Le Beyerdynamic DT990 est un classique du fabriquant allemand. Introduit à la fin des années 80 (1988) à destination des ingénieurs studio, il a subit quelques changements au niveau des matériaux et de l’arceau. Le DT990 représente à lui seul une mini-série dans la gamme DT du fabricant allemand : On trouve le DT990 pro 250 […]

[Test] Beyerdynamic DT990 « Un modèle d’ouverture »

Le Beyerdynamic DT990 est un classique du fabriquant allemand.

Introduit à la fin des années 80 (1988) à destination des ingénieurs studio, il a subit quelques changements au niveau des matériaux et de l’arceau.

Le DT990 représente à lui seul une mini-série dans la gamme DT du fabricant allemand :

  • On trouve le DT990 pro 250 ohm qui est la version la plus courante testée ici.
  • Beyerdynamic a aussi à son catalogue une version édition disponible en 32, 250 et 600 ohm avec un arceau légèrement diffèrent et un peu plus light en pression.

Sur cette dernière version les hauts parleurs sont de conception similaire mais les matériaux diffèrent légèrement. Une version Manufaktur reprend le design de la version édition avec des options de customisation (couleur des éléments et des pads).

Le Beyerdynamic n’intègre pas la technologie Tesla des nouveaux modèles mais dispose déjà d’un fort potentiel comme nous allons le voir.

1) Le Tarif: 

Beyerdynamic propose un tarif très agressif pour la version du DT990 pro 250 ohm que l’on retrouve à environ 150€ suivant les distributeurs. Les versions édition et Manufaktur peuvent aller jusqu’à 300€ et plus.  On se retrouve donc avec un positionnement très intéressant de notre modèle dans la tranche des casques ouverts entre 100€ et 250€.

On trouve dans cette gamme un ensemble de casque ouverts assez important dont voici une liste exhaustive:

-          L’akg 701 ( environ 200€) et le nouveau K612 pro (166 euros)

-          Les Beyerdynamic DT880 pro (240€)

-          Le Sony MDR-MA900

-          Les Grado SR125i et 225i (210€ et 240€)

-          L’audio Technica AD900X en import et l’AD700X (entre 220 et 250€)

-          Le Philips Fidelio X1 (240€)

2) Les caractéristiques:

Le Beyerdynamic est un casque très ouvert de par sa conception. Le casque n’isole pas du tout de l’extérieur.

Il pèse 250g ce qui est très léger et permet un port sans fatigue pendant des heures. Les pads sont parmi les plus confortables que j’ai pu tester. Du velours très doux et moins ferme que sur le DT770. Le top. L’arceau est très solide, recouvert d’un bandeau interchangeable. Toutes les pièces d’usure sont remplaçables. Je donne mon approbation totale à ce design fait pour durer.

Le cable d’origine fait 3m, il est de type spiralé et plutôt robuste.

Des drivers d’environ 40mm non inclinés le placent dans la moyenne. Ils sont très ventilés et avec un châssis en métal. L’ensemble inspire la bonne réalisation. La construction interne est très ouverte avec un disque de feutre percé en son centre et un simple textile. Le couplage du hp avec l’extérieur est maximal et l’ensemble est moins amorti qu’un DT880 ou un DT770.

La bande passante annoncée est de 5 – 35.000 Hz. Comme sur le AD900X testé récemment on est dans du fantaisiste et cela ne veut pas dire grand-chose.

La courbe d’impédance nous montre un casque qui sera dur à driver avec 250ohm au mini et près de 400 ohm dans le registre grave ; Cela associé à un rendement faible de 96 dB il faudra assurément sortir un ampli pour exploiter le potentiel de ce casque.

La courbe de réponse en fréquence (crédit : Headroom) nous montre une réponse assez en avant dans les basses avec une bonne extension mais sans que l’extrême grave soit très relevé.

Un bas medium en avant, un medium linéaire mais qui apparaitra légèrement en retrait au vu du registre « upper grave » « bas médium » accentué. Des aigus assez en avant, qui contribuent au sentiment d’aération général mais pourront sans doute être légèrement agressif sur certains type de musique ou avec certaines électroniques.

J’anticipe un peu mais cette courbe reflète très bien mon sentiment et les caractéristiques perçues à l’écoute du DT990.

3) Le son : 

Je possède le DT990 depuis plus d’un an donc mon idée de sa restitution est assez précise.

C’est un casque avec un rendu assez naturel. L’emphase dans les basses est sensible mais le rendu est maitrisé. Pas d’effet sub woofer ici on est dans une restitution assez seche et amortie des basses fréquences.

Les mediums sont légèrement en retrait. Ils sont audibles et précis mais sur la plupart des électroniques sonnent légèrement creusés. C’est un choix de restitution de la part des ingénieurs de Beyerdynamic. Cet aspect associé à un aigu assez en avant donne un coté large à la restitution.

Les timbres dans les aigus sont assez justes mais peuvent être fatiguant à la longue notamment sur des styles mal produits ou contenant une grande dose d’aigu. Ce n’est pas la faute de la qualité de restitution du casque mais simplement l’emphase dans l’aigu qui ne pardonne pas sur les morceaux ou les artistes/ingénieurs ont exagéré.

De part sa scene assez large, et son bon placement ce casque se prête particulièrement à l’écoute de BO de films, de musique classique, de musique d’ambiance (Ambient, lounge, chillout…). La dub et les genres pop ou rock bien produits passent très bien également. Le hip hop et le rap doivent passer même si d’autres casques font mieux sur les voix. Sur du métal ou du Punk le casque est moins efficace et peut être agressif à la longue.

« L’exemplaire de test du DT990 avec une connectique modifiée »

4) Comparaisons:

Par rapport au HD800 on se trouve en présence d’une signature très proche, on retrouve le coté aérien qui est cependant moins latéralisé sur le HD800. Avec une meilleure sensation de profondeur et de placement dans l’espace. Drivé par un bon ampli Le DT990 s’en approche cependant beaucoup et donne dans le même type de signature et de représentation. La différence se trouve dans le medium un peu plus creusé sur le DT990 et dans l’extension légèrement moins efficace. Un ensemble de très bon niveau donc.

Comparé à l’AD900X le DT990 offre une scène plus large et un grave plus sec. Le son est très aérien et naturel. Les deux casques sont rapides (réponse impulsionnelle). L’AD900X dispose pour lui d’une scène plus proche et d’un medium aigu moins agressif et plus flat. Les timbres du médium Audio-Technica sont vraiment beaux dans les medium. Le DT990 avec ses basses et son bas medium relevé donne une impression de matière plus importante dans le bas lorsque l’AD900X est plus ferme et modéré.

La représentation et différente et conviendra en fonction des goûts plus à certaines personnes qu’à d’autres. Je trouve l’AD900X très intéressant dans sa présentation pour de la pop, des voix ou du rock. Le DT990 est lui le roi du jazz, de l’ambient, du classique et des styles nécessitant une scène large mais peut être légèrement plus fatiguant sur certains styles type punk, métal …

Par rapport au K701 : Le K701 a un rendu beaucoup plus ascendant que le DT990. Le registre grave du DT990 est beaucoup plus développé et l’équilibre général est meilleur. Le K701 a certes un medium plus en avant et offre une restitution plus plane et moins fatiguant que le DT990 mais sa présentation de la scène sonore est un peu surréaliste et me parait plus artificielle que le rendu du Beyerdynamic. Les deux casques sont confortables et légers.

Par rapport à ma référence en entrée de gamme le Superlux HD330 : Le kick et le registre grave sont plus avant sur le HD330 mais pas forcément plus détaillé. Les voix également ont un rendu plus avantagé. La largeur de scène est à l’avantage du DT990 de même que le naturel de la restitution. L’HD330 est légèrement plus lent. Il se prête mieux à certains genre électro ou rock/pop/métal car il présente un rendu de la scène plus proche et une emphase dans l’aigu moins prononcé qui le rend moins fatiguant sur ces genres.

Par rapport au Philips Fidelio X1 : le DT990 est beaucoup plus confortable, plus ouvert et propose un choix de restitution totalement diffèrent. Le Fidelio est un casque à la restitution descendante, très chaleureux avec des mediums en avant. Pour quelqu’un aimant un rendu du registre aigu très détaillé type DT990 le Fidelio paraitra peu précis dans ce registre.  Le Fidelio a un registre medium moins en retrait que le DT990 et devrait plaire plus que le DT990 aux fans de casques descendants qui n’ont pas les moyens d’aborder des modèles du type Audeze LCD2.

Pour mes préférences personnelles je placerai le DT990 légèrement devant en terme d’équilibre et de résolution mais coté fun le Fidelio est assez intéressant aussi. Attention au confort cependant avec ce dernier.

Conclusion: 

Pour conclure, le DT990 est un casque très ouvert, rapide et avec une bonne fermeté dans les basses qui devrait en ravir plus d’un si vous n’êtes pas focalisés sur les genres denses en registre aigu où il peut être légèrement moins à l’aise.

Avec lui la scène sonore est très large et détaillée, le port est confortable durant de longues heures d’écoute et vous aurez un rendu assez naturel. Parfait pour les mélomanes en quête d’authenticité.

Certains pourraient craindre un rendu orienté bass-head mais en réalité le registre grave reproduit par le casque est assez ferme et contrôlé. Les timbres sont d’un très bon niveau de réalisme et l’on perçoit beaucoup de détails. L’accent est mis sur les détails dans les aigus et le bas médium avec une signature caractéristique légèrement en V.

Pour conclure c’est un très bon casque qui vous suivra longtemps et profitera des améliorations de l’ensemble de votre chaîne audio : DAC + AMPLI. Le DT990 c’est aussi une reussite point de vue fabrication avec un casque conçu pour les contraintes d’une utilisation studio tout en restant très léger et confortable.

Fabrication: 

Son: 

Confort: 

Rapport qualité/prix:

 

5) Développement technique: 

 “Sources et matériel de test”

J’ai eu la chance de tester le DT990 sur tout un tas de sources et d’amplifications. Il faudra lui trouver une source qui corrige un peu le retrait dans le medium et qui soit large pour favoriser l’aération.

Oubliez tout de suite vos Ipod’s, Zune, sansa clip cowon ou autre saveurs nomades asiatiques, c’est un casque qui demande de la puissance.

La meilleure solution que j’ai pu tester était le DT990 branché sur un Auralic Taurus. Bien que le prix est très élevé pour ce type d’ampli mais connecté à cet ampli la restitution était très proche d’un HD800 sur le même ampli.

Sur un Lake people gs103 la restitution est correcte mais le medium reste légèrement en retrait.

Avec mon DAC Emu 1616 la restitution est assez intéressante et non agressive dans l’aigu mais l’ampli casque peine à vraiment réveiller /tenir le registre grave du DT990.

Autre manque sur la sortie d’un ampli NAD C316bee le son est assez sympa niveau timbres mais la scène se resserre trop et on se prend à vouloir du soundstage alors que c’est un casque censé avoir un soundstage très large.

La quête de l’ampli idéal est donc assez difficile avec ce modèle et j’ai hâte de le tester sur des modèles puissants et assez descendant comme le Burson soloist SL .

Auteur: Benjamin Lasserre le 8/06/2013

2 réponses à “[Test] Beyerdynamic DT990 « Un modèle d’ouverture »

  1. Bonjour,
    Merci pour ce test bien détaillé.
    Je suis moins d’accord avec vos impression sur le Philips X1.
    Je le trouve extrêmement confortable et très bon techniquement.
    Le dt 990 essayé sur un Beyerdynamic A1et un Lehmann Cube linear donne de très bon résultats aussi.
    Musicalement.
    David B.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

:D :-) :( :o 8O :? 8) :lol: :x :P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: :wink: :!: :?: :idea: :arrow: :| :mrgreen: