Introduction   Les Elysium sont un modèle de démonstration universel gracieusement prêté par Vision Ears, que je remercie au passage pour leur confiance. Vision Ears est une entreprise Allemande basée à Cologne qui existe depuis 2013 et dont la renommée s’est notamment construite sur leur anciens modèles HDG, les VE6 et VE8. Essentiellement axés sur […]

Loco’s Motion : Vision Ears Elysium

Introduction

 

Les Elysium sont un modèle de démonstration universel gracieusement prêté par Vision Ears, que je remercie au passage pour leur confiance.

Vision Ears est une entreprise Allemande basée à Cologne qui existe depuis 2013 et dont la renommée s’est notamment construite sur leur anciens modèles HDG, les VE6 et VE8. Essentiellement axés sur des customs, les Elysium ne dérogent pas à la règle et sont uniquement disponible sous ce format (sauf pour les démos). Ils appartiennent à la gamme premium et sont le flagship annoncé des customs, ils sont proposés à 2900€ et sont le premier modèle hybride de la marque. Ils sont composés de 4 drivers sous une configuration assez innovante : 1 armature équilibrée pour les basses, 1 driver dynamique pour les médiums et 2 drivers électrostatiques pour les aigus.
Le câble stock en jack 2,5mm (symétrique) est un 8 brins 28AWG (matière inconnue). Il est très souple et permet vraiment de profiter de la qualité de ces intras.

 

Son

 

La signature des Elysium est plutôt neutre avec un petit boost des basses et 2 pics bien audibles au sweep à 4500 et 8000Hz.
Voici les mesures de Crinacle (non compensées) permettant de comparer avec les InEar PP8 BB (avec bass boost).

 

 

Les basses sont vives, plus rapides que celle des Fusion, bien définies et avec un joli impact. Elles sont très proche en quantité de ce que propose les PP8BB avec cependant un sustain un peu plus court. Le decay est assez court aussi et du coup cela donne des basses typique des BA c’est à dire un peu tendues. Les Subs (20 à 60Hz) sont présentes mais toutes en légèreté et en quantité moindre que sur les Fusion ou les Trinity SS. Les Basses (60 à 250Hz) sont agréables et amène un rumble plaisant.

 

Le Bas-Médium (250 à 500Hz) est assez proche de ce que propose les PP8BB ou les S8Pro, c’est à dire ni trop épais, ni trop maigre. Il est du coup assez analytique tout en restant musical et vif. Les Trinity SS sont ici plus fins et plus analytiques. Les Médiums (500 à 2000Hz) sont discrètement en retrait par rapport à la référence PP8BB. Puis ils remontent à partir de 1000Hz de manière linéaire jusqu’au bout du Haut-Médium (2000 à 4000Hz). Du coup cela donne une restitution plus ouverte, plus légère et moins mate que celle des PP8BB ou des Fusion, mais en même temps moins perçante et fatiguante que les S8Pro. En comparaison, les Trinity SS sont encore plus ouverts et amènent plus d’harmoniques sur les Médiums. Ils sont aussi un poil plus agressifs sur le Haut-Médium même si cela n’est pas un problème en soi du fait de leur relative linéarité de 2 à 4KHz.

 

 

Les aigus proposés par les Elysium sont pour moi dynamiques, fluides, très étendus, avec beaucoup de détails, et ils amènent beaucoup d’air à la musique. Mais on atteint ma limite de tolérance à la brillance en raison du pic à 8kHz. Je ne peux personnellement pas encaisser plus. Les aigus des Trinity SS me semblent plus naturels, ils sont moins étendus et mis en avant, et plus aériens. Ceux des PP8BB sont eux plus linéaires, et aussi plus courts et moins brillants.

 

La largeur de scène est bonne sans être exceptionnelle. Les PP8BB et les Fusion font mieux à ce niveau. La profondeur et la hauteur sont excellentes et comparables à ce que propose les Trinity SS. Cela donne finalement une spatialisation de très bon niveau avec une scène sonore projetée légèrement hors tête.

 

Le carré magique séparation, transparence, définition et résolution est très homogène et complètement au niveau de ce que l’on attend d’un flagship à ce tarif. On peut attribuer une mention spéciale à la résolution qui est identique à celle des Trinity SS, et à la définition qui me semble même un peu meilleure.

 

 

Embouts et câbles

 

Malgré l’essai de l’ensemble de mes embouts, je n’ai pu obtenir un fit décent qu’avec des doubles ou triples flanges (l’idéal dans mon cas) à l’insertion plutôt très profonde et au diamètre interne assez large. C’est peut-être finalement se qui se rapproche le plus du fit des customs.
A l’instar des Fusion et par rapport au câble standard, le PW1950 apporte un peu plus sur tous les plans tout en gardant l’homogénéité initiale (c’est vraiment la caractéristique de ce câble). Le PW1960 2 brins quand à lui dénature trop le fragile équilibre des Elysiums surtout dans le médium.

 

Conclusion

 

Ce que l’on retient avec les Elysium, c’est l’ouverture et la dynamique du son. On est ici en présence d’une restitution claire, et dont l’équilibre ciselé allie à la fois grande technicité et musicalité. C’est une proposition de haut niveau plus qu’intéressante pour qui a un penchant certain pour les signatures un peu analytiques.

 

Vous retrouverez tous mes retours sur mon topic dédié, n’hésitez pas à venir y discuter !

 

« La résolution est la capacité à individualiser une voix ou un instrument, c’est donc un synonyme de détourage. »
« La séparation est la capacité à ressentir de l’espace entre les musiciens. »
« La définition est la capacité à percevoir un maximum d’informations. »
« La transparence est la capacité à retranscrire les nuances et subtilités de la musique. »

2 réponses à “Loco’s Motion : Vision Ears Elysium

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

:D :-) :( :o 8O :? 8) :lol: :x :P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: :wink: :!: :?: :idea: :arrow: :| :mrgreen: