L’Ampli Beyerdynamic A1 est une solution haut de gamme proposée par le concepteur et fabricant Allemand pour driver ses casques: Aussi bien séries Tesla que DT. Nous allons donc découvrir quelles sont les qualités de cet ampli notamment avec un pannel de casques assez diversifié en caractéristiques: impédance, ouvert, fermé etc…   Caractéristiques: Dans l’ensemble […]

[Test] Beyerdynamic A1

L’Ampli Beyerdynamic A1 est une solution haut de gamme proposée par le concepteur et fabricant Allemand pour driver ses casques: Aussi bien séries Tesla que DT.

Nous allons donc découvrir quelles sont les qualités de cet ampli notamment avec un pannel de casques assez diversifié en caractéristiques: impédance, ouvert, fermé etc…

 

Caractéristiques:

Dans l’ensemble la finition de l’A1 est de bon niveau. On n’atteint pas le degré de finition de marques comme Burson ou Violectric sur sa serie V mais l’enssemble est comparable à ce qu’offre schiit ou audio Gd.

La facade est en métal et dispose d’un selecteur de sources, d’un bouton on/off et du potentiomètre de volume. L’arrière dispose de possibilités assez larges avec 2 entrées format RCA et une sortie pré-out ce qui permettra de l’incorporer assez facilement dans votre installation et d’y connecter une ou plusieurs sources sans débrancher vos cables toutes les 5 minutes.

  • Tarif: 800- 900€ en neuf
  • Impédance d’entrée : 50 kOhms
  • Amplification maxi. : 18 dB
  • Réponse en fréquence : 1 Hz-100 kHz (-1 dB)
  • THD : 0.001% à 170 mWatts / 250 Ohms
  • Séparation des canaux : >89 dB : Un tracking de plus de 89db est quasiment parmi ce qui peut se faire de mieux en asymétrique  et dans la pratique l’A1 dispose effectivement d’une Très bonne séparation des canaux droite/gauche ce qui influe sur le soundstage et les panoramiques.
  • Puissance de sortie : 100 mWatts / 600 Ohms  170 mWatts / 250 Ohms  150 mWatts / 30 Ohms : Une puissance annoncée correcte. 100Mw à 600ohm permets dans la pratique de driver très correctement des casques exigeants. Je n’ai pas pu tester avec des monstres comme le DT990 600ohm mais sur la plupart des casques testés la reserve de puissance s’est avérée très satisfaisante.
  • Rapport signal/bruit moyen : >100 dB (très correct et vous devrez mettre plus de 1000€ dans votre dac pour obtenir des convertisseur avec un rapport signal bruit dépassant cette valeur)
  • Impédance de sortie : 100 Ohms : assez elevé et plutôt favorable aux casques haute impédance donc (250-600 ohm)
  • Circuit interne : 96 kHz

Le Son:

Beyerdynamic A1 et Audeze LCD3:

Doit-on considerer le combo A1/LCD3 ? :

Dans les faits cet ampli est plutôt destiné aux casques haute impédance mais le résultat n’est pas désagréable. Le résultat est sur ce casque inférieur en termes de précision et de séparation par rapport à des amplifications symétriques  comme le Schiit Mjolnir ou l’Auralic Taurus.

L’ampli A1 respecte quand même le caractère de ce casque avec un rendu assez feutré dans les aigus et un grave présent et dense.

Il est dommage que la restitution soit légerement « flou » avec comme un « blur » Notamment les basses et le medium, là ou l’on aurait souhaité une restitution détourée et texturée. Cet effet est minimal mais rends la précision globale de cette association perfectible.

Le LCD3 est un casque exigeant et certaines électroniques parviennent à en tirer quelque chose de plus raffiné, précis et dynamique. Ici l’on rencontre la même situation de matching pour ce casque qu’avec la majorité des amplis en dessous des 1000€.

On obtient quelque chose de satisfaisant mais celui qui achete un LCD3 ne se contente pas d’un rendu satisfaisant et l’ on se prends à rêver d’un peu plus de dynamique ou de profondeur. Pour cela il faudra passer la barre des 1000€.

Beyerdynamic A1 et Beyerdynamic T1:

Un excellent combo.

Conçu dans l’optique d’alimenter le T1 l’ampli A1 offre un rendu de haut niveau avec ce dernier.

Le rendu est à la fois profond, ample et précis.

Je vous invite  à completer avec la lecture de mon article sur le T1 mais ce qu’il faut savoir c’est que le registre grave est bien présent, avec un bon impact et une restitution naturelle.

Le son est vivant, tous les effets sont très précis et détourés. Le placement est tridimensionnel.

Le medium est très précis. On obtient beaucoup de détails. La séparation est un cran au dessus des casques de la gamme DT du fabricant (pour notre plus grand plaisir).

Le soundstage est vraiment très bon avec un placement ultra précis des divers sons/effets dans l’espace.

Ce soundstage n’est peut être pas aussi large qu’avec un HD800 mais on obtient quelque chose de très bon niveau, très naturel.

Le rendu est très équilibré, droit mais à la fois en conservant une pointe de fun. On ne verse pas dans un rendu ultra analytique ou froid. C’est la grande force de cette association.

Le Burson Soloist propose une articulation légèrement meilleure dans le medium et aussi des reverbs plus naturelles mais en contrepartie il perds en précision et rends le T1 un peu plus clair dans sa restitution. C’est vraiment une question de préférences. L’A1 offre un bas solide et un spectre équilibré.  L’accent a été mis sur la précision: Il y a une bonne séparation et le decay est assez court sur les différents sons/notes.

Beyerdynamic A1 et Beyerdynamic DT990 pro 250Ω:

 L’association DT990 et A1 est une réussite:

Ce casque et cet ampli s’associent pour donner un rendu vivant, Ample, suffisament précis et dynamique.

L’emphase dans le bas medium est magnifiée. Il y a une bonne maîtrise du registre grave et bas medium de ce casque.

Le rendu est globalement engageant avec un bas assez fun,  généreux et un rendu globalement précis et détaillé.

Les panoramiques sont précises, les drums clairement identifiables et avec une bonne coloration.

Le rendu n’est pas agressif et permet d’écouter ce casque même avec du rock ou des genres qui peuvent etre assez limites si l’on associe le DT990 à des électroniques trop claires. Dans l’absolut d’autres casques plus dark restent plus efficace sur ces genres.

Sur du classique ou du Jazz le Dt990 s’en sort très bien grâce à son ampleur, une bonne spatialisation et une capacité à délivrer un bon impact.

Ce combo est aussi très à l’aise sur des styles Ambient ou Lounge/Chill avec un grave enveloppant et une bonne précision dans le medium/aigu.

Le rendu est légèrement moins détaillé ou profond que sur le T1 en écoute A/B et l’aigu est légèrement plus « bright » mais il y a un coté vivant et entraînant que n’a pas forcement le T1 qui offre un rendu avec plus de recul et de naturel. Tout dépends de ce que l’on recherche.

Dans cette enveloppe de prix le combo A1/DT990 permets pour environ 1000€ d’avoir un combot assez exceptionnel, avec un bon caractère et une restitution vivante.

Certains amplis font encore mieux tel l’Auralic Taurus mais qui ira mettre plus de 1500€ avec un DT990 ?


Beyerdynamic A1 et Audio-Technica ATH AD900X:

L’ATH AD900X ne fait pas spécialement bon ménage avec l’A1. La raison provient sans doute de la faible impédance de ce casque. Il vaudra mieux opter pour des amplis avec une sortie basse impédance. La restitution est assez anémique et manque à la fois de relief et de profondeur.

Testé sur le Soloist SL l’AD900X propose une bien meilleure articulation et la restitution du registre medium-aigu s’accorde mieux avec le caractère clair de ce casque.

Dans l’absolut cela n’est pas mauvais mais il y a de meilleurs matchings possibles pour ce casque.


 Beyerdynamic A1 et Beyerdynamic DT770 Pro 250 Ω:

 Le Beyerdynamic DT770 pro s’associe à merveille avec l’A1.

Le son est plein, avec des graves ronds et impactants.

Le son peut etre décrit comme vivant et fun. Le registre aigu est présent mais il y a une légère emphase du grave très agréable.

L’A1 participe à améliorer quelque peu le medium du DT770 qui est généralement légèrement en retrait. Ici les voix disposent d’une bonne présence. Cela est valable également pour les instruments allant cherche dans le medium.

Le soundstage qui si il reste assez limité en largeur profite de la précision de cette élèctronique pour le placement. Comparé au Soloist SL la restitution est moins juste mais plus entraînante. Il y a une meilleure articulation notamment dans registre grave pour ce casque.

Le registre aigu n’est pas le plus détouré ou précis mais le rendu global est assez réussis et respecte l’identité du DT770.

Beyerdynamic A1 et Sennheiser Momentum: 

Ce combo est particulièrement « Dark ».

On obtient un son assez descendant avec un registre grave à l’honneur. Le soundstage et la clarté des aigus sont quelque peu en retrait mais l’écoute reste très agréable et non fatiguante. Le medium est de bon niveau.

Le compromis vaut particulièrement sur du rock, de la pop ou du métal. Pour de l’ambient le rendu est bon dans le grave mais manque quelque peu d’aeration. Sur du classique j’ai trouvé le caractère descendant trop limitatif.

Même si le Momentum est plutôt à vocation nomade il se marie assez bien avec cet ampli et peut être considéré pour une utilisation en intérieur si le confort vous satisfait et si vous recherchez ce type d »écoute assez descendante et non fatiguante.

 

Beyerdynamic A1 et Superlux HD330 (Benjisun mod):


Le Superlux HD330 présente une très bonne synergie avec l’ A1.

Le soundstage est réaliste. Il y a une dynamique qui sans atteindre l’impact d’un DT770 par exemple est aussi de très bon niveau. L’A1 apporte un bon équilibre et un bas medium péchu.

Les limites seront ici  la profondeur et l’onctuosité du registre aigu un cran en dessous de ce que peuvent offrir d’autres casques avec cet ampli.

Le registre grave est très emphasé et donne un coté « sub » qui est très plaisant en écoute à bas volume. L’emphase est légèrement plus basse que sur le DT990 ce qui donne un rendu  moins précis mais très fun.

L’aigu est assez présent et clair pour un casque d’origine assez descendant mais cela équilibre bien la réponse. Le medium est bon avec une coloration assez flat. On ne verse pas vraiment dans le chaleureux mais une présentation assez équilibrée avec une bonne énergie. Cette élèctronique permets aussi des panoramiques précises.

Conclusion:

Pour résumer le caractère de l’ampli Beyerdynamic A1 on remarque certains critères:

Un très bon registre grave, assez présent et généreux tout en restant précis.

Un soundstage assez large et un rendu fidèle par rapport à la source utilisée.

Un niveau de détail et de précision élevé.

L’A1 offre un comportement favorable aux casques haute impédance, j’ai pu observer cet aspect assez rapidement lors de mes tests. Il y a une bonne maîtrise des casques haute impédance.

Les casques basses impédance ne se comportent pas toujours au mieux dessus excepté certains modèles spécifiques.

La puissance de sortie est très correcte et suffisante pour driver toute la gamme Beyerdynamic et l’ensemble des casques testés sur cet article. La course du potentiomètre de volume est progressive et l’ajustement est précis.

Après calcul des + et des – je trouve que cet ampli est vraiment un bon candidat pour le T1.

Il a l’avantage de se marier de manière intéressante avec la majorité des casques Beyerdynamic (ce qui plaira aux « Beyer Fans ») et dans une plus large mesure il s’accorde aussi très bien avec les casques moyenne/haute impédance (150Ω à 600Ω).

Pour conclure l’A1 est définitivement excellent « performer » et un ampli à recommander dans la tranche des Amplis entre 500 et 1000€.

 

Topic TN dédié à cet article: http://www.tellementnomade.org/forum/viewtopic.php?f=100&t=6147

Materiel de Test/ Cable Modulation FTW audio / DAC EMU 1616.

 

Une réponse à “[Test] Beyerdynamic A1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

:D :-) :( :o 8O :? 8) :lol: :x :P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: :wink: :!: :?: :idea: :arrow: :| :mrgreen: