INTRODUCTION Le  LCD3 représente le haut de gamme de la marque Californienne AUDEZE. La gamme Audeze compte également le LCD2 dont les drivers et la signature sonore sont différent du LCD3. Le LCD-X en métal, avec une impédance encore plus faible et avec de nouveaux hauts parleurs à été introduit récemment. Le LCD XC premier […]

[TEST] AUDEZE LCD 3

INTRODUCTION

Le  LCD3 représente le haut de gamme de la marque Californienne AUDEZE.

La gamme Audeze compte également le LCD2 dont les drivers et la signature sonore sont différent du LCD3. Le LCD-X en métal, avec une impédance encore plus faible et avec de nouveaux hauts parleurs à été introduit récemment. Le LCD XC premier modèle fermé de la marque est aussi une nouveauté 2013.

Le LCD3 propose tout le savoir faire de la marque tant sur le plan technique que sur celui de la réalisation assez hors norme pour un casque.

Il se destine à un public élitiste et passionné guidé par la quête de performance et de qualité sonore.

Ayant écouté le LCD2 de nombreuses fois je me suis fait un plaisir de tester ce LCD3 au cours d’une belle et confortable expérience d’environ un mois et demi, ce qui permet d’appréhender largement les caractéristiques de ce casque haut de gamme atypique.

Tarif: On trouve actuellement le LCD 3 à 1945$ sur le site Audeze.

 

CARACTERISTISQUES TECHNIQUES

 

Voici dans un premier temps les caractéristiques communiquées par le fabricant:

  • Type:  Casque ouvert de type Circumaural
  • Type de Haut parleurs:  Planar magnetic
  • Elements magnétiques:   Design Propriétaire transparent acoustiquement
  • Type d’aimant:  Neodymium de haut qualité
  • Excursion du diaphragme:  2.5 mm de bord à bord
  • Surface totale du transducteur:  38.8 cm²
  • Niveau de pression acoustique max (SPL):  130 db
  • Ear pads: mousse recouverte de cuir ou de cuir retourné synthétique (imitation daim)
  • Réponse en fréquence:  5 Hz – 20 KHz, pente dans l’aigu jusqu’à 50 khz
  • Distorsion harmonique totale (THD):  Moins de 1% sur l’enssemble de la bande passante
  • Impedance:  45 Ohms, entièrement resistive
  • Efficacité:  91 dB/1 mW
  • Tenue en puissance maximum:  15 W (for 200 ms)
  • Puissance optimale:  1-4 W
  • Cables fournis:  Cable ADZ6SE  (asymétrique/jack 6.35):  ¼” TRS vers 2×4-pin mini XLR  & Cable  ADZ6B4 (symétrique):  4-pin XLR to 2×4-pin mini XLR
  • Longueur des Cables :  2.5 m or 8.2 ft
  • Poids:  548 g (sans cable)

 

Ce qu’il faut retenir:

Tout dabord sur le plan de la finition ce casque est tout simplement exceptionnel. Le LCD 3 est digne du segment haut de gamme dont il fait partie.

Les « ear cups » en bois, les embases métalliques mini XLR 3 broches, les plaques en métal qui recouvrent chaque haut parleur et une foule de petits détails comme le cuir qui recouvre l’arceau ou les pads sont de très haut niveau. C’est le casque qui à mon avis propose la finition la plus haut de gamme sur le marché. Le Sennheiser HD800 fait dans la finition industrielle d’excellent niveau également de même que le T1 avec le design Beyerdynamic à son apogée mais quel plaisir de retrouver ici un coté artisanal, petite série et des matériaux un peut plus traditionnels (bois, cuir).

L’inconvénient de cette finition se retrouve dans le poids (aussi lié à la nature des haut parleurs utilisés qui nécessitent des aimants ‘imposants). Cela reste très confortable et la pression est bien répartie mais on sent quand même le casque sur la tête comparé à un T1, un HD800 ou un AD2000X.

L’AUDEZE LCD3 dispose d’un rendement moyen/haut (91 db), une impédance assez faible (45Ω) et une pression acoustique maximum importante (130db). Cette pression acoustique est en partie le résultat de drivers avec une très grande surface utile.

On comprends bien avec cette image le principe de fonctionnement du haut parleur à membrane plane utilisée par AUDEZE. Seul Fostex (et AKG sur d’anciens modèles) ont utilisé cette technologie. STAX utilise une technologie différente qui fait également appel à une membrane plane mais nécessite un ampli spécifique.

L’avantage de cette technologie est de produire une onde sonore très plane. Comparativement un haut parleur à dôme peut produire des effets de décalage entre l’onde générée au niveau du dôme et celle produite au niveau de la membrane.

Comme on peut le voir également la tenue en puissance est très élevée ce qui fera le bonheur des amplis haut de gamme délivrant plusieurs watts sous 45 ohms auquel ce casque se doit d’être idéalement branché.

 LE SON

Il y a énormément de choses à dire sur le LCD3. C’est un de ces casques qui provoquent bien souvent un effet « Wow » à la majorité des personnes qui l’utilisent pour la première fois. Pour réellement avoir un avis sur ce casque il faut l’écouter plus longtemps, le comparer aux autres casques haut de gamme présents sur le marché (Beyer T1, Sennheiser HD800, AD2000X, STAX…) et l’associer à différentes électroniques (oubliez l’ipod ou le Sansa Clip on parle bien ici d’électroniques sérieuses).

Il faut le dire tout de suite le LCD3 se place dans le top de ce qui se fait en matière de casques. Il y a une dizaine de casques dans ce haut du panier. Le LCD 3 en fait partie. Ensuite la chose est plus délicate car chacun en fonction de ses préférences, de son oreille, de ses sensibilités, de ses goûts musicaux vas s’orienter vers tel ou tel modèle.

Le LCD 3 est un casque de caractère. Le bas du spectre est très développé. Beaucoup de rapidité et d’impact. C’est un registre grave impressionnant pour un casque. L’extension dans l’infra grave est vraiment excellente.

C’est un des casques qui reproduit le mieux les impacts de percussions et les rythmiques. La dernière octave est audible pas juste reproduite comme sur de nombreux casques mais il y a bien le sub et la pression qui va avec. Ce rendement dans le bas du spectre est quelque part encore favorisé par la bonne isolation des pads en cuir. Il y a comme un volume interne scellé entre l’oreille et le haut parleur. On a un peu cette sensation sur le Beyerdynamic T1 également mais avec moins de tension.

Le registre grave est emphasé, on sent cette emphase mais elle n’est pas localisé comme sur un DT990 par exemple. Tout le bas du spectre est relevé. Il n’y a pas de coloration excessive ou de perte de détail. Le grave est profond, puissant, détaillé et pressente une belle texture qui ravira les amateurs portés sur la chose (le registre grave bien-sur). Le casque est à même de résoudre des morceaux/mix complexes en nous faisant identifier chaque nuances du grave sans phénomènes de recouvrement avec le bas médium.

La profondeur du LCD 3 est remarquable. chaque son est parfaitement représenté dans toute sa plage de fréquence.

Un autre point fort du LCD 3 est la précision et la séparation des divers instruments, Chaque instruments ou son est clairement étagé et identifiable. Cela est très intéressant. Sur ce point le LCD3 est supérieur au Beyerdynamic T1 sur des morceaux assez simples mais sur des musiques chargées le T1 reprends le dessus grâce à une meilleure aération. Le LCD3 est plus précis que le LCD2 et pardonne moins sur les enregistrements perfectibles (compréssion ou enregistrement/mix/mastering). En quelque sorte il est le penchant rigoureux Audeze lorsque le LCD2 représente le penchant Fun.

Les voix ne sont pas en reste et se détachent parfaitement des instruments/effets avec une qualité (medium) remarquable.

Le registre aigu est plus présent que sur le LCD2 ce qui permet de reproduire plus précisément certains instruments (à corde notamment). La contrepartie est qu’il est plus dur de marier le LCD3 avec un ampli.

Globalement le LCD3 sonne toujours de manière assez chaleureuse et douce si il est bien associé. Chaleureux et précis. Il est à l’opposé des casques froids et analytiques. Il est néanmoins rapide et réactif.

Le soundstage du LCD3 est selon moi son plus gros point faible. Il est de bon niveau si on le compare à la majorité des casques moyen de gamme mais en haut de gamme la situation est différente.

Le soundstage du LCD3 même si légèrement plus performant que celui du LCD2 reste inferieur à celui d’un T1 ou d’un HD800. Le LCD3 propose un soundstage plus proche ce qui favorise une reproduction plus intimiste. Pas de problème sur des musiques dynamiques mais sur de la musique classique, par exemple des formations importantes je trouve un T1 ou un HD800 nettement plus adapté pour rendre la sensation d’espace d’une grande salle de concert ou d’un auditorium.

En utilisant un ampli symétrique, avec une bonne séparation des canaux, de type Auralic Taurus ou Bryston BHA-1 on doit pouvoir gagner légèrement sur le soundstage mais encore une fois cela reste contenu.

Tout est comme toujours une question de préférences et certains seront moins sensibles à cet aspect ou prêt à ne pas y porter trop attention en regard des autres qualité de ce casque. Toutefois cela devait être mentionné dans ce test.

 

 

AMPLIFICATION

Le LCD3 est plus difficile à amplifier que le LCD2. Ce dernier évolue beaucoup plus par rapport à l’amplification. Cela vient notamment de la précision plus importante du registre aigu du LCD3. Le LCD2 assez descendant pardonne beaucoup plus à un ampli avec un léger manque de finesse dans ce domaine.

A l’inverse d’un casque 600ohm vous pourrez brancher le LCD3 sur une sortie conventionelle ou un DAP et obtiendrez un niveau d’écoute satisfaisant. Il en va autrement de la qualité d’écoute.

Un ampli avec un manque de finesse dans l’aigu se verra tout de suite. Il faudra trouver un ampli avec un registre aigu très précis, détaillé et non agressif.

La solution de trouver un petit ampli assez descendant peut être envisagée mais à ce moment là autant prendre un LCD2.

A cela s’ajoute le besoin d’un ampli avec une forte capacité de courant pour favoriser l’énergie dans le bas du spectre, la dynamique et la reproduction des transitoires.

L’un dans l’autre on pourrait driver le LCD3 sur un petit ampli type Lake people GS103 ou Corda jazz. Mais qui sommes-nous pour faire cela ? A ce moment là autant opter pour le LCD2 qui selon moi est moins dépendant de l’amplification et évitera les problèmes de qualité dans le registre aigu en raison de son coté descendant.

Le LCD3 dispose d’une puissance admissible très importante de l’ordre de plusieurs watts par haut parleur sous 45 ohm. Pour atteindre cette puissance et maitriser parfaitement ce casque il faut un amplificateur performant.

Le LCD3 est gourmand et la personne qui investit dans ce casque sait qu’il faudra sortir l’artillerie lourde. Burson soloist original pour ceux qui aiment la clarté et un son articulé, Auralic Taurus pour ceux qui aiment la chaleur, Eddie Current super 7, Bryston Bha-1 sont des amplis adaptés. Un bon point: AUDEZE fournit d’origine un cable symétrique cuivre. Après essais je déconseille le câble argent qui passe très bien sur le LCD2 mais rends le LCD3 trop « bright » dans l’aigu.

Une solution dans une moindre mesure pourrait être d’utiliser un ampli moyen de gamme comme le Schiit mjolnir (bonne tenue en puissance), le burson soiloist SL ou alors le Violectric V200. Il pourrait aussi être intéressant d’essayer un mariage avec un ampli Audio-Technica HA5000 car il est spécifiquement conçu pour les casques basse impédance qui composent l’essentiel de la gamme du fabricant.

Chacun ont des caractère très différent et il faudra procéder à une écoute dans un magasin ou lors d’un meeting pour vous forger votre propre avis.

Je ne développerai pas cette partie mais il faut également associer un excellent DAC derrière votre amplificateur. Des modèles comme le Benchmark DAC1, l’Auralic ARC MX, le Mytek 192 ou encore certains modèles musical fidelity sont à envisager.

Le LCD3 saura tirer le parti du meilleur matériel que l’ont puisse lui associer.

 

 Conclusion

Le LCD3 est pour moi l’un des meilleurs casques disponibles sur le marché. C’est un casque fantastique par son réalisme et sa qualité de timbre.

Avec lui vous serez tenté de ré-explorer toute votre bibliothèque musicale, tous genres confondus.

D’autant plus en ce qui concerne les musiques modernes: Pop, Rock, Hip Hop … Tout les genres Mainstream passent vraiment bien dessus en terme de dynamique.

Le LCD 3 est très efficace sur du Jazz, des petites formations, de la musique indie.

Très bonne polyvalence, clarté, étagement des différents plans, fluidité du son (« liquide »).

Pour l’ambient ou le classique le soundstage peut pousser les amateurs à s’orienter vers d’autres modèles mais il est à même de reproduire également ces genres de manière très correcte.

Si techniquement le LCD3 va plus loin que le LCD2, le LCD2 reste charmant pour les personne qui apprécient une sonorité un peu « dark » et descendante. De plus il est très proche sur le plan de la finition (materiaux, aspect) et la majorité des différences portent sur les drivers.

Le LCD3 est plus performant mais quelque part plus exigeant, plus frustrant et moins accessible: il faut de bons enregistrements, il faut une source et une amplification de haut niveau…

Alors oui le tarif est élevé mais qui ne mets pas des sommes importantes dans une TV LED, un ordinateur, une carte graphique ou une console dont la durée de vie est potentiellement beaucoup plus courte que ce LCD3 ?

Celui qui apprécie la signature sonore de cet Audeze LCD3  sera prêt à investir pour construire une chaîne cohérente autour de celui ci.

Doté d’un très haut niveau de reproduction le LCD3 est un casque de référence pour auditeurs exigeants.

Topic dédié forum TN: http://www.tellementnomade.org/forum/viewtopic.php?f=89&t=6376

Benjamin Lasserre 29/10/2013

4 réponses à “[TEST] AUDEZE LCD 3

  1. D’accord sur toute la ligne, par contre penser à changer le cable, ceux d’origine ne font malheureusement pas honneur au casque, je suis passé avec un cable « Q cable » également en cuivre mais très bien foutu et la différence est très évidente, encore plus de naturel dans les timbres et meilleur soundstage. Un must pour apprécier, aussi important que l’ampli et le DAC a mon avis.

  2. Bonjour,
    Merci pour cette belle revue qui m’a donné envie de l’essayer.
    Je l’ai testé sur un ampli Luxman P1u avec comme source une platine cd 3D Lab.
    N’appréciant pourtant pas particulièrement les casques descendants, le LCD3 m’a littéralement bluffé par la qualité des basses et des médiums, les voix sont sublimes, leur présence est impressionnante. L’ensemble de l’écoute est extrêmement précise. Mes seules réserves concernent les aigus légèrement étouffés et surtout le poids du casque qui se fait sentir après 30 minutes d’écoute.
    Le LCD3 n’est pas pour moi, mais c’est un casque magnifique !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

:D :-) :( :o 8O :? 8) :lol: :x :P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: :wink: :!: :?: :idea: :arrow: :| :mrgreen: