit  :DD  que c'est avec ces seuls intras en écoute avec le HM901s que j'ai entendu du soufle.
En mettant le Brimar audio à la place de l'excalibur,on a des basses plus texturées et un sentiment de trop grande douceur.
Avec le SP 1000,tout est quasiment parfait,avec le Cowon P2 les médiums sont plus chauds et colorés et les bas médiums envahissants.(mais l'égaliseur du P2 fait des miracles!)
Très bien aussi avec l'aune mais avec un soundstage retréci et moins texturé,avec le HM 901s,beaucoup de vivacité dans le classique,beaucoup de résolution et de rapaidité mais fatiguant à la longue.
Avec les LPG excellente synergie avec une très belle texture sensible surtout en classique,beaucoup de puissance et d'équilibre avec toujours le même bémol personnel:le soundstage retréci au lavage  :mrgreen:

3    LES AUDEZE LCDi4

  Les LCDi4 sont un cas à part,leur conception,leur taille et leur rendu sonore s'apparentent davantage à un casque miniature qu'à des intras et ceux qui connaissent à la fois ces LCDi4 et les casques Audeze disent y retrouver le son de la marque fait de présence,de douceur et de fluidité.
Un cas à part également par la sensibilité importante à la source,aux câbles et aux embouts.La description est faite avec le combo qui m'a donné le plus de satisfaction,(excepté l'Hugo 2):AK SP 1000+Câble Brimar 2.5 trrs silver/gold+embouts SpinFit C155.
dès la première écoute,c'est le soundstage qui attire l'attention par sa taille et son emplacement:Il est bien plus important en largeur et hauteur que celui de presque tous les intras "classiques" à l'exception notable des frères Tia (Tzar et Fourté) qui sont presque au même niveau et qui sont même meilleurs dans le rendu de la profondeur.Le soundstage des Audeze est une grande sphère dont le centre pourrait se trouver entre les deux oreilles,il en résulte la sensation d'être au milieu de la scène,on lève souvent des yeux virtuels au dessus de la tête et le son semble parvenir de derrière la tête à l'occasion,c'est un sentiment un peu étrange qui disparaît vite et devient addictif pour peu que l'on oublie un peu sa tête et que l'attention reste focalisée sur les morceaux    .Malgré cela et c'est sans doute  un paradoxe ,le son paraît davantage venir de l'extérieur à la manière d'un casque ouvert!.
La définition de ces intras est la plus importante de ce comparo avec les Shure kse1500,autrement dit exceptionnelle,si j'ajoute que la dynamique est du même niveau,on atteint un degré de subtilité et de vérité magnifique.Par contre la résolution et la transparence sont nettement moins importantes que sur beaucoup d'intras,que ce soient les Arthur,les Tia,les Flamenco:Il est probable que la cause en est en partie le fit sans commune mesure des intras classiques face aux LCDi4,pour ma part je pense que cette résolution et cette meilleure transparence sur les concurrents de l'Audeze permettent d'atteindre une image sonore plus réaliste,(bien que les amateurs sans condition des LCDi4 en arrivent à prétendre que cette résolution et cette séparation est en fait artificielle,en quelque sorte une manière d'apporter du fun pour les auditeurs incapables d'apprécier une "vraie "restitution musicale.
La signature des LCDi4 est plutôt chaude;Les basses sont très bonnes avec un réalisme parfois "hallucinatoire" sur les peaux notament,les médiums paraissent un peu plats et terne et par manque de résolution,ne paraissent pas aussi texturés que ce qu'ils sont en réalité,un petit pic vers 1Kz puis ensuite des hauts médiums un peu trop en retrait qui provoquent un manque de présence,et enfin aigus très hauts,fins et sans sibilance.Malgré ces défauts,les LCDi4 donnent un son aux timbres magnifiques et avec une vérité à laquelle le soundstage n'est pas étranger.
La plupart des Daps ont de la difficulté à driver les LCDi4 et donnent un son trop chaud et un peu voilé.Les meilleurs résultats ont été obtenus avec l'AUNE M1S une fois de plus étonnant,avec le SP1000 en symétrique qui ouvre le soundstage,permets aux médiums une plus grande présence et clarté et surtout avec l'Hugo 2 qui apporte un vrai gap,le son devient nettement plus résolu et acquiert une puissance et une "autorité" impressionnante.
De même la différence est importante lorsque l'on passe du câble stock non symétrique au Brimar reference silver/gold symétrique,au delà des améliorations classiques apportées par le passage en symétrique,le Brimar apporte une meilleure texture aux basses,éclaircit les médiums et adoucit les aigus.
En résumé des intras qui donnent l'impression d'être un essai sans doute pas totalement réussi mais quand même d'une qualité bluffante.

2    LES INEAR PROPHILE 8

 Comme j'ai eu l'occasion de le dire à plusieurs reprises dans ce forum,j'ai souvent eu un problème avec la notion de neutralité,l'expérience m'ayant donné à entendre des intras,des casques (ou des daps) qui "bénéficiaient" de cette appellation m'avait conduit à classer le matériel neutre en deux catégories:la première regroupe des intras qui m'apparaissent en fait des intras de monitoring,ils sont en général de très bonne qualité et ont pour caractéristiques d'offrir une écoute analytique et transparente,ce qui à pour conséquence de réduire les basses à leur expression la plus simple:la qualité d'impact et de rapidité.La seconde regroupe des intras que j'appelle plats,ils sont jugés neutres mais ne retranscrivent aucun des critères musicaux tels que la dynamique,les harmoniques ou les paramètres ADSR.
 Et bien j'ai le plaisir d'annoncer qu'il existe des intras qui sont à la fois définis et musicaux et pour qui le terme  neutre n'est pas une injure !  ,ce sont les IPP8.
 La description est faite sans l'utilisation des commutateurs boostant les basses ou les aigus.
 Leur scène sonore est excellente en largeur et hauteur ,comme pour la plupart des intras la profondeur n'est hélas pas du même niveau.Cependant la scène est plutôt proche et enveloppante et reste de ce fait cohérente et réaliste.
 Le niveau de définition,de résolution et de séparation est d'un grand niveau et cela avec naturel,on ne sent rien de forcé ,rien qui s'apparente à un trucage destiné à provoquer un "waouh" qui s'évapore au bout de quelques heures,toutes les fréquences sont également présentes,il en résulte un son qui manquera pour certaines oreilles de corps (il suffira de mettre le switch basse "on" pour obtenir un son un peu plus organique),mais qui est d'une grande musicalité.
 Bien que non boostée,les basses ont une bonne extension vers les subs et sont rapides,les médiums offrent une texture magnifique,les voix masculines et féminines ont toutes deux une bonne assise,les aigus sont d'une grande finesse sans la moindre dureté ni sibilance.L'équilibre entre performances techniques et musicalité est tel que ces intras donnent comme peu y arrivent le sentiment d'écouter la musique sans se poser de questions.
 C'est bien sûr avec le SP 1000 que les IPP8 donnent leur mesure,la texture y est bien plus complexe qu'avec tous les autres Daps,signe que le potentiel des Prophile est grand.On a une densité sonore qui n'est pas provoquée par des basses trop importantes mais par la quantité d'information.
  avec le FiiO X5,le son est pour le coup organique,les basses sont plus rondes et il y a une mise en avant des haut-médiums,autrement dit,les IPP8 retranscrivent fidèlement le caractère d'un lecteur et méritent le nom d'intras référence.
  De la même manière l'AR M2 montre ses caractéristiques:un manque de rapidité dans les basses,des bas médiums envahissants,un manque de résolution,par exemple celle de Léonard Cohen dans "Treaty",mais par contre une présence et une puissance phénoménale.
  Cela veut-il dire que ces intras sont parfaits ?cela est tellement affaire de gouts que je ne pourrai que parler des quelques bémols que je peux y trouver pour mon compte:le soundstage est inférieur en réalisme à celui des Arthur,des LCDi4 ou des Fourté,de même la qualité de présence et d'intensité musicale est également plus grande dans les intras précités et pour finir il y a encoe plus de naturel et de définition dans les LCDi4 et les Fourté.
  Pour conclure je pense que des intras d'une telle qualité sonore,auquel on peut ajouter la qualité de fit qui est ce qui se rapproche le plus d'un fit moulé en universel,à un prix qui est entre la moitié et le tiers des vedettes THDG,n'ont pas à mon avis la place qu'ils méritent dans tous les comparos que j'ai pu parcourir.

1  LES 64 AUDIO TIA FOURTE

Voici donc les intras de ce comparo qui se rapprochent le plus de mes gouts,mais déjà dépassés par les Tia tzar et les Jomo Flamenco depuis!.la quête de l'intra "ultime" est donc bien cela,une perpétuelle recherche atisée par la curiosité et la bienveillance de ces chers fabriquants qui nous sortent chaque mois des nouveautés!.
Le soundstage des Fourté est assez large (les tzar le dépasse en largeur), et remarquable par sa profondeur et sa hauteur.c'est le plus important avec celui des LCDi4.Tous les critères avec lesquels j'ai l'habitude de juger d'un intra me paraissent au minimum d'un haut niveau:La définition est quasiment du niveau des Shure KSE 1500,la résolution est impressionnante ainsi que la séparation,on a alors affaire à une imagerie magnifique de réalisme,tout est à sa place et le placement en profondeur est remarquable,chaque voix ou instrument peut se suivre indépendamment des autres dans un cadre plutôt immersif.Je ferai juste un bémol en ce qui concerne la retranscription des nuances qui mesemble un cran en dessous des Tzar,des LCDi4 et surtout des Flamenco,s'il y avait des intras pour lesquels je serais tenté de faire une distinction entre technique et musicalité,ce serait ceux-là,les Fourté ont une tendance à être analytique,certains pourraient mêmes les trouver un peu froids.
Le rendu sonore est énergique,dynamique et organique.La signature est plutôt équilibrée ,certes les basses et sub-basses sont là et se font entendre,certains en déduisent que les Fourté sont un peu chaleureux,j'ai tendance à penser qu'ils ont des basses réalistes qui ont impact sans débordement,les médiums ont une grande qualité de présence,l'ensemble est couronné par des aigus d'une grande extension qui n'ont pas la douceur et le soyeux des Tzar,ils apportent beaucoup de clarté,ils m'ont paru au fil des semaines d'écoute avoir une présence légèrement trop importante et "devenir" un peu acide,dû à une sensibilité personnelle aux aigus ou à un tuning un peu imprécis ?,ce point a un peu refroidi mon attrait pour les Fourté.
Avec le Sony NW A35,le résultat est très bon,encore une fois la preuve qu'il est préférable de monter en gamme sur les intras que sur le Dap dans un premier temps.
avec le LPG les aigus sont quelquefois trop percants,par exemple sur "Time" de Pink Floyd.et toujours mais je me répète ce soundstage assez petit,ce qui est un comble pour les Fourté.
encore une fois excellent avec l'Aune M1s,avec l'Onkyo DPX1,hauts médiums désagréables sur "Carolina" entre autres.
Avec le Cowon P2 souvent un peu trop chaleureux,mais ça reste un des meilleurs combos.
Avec le SP1000,tendance à la sibilance sur "this path tonight" de Graham Nash,un zestz d'acidité sur Massive Attack,superbe en classiqueVivaldi ,Mozart etc.
Avec le Sony 1Z on retrouve le sens de la nuance!

quelques impressions du Fourté avec sept Daps sur "This Path Tonight" de Graham Nash


SP 1000
Très défini et résolu,les basses sont suoerbes et texturées,beaucoup d'équilibre et un soundstage d'enfer.
Cowon P2
moins de définition et résolution,tout est plus doux mais avec des timbres superbes,batterie bien mise en avant avec de l'impact
HM 901s
tendance à la sibilance,très(trop?)énergique,bon sans plus.
M1S
tendance à la sibilance,superbe batterie,haut-médiums en avant,soundstage plus intimiste
LPG
batterie magnifique,légère tendance à la sibilance,un peu rond et très puissant.
FIIO X5
un peu de coloration,puissant mais manque de rumble,voix peu texturée.
SONY 1Z
un peu chaud,beaucoup plus de texture que sur les autres daps,organique,belles basses

En résumé des intras hors normes pour leurs qualités mais qui ne plairont pas forcément à ceux qui recherchent un rendu plus musical et moins analytique et à ceux qui sont sensibles aux aigus,hors normes aussi pour le pris qui me paraît injustifié.


 

C:LES MEILLEURES SYNERGIES

Une petite liste de combos qui m'ont particulièrement plu,sans classement et sans commentaires.
Onkyo DPX1/Onkyo E900 M
AK70 II/IPP8
AR M2/Fourté
LPG/IPP8-LCDi4
Cowon P2/Fourté
AKSP 1000/Fourté-LCDi4-IPP8-Shure KSE 1500
Sony 1Z/IPP8-LCDi4-Onkyo E900M-Shure KSE 1500
Aune M1S/IPP8-FLC8s


7   CONCLUSION

Mot mal choisi,il n'y a pas de conclusion !,à peine le comparo terminé je faisais connaissance des Flamenco et essayais une seconde fois les Tia tsar:Ils seraient désormais premier et second de mon classement   :DD  
Ce que j'ai eu la chance de tester n'est qu'une partie infime de ce que l'on trouve sur le marché et il y a sans doute ,(et à des prix raisonnables ),de nombreux Daps et Intras qui pourraient figurer en haut de l'affiche,Je pense aussi aux intras remarquables que je connais mais ai laissé de côté pour le comparo :les vegas,les Encore,les K10 etc.Ceux que je ne connais que de nom mais qui semblent de très grande qualité:les Andromeda par exemple.
Sans compter les nouveautés qui me font saliver  :DD :le Hifiman R2R2000,le Cowon L,les SE 6,les Erlkonig et enfin ces satanés Soundwriter qui j'espère les enterrera tous  :mrgreen:  :loool:
Non vraiment,pas de conclusion,juste un grand plaisir d'avoir partagé mes découvertes.

Message 05 Nov 2017 13:07

Impatient je suis  :bravo:

Message 05 Nov 2017 13:07

On attend avec impatience ce comparo.
J ai d ailleurs eu la même idée mais faute de temps (et un peu d argent) j ai abandonné.

En tout cas il ne reste plus qu'à économiser jusqu' à janviee

Message 05 Nov 2017 13:10

Punaise, on peut se positionner tout de suite ?  :mrgreen:

Message 05 Nov 2017 13:13

Il faut aussi te procurer 10 paires de moulés  :mrgreen:

Message 05 Nov 2017 13:14

si je savais ce que j'allais vendre,je ne ferai pas de comparo :loool:
j'en profite pour ajouter un truc important,si je vais faire ce comparo avec beaucoup de sérieux(et encore plus de plaisir :headphone: )en aucun cas je ne me prends au sérieux et en aucun cas je ne me prends pour ces cadors de HF ou de TN qui en savent bien plus que moi,ce topic est un simple partage du plaisir de la découverte :DD

Message 05 Nov 2017 13:16

Td310 a écrit:Il faut aussi te procurer 10 paires de moulés  :mrgreen:

:bravo:
j'aurai bien aimé,mais je n'ai pas envie de laisser les deux bras à la revente,mais quel dommage qu'il n'y ait pas d'universels des warbler ou des em10 :$

Message 05 Nov 2017 13:24

Super initiative :)

Message 05 Nov 2017 13:33

8-D  (Y)(Y)

Message 05 Nov 2017 14:37

sausalito a écrit: :bravo:
j'aurai bien aimé,mais je n'ai pas envie de laisser les deux bras à la revente,mais quel dommage qu'il n'y ait pas d'universels des warbler ou des em10 :$


Je ne veux pas dire mais Monsieur Earsonic il avait une paire d'universel bien cachée au dernier salon :DD

Message 05 Nov 2017 14:38

Alléchant merci d'avance  (Y)(Y)
je commence a économiser dommage Noël sera passé  :drool:

Message 05 Nov 2017 14:58

Tu achètes tous les produits de tes tests ? Tu n'as pas besoin de prêts ?

Et sinon super comparo à venir.. et quelle intéressante fin de mois de janvier !!

Message 05 Nov 2017 15:03

Waouh, bravo, cela va être d'une super utilité pour le forum, un peu moins pour nos portes monnaie :D

Message 05 Nov 2017 15:12

Storm a écrit:Tu achètes tous les produits de tes tests ? Tu n'as pas besoin de prêts ?

Et sinon super comparo à venir.. et quelle intéressante fin de mois de janvier !!

J'achète environ 70% du matos.
Je profite d'une vente immobilière pour me permettre cette  8-D  :DD

Message 05 Nov 2017 15:17

Impatient de te lire  (Y)(Y)

Après les ventes sur Aliexpress le 11/11, le Black Friday fin novembre, les ventes à Sausa en janvier  :-O  :-O  :-O

Fin d'année et début 2018 difficiles pour les finances des TNiens.
1, 2, 3, 4, 5 ... 33