Les DAC et amplificateurs nomades  2016 aura été plus une année de confirmation qu’une année de renouveau dans le domaine des DAC-amplis portables. Notre choix, en tout cas, s’est majoritairement porté vers des marques qui ont su profiter de leurs acquis pour proposer des modèles encore plus performants aux audiophiles nomades. Ce ne sont ici […]

Guide de Nöel 2016

Les DAC et amplificateurs nomades

 

2016 aura été plus une année de confirmation qu’une année de renouveau dans le domaine des DAC-amplis portables. Notre choix, en tout cas, s’est majoritairement porté vers des marques qui ont su profiter de leurs acquis pour proposer des modèles encore plus performants aux audiophiles nomades. Ce ne sont ici pas moins de six produits-phares de leurs catégories tarifaires respectives  que nous avons retenus, depuis l’entrée de gamme jusqu’au haut de gamme.
Chaque marque de cette liste maîtrise son sujet avec des DAC-amplis au design éprouvé, aux fonctionnalités choisies avec discernement, au circuit judicieusement conçu en fonction de la source prévue et du type de système d’écoute visé. Plus important encore : il n’est pas un de ses appareils qui n’ait procuré et ne procure encore, à leurs heureux possesseurs sur TN, un plaisir d’écoute sans cesse renouvelé.
Car si les commodités d’usages — que ce soit en termes de dimensions, de connectique, d’autonomie, voire de possibilités de modification de la signature sonores via un jeu d’effets ou le changement d’op amp —, sont d’une importance cruciale dans la sélection d’un DAC, d’un DAC-ampli ou d’un ampli nomade, il n’en reste pas moins qu’au final, ce sera l’appareil qui vous donnera le plus d’émotions que vous aurez le mieux choisi !
C’est donc avec votre satisfaction en ligne de mire que nous avons trié dans la production de cette année et orienté nos commentaires, afin que vous puissiez trouver, comme compagnon à votre lecteur ou à votre smartphone, le décodeur et/ou l’amplificateur qui saura le mieux se faire oublier au profit de la musique que vous aimez.

Breeze Audio E17

Dans un segment tarifaire où, généralement, les amplificateurs nomades semblent peu pris au sérieux, le Breeze Audio E17 a de quoi vous impressionner… mais peut-être pas par son aspect, assez commun et peu classieux, ni même par ses fonctions, inexistantes. En fait, tout se passe sous le capot !
Puissance, propreté et homogénéité sont les premières qualités qui s’imposent lorsqu’on écoute cet amplificateur hybride comportant à la fois des transistors et un amplificateur opérationnel (ou op amp).  Ne comptez pas sur lui pour vous emporter dans des envolées chamaniques et autres états de transe singuliers : tout, ici, est axé sur la précision et la propreté.  Que ce soit par sa réponse fréquentielle ou par sa scène sonore, il propose un sans-faute.  Bien sûr, on trouvera des rendus plus musicaux en montant en gamme, mais soyons honnêtes : on a tout de même déniché un grand frère au légendaire Topping NX1 ! On regrettera seulement que son autonomie d’une dizaine d’heures soit bien plus modeste que celle de son auguste devancier.
Par ailleurs, et cela est très important, son op amp est amovible ! En changeant ce dernier, vous pourrez affiner à votre guise la signature sonore de l’ampli, même si celui d’origine est déjà des plus corrects.
Il est à noter, enfin, que le Breeze Audio E17 comprend un relais qui, tout en protégeant la prise casque des surtensions à l’allumage et à l’extinction, assure à cette dernière un rapport signal/bruit quasi nominal.

s-l1600

 

Topping NX5

Le Topping NX5 est un ampli à la réputation discrète et aux qualités encore méconnues.  Son prix de lancement, avoisinant les 110€, le place directement en compétition avec des ténors du milieu de gamme tels que le Fiio E12 ou le Breeze Audio E11.
Pour autant, le NX5 a des arguments indéniables à faire valoir.  Ses dimensions comparables à celles d’un smartphone, sa compacité et sa légèreté lui permettent d’être un compagnon des moins encombrants sur le terrain du nomadisme.  Il est également vendu avec une multitude d’accessoires.
En lui-même, l’ampli est polyvalent.  Un sélecteur de gain et un commutateur bass-boost sont au rendez-vous. Si l’un permet d’ajouter un surcroît de tension pour alimenter les systèmes d’écoute un peu gourmands, l’autre confère de l’explosivité au bas du signal. Tout cela est utilisable pendant une trentaine d’heures, autonomie qui confine aujourd’hui à l’exceptionnel.
Quant au son, s’il ne mérite peut-être pas d’être qualifié d’exraordinaire, il jouit en revanche d’une homogénéité exemplaire et d’une scène sonore cohérente et immersive.  Mention toute particulière à la tenue des basses : montez le volume et ça reste propre et rebondissant à souhait !  Activez le bass-boost et vous aurez une montée en patate sans bavure aucune, affectant essentiellement les infra-basses sans salir les registres supérieurs.
En bref, pour 100€, les facteurs compacité et son semblent idéalement maîtrisés.  Votre baladeur n’attend désormais plus que cet ampli pour s’exprimer au mieux !

topping-nx5

Encore mDSD

Le mDSD d’Encore est un DAC-ampli sous forme de clé USB bien construit. Sa peinture, notamment, résiste bien à un usage « nomade ».
Sa puce de conversion, une Sabre ESS9010K2M, lit tous les formats PCM jusqu’à 32bit/384khz et jusqu’au DSD256 en natif — ce que permet de vérifier la diode en passant du rouge, dans le premier cas, au bleu dans le second. Elle est alimentée en amont par un contrôleur USB 2.0 asynchrone XMOS assisté par deux horloges de synchronisation.
Côté amplification, la puissance est au rendez-vous et permet de driver correctement jusqu’à un AKG K701.  Elle est contrôlée par 2 boutons latéraux de bonne facture, sans jeu. Le son est excellent pour le prix : très dynamique, clair et d’une brillance maîtrisée. La résolution est à l’avenant et le soundstage réaliste, avec une profondeur perceptible.
La signature globale est plutôt neutre, avec une bonne extension dans les aigus, et délivre des timbres authentiques — sauf peut-être sur les musiques les plus rapides dont le mDSD donne un rendu parfois un peu brouillon. On peut brancher le mDSD à un appareil sous Android en OTG ainsi qu’à un iDevice via un câble Apple Lightning/USB mais, comme il n’a pas de batterie, il a pour inconvénient de chauffer assez fortement tout en consommant beaucoup de courant.
Il est à noter enfin que la sortie casque est aussi en SPDIF/optique compatible DSD et, poussée au maximum, peut se transformer en sortie ligne propre et fonctionnelle, sans distorsion audible.

encore-mdsd

Alo Audio New RX IEM

Marque très réputée d’amplificateurs portables, Alo Audio propose depuis plus d’un an un petit boitier métallique assez original, dernière déclinaison de sa gamme RX : le New RX IEM. Conçu pour les intras, comme son nom l’indique, et notamment pour les moins impédants et les plus sensibles, il délivre une puissance parfaitement adaptée à ce genre de systèmes d’écoute et contrôlée par un potentiomètre au design très réussi et à la course très douce et progressive.
La taille de l’Alo Audio New RX IEM est également bien contenue, permettant de le coupler de manière discrète à bon nombre de lecteurs auquel il offrira une dizaine d’heures d’amplification.
Son design, d’une beauté sobre, reflète la simplicité de son circuit conçu autour d’un double étage d’amplificateurs opérationnels : un OPA49720 suivi d’un TPA6120A2. Soutenue par une alimentation soigneusement régulée de 15 V d’amplitude générant aussi peu de bruit de fonds que de distorsion, cette architecture délivre un signal particulièrement propre, précis et dynamique.
L’Alo Audio New RX IEM propose un très bon soundstage, d’une largeur fidèle, au panoramique aéré et à la profondeur bien étagée, ainsi qu’un excellent niveau de résolution. Vous l’aurez compris : cet amplificateur nomade permet de profiter de toutes les finesses et des détails de vos musiques préférées. De plus sa signature plaira à beaucoup puisqu’Alo a choisi de traiter ici le signal avec une douceur presque sensuelle, sans rien d’agressif ni même de démonstratif.
L’Alo Audio New RX IEM est un condensé de savoir-faire nomade dont la technique quasi-parfaite sait se faire oublier au service de l’émotion musicale.

alo-audio-new-rx-iem

 


IBasso D14

Dès sa sortie, l’iBasso D14 Bushmaster s’est fait rapidement remarquer par sa connectique plutôt riche pour un appareil nomade et son tarif assez agressif. En plus de son entrée analogique en mini-jack, ce DAC-ampli dispose en effet de plusieurs entrées numériques : USB et coaxiale/optique en mini jack également. Il est compatible PC/Linux/Mac mais aussi Android (Android 5 minimum) et Apple (via le kit caméra).
Le packaging est très complet, avec tout ce qu’il faut pour commencer à l’écouter, quelle que soit la source (sauf le kit Apple). Les dimensions du D14 sont en outre à peu près les mêmes que celle du DX50, les deux formant un ensemble compact et très convaincant. Son autonomie l’est tout autant, avec environ 13 heures pour les fonctions DAC + ampli et 25 heures en entrée analogique.
A l’étage de conversion se trouve un Sabre ESS9018K2M capable de décoder des flux audio PCM 32 bits/384 kHz et DSD 11,2 MHz. Par ailleurs, son amplification peut driver la plupart des casques et intras, et cela en offrant un fond sonore exceptionnellement silencieux pour ce genre d’appareils. Défaut de cette qualité : un voltage un peu trop élevé pour les intras les moins impédants, même au gain le plus bas. A l’écoute la sortie casque de l’iBasso D14 est plutôt analytique et détaillée. Le son est assez clair et résolvant, doté d’un bon équilibre tonal dans son ensemble et d’une spatialisation fidèle.
Au prix de 229€ actuellement, c’est un appareil qui propose un rapport qualité/prix au top !

ibasso-d14-bushmaster-amplificateur-casque-dac-usb-es9018k2m-32bit384khz-dsd

Chord Mojo

Après le Hugo, DAC-amplificateur plus transportable que nomade, Chord est revenu à la charge cette année avec un nouveau modèle plus léger (180g), plus compact (60 x 22 x 82 mm) et aussi nettement moins cher (599 euros) que son grand frère : le Mojo.
Malgré sa taille réduite le Mojo n’en reste pas moins compatible avec tous types de fichiers audio, jusqu’au DSD 256, et offre une connectique plus que complète comprenant non seulement une prise USB pour le relier à tout smartphone, tablette ou ordinateur mais aussi une entrée coaxiale, une entrée optique, ainsi que deux sorties casque en mini-jack. On retrouve également la patte Chord au niveau du design des boutons ou plutôt des boules dédiées au réglage de l’intensité sonore  qui se coloreront en fonction de la puissance souhaitée, la dernière indiquant par sa teinte le format du fichier lu.
En sortie casque, le Mojo propose des basses bien étendues, rapides, percutantes et articulées ainsi que des médiums dénués d’agressivité mais suffisamment détaillés pour être immersifs et bénéficiant d’une présentation spatiale particulièrement précise. Les aigus, quant à eux, sont restitués avec autant de douceur et d’aération que de présence.
Dans l’ensemble, le Mojo offre un son relativement équilibré avec une légère pointe de chaleur et une souplesse toute musicale.  Si par ailleurs son soundstage n’est pas énorme, il est particulièrement discriminant dans la dimension latérale.
Disposant d’une autonomie d’une dizaine d’heures, le Mojo  est enfin une source nomade puissante capable d’alimenter aussi bien les intras que des casques plus gourmands.

chord-mojo

 

 

25 réponses à “Guide de Nöel 2016

    1. Hello you have a fantastic website over here! Thanks for sharing this innetesritg stuff for us! If you keep up this good work I’ll visit your weblog again. Thanks!

  1. Impressionnant, riche, intéressant et super complet !

    Merci à tous les contributeurs pour ce travail de qualité !

    longue vie @TN !

  2. Pas du tout d’accord avec vous pour les Joyroom E107.

    Pour moi, c’est de la merde en barre ! Je regrette de les avoir pris, mais bon pour 10€…
    Mais je ne les conseil pas tout de même.

      1. Les aigus sont à mon goût trop aigus voire agressives… Les basses quand à elles, ressemblent un peu à de la basse made in Beats By Dr Dre, bien baveuse et débordantes, bien grades en fait.

        Le reste j’ai pas testé, maintenant si tu veux une valeur sûre en écouteurs boutons, les Jiushao E300 !!! Du lourd !

        J’avais aussi pris les VE Monk sur les « conseils » du forum, pareil, je ne vais pas dire que c’est de la merde, mais à côté des Jiushao, y a pas photo, ces derniers sont nettement meilleurs !

  3. A place de faire le comique de service, indique moi plutôt où je peux me m’acheter Seafh 32Ohms.

    D’ailleurs petit avis perso mais qui je pense en aideront plus d’un, s’il était possible de fournir au moins un site marchand pour chaque casque que vous recommandez ce serait bien.

    Parce qu’impossible de trouver les :
    – Seafh
    – Elibud Sabia V2
    – TY Hi-Z HP400S

    Pas testé les autres.

    1. Les Elibud, comme cela est d’ailleurs indiqué dans la notule qui leur est consacrée, lien à l’appui, étaient commandables naguère sur le compte FaceBook d’Eli Audio. Ils ne sont plus fabriqués aujourd’hui mais on pourra se procurer leurs successeurs, les V3, par le même biais.
      Toutes les autres oreillettes sont proposées sur Aliexpress ainsi que sur certains sites d’exportateurs « connus » comme Gearbest, Penon Audio, etc…

      1. Dark,
        T’es toujours au TOP, l’un des mecs les plus sûrs ici (avec sans doute Woopie et Darktores), vous je vous aime mes petits BB !!! lol

        Bizarrement j’ai pas trouvé les « Seafh 32 Ohms » sur aliexpress, je vais regarder de nouveau ou sur un autre site.

        Question, est-ce qu’ils ressemblent aux Jiushao, voir en mieux ?

        Merci et bonnes fêtes de fin d’années !

  4. Alors jusqu’à maintenant, je croyais que les rois étaient les Jiushao E300 et qu’ils étaient indétrônables… Mais je viens de recevoir mes Seafh 32 omhs (10 balles sur Aliexpress), écoutez, je viens de les déballer, ils ne sont mêmes pas rodés et c’est juste déjà magique !!! Mais pourquoi dépenser plus franchement !?

    C’est un truc de ouf ces écouteurs !!! Il faut que je compare bien comme il faut avec les Jiushao, mais le challenger risque de prendre la place du numéro Uno !

    Je vous tiens au courant !

  5. Merci beaucoup pour ce guide qui m’a permit de découvrir le topping nx5 maintenant accouplé à mon X1, je suis ravi!
    :jap:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

:D :-) :( :o 8O :? 8) :lol: :x :P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: :wink: :!: :?: :idea: :arrow: :| :mrgreen: