Le marché des casques a explosé ces dernières années, ce qui a bien sûr pour effet de multiplier l’offre sur ce marché aujourd’hui devenu bien rempli. Le matériel électronique en amont s’est lui aussi développé, et cette rude concurrence a permis de découvrir des Dac/Ampli sédentaires peu onéreux susceptibles de créer la surprise. Ainsi, à […]

[Preview] Matrix HPA-2 Classic

Le marché des casques a explosé ces dernières années, ce qui a bien sûr pour effet de multiplier l’offre sur ce marché aujourd’hui devenu bien rempli. Le matériel électronique en amont s’est lui aussi développé, et cette rude concurrence a permis de découvrir des Dac/Ampli sédentaires peu onéreux susceptibles de créer la surprise. Ainsi, à un tarif public de moins de 300€, l’air de rien, et sans se faire remarquer, le Matrix HPA-2 Classic est bien parti pour faire du tort à bon nombre de concurrents souvent plus chers…

Fiche technique

Ce HPA-2 Classic se présente donc comme un Dac/Ampli casque sédentaire, de taille contenue.

Connectique numériques :

  • Entrée : USB asynchrone (XMOS) 24bit 192kHz, DSD2.8MHz/5.6MHz
  • Taux d’échantillonnage PCM : 16-24Bit /44.1kHz 48kHz 88.2kHz 96kHz 176.4kHz 192kHz
  • Systèmes d’exploitation : Windows XP/Vista/7/8/8.1 (pilote fourni nécessaire)
  • Mac OS X 10.6.4 (et inférieur support natif sans pilotes)

Connectiques analogiques :

  • Entrée : RCA Stéréo
  • Sortie : RCA Stéréo

Caractéristiques techniques :

  • SNR>>95dB à 20Hz-22kHz Classe A
  • THD+N>0.0017% à 1kHz 1VRMS Classe A
  • Réponse en fréquence : 20Hz-20kHz(+0.01dB/-0.04dB) :
  • Impédance de sortie : 51ohms
  • Sortie Casque asymétrique (jack 6.35) :
    • SNR>>-95dB Classe A
    • THD+N<0.0017% à 300ohms 13mW 1kHz Classe A
  • Réponse en fréquence : 20Hz-20kHz(+0.01dB/-0.04dB)
  • Impédance de sortie : 10ohms
  • Puissance de sortie : 110mW à 33ohms / 310mW à 300ohms / 160mW à 600ohms / THD+N=1%

Réglages du Gain :

  • Low +6dB
  • High+15dB
    Consommation :

  • <15W
  • Fusible :AC250V/500mA 5x20mm
    Dimensions :

  • 280×120×47mm L×L×H
  • Poids : 1.22kg

    Source : Audiophonics

    Déballage et utilisation

    Le packaging reste léger, mais néanmoins suffisant. On retrouve le câble secteur bien sûr et un câble USB.

    Matrix

    La face avant propose le strict minimum. Pas de sélecteur de gain. Un seul sélecteur pour choisir l’entrée, analogique ou USB, le potentiomètre de volume et une seule prise casque au format 6.35mm. La finition n’appelle aucun reproche. Évidemment, l’épaisseur des tôles reste dans la norme des appareils de ce prix. La bonne surprise vient du potentiomètre de volume, très onctueux, très agréable à manipuler. Il n’est pas cranté et possède une plage suffisamment progressive pour trouver le parfait volume souhaité.

    Matrix

    À l’arrière, on retrouve également le strict minimum, une entrée analogique, une entrée USB et une sortie analogique RCA. Pas d’entrée coaxiale ni d’entrée/sortie XLR. Dommage. On a tout pour que cela fonctionne certes, mais Matrix propose le minimum côté connexion.

    Matrix

    Dommage également qu’il faille installer des pilotes pour que le Matrix soit reconnu par Windows (XP/7/8.1). Une fois les drivers installés, le HPA-2 est alors reconnu comme une carte son dans les périphériques audio. Pour ma part, les écoutes ont été réalisées sous Windows 8.1, avec le player Foobar et le pilote Asio.

    Son

    Petit préambule : il est à noter que j’ai obtenu les meilleurs résultats après 15-20 min de chauffe. Donc, si l’on se jette dessus dans les premières minutes, l’écoute peut sembler un peu anémique, et manquer de corps.

    Possédant un autre Dac/Ampli sédentaire, j’ai évidemment procédé à une comparaison directe avec le Matrix. Je pensais le match perdu d’avance pour ce dernier, car mon Dac/Ampli, le Bel Canto Dac 2.5, vaut à peu près huit fois le prix du HPA-2. Pour ne rien arranger, le Bel Canto emploie la puce DAC Burr-Brown 1796, propose des matériaux solides et sérieux, une connectique plus complète, et des circuits bien plus avancés. Cerise sur le gâteau, il fait office de préampli…
    Matrix

    Mais revenons-en au Matrix.

    Sans aucune musique, la première grande qualité de ce Matrix est justement son silence. Son rapport signal/bruit frôle la perfection. Sur le T5P, ou même des ER4, je me suis surpris à vérifier les connexions ou s’il était bien allumé. Aucun souffle, rien. Même avec le volume à fond. Mon fidèle Bel Canto ne peut rivaliser en la matière.

    Première écoute avec le casque Beyerdynamics T5P

    Sur une comparaison directe entre le Matrix et le Bel Canto, je perçois un peu plus d’énergie avec mon DAC dans le haut médium comparé au Matrix. On a cette impression de courbe de réponse en fréquence plus équilibrée. Mais assez vite, ce petit surplus d’énergie entre 2.5 kHz et 9 kHz manque un brin de naturel et rend Suzanne Vega un peu plus « numérique », les « S » sont légèrement plus marqués. L’équilibre général est néanmoins conservé. Mais clairement, on gagne en ouverture en haut. Les réverbérations sont plus audibles. Les détails dans le haut médium / aigu sont bien plus perceptibles par rapport au Matrix. Sur ce morceau A cappella, il n’y a pas de vainqueur, mais sur les enregistrements un peu bouchés, ou manquant de vie, le Bel Canto sortira vainqueur facilement. De la même manière, les enregistrements un peu secs ou montants gagneront la préférence du Matrix.

    On retrouve sur notre challenger des qualités très plaisantes : la voix est extrêmement centrée, la mise en phase parfaite. Les « S » sont mieux coulés, un peu à la manière de tanins pour un bon vin, ils sont presque « fondus » et offrent un rendu plus analogique. Le naturel de la voix ressort mieux sur le Matrix, mais le Bel canto amène une ouverture dans le haut médium aigu que ne peut proposer ce HPA-2.

    Au final, au-delà d’une analyse sur l’équilibre spectral entre les deux, sur une seule voix a cappella, je préfère le réalisme et le naturel du Matrix, qui recentre très bien la voix et la rend plus réaliste.

    Ce titre, piano-voix – avec la voix légèrement décalée vers la droite et le piano au contraire légèrement décalé sur la gauche –, possède ces qualités de prise de son qui nous amènent facilement au cœur de l’enregistrement. On perçoit la distance entre le micro et la voix de la chanteuse. Le HPA-2 rend une nouvelle fois hommage au naturel de la voix et remporte la manche en la matière. Le piano parait en revanche un peu congestionné par rapport au Bel Canto et perd un peu de relief. Ce dernier ramène une aération et un espace plus réalistes entre la chanteuse et son accompagnant à percussions. Sur cet enregistrement, il ne faudra pas marier le Matrix avec un casque trop chaud, ou descendant, car le rendu pourra facilement paraitre un peu bouché. Mais le T5P lui convient à merveille !

    Ce morceau est issu du premier album de Rufus Wainwright. La voix, assez feutrée, demeure très humaine et palpable. Le niveau de détails est plutôt élevé et les micro-informations – particulièrement nombreuses sur les effets stéréo – sont très bien retranscrites. Le Matrix nous rend une copie un peu moins fidèle par rapport au Bel Canto, car sa douceur n’apporte pas de gain au rendu global. Au contraire, on aurait préféré une plus grande ouverture dans le médium.
    Ainsi, et heureusement au regard du tarif de son concurrent du jour, sur ce morceau plus complexe à retranscrire, le Bel canto s’en sort mieux, sur tous les plans.

    Deuxième écoute sur les intras moulés Custom Art H8P

    Les intras branchés sur le HPA-2, un minuscule ronflement vient perturber ce silence total que j’avais observé avec le T5P. On ne le percevra toutefois que dans un environnement vraiment silencieux (j’effectue mes tests le plus souvent en pleine nuit donc dans un silence assez agréable), et si l’on est aussi exigeant en la matière que votre serviteur. D’ailleurs, il se peut que la propreté du secteur de votre installation vous permette d’éliminer totalement ce mini ronflement déjà presque imperceptible.

    À l’écoute des H8P, on retrouve cette tonalité un peu chaude que j’avais appréciée sur le Beyer. Le grave apparaît avec un aplomb évident et descend très bas. Néanmoins, l’équilibre spectral des Custom Art, déjà très chaud, ne conviendra pas au Matrix.

    Ainsi, sur Future Love de Prince (album 20 Ten), le grave donne une assise encore plus prononcée et vrombit avec une propreté surprenante. Dans le registre bas médium, comparé au Dac 2.5, le Matrix fait perdre de l’intelligibilité aux voix doublées de Prince sur le premier couplet ; on frôle la sortie de route… On a du mal à distinguer le phrasé de Prince. Le rendu des voix est ici un peu trop sombre… Dommage.

    En reprenant Tom’s Diner de Suzanne Vega, on a l’impression de moins percevoir le lieu de l’enregistrement sur le Matrix. La reverb apparait moins présente et cela étrique un peu la scène sonore. Cette matité peut être imagée : c’est comme si on avait ajouté des panneaux absorbants autour de la chanteuse. Mais, si l’on equalise finement le rendu (Sound forge) des H8P, Suzanne Vega retrouve un grain très humain. La neutralité et son grain de voix retrouvés reprennent l’avantage dans le rendu global. Cette matité fait un petit peu penser à un son d’amplificateur à tubes. Les « S » ne donnent pas l’impression d’un sur-mixage dans les aigus, et, au final, le Matrix gagne par sa fusion des registres et son naturel dans les aigus, si et seulement si on procède à une correction de la courbe des H8P.

    Séparation des registres

    Le grave et l’extrême grave sont réellement présents sur ce HPA-2, et cela descend bien bas, tout en restant propre. S’ils avaient été un peu plus dégraissés, cela aurait surement amené un peu plus de détails dans ce registre.

    D’ailleurs, le bas médium rend parfois, sur certaines pistes le message plus « confus », mais il fusionne parfaitement avec le grave et le médium. Ce Matrix apporte une vraie cohésion dans ces registres ; une vraie qualité. Jumelé avec le bas médium, le médium est la vraie qualité de ce Matrix. Il fait penser au son des amplis à tubes, chaud mais cohérent de bout en bout ; jamais agressif, avec plus de grain et ce côté analogique très plaisant. Néanmoins, sur certains enregistrements, on perd un peu de profondeur et même de largeur de scène sonore.

    Pour les aigus aussi, on retrouve les qualités de certains amplis à lampes. Pas de sifflantes désagréables, l’aigu ne se pavane pas en avant, et fusionne parfaitement avec le médium. On ne ressent presque jamais d’agressivité ou de pics désagréables. Revers de la médaille, on trouve des rendus plus fins chez la concurrence, mais surement sur des électroniques plus onéreuses…

    La scène sonore n’est pas son point fort. On trouvera là aussi des équipements plus aérés dans ce domaine. Mais à l’inverse, les voix sont très centrées et cette excellente phase leur donne encore plus de naturel.

    Les regrets

    Sur certains morceaux, on aimerait plus d’ouverture, plus de filé dans les notes aiguës. Il sera peut-être assez sage de ne pas marier le Matrix avec des casques trop chauds ou descendants. Le Matrix marque ses limites sur les H8P par exemple, mais il améliore grandement l’équilibre d’un casque comme un T5P.

    Conclusion

    Il serait normal de désapprouver ma comparaison entre ce Matrix et mon Dac Bel Canto 2.5, eu égard à leur différence de gamme. Je ne pensais d’ailleurs pas effectuer ce feedback sur une quelconque base de comparaison David/Goliath. Dès les premières écoutes, cependant, ce Matrix m’a réellement bluffé par son haut niveau de résolution globale, et sa grande qualité d’écoute. Si bien que je pus, sans problème ni scrupule, l’amener dans la cour des grands face à un Bel Canto que je trouve déjà de très haut niveau. Cette comparaison est donc volontaire car elle prouve, pour ma part, que pour un prix inférieur à 300€, nous avons affaire à un superbe Dac/Ampli qui peut rivaliser avec des concurrents bien plus onéreux. Mes critiques sont à remettre dans le contexte même de la comparaison effectuée, face à un Dac Bel Canto bien plus onéreux… Je fus donc vraiment très impressionné par ce Matrix.

    Bien sur, il ne possède pas pléthore d’entrées, de sorties, n’a aucune option de paramétrage, pas de télécommande, ne fait pas préampli, etc. Mais pour ce prix là, je pense qu’il sera très difficile de lui trouver un concurrent sur le plan sonore…

     


    Nous adressons tous nos remerciements à notre partenaire Audiophonics pour le prêt de cet ampli/DAC.


  • 17 réponses à “[Preview] Matrix HPA-2 Classic

    1. Preview, certes, mais offrant une analyse d’écoute déjà assez poussée et surtout bien parlante, avec l’accent mis (selon moi) juste là où il faut (sur la vérification de la phase stéréophonique, par exemple, trop souvent négligée en général dans l’étude du soundstage).
      Merci pour ce retour, drahtaar.
      Peux-tu cependant préciser les composants de ce DAC-ampli, s’il te plaît (récepteur, DAC, LPF, op amp de voltage, buffer, etc) ?
      Par ailleurs, je n’ai pas compris ta remarque sur l’avantage que donnerait au Bel Canto sa fonction de préampli. Le Matrix n’en est-il pas également pourvu, vu qu’il a une sortie ligne ?
      Enfin, j’ai un peu tiqué sur l’impédance de la sortie casque : 10 ohms me paraissent en effet beaucoup pour alimenter sans distorsion des systèmes d’écoute d’une impédance inférieure à 80 ohms (« loi » du huitième…)

      1. @DZ
        Merci Dark pour ton commentaire.
        Je n’ai pas les données des composants que tu mentionens, faudrait que je fasse une petite recherche sur les composants qu’il utilise.
        La fonction préampli est (selon ma défintion bien sur) faite pour attaquer directement un bloc de puissance en haute fidelité. Donc les préampli devaient posséder une sortie variable et non fixe, ce que possède le Bel Canto contrairement au Matrix. Et encore, je pense d’ailleurs que le Bel canto n’est pas a proprement parler un vrai préampli, contrairement à ce que Bel Canto mentionne, car le préampli est aussi là pour « pré-amplifier » le signal. Ca parait logique évidemment mais aujourd’hui, beaucoup de DAC, mentionne etre un préampli mais il ne préamplifient pas le signal, ils offrent simplement une sortie variable. Selon le type de sortie (symétrique ou non), le voltage change souvent, mais en gros, sur une sortie Cinch, la plupart offre environ 2 Volts en sortie de leur soit disant préampli, ce qui correspond d’ailleurs à leur sortie fixe, on est donc sur une fonction d’atténuateur simplement. Un vrai préampli va sortir bien plus (9, 10 ou 14 volts) , ce qui permet justement, d’exploiter pleinement la puissance du bloc de puissance si la musique écoutée possède un niveau assez faible. Avec une sortie de 2 ou 4 volts, on se retrouve avec un bloc de puissance qui ne permet pas d’etre pleinement exploité.
        Et si la sortie est reliée à un amplificateur intégré (donc possédant son propre prémpli), de toute facon, on utilisera la sortie fixe et 2 volts suffiront.
        Le Bel Canto possède pour ma part juste une fonction préampli mais n’en est pas un. Oui il a sortie fixe, oui, il a plusieurs entrées, mais c’est tout.
        Donc le Matrix n’a pour moi aucune fonction de préampli.

        1. Merci pour ces précisions très éclairantes.
          Des commentaires sur l’impédance de la sortie casque (que personnellement je trouve trop élevée) ?

          1. Sur le papier je suis d’accord avec toi DZ, après, je n’ai pas d’intras à faible impédance type Shure 846 (9 ohms). Je n’ai testé qu’avec des H8P (50 ohms), ER4B (100) et casque T5P (32 Ohms), et là ca passait tres tres bien, pas de déséquilibre. Mais sans tester avec des intras à faible impédance, je ne saurais te dire.

    2. leurs contrefaçons du BCL empirent avec chaque nouvelle itération, pathétique…..que les chinois continuent à faire des clones, c’est ce qu’ils font le mieux.

    3. Très bon test ! Je passais par hasard :p
      Sinon fresnel, j’ai pas compris BCL… Pour toi le Matrix est une contre façon ?

    4. Black Cube Linear, depuis le mstage ce ne sont que des contrefaçons de cet ampli allemand….on trouve des clones de BCL biens moins chers, leur argument du DAC intégré est ridicule car c’est un PCB minuscule avec des vieilles puces genre PCM1793 et LME49720, un truc mid 90’s quoi lol

    5. Merci pour ce test.
      dans la même gamme de prix (<300€) j'hésite avec un Aune X1S ou un Odac/O2 Rev.B
      (j'ai un casque DT-990 Pro 250 ohms)

      1. Bonjour,
        Dur de vous répondre, je ne possède ni le Q701 que vous mentionnez ni le X1S.
        En tous cas, le Q701 est assez facile à driver donc je ne pense pas que le résultat puisse décevoir, mais cela dépendra surtout de vos attentes et préférences.

        1. Merci d’avoir pris le temps de me répondre :)
          Après avoir écumé tout le net de long en large et travers, ce dimanche pluvieux risque d’être décisif pour mon futur achat …
          J’ai tout de même bien envie de me laisser tenter même si à part votre test il y a vraiment peu de chose sur le net ) propos du Matrix HPA-2 Classic, logique puisque récent.
          Au pire si ça ne me plait pas je renvoie !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

    :D :-) :( :o 8O :? 8) :lol: :x :P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: :wink: :!: :?: :idea: :arrow: :| :mrgreen: