Grand amateur et spécialiste des lecteurs audio, Fabaaroan vous livre cette semaine ses impressions sur le Soundaware Esther M1 Pro. Introduction Ayant testé ou possédé bon nombre de lecteurs audio portables, je me devais de participer au « review tour » proposé sur Head-Fi, d’autant plus que les modèles proposés par la marque me tentaient depuis quelques temps […]

[Feedback] Soundaware Esther M1 Pro

Grand amateur et spécialiste des lecteurs audio, Fabaaroan vous livre cette semaine ses impressions sur le Soundaware Esther M1 Pro.

Introduction

Ayant testé ou possédé bon nombre de lecteurs audio portables, je me devais de participer au « review tour » proposé sur Head-Fi, d’autant plus que les modèles proposés par la marque me tentaient depuis quelques temps déjà.
Soundaware propose trois lecteurs à son catalogue, tous du même format mais avec un rendu sonore et un prix différent. Dans le cas présent, je parlerai uniquement de celui qui m’a été prêté, le plus cher de la gamme : le M1 Pro. Il n’est disponible pour l’instant que sur le site de penonaudio à 759 dollars.

 

Caractéristiques principales

  • Poids : environ 175g
  • Taille : 115mm * 59mm * 15mm
  • Décodage : 32khz-192khz, 16-32bit, DSD (SACD)
  • Formats lus : MP3, WMA, AAC, ALAC, M4A, CUE, WAV, FLAC, APE, ISO, DSF, DFF
  • Mémoire : extensible avec deux ports micro-sd
  • Autonomie : 9 heures
  • Sortie Line Out : 1.4V RMS

 

Passons au déballage

Le packaging

Le M1 Pro arrive dans un emballage de couleur marron de bonne qualité, avec à l’intérieur : un chargeur, un câble usb et un petit mode d’emploi. Il s’agit uniquement des éléments nécessaires pour l’utiliser. On aurait peut-être apprécié une petite housse, même en tissu, ou encore un câble supplémentaire permettant de profiter de sa Line Out.

m1 pro boîte
m1 pro boîte ouverte

Le niveau de finition

m1 pro

Le châssis en aluminium brossé du M1 Pro respire la qualité et rassure quant à la finition du produit. Une qualité que l’on retrouve dans les trois prises jacks qui ne présentent aucun jeu, même utilisées avec un jack droit (rassurant si vous souhaitez mettre le dap dans votre poche). Ces dernières sont situées sur la tranche supérieure.

3 jacks

En bas de l’appareil se situe la prise micro-usb ainsi que les deux slots pour les cartes micro-sd.
Sur la tranche gauche, vous trouverez uniquement le bouton hold alors que sur la tranche droite se trouvent le bouton power ainsi qu’une barre avance/retour.

Sur ces deux tranches des trous permettent à l’appareil d’évacuer un peu de chaleur.
Sur la façade sont disposées, de manière originale, les commandes les plus utiles. Sur la gauche un bouton menu et un bouton back, sur la droite le bouton play entouré des commandes de navigation.
L’écran est lui disposé dans la moitié supérieure et est légèrement surélevé par rapport au châssis (quelques millimètres).

Les présentations étant faites, nous pouvons enfin démarrer le lecteur.

Menu

Autant vous le dire de suite, la présentation ne fait pas dans l’originalité : l’UI est même extrêmement simpliste. Cela ne dérange pas du tout l’habitué que je suis au Questyle Audio QP1R ou Hifiman HM901S.

Les menus proposés sont les suivants :
– Settings : permettant d’avoir accès par exemple au choix des langues, à la couleur du fond de d’écran, à la possibilité de scanner sa musique, au choix du gain (3 possibilités), …
– Upgrade : pour mettre à jour le firmware.
– Playing : donne accès directement au morceau que vous êtes en train de lire.
– Recentlist : fichiers écoutés récemment.
– Favorites : la fonction playlist tout simplement.
– Storage : donne accès au fichier contenu dans vos deux cartes micro-sd.
– Music Library.

quelques détails de l’UI du M1 Pro

playing
storage

m1 UI

Concernant l’écran de lecture du morceau en cours, vous aurez la possibilité de choisir entre deux affichages (le premier de type CD et le second en mode plein écran) en appuyant sur le bouton de navigation haut. J’avoue avoir bien aimé le plein écran proposant une qualité visuelle très agréable.
En appuyant sur le bouton de sélection bas, vous pourrez choisir les différents modes de lecture (shuffle, unique, album seulement, …).

Autonomie

L’autonomie précisée par le constructeur est d’une petite dizaine d’heures. Je ne pourrais vous confirmer ce chiffre ne l’ayant pas testée, par contre j’ai trouvé le rechargement assez long.

Et le son alors ?

J’ai utilisé ce lecteur uniquement avec des intras : les Campfire Andromeda, les Oriolus et les Earsonics S-EM9.

le M1 Pro en compagnie des intras Campfire Adromeda
m1+intra

Tout de suite j’ai noté que le M1 Pro proposait une approche du son analogique, avec des basses plutôt présentes mais non envahissantes. Le rendu est fluide avec des médiums et des aigus parfaitement définis.
Les médiums sont particulièrement bien détourés et permettent d’apprécier toutes les nuances vocales. Les aigus bien étendus participent à une aération bienvenue de la scène sonore.
D’ailleurs, le soundstage du M1 Pro boxe dans la catégorie supérieure, offrant un bel effet de profondeur assorti d’une largeur acceptable. L’ensemble, équilibré, rend réaliste l’écoute de vos morceaux préférés.
L’espace sonore proposé permet alors de profiter pleinement de la résolution qu’offre ce lecteur et ce malgré son côté un peu chaleureux.
Je le trouve ainsi nettement plus aéré qu’un Cowon Plenue 1 ou bien qu’un Hm901S.

Par contre, le choix des intras sera déterminant pour apprécier les qualités de ce lecteur, la faute à son impédance de sortie élevée qui viendra altérer le rendu d’intras à armatures équilibrées et sensibles comme, par exemple, les Andromeda. Avec ces derniers, j’ai trouvé les médiums un peu secs alors qu’il s’agit d’une de leurs forces.
A l’inverse, Les Oriolus s’accordent parfaitement bien avec le M1 Pro. Le couple propose une approche de la musique presque sensuelle, suave, avec un soundstage extrêmement enveloppant. Un régal rien que d’y penser : c’est un très beau couple.
Avec les S-EM9 le rendu est peut-être un peu trop chaleureux, ces derniers étant déjà colorés, notamment dans le bas-médium et médium. Mais cela permet de proposer une écoute à la fois fun et relaxante.
A assortir donc selon ses goûts ou ses attentes personnelles.

Comparaisons sonores avec d’autres lecteurs

Face au Luxury and Precision 3
Le M1 Pro offre une résolution nettement supérieure à ce lecteur qui, lui, propose un rendu peut être plus équilibré et plus neutre ; mais avec des médiums d’une belle douceur. On perd également en dynamique avec le LP3. A l’inverse il fonctionne nettement mieux avec tous les intras.
Le prix n’est pas le même non plus, donc rien de rédhibitoire pour le LP3.

Face au Hifiman HM901S – Carte Balanced
Le Hm901S offre un rendu encore plus analogique avec une très belle résolution et des notes plus texturées. Tout à l’air plus épais avec ce dernier. Le rendu est plus expressif, plus palpable mais également un peu plus chaleureux : peut-être trop pour certains d’ailleurs.
Avec les Oriolus ma préférence va quand même au HM901S qui propose un rendu extrêmement réaliste et vivant ainsi qu’une très belle impression de 3D.

Face au Questyle Audio QP1R
Pour moi il s’agit du meilleur lecteur avec le hm901S équipé de la carte balanced.
En comparaison directe avec le M1 Pro, je trouve le rendu global du Questyle un peu plus équilibré. Aucune fréquence ne vient écraser l’autre, tout y est représenté avec une haute résolution mais surtout avec le meilleur soundstage perçu.
Le M1 Pro ne démérite pas, loin de là. S’il offre un bon niveau de profondeur, il perd quelque peu au niveau de la largeur. Les basses sont peut-être un peu trop présentes mais surtout, et encore une fois, son défaut principal réside dans sa sortie à trop haute impédance.
Le Questyle, lui, s’harmonise très bien avec tout.

Conclusion

Malgré ce souci d’impédance, j’avoue avoir bien apprécié mes quinze jours passés avec ce lecteur. Bien que proposant une UI simpliste, il fonctionne parfaitement bien (aucun bug à déplorer) et il lit tous types de formats.
Ce lecteur offre un haut niveau de résolution, avec en prime un côté analogique qui n’est pas pour déplaire. La musique vit et aucun ennui ne vous guette : j’ai pris énormément de plaisir à écouter de l’opéra, notamment grâce un beau rendu de la profondeur.
Attention malgré tout à ne pas le coupler avec des intras sensibles à armatures équilibrées. Optez plutôt pour des bons hybrides et vous pourrez alors parfaitement profiter des qualités sonores de ce lecteur qui, je trouve, est proposé à un prix plutôt compétitif par rapport aux autres lecteurs haut de gamme (souvent proposés au-dessus des 1000 euros).

2 réponses à “[Feedback] Soundaware Esther M1 Pro

  1. Ya pas foule ici.
    Merci, ça a titillé en moi – sans la réveiller malgré tout – mon envie pour la Vitality edition et j’ai vu qu’elle va être déclinée en version pro elle aussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

:D :-) :( :o 8O :? 8) :lol: :x :P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: :wink: :!: :?: :idea: :arrow: :| :mrgreen: