Les baladeurs  Gros embouteillage coté baladeurs pour cette année 2016 ! Après un exercice 2015 où tout le mode semblait finalement camper sur ses positions, cette année aura vu l’émergence de nombreux modèles au point que notre guide aurait pu sans problème comporter le double de références. Que ce soit iBasso avec son DX80, Shanling […]

Guide de Nöel 2016

Les baladeurs

 

Gros embouteillage coté baladeurs pour cette année 2016 !
Après un exercice 2015 où tout le mode semblait finalement camper sur ses positions, cette année aura vu l’émergence de nombreux modèles au point que notre guide aurait pu sans problème comporter le double de références.
Que ce soit iBasso avec son DX80, Shanling avec le M2 ou le M5, Pioneer avec le cousin du Onkyo DPX-1 que nous vous présentons ci dessous, ou encore des petits nouveaux comme Opus, les constructeurs ont largement renouvelé ou completé leur gamme, offrant aux amateurs que nous sommes un choix qui il y a simplement deux ou trois ans aurait été proprement inimaginable.
Et ça n’est sans doute pas terminé, puisque ces mêmes marques proposent encore et toujours des nouveautés pour le plus grand plaisir des amateurs que nous sommes. Vous découvrirez donc ci-dessous une sélection de baladeurs, forcément subjective, qui nous semble tout de même rassembler ceux qui au final auront marqué l’année 2016.

 

Onkyo DP-X1

L’Onkyo DP-X1 est le second baladeur de la marque japonaise après le HA-300, ce dernier plutôt destiné à un usage en DAC/amplificateur nomade et le premier sur le segment des baladeurs sous OS Android.
Vendu au prix de 899 €, le DP-X1 possède toutes les caractéristiques d’un smartphone moderne : OS Android 5.1.1 avec Play Store, CPU quad-core Qualcomm APQ8074, GPU Adreno 330, 2 Go de mémoire vive, 32 Go de stockage interne, WiFi, Bluetooth Apt-X ; le tout dans un design d’appareil avec grand écran tactile 1280×720/4,7p.
Côté audio, on y trouve un double DAC ESS Sabre 9018K2M, une double amplification ESS Sabre 9601K, une sortie symétrique 2,5 mm et un contrôle analogique du volume. Le baladeur est doté d’une compatibilité à toute épreuve puisqu’il gère les formats les plus courants du marché jusqu’en 24bits/192kHz ou 32bits/384kHz sur sortie USB.
En pratique, le DP-X1 présente une qualité sonore et une signature assez singulières. Les amateurs de chaleur et de densité sonore resteront sur leur faim. A contrario, les afficionados du détail, du détourage, de l’aération, de l’espace musical y trouveront leur compte. Très à l’aise et fidèle sur les grands ensembles et les orchestrations, les styles musicaux éthérés et productions minimalistes, ce baladeur est également capable de tailler à la serpe les enregistrements plus chaotiques ou chargés, au bénéfice d’une écoute plus sereine et moins fatigante. Sur le registre de l’aération, certains pourront lui reprocher de manquer un peu de liant global et en définitive de « trop » séparer les fréquences, lui conférant une restitution plus analytique que synthétique.
Côté puissance, le baladeur produit honorablement 2×75 mW sur la sortie asymétrique (3 modes de gain), ce qui est amplement suffisant pour la plupart des intras et casques nomades. La sortie symétrique est cependant à privilégier puisqu’elle délivre jusqu’à 2x150mW et dispose de deux modes BTL et ACG, le premier favorisant la puissance et le second, innovation technologique propriétaire de la marque, privilégiant le positionnement et la scène sonore. Quand vous y aurez goûté, il sera difficile de revenir en arrière.
Si sa signature ne fera pas l’unanimité, personne ne pourra lui reprocher ses autres qualités : la grande ouverture d’une interface Android, l’accès aux applications de streaming, son autonomie (12 h d’écoute pour 3h de charge), sa capacité de stockage (deux slots micro-SD, compatibles 200 Go), son grand écran bien défini, sa navigation tactile réactive ou encore sa molette de volume fiable et précise.

onkyo-dp-x1-hi-res-digital-audio

 

Fiio X7

Vaisseau amiral des baladeurs FiiO, le X7 fait figure d’excellent compromis, à la lisière entre le haut et le très haut de gamme (700€).
Vêtu d’aluminium (129x15x63mm pour 250g), le baladeur propose une excellente ergonomie, rare à ce niveau de prix abstraction faite des modèles de Sony : un écran tactile 4 pouces (480×800p), des touches physiques, une navigation fluide sous Android 4.4.4, une lecture Gapless, un efficace égaliseur 10 bandes, une sortie ligne, mais aussi et surtout une connectique Bluetooth et WiFi. Cette connectique riche vous permettra de télécharger des applications sur le « FiiO market place » ; à vous les joies de Spotify, à vous la possibilité d’utiliser un casque ou des enceintes Bluetooth ! On regrettera tout de même un temps d’allumage un peu long, à l’image de certains smartphone. Vous profiterez de ses atours entre 7 et 9 heures avant de devoir le recharger, ou de l’utiliser comme DAC USB.
Autre particularité, à l’instar des pratiques d’Hifiman, le FiiO X7 dispose d’un module d’amplification interchangeable, qui permet de faire varier la signature sonore de l’appareil. 2016 aura vu la sortie de 3 modules d’amplification. Qu’en est-il avec la carte de base AM1 ? Une franche réussite. La signature sonore met en avant le bas du spectre, et plus précisément le bas médium, avec un rendu à la fois doux et lisse, sans mollesse dans les basses. L’accentuation du bas médium pourra tout de même déplaire à ceux qui préfèrent les attaques franches et détourées. Cette douceur ne nuit toutefois pas excessivement aux aigus, qui conservent une belle finesse. Ce son intimiste s’appuie sur une belle scène sonore, ample, mais sans tutoyer les meilleurs en profondeur. La dynamique est quant à elle de haut niveau, tout comme sa réserve de puissance, permettant d’alimenter sans mal les casques nomades et intras. L’AM2 est à la fois plus puissant, plus dynamique avec des basses plus percutantes. L’AM5 est de son côté encore plus puissant,plus neutre et transparent,au prix d’une autonomie plus faible L’AM3 vous permettra d’accéder aux joies du symétrique.
Positionné à un prix intermédiaire entre les poids lourds légers et les monstres du haut de gamme, le X7 propose à la fois un son de grande qualité et une connectivité complète. Un excellent rapport qualité/prix, à considérer avant d’investir davantage.


Questyle QP1R

Apparu il y’a un an sur le marché des baladeurs, le QP1R s’est rapidement fait une place de choix dans un paysage déjà encombré. Venu de la scène sédentaire, Questyle a confié la miniaturisation de son savoir-faire à Foxconn, connu pour la production de nombreux produits haut de gamme. Ce segment est effectivement la cible du QP1“R” comme “Reference”. Avec son châssis en aluminium massif usiné, sa molette de volume ciselée et ses façades en verre, il n’a rien à envier en terme de finition aux populaires iPhone.
L’électronique “maison” de Questyle est articulée autour du DAC Cirrus Logic CS4398 qu’on retrouve par exemple chez Shanling ou Astell&Kern, ce lecteur est ainsi capable de décoder la quasi totalité des formats audio. Une sortie combinée line-out/optique est disponible mais le point fort du Questyle reste la sortie casque puisque le QP1R est réputé pour sa capacité à alimenter une grande partie des casques du marché, que ce soient les nomades comme le Oppo PM-3 ou les sédentaires tels que le Audeze LCD-3. Le réglage du gain à 3 niveau lui permet de s’adapter au mieux à chaque équipement.
Côté son, le Questyle fait respirer la musique sur une scène large avec un dynamisme incomparable, la précision et le détail de la restitution le caractérisent. Sa signature équilibrée et neutre, avec des aigus clairs, précis et présents sans jamais être agressifs ; des médiums détaillés et organiques ; des basses étendues et sèches en font un appareil qui ne souffre pas de coloration marquée. Cependant, son rendu n’est ni froid, ni numérique mais se rapproche plus de la chaleur de l’analogique. Il laissera donc n’importe quel matériel d’écoute s’exprimer pendant une petite dizaine d’heures grâce à sa batterie 3300mAh.
Tout pour le son, le QP1R ne s’encombre d’aucune fioriture : écran non tactile d’à peine plus de 2 pouces, connectique filaire exclusivement, fonctionnalités réduites et sommaires (mais suffisantes). La navigation dans les menus se fait par l’intermédiaire de la roue et du bouton central. La façade compte également 4 boutons tactiles à retour haptique : accueil et retour en haut, et deux flèches directionnelles qui permettent aussi bien de parcourir les menus que de changer les pistes. La bibliothèque pouvant dépasser les 400 Go grâce aux deux emplacements micro-SD et au stockage interne fusionnés peut être parcourue par tags ou par fichier. L’égaliseur est désactivable et propose deux réglages personnalisables.
Questyle, à l’écoute de ses clients, s’attache à améliorer et à corriger les défauts de jeunesse de son premier appareil nomade. La roue quelque peu capricieuse peut être recouverte d’un film antidérapant désormais fourni dans le package et le firmware est régulièrement mis à jour. Dernière évolution en date, l’ajout de la fonctionnalité DAC USB. De quoi en faire un outsider redoutable et une alternative réussie aux meilleurs baladeurs du marché !

questyle-qp1r_0ee7c84578d8ad55

Xduoo X3

Dernier né de la famille des baladeurs Xduoo, l’X3 présente pour moins de 100 € un faisceau de qualités qui ne se rencontrait il y a peu que dans le milieu de gamme.
A sa puce de conversion numérique-analogique, une Cirrus Logic CS4938 qu’on trouve encore aujourd’hui dans des lecteurs beaucoup plus chers, sont adjoints trois amplificateurs opérationnels aux performances éprouvés : deux OPA1612, l’un en passe-bas et l’autre à l’étage de gain, suivis d’un LMH6643 pour l’amplification du courant, ce qui rend l’X3 apte à alimenter non seulement des systèmes d’écoute un peu impédants mais également des intras sensibles, et ce malgré le léger souffle qui affecte sa sortie casque sur ce dernier type d’écouteurs. L’ergonomie de ce DAP va de pair avec ses spécifications techniques.
Côté matériel, son format allongé et ses dimensions réduites assurent une bonne prise en main et lui permettent de se faire oublier dans une poche, d’autant qu’il est doté de boutons physiques de formes distinctes, judicieusement disposés, qui autorisent une manipulation à l’aveugle. Les deux slots micro-SD ménagés sur sa tranche peuvent accueillir par ailleurs jusqu’à 256 Go de mémoire tandis que sa base présente, en plus de la sortie casque, une sortie ligne à destination d’une amplification nomade ou sédentaire.
Cerise sur le gâteau des commodités d’usage : une autonomie de dix heures, très correcte au regard du format de l’appareil, pour un temps de recharge d’à peine plus de deux heures. Seul défaut ergonomique : un écran manquant de luminosité qui devient trop rapidement illisible à l’extérieur.
Côté logiciel, l’interface de l’Xduoo X3 est plutôt bien pensée pour un DAP chinois d’entrée de gamme pourvu d’un simple écran monochrome de 1,3 pouce et se montre aussi accessible qu’agréable à utiliser. Elle peut en outre être remplacée par l’OS alternatif Rockbox qui lui apportera des fonctionnalités supplémentaires comme une égalisation multi-paramétrable, la navigation par tags, la fusion des bases de données tags des deux cartes-mémoires, etc…
Pour ce qui est des performances acoustiques, c’est également un quasi sans-faute. Malgré son bruit — cependant très contenu —, la sortie casque de l’Xduoo X3 est du côté légèrement chaleureux de la neutralité, dynamique et bien définie. Mais c’est surtout par sa sortie ligne que ce lecteur retiendra l’attention : propre et puissante, elle le prédispose admirablement à l’amplification nomade et achève de lui donner le meilleur rapport qualité/prix du moment dans son secteur tarifaire.

dap-xduoo-x3

 


Cowon Plenue D

Il ne manquait plus que Cowon après iRiver pour revenir en force sur un marché que l’on pensait tari, celui du baladeur audio. Après l’excellent Plenue 1 au tarif élevé c’est au tour de l’entrée de gamme d’être renouvelée avec le Plenue D.
A la différence de son ainé, le D se caractérise par une autonomie titanesque, autour de 80 heures en mp3, par un design simplifié et une interface plus légère mais finalement complète et logique. Son écran n’est certes pas incroyable en terme de résolution, mais la qualité audio est bel et bien au rendez vous. En effet, en plus d’être compatible avec les fichiers haute résolution jusqu’en 24bits/192kHz, le petit Cowon est tout à fait capable d’alimenter les intras les plus sensibles sans le moindre souffle ainsi que la majorité des casques nomades.
Grâce à ses boutons de contrôle du son et de la lecture situés sur les tranches, la manipulation à l’aveugle est particulièrement simple et depuis son écran tactile plutôt réactif, il est aisé d’accéder rapidement à la musicothèque, par tags ou par dossiers, de constituer des listes de lecture à la volée ou de modifier sa restitution sonore par le biais d’un système d’égalisation pré-réglé (BBE) ou paramétrable par l’utilisateur.
A l’instar de l’iRiver AK junior, le Plenue D dispose d’une bonne qualité sonore, mais rien de comparable compte tenue de son prix, à un iBasso DX80 ou un Shanling M3. Il fonctionnera parfaitement avec des intras gourmands, mais n’espérez pas y brancher votre casque sédentaire, le Plenue D n’est pas conçu pour cela.
Si le Plenue D a sa place ici, c’est qu’outre des performances audio finalement dans la moyenne, ce petit baladeur fait un sans faute en terme d’ergonomie, d’autonomie et de taille, qualités qui ont quelque peu disparues depuis l’avènement des baladeurs audiophiles ou des smartphones à la fois gourmand en énergie et plutôt encombrant.
Pour un usage nomade ce sont des caractéristiques qui ont leur importance et font tout l’intérêt du Plenue D.

plenued-log-5667fdf03ce88

25 réponses à “Guide de Nöel 2016

    1. Hello you have a fantastic website over here! Thanks for sharing this innetesritg stuff for us! If you keep up this good work I’ll visit your weblog again. Thanks!

  1. Impressionnant, riche, intéressant et super complet !

    Merci à tous les contributeurs pour ce travail de qualité !

    longue vie @TN !

  2. Pas du tout d’accord avec vous pour les Joyroom E107.

    Pour moi, c’est de la merde en barre ! Je regrette de les avoir pris, mais bon pour 10€…
    Mais je ne les conseil pas tout de même.

      1. Les aigus sont à mon goût trop aigus voire agressives… Les basses quand à elles, ressemblent un peu à de la basse made in Beats By Dr Dre, bien baveuse et débordantes, bien grades en fait.

        Le reste j’ai pas testé, maintenant si tu veux une valeur sûre en écouteurs boutons, les Jiushao E300 !!! Du lourd !

        J’avais aussi pris les VE Monk sur les « conseils » du forum, pareil, je ne vais pas dire que c’est de la merde, mais à côté des Jiushao, y a pas photo, ces derniers sont nettement meilleurs !

  3. A place de faire le comique de service, indique moi plutôt où je peux me m’acheter Seafh 32Ohms.

    D’ailleurs petit avis perso mais qui je pense en aideront plus d’un, s’il était possible de fournir au moins un site marchand pour chaque casque que vous recommandez ce serait bien.

    Parce qu’impossible de trouver les :
    – Seafh
    – Elibud Sabia V2
    – TY Hi-Z HP400S

    Pas testé les autres.

    1. Les Elibud, comme cela est d’ailleurs indiqué dans la notule qui leur est consacrée, lien à l’appui, étaient commandables naguère sur le compte FaceBook d’Eli Audio. Ils ne sont plus fabriqués aujourd’hui mais on pourra se procurer leurs successeurs, les V3, par le même biais.
      Toutes les autres oreillettes sont proposées sur Aliexpress ainsi que sur certains sites d’exportateurs « connus » comme Gearbest, Penon Audio, etc…

      1. Dark,
        T’es toujours au TOP, l’un des mecs les plus sûrs ici (avec sans doute Woopie et Darktores), vous je vous aime mes petits BB !!! lol

        Bizarrement j’ai pas trouvé les « Seafh 32 Ohms » sur aliexpress, je vais regarder de nouveau ou sur un autre site.

        Question, est-ce qu’ils ressemblent aux Jiushao, voir en mieux ?

        Merci et bonnes fêtes de fin d’années !

  4. Alors jusqu’à maintenant, je croyais que les rois étaient les Jiushao E300 et qu’ils étaient indétrônables… Mais je viens de recevoir mes Seafh 32 omhs (10 balles sur Aliexpress), écoutez, je viens de les déballer, ils ne sont mêmes pas rodés et c’est juste déjà magique !!! Mais pourquoi dépenser plus franchement !?

    C’est un truc de ouf ces écouteurs !!! Il faut que je compare bien comme il faut avec les Jiushao, mais le challenger risque de prendre la place du numéro Uno !

    Je vous tiens au courant !

  5. Merci beaucoup pour ce guide qui m’a permit de découvrir le topping nx5 maintenant accouplé à mon X1, je suis ravi!
    :jap:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

:D :-) :( :o 8O :? 8) :lol: :x :P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: :wink: :!: :?: :idea: :arrow: :| :mrgreen: