Le Son  Craft Ears Six :   La signature des Craft Ears Six est très équilibrée avec une accent certain sur le haut médium et les aigus. Voici les mesures de Crinacle (non compensées) permettant de comparer avec les 64Audio U12t que j’avais en ma possession au moment des tests.     Les sont bien […]

Loco’s Motion : Craft Ears Six et Four

Le Son

 

Craft Ears Six :

 

La signature des Craft Ears Six est très équilibrée avec une accent certain sur le haut médium et les aigus.

Voici les mesures de Crinacle (non compensées) permettant de comparer avec les 64Audio U12t que j’avais en ma possession au moment des tests.

 

Six et u12t

 

Les basses sont bien maîtrisées et ce même sur des morceaux bien chargés. Elles sont très rapides comme souvent avec les BA, et elle proposent un très bel impact. On n’est certes pas sur le niveau de vrombissement des U12t, mais elles semblent du coup peut-être un peu plus lisibles, et pas seulement dans la démonstration. L’extension des subs (<60Hz) est excellente, vraiment de tout premier plan. Les basses (60 à 250Hz) sont présentes mais pas gonflées, voir même un peu en retrait, ce qui amène ce surplus de définition dans le registre. Le tout donne des fondations puissantes et extrêmement aisées à déchiffrer.

 

Les médiums sont presque parfaits pour mes goûts, c’est à dire à la fois techniques et musicaux. Ils arrivent à faire passer sans aucun effort la moindre inflexion de la musique, la moindre respiration de la chanteuse et toutes les émotions propres à chaque morceau.

Le Bas-Médium (250 à 500Hz) est dans la droite lignée des basses. Relativement en retrait, il permet de surligner les qualités techniques du Médium et du Haut-Médium.

Le Médium (500 à 2000Hz) justement, s’ouvre délicatement à partir de 1000Hz pour apporter de l’énergie aux voix et aux instruments et se stabiliser à 2000Hz.

Le Haut-Médium (2000 à 4000Hz) avec son pic à 3500Hz n’est jamais fatiguant malgré le crunch qu’il donne aux instruments comme les guitares ou les violons.

Il en résulte un médium très technique et ciselé mais qui ne tombe jamais dans l’analytique et sais conserver son grain et son émotion.

 

Six 1

 

Les Aigus (>4000Hz) sont assez déstabilisants pour moi car ce sont les premiers intras que j’écoute et qui ont un tel pic vers 16KHz. Il en résulte une très grande présence des harmoniques de cymbales ou de violons, et une aération excellente. Et par conséquent une mise en lumière d’une quantité de sons que je n’entends pas d’ordinaire. Mais cela est fait encore une fois avec beaucoup de maîtrise et de doigté, sans jamais aucune sibilance ou agressivité. Le revers de la médaille c’est que l’on peut se retrouver avec un bruit de fond un peu exacerbé si il est présent sur l’enregistrement.

Le creux de 4 à 6KHz renforce la présence, puis le pic entre 7 et 8KHz augmente la définition du rendu tout en ne sacrifiant rien aux timbres.

 

Les Timbres justement me semblent très légèrement du côté clair mais sans pour autant paraître secs. Et malgré une technicité évidente, il ressort des voix une certaine chaleur qui est vraiment très appréciable.

 

Le Soundstage développe une belle hauteur et la profondeur est agréable même si pas exceptionnelle. La scène est très large, et plutôt frontale notamment en raison du côté très vif et dynamique des Six et de leurs attaques, et ce sur l’ensemble du spectre.

 

Le Carré magique me paraît exceptionnel pour une paire à ce tarif.

Résolution -> très bonne (pas plus car peut sembler artificielle)

Séparation -> excellente

Définition -> excellente

Transparence -> excellente

 

Les Câbles :

– Le PW1950, en comparaison du câble Rhapsodio, rajoute de la matière et de l’intensité sur les médiums, les timbres sont magnifiés. Les basses sont légèrement surexposées, les aigus un peu plus organiques. La scène est plus large aussi et un peu plus profonde. Résolution et séparation sont poussées un peu plus loin. Vraiment une association excellente.

– Le Eletech Plato a un bel apport sur la spatialisation, tant en hauteur qu’en profondeur, et augmente la séparation. Les aigus sont assez proche de ceux du PW et les basses inchangées par rapport au Rhapsodio. Il amène un peu de grain aux médiums.

 

Craft Ears Four :

 

La signature des Craft Ears Four est très légèrement en V, charnue, mais finalement assez équilibrée avec un haut médium bien ouvert.

Voici les mesures de Crinacle (non compensées) d’une version custom, permettant de comparer avec les Craft Six.

 

 

Je ne vais pas rentrer en détail dans l’analyse des Four mais simplement faire une comparaison courte avec les Six.

 

Les basses paraissent un peu moins rapide, plus rondes et moins bien définies. Cela est sûrement du au fait qu’il y a moins de Subs et plus de Basses que sur les Six.

Le Bas-Médium est plus dense mais les médiums sont très lisibles de part le creux à 800Hz, et une belle emphase sur le Haut-Médium. Les voix d’hommes notamment sont plus pleines et moins délicates.

La scène sonore me semble un peu moins grande dans les 3 dimensions, et on est positionné un peu plus prêt de la musique. Mais ça reste tout de même un point fort comme sur les Six.

Les aigus semblent un peu plus clairs mais sans verser la aussi dans l’agressif. Il faut cependant noter ici un petit côté métallique qui peut apparaître parfois et un souffle légèrement supérieur à celui des Six.

En dépit d’une signature différente, les timbres sont assez proches de ce que proposent les Six, c’est à dire plutôt du côté clair.

 

Four 1

 

Le son est finalement assez étonnant car il est à la fois plus charpenté, avec des notes plus épaisses sur le bas médium / basses, et en même temps plus fin et lumineux en haut-médium et aigus. La dynamique reste importante et les impacts excellents.

 

Pour le Carré Magique des Four, on est plutôt sur du très bon niveau, même si logiquement en dessous des Six :

Résolution -> très bonne

Séparation -> bonne

Définition -> très bonne

Transparence -> très bonne

 

J’ai obtenu de très bon résultats sur les Four avec le Eletech Plato qui se marrie mieux que le PW1950. Il apporte un supplément d’âme à la scène tout en facilitant la lisibilité du bas médium.

 

3 réponses à “Loco’s Motion : Craft Ears Six et Four

    1. Tu m’étonnes ! Cependant c’est vraiment des intras qui ont un quelque chose à mes oreilles.
      Merci Yoyo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

:D :-) :( :o 8O :? 8) :lol: :x :P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: :wink: :!: :?: :idea: :arrow: :| :mrgreen: