Message [Test] Grado RS-1 : L'énergie à travers le temps! 15 Sep 2012 20:22

Si un terme ou une expression vous semble obscur le Lexique de test de Tellement Nomade est là!


Test du Grado RS-1 : L'énergie à travers le temps!


On commence tous en investissant dans du matériel d’écoute sédentaire à la recherche du meilleur rapport qualité/prix possible, mais au fil du temps la question de l’upgrade se pose ! Qui sait, peut être est-ce dû à la mouche audiophile qui nous pique ou encore à l’envie d’aller plus loin dans le plaisir d'esthète qu’est la musique.

Aujourd’hui, je tire une entière satisfaction du matériel que je possède. Toutefois, ces casques, objets de fantasme du mélomane et vecteurs de plaisir pour nos oreilles, méritent-ils un tel investissement (et le malheur de nos comptes en banque)?

J’ai une envie croissante de découvrir ces casques dont la réputation, le design ou encore la technologie éveillent mon intérêt et je tiens tout particulièrement à remercier oyo sans qui ce voyage n’aurait pas été possible.

Voici le premier chapitre de mes explorations dans l’univers des casques haut de gamme et je vais commencer en compagnie du Grado RS-1.

Image


Qui n’a jamais pensé essayer un Grado ? Une signature sonore typique qui promet monts et merveilles sur toutes les musiques où l’on trouve une guitare prête à s’exprimer avec une énergie débordante. Certes, avec le RS-1, je découvre la gamme Grado par la grande porte, accompagné de cet ambassadeur de la marque qui officie depuis des années. Mais c'est bien celui-ci qu'il me tenait à cœur d'essayer.

Mon système d’écoute comprend : mon ordinateur avec le player Foobar 2000, un DAC Poppusle 707, un ampli Little Dot MkIV et un ampli Burson Ha-160. Le test du RS-1 s’effectuera avec des fichiers lossless encodés en FLAC.

Tester un casque haut de gamme s’avère difficile et les comparatifs que je fais habituellement sont inappropriés car, bien qu'ils soient de bonne qualité, les casques que je vais croiser dans cette gamme  mais chacun aura sa propre signature et interprétation de la musique. C'est pourquoi mes analyses à venir porteront surtout sur les sensations ressenties à l'écoute.


Packaging

On retrouve le packaging classique des casques Grado, sa légendaire boite à pizza où l’on trouve uniquement le casque (sans adaptateur), j’avoue qu’une boite classieuse en bois aurait été un petit plaisir bonus mais on ne peut pas tout avoir !


Fabrication/design

Image


Le design Grado est unique et reconnaissable entre tous : vintage sans pour autant perdre de son charme avec les années. On ne peut rester insensible à ce qui se dégage du RS-1 ! Le casque fait extrêmement léger en comparaison de son câble épais et robuste. Les coques en acajou sont du plus bel effet.

Pour moi, le seul défaut de ce casque est son câble épais et rigide qui se révèle lourd, mais on ne s’en soucie pas du moment que l’on reste assis !


Confort

Le RS1 m’a surpris par son poids plume. L’arceau n’est pas forcément confortable et les oreilles sont en contact avec le plastique devant les drivers. Même si le casque s’oublie rapidement le port peut se révéler désagréable au bout d’un certain temps !

Une fois les G cush substituée à la mousse originale, le confort s’en trouve grandement amélioré. De plus le soundstage est plus large et plus profond mais je trouve que l’on perd en séparation des instruments et en détails. Enfin, quand on écoute un RS-1 on sait pourquoi les L cush lui vont comme un gant pour sa restitution sonore !


Isolation

Isolation et Grado ? On oublie de suite ! Je crois que c’est le casque qui leak le plus à ma connaissance. Et puis la musique ça se partage !  :mrgreen:


Amplification

Le fait de posséder un ampli à lampe et un ampli à transistor m’a permis de me rendre-compte à quel point les lampes adoucissent les aigus du RS-1 et offrent une restitution plus chaleureuse. Mais celle-ci se fait au détriment de la dynamique qui subit une légère perte. Toutefois, altérer la dynamique du RS-1 est impossible compte-tenu de la fougue de ce casque ! Avec l’ampli à transistor, le RS-1 se retrouve avec énormément de dynamique et cela accentue le rendu « in da face » qu’il offre.  Certes, c’est bon et on s’en prend plein les conduits, mais le casque devient agressif et fatiguant à la longue. Mon écoute s’est articulée autour de mon ampli à lampe qui m'est apparu beaucoup plus en adéquation avec le RS-1.

Je me suis aussi amusé à brancher le RS-1 sur mon Studio V, en raison de son impédance de 32 Ohm, à l’aide de l’adaptateur du K701. J’ai vraiment aimé le rendu avec le RS-1, même si l’écoute était un poil moins détaillée, on retrouve l’esprit de Grado et c'est ce que j’aime chez ce casque !


En musique

Pour faire simple, le Grado RS-1 n’est pas polyvalent pour un son sous ! Deux mots pour le caractériser : énergie et guitare. La playlist que j’ai choisie va dans ce sens, pourquoi essayer d’aller contre la nature !

Image


Pour commencer tranquillement, je démarre avec un petit morceau live que j’affectionne :


Deep Purple  – Mistreated



La guitare commence, quelle projection! Cette musique offre déjà une place particulière à cet instrument mais le casque lui apporte davantage de détails dans les nuances et énormément de texture. La guitare prend ses aises et le casque nous fait revivre ce moment, on est clairement pas auditeur mais spectateur ! Le rendu sur la voie du chanteur et sur le clavier est simplement excellent lui aussi. J’accroche moins au rendu de la batterie, les cymbales et le charleston étant trop en avant par rapport au reste de l’instrument et, pour une fois, on distingue la basse, sèche et énergique. Le casque offre globalement une signature montante et dynamique.

La prestation est frontale mais la spatialisation est très agréable sur cette musique même si les instruments manquent de profondeur. Le rendu est aéré mais le casque devient parfois agressif sur les attaques aigües du guitariste. Bref le casque se donne sans compter, pour notre plus grand plaisir !

Sur du bon vieux rock qu’écoutait mes parents c’est du tout bon mais sur des guitares classiques ?

Je me tourne cette fois-ci vers l’un de mes groupes préférés, Auguste Burns Red. Groupe de metalcore qui nous montre à travers leur dernier album qu’ils ne sont pas uniquement bons dans leur style. Le plus bel exemple est cette reprise acoustique de leur chanson Internal Canon (liens vers la version studio que je vous invite à découvrir : http://www.youtube.com/watch?v=6oo0QkPFXFg )


August Burns Red – Internal Canon (Acoustic)



Dès les premiers sons, le casque nous emporte… Les deux guitaristes s’assoient juste en face de moi et commencent à jouer le morceau. Quelle ambiance intimiste enlassante ! Le moindre détail est présent, on arrive même à deviner la pression exercé par les doigts des guitaristes, les tapping sont justes monstrueux, c’est déconcertant…

La guitare rythmique est bien soutenue par le casque qui lui offre du corps et de la présence, son registre de prédilection étant le bas medium/medium. C’est alors que la guitare lead commence à voguer sur la nappe de la guitare rythmique, s’envolant à sa guise sur les différents riffs et solos. C’est un rendu tout en subtilité et, sur cette musique, sans aucune agressivité. Harmonique, bruit mécanique, frottement du médiator, nuance, intensité, tout y est…

On ne reste pas indifférent face au RS1 après cette musique, un vrai concert privé !

Après cet interlude des plus agréables, on ressort la pédale de distorsion !


Escape The Fate – The Webs We Weave



Les guitares sont toujours aussi bien traitées par le RS-1, les parties de solo sont excellentes à écouter. Même constatation sur la voie qui est agréable et semble très naturelle. Là où ça bloque c’est sur la section batterie/basse. La basse est difficile à distinguer et la batterie, même avec une grosse caisse convaincante, peine à faire entendre autre chose que la grosse caisse et la caisse claire. Même si l’écoute est agréable et la spatialisation bonne, l’ensemble sonne un peu brouillon, moins détaillé et chargé. Le RS-1 à besoin d’aération entre les instruments pour s’épanouir pleinement au sinon il se laisse déborder par son énergie.

En repensant aux deux mots qui caractérise se RS-1 : énergie et guitare, un groupe m’est venu en tête, Sna-Fu. Une boule d’énergie électrisante à l’image du RS-1 made in France !


Sna-Fu – Dorian



Dès le lancement de la vidéo vous allez comprendre pourquoi leur album s’appelle « Tonnerre Binaire », un petit riff d’intro et là, c’est la décharge ! On s’en prend plein les conduits auditifs et on en redemande : c’est pur, ça vit et c’est rendu avec les trippes !

Même si l’ensemble est légèrement chargé chaque instrument est bien séparé et vit, ce casque est taillé pour le rock, le vrai !

J’ai pris le parti de vous proposer une playlist uniquement autour de la guitare mais le RS1 peut aussi s’en sortir sur de l’électro mais les autres styles, on oublie… Sur ce, je repars me faire quelques albums de Scorpion, Queen, The Blacke keys, The Who and co pour profiter encore de ce bébé qui a traversé les époques !


Conclusion

Image


J’ai apprécié le temps passé avec le RS-1. C’était aussi pour moi la découverte de Grado et surtout de sa signature typique. Le RS-1 est un bon casque indéniablement mais ce qui fait sa force et fait sa grande faiblesse : un rendu frontal, débordant d’énergie qui le rend excellent sur le rock et agréable sur le métal mais l’empêche d’être polyvalent.

Le RS-1 ne sera pas mon futur upgrade car je cherche un casque polyvalent mais il garde sa place dans mon esprit, peut être qu’il viendra plus tard dans la famille pour s’exprimer sur le rock pour le plus grand plaisir de mes parents.

Le RS-1 m’a aussi fait réfléchir sur un point, est-ce que le casque polyvalent existe ? Je ne sais toujours pas, peut être que la recherche du meilleur rendu possible sur différents styles se fait à travers différents casques. La seule option viable serait alors de gagner à l’Euromillion mais je pense plutôt choisir un casque en faisant des concessions… Seules mes futures rencontres me le diront mais à ce niveau de gamme chaque casque à de quoi se défendre et le choix dépendra uniquement du ressenti de l’auditeur. Bref, mon cœur est toujours à prendre même si cette rencontre laissera une petite trace…

Message 15 Sep 2012 20:46

:bravo:

Message 15 Sep 2012 21:23

:bravo:  :bravo: ....aussi

Message 15 Sep 2012 21:48

Merci  :jap:

Message 15 Sep 2012 23:08

Teste bien intéressant.
Bienvenue dans l’univers du casque haut de gamme.

Message 16 Sep 2012 08:11

Quand même c'est trop fort Grado on arrive même à se régaler d'en entendre parler :(l)

très beau test Ony, l'émotion et le plaisir ressenti y est palpable...jolis photos qui plus est  (Y)

Message 16 Sep 2012 12:13

superfred21 a écrit:Teste bien intéressant.
Bienvenue dans l’univers du casque haut de gamme.


Merci superfred21, je redécouvre vraiment la richesse de mes enregistrements et disques avec ces casques!

Même si la Cendrillon que je suis à déjà trouvé chaussure à son pied, j'ai encore plein de rencontre à vous raconter!  ;-/

jxh a écrit:Quand même c'est trop fort Grado on arrive même à se régaler d'en entendre parler :(l)

très beau test Ony, l'émotion et le plaisir ressenti y est palpable...jolis photos qui plus est  (Y)


Merci Jxh, Grado quoi qu'on en dise, quoi qu'on en pense, on se doit d'essayer un casque de la marque! On en sort jamais indifférent  :jap:

Message 16 Sep 2012 12:40

Merci pour ton test  :jap:

La version dite improved ne semble pas s'être éloignée de la signature de ses illustres prédécesseurs à te lire.

Au plaisir de parcourir le récit de tes autres rencontres ! :headphone:

Message 13 Oct 2012 14:44

Salut,
Je viens de tomber sur ton test, qui est excellent (précis, bien écrit, et qui retranscrit l'émotion d'écoute). Mes impressions sur mon vieux compagnon qu'est le RS1 vont dans le même sens que toi. Au demeurant, cela me convient tout à fait, rock et métal constituant la majeur partie de mes écoutes.

Mais j'admets aussi que son énergie débordante le prive d'une certaine polyvalence...mais quel casque peut se targuer d'être vraiment polyvalent, excellent partout?
En ce qui me concerne, je tourne toujours sur le duo RS1 (pour la musique qui bouge) et AKG K340 pour l'acoustique et les mediums plus veloutés.

Sent from my BlackBerry 9800 using Tapatalk

Message 13 Oct 2012 15:11

Moi aussi je me suis remis le test en tête et j'ai retenu quelque chose d'interessant, l'ampli à lampes et l'adoucissement des aigus qui deviennent fatiguants sur certains types de musique, hâte de voir ce que va donner l'association avec le SinglePower PPX3-6GC7  (Y)

Message 13 Oct 2012 15:25

Miam ! On s'en prend plein les rillettes mirellettes !

Message 21 Oct 2012 15:29

Je te comprends, moi aussi j'ai bien envie de tenter l'association avec un ampli à tubes, un ptit Singlepower, Mapletree (ah, si seulement les ptites merveilles Mapletrée étaient un peu plus puissants, parce que mon autre casque est gourmand!), ou un ptit Wooaudio d'occas'!

Sent from my BlackBerry 9800 using Tapatalk

Message 21 Oct 2012 16:03

Concernant SinglePower, évite le PPX3 si tu veux parvenir également à piloter ton K340, c'est un ampli Casque dédié aux modèles de faible impédance/bonne sensibilité à l'instar des... Grado. Le MPX3 est plus versatile (HD 800, HD 700, HD 600, HD 558, Victor.JVC HP-DX1000, Ultrasone Signature PRO, tous les Grado & Alessandro) Cela dit, je ne serais pas surpris qu'il faille faire grimper le potar aux trois-quarts et user de 5687 et non de 6SN7 en guise de tubes de sortie pour le K340 avec cet ampli Casque là.

Message 21 Oct 2012 16:32

Peut etre un connerie mais Dobi  drivait c'est K340 avec un Sunrise...
PAs cher & ça avait l'air assez puissant...

Message 21 Oct 2012 16:47

Une connerie ? Non, je ne pense pas, étant donné que dobiwan possédait "juste" trois K340. Si l'ampli n'avait pas été en mesure de les driver correctement, le Sunrise aurait probablement élu domicile dans les PA depuis belle lurette ;-/

La question qui peut se poser, par contre, c'est vis-à-vis de son degré de versatilité.