Le Cayin N6ii est un modèle de démonstration gracieusement prété par Cayin dans le cadre du tour Head-Fi qu’ils ont organisé et lancé debut novembre et que j’ai pu découvrir pendant 12 jours.     Introduction :   Cayin est une société chinoise bien implantée dans le monde de la Hi-Fi traditionnelle depuis maintenant plus […]

Loco’s Motion : Cayin N6ii

Le Cayin N6ii est un modèle de démonstration gracieusement prété par Cayin dans le cadre du tour Head-Fi qu’ils ont organisé et lancé debut novembre et que j’ai pu découvrir pendant 12 jours.

 

 

Introduction :

 

Cayin est une société chinoise bien implantée dans le monde de la Hi-Fi traditionnelle depuis maintenant plus de 25 ans. Ces dernières années, elle s’est intéressée à la Hi-Fi nomade et particulièrement aux DAP et ses lecteurs offrent de très bonnes prestations pour les prix attractifs auxquels ils sont proposés.
Le flagship de la marque, le N8 que j’ai eu la chance de pouvoir tester récemment, a même trouvé sa place au panthéon des DAP, à côté du AK SP1000 et du Sony WM1Z.
Du coup j’attendais avec impatiente le test du N6ii, le petit frère, qui propose en plus des cartes DAC / Amp interchangeables !
Les qualités du N6ii sont-elles à la hauteurs de ce que laisse présager son ramage ? C’est ce que nous allons voir maintenant.

Le Cayin N6ii est disponible actuellement au prix de 1099€ en France.

 

Visuel et Ergonomie :

 

Il y indéniablement un air de famille entre le N8 et le N6ii, mais le N6ii a opté pour un look sobre et efficace, reprenant du N8 la molette et les biseaux en bas et à droite.
De taille équivalente, il perd 100 grammes sur la balance et les boutons cuivrés, ce qui ravira les gens discrets.
A l’inverse, il gagne un écran plus grand, et surtout un accès au playstore qui ravira les adeptes des applications de streaming, ou qui vous permettra d’installer votre application de lecture préférée.

 

 

Le soft de lecture Cayin Music (frère jumeaux de Hiby Music) est très agréable à l’utilisation et rend l’expérience utilisateur plus agréable que sur le N8. La réactivité est meilleure à mon sens, notamment dans l’affichage des pochettes. Les menus sont moins complexes que ceux du N8, ce qui facilite aussi la prise en main.
On retrouve par contre 1 chose qui me crispait déjà sur le N8. C’est le fait que quand on met un morceau sur pause, si on appuie sur la touche arrière pour revenir au début du morceau il se relance automatiquement (idem vers le morceau suivant). Un détail certes, mais qui m’embête particulièrement dans mon utilisation.

 

Son :

 

Je ne vais pas comparer ici les différences entre les sorties de chaque carte, je n’en ai pas eu le temps, le prêt durant 12 jours et incluant aussi les intras YB04. Mais une chose est sûre, avec 2 cartes d’amplifications / DAC différentes disponibles (A01 et T01) , 3 sorties sur chacune proposant 1 sortie ligne en 3,5mm, 1 sortie en 3,5mm et 1 sortie en 4,4mm (qui fait ligne aussi sur le T01), et quelques réglages audibles dans les menus, vous aurez tout loisir de trouver le son qui vous convient le mieux selon votre utilisation.

Mes impressions sont basées sur des écoutes sur les sortie 4,4mm des cartes DAC / Amp A01 et T01 (sorties que je préfère), en utilisant un câble PW1950. J’ai pu tester le N6ii avec les intras suivants : Cayin YB04, InEar ProPhile 8, Itsfit Lab Fusion et Jomo Trinity.
En DAP, je lui ai confronté le Sony WM1Z K mod Premium et le Lotoo LPG.

La première chose que j’ai testé sur le Cayin N6ii, c’est le réglage du Roll Off dans les paramètres. Mon choix, pour les 2 amplis / dacs s’est porté sur short delay / slow roll off. C’est avec cette position que je trouve que le N6ii est à la fois le plus naturel et le plus vif.

 

 

Module A01

Dès qu’on branche des intras sur le N6ii dans cette configuration, on constate tout de suite que c’est un lecteur très organique, dans la directe veine de ce que propose le N8. Le son est plein, dense et voluptueux et la restitution est douce sur l’ensemble de la réponse en fréquence.
Les timbres sont très beaux. L’extension en haut et en bas est moyenne, les graves sont un peu cotonneux et les aigus sans éclat exagérés. La vitesse générale plutôt lente est en fait axée sur le groove.
Il se dégage finalement des voix de femmes notamment une moiteur que j’associe aux cabarets ou aux clubs de jazz des années 60.
Le carré magique résolution, séparation, définition et transparence me semble être de bon niveau et très équilibré mais sans vraiment briller avec ce module.

Avec le A01, ce qui prime, c’est la musicalité et les médiums.

 

 

Module T01

 

Avec le T01, la restitution change tout en gardant son ADN. La musicalité est toujours là mais restituée de manière plus neutre et technique. La dynamique augmente, que ce soit dans les basses ou les aigus, les impacts sont plus lourds et secs, et le plus ouvert. Le bas médium et les médiums me semblent un peu plus fin, et les hauts médiums un peu plus projetés, et du coup les voix reculent un peu vers les instruments, et la scène sonore me semble augmenter en largeur et profondeur.
L’ensemble donne quelque chose de plus aéré qui permet au carré magique de s’améliorer sur tous les plans, avec une mention spéciale à la séparation qui fait un vrai bon.

Avec le T01, on obtient une neutralité et une technicité musicale.

 

 

Comparaison avec le Sony WM1Z K mod premium

 

Quelles que soient les cartes DAC / Amp utilisées, je trouve que le N6ii propose :
– une restitution plus intimiste, plus haute mais moins large et profonde
– un haut médium et des aigus moins détaillés et précis
– des basses moins maîtrisées, même si le T01 est très proche
– un son un peu plus mat que celui du 1Z
– un groove et une musicalité supérieure (A01) ou équivalente (T01)
– une densité dans les médiums supérieure
– un carré magique inférieur, en dehors peut-être de la séparation avec T01
– une puissance supérieure

 

Conclusion :

 

Après le N8, Cayin frappe a nouveau. Musical et agréable à prendre en main, le N6ii est une réussite qui saura satisfaire les adeptes d’une restitution analogique. Et, cerise sur le gâteau, la solution des cartes DAC / Amp modulaires laisse présager une potentielle amélioration du rendu. De très bon augure quand on voit le résultat obtenu à ce jour.

 

Vous retrouverez tous mes retours sur mon topic dédié, n’hésitez pas à venir y discuter !

 

« La résolution est la capacité à individualiser une voix ou un instrument, c’est donc un synonyme de détourage. »
« La séparation est la capacité à ressentir de l’espace entre les musiciens. »
« La définition est la capacité à percevoir un maximum d’informations. »
« La transparence est la capacité à retranscrire les nuances et subtilités de la musique. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

:D :-) :( :o 8O :? 8) :lol: :x :P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: :wink: :!: :?: :idea: :arrow: :| :mrgreen: