Les écouteurs intra-auriculairesVoici la fin de l’année qui approche à grands pas… L’heure est venue de dresser le bilan et d’établir le fameux best of de l’année. Et 2015 a été particulièrement prolifique dans le petit monde des intras universels ! Nous n’avons naturellement pas pu tout essayer, mais la liste qui suit représente assez […]

Guide de Noël Tellement Nomade 2015

Les écouteurs intra-auriculaires

Voici la fin de l’année qui approche à grands pas…
L’heure est venue de dresser le bilan et d’établir le fameux best of de l’année. Et 2015 a été particulièrement prolifique dans le petit monde des intras universels ! Nous n’avons naturellement pas pu tout essayer, mais la liste qui suit représente assez bien l’orientation prise par les constructeurs vers des écouteurs proposant un rendu de plus en plus ouvert, un soundstage vaste et un niveau de détail toujours plus élevé.
On notera également la présence de plus en plus importante d’écouteurs utilisant des drivers dynamiques et des architectures hybrides.
Bonne lecture et faites le bon choix pour Noël !

Havi B3 Pro I

Havi

Pour beaucoup d’audiophiles nomades, les Havi B3 Pro I, c’est comme leur premier amour de jeunesse : c’est à son aune qu’ils vont juger leurs coups de cœur suivants.
Il faut dire que le rendu sonore des ces intras à deux drivers dynamiques présente un rare faisceau de qualités pour leur secteur tarifaire : un soundstage large et discriminant ; une réponse fréquentielle régulière, aux aigus un peu discrets mais aux graves percutants et aux médiums bien articulés et réalistes ; et, surtout, un respect des timbres et une rapidité encore inégalés dans leur gamme de prix.
Leur fabrication est à l’avenant, avec des coques au plastique épais, un surgainage défiant l’arrachage au niveau de leur entrée, un câble plat à partir du séparateur et un jack à angle droit à profil discret : de quoi jeter sans scrupules les B3 Pro I au fond du sac !
Leurs accessoires ne sont pas en reste car, outre un étui semi-rigide, une housse de transport, un chiffon de nettoyage et des contours d’oreille, ils ne comportent pas moins de neuf paires d’embouts différents par leurs tailles comme par leurs matériaux !
Les seuls vrais défauts des Havi sont leurs coques volumineuses qui ne permettent pas d’insertion profonde de la canule dans l’oreille et une sensibilité un peu basse qui exige de la puissance pour permettre à ces intras d’exprimer toutes leurs qualités acoustiques. Mais pour à peine plus de 50 euros (frais de port inclus) sur certains sites spécialisés (tel LendMeURears), on leur pardonnera bien ces menues coquetteries.

B3 Pro I

FLC 8S

FLC Technology

Conçus en Chine par un ancien ingénieur de chez Harman-Kardon, les FLC 8S de FLC Technology renferment deux drivers à armatures équilibrées et un micro-driver dynamique dans une coque percée de plusieurs trous pouvant accueillir trois sets de filtres : quatre canules pour le réglage des médiums et des aigus, trois tubes en silicone en face arrière pour l’ajustement des basses et trois bouchons de même matière en face avant pour la correction des infra-graves. En tout, ce ne sont pas moins de trente-six variations, subtiles mais sensibles, qui peuvent affecter la sonorité des FLC 8S et l’adapter ainsi aux prédilections acoustiques de chacun. De base, le rendu de ces intras est plutôt clair et droit et offre un respect des timbres jusqu’alors inouï dans leur gamme de prix — environ 300 euros en import, hors taxes douanières. Ce sont aussi des écouteurs dotés d’une très grande rapidité et d’un sens du groove quasi infaillible qui les prédisposent à la restitution d’un très large panel de musiques ainsi qu’à divers types d’écoute, de l’étude analytique à la simple session fun.

Relativement petits en comparaison à d’autres intras hybrides, les FLC 8S se logent plutôt bien dans le creux de l’oreille et, en fonction des embouts, assurent une isolation des plus correctes.
Livrés dans un joli cartonnage dépliant, ils sont fournis avec un câble amovible de bonne facture, une capsule oblongue accueillant les sets de filtres non utilisés, une boîte de transport métallique et huit paires d’embouts en silicone.


Noble Audio Savant

Noble

Leur nom, à part dans la gamme, n’est pas la seule énigme attachée à ce modèle, puisque le nombre de ses transducteurs reste encore secret — officiellement du moins. Alors que les constructeurs cherchent à rouler des mécaniques sur le nombre (élevé) de drivers dans leurs intra-auriculaires – en profitent au passage pour battre des records de tarification – Noble Audio prend le chemin inverse avec les Savant, en ne communicant strictement rien sur leur design interne et en se permettant même de les gratifier d’une tarification assez agressive : à peine la moitié de ce qui est demandé pour acquérir leur fleuron, les K10 (ou Kaiser 10). Les concepteurs des Savant veulent ainsi clairement que l’on juge leur bébé sur le son, et rien que sur le son. Et Noble Audio frappe un grand coup avec ces intras qui, techniquement assez irréprochables, viennent sans souci rivaliser avec les meilleurs multi-armatures du marché, toutes gammes tarifaires confondues. Bien mis en œuvre, les Savant sauront, sur les meilleurs enregistrements, apporter un plaisir d’écoute assez monumental, même s’ils peuvent aussi s’avérer un peu irritants, à l’occasion, par leur légère emphase dans le rendu du haut médium. Leur gestion du (des) crossover(s) est par ailleurs remarquable, ainsi que leur cohérence générale. Plutôt neutres mais pas stériles pour un sou, les Savant sont d’un rapport qualité-prix indéniablement élevé là qui fait sérieusement réfléchir sur la pertinence de dépenser plus de 1000 euros dans les modèles de certaines autres marques.

La valeur sûre : Sleek Audio SA7

Les Sleek Audio étaient déjà présent dans le précédent guide… Longtemps attendus par les amateurs du « son » Sleek Audio, les SA7, cocktail assez unique de présence et d’aération, ont comblé leurs attentes avec brio. Transparence fréquentielle, netteté et fluidité de l’articulation entre les registres, précision du placement latéral des sources, rapidité du rendu : ces intra-auriculaires dotés de deux armatures à spectre large montrent un faisceau de qualités acoustiques exceptionnelles dans leur secteur tarifaire ; ceci d’autant que leur sonorité, globalement analytique, est modifiable par tout un jeu de canules et de bouchons qui, en altérant respectivement la restitution des aigus et celle des basses, permet d’adapter assez finement leur signature aux goûts de chacun. À l’exception d’un relatif manque de profondeur de leur scène et une certaine dureté de leur rendu des hauts-médiums, les SA7 n’ont donc pas grand-chose à se reprocher d’un point de vue sonore. Leur positionnement dans l’oreille, en revanche, est plutôt délicat et leur maintien en entrée du conduit auditif assez précaire, ce qui ne les prédispose guère aux activités sportives. Surtout, leur câble est beaucoup trop fragile, tant au niveau des connecteurs que du jack, et vient gâcher un rapport qualité/prix au demeurant époustouflant.


Oriolus Oriolus

Oriolus

 

En 2015, Oriolus a débarqué sans prévenir avec son produit éponyme, les Oriolus, conçus autour d’un driver dynamique et de trois drivers à armature équilibrée, avec trois tubes de sortie. Énumérons tout de suite leurs défauts car la liste est courte : packaging trop léger, câble fourni trop rigide et peut-être des coques assez volumineuses. Et puis c’est à peu près tout car, côté son, ces intras conçus par des ingénieurs d’iBasso sont une sacrée surprise.

En les essayant vous serez d’abord surpris par leur espace sonore qui allie largeur et profondeur pour créer une impression de volume maximal où, pourtant, placements et étagement des instruments restent toujours précis. La richesse de leurs timbres vous permettra par ailleurs d’apprécier le grain et le rendu des voix ainsi que toutes les subtilités spécifiques à chaque instrument. Et le niveau de détails n’est pas en reste, sans que pour autant le sentiment d’unité s’en ressente, le rendu des Oriolus offrant énormément de présence et d’immersion à la fois.

Quoique fort de nombreuses qualités techniques, ces intras n’oublient pas de faire vivre la musique et de vous faire ressentir toutes les émotions exprimées par vos artistes préférés. Les Oriolus sont des machines à groove, à swing. Avec eux vous n’aurez qu’une envie : les écouter encore et encore. Let’s play the music!

26 réponses à “Guide de Noël Tellement Nomade 2015

    1. Oui, il semblerait qu’il y ait eu quelques loupés dans l’identification des contributeurs…
      Sincèrement désolé, le coupable sera pendu et, surtout, on va rectifier ça très, très vite.

      Space Cowboy et tous les contributeurs non nommés à la fin : acceptez nos excuses.

  1. Sinon, pourquoi il y a une photo des Fitear Air pour la notule des 335? (encore quelques remarques et je vais passer pour un chieur :D)

  2. Super guide tant par son aspect que par son contenu, félicitation aux TNiens contributeur ! Juste une petite précision sur le Oppo HA2, il est aussi un très bon ampli/dac de voyage avec un pc portable ou un macbook …

  3. Merci pour cette nouvelle mouture du guide TN.
    Une remarque néanmoins, les écouteurs-boutons VE Monk ne sont pas livrés avec un étui de rangement, du moins c’était comme ça pour les deux paires que j’ai achetées.

  4. Sacré beau boulot messieurs !
    Merci pour ce guide qui sera bien utile à tous ceux qui se perdent dans cette jungle audiophile… Et ils sont nombreux :mrgreen:

  5. Merci. Une chose que je ne comprends pas pour les intras moulés, aucun mot sur Earsonics qui fait pourtant d’excellents intras ?????

  6. Merci beaucoup à tous les contributeurs pour ce très beau guide !

    La mise en page change en fonction de la taille de la fenêtre, c’est classe !!! Bravo Ward !

  7. Tout d’abord, beau travail ! Très agréable à lire, même pour un novice.

    Pas de Jds the element ? Que vaut-il par rapport au Valhalla ?

  8. Encore un super guide toujours aussi intéressant. Merci à tous les contributeurs … Mon portefeuille relique,lui, de ne pas,apprécier

    1. I love to make chicken salad sandwiches on crisssanto!Christine Jensens last blog post..Got a file you want to send, but it is too big for your email server?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

:D :-) :( :o 8O :? 8) :lol: :x :P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: :wink: :!: :?: :idea: :arrow: :| :mrgreen: