Premiers intra-auriculaires universels alignant 5 drivers au monde, les Heir Audio 5.0 promettent beaucoup : ils sont censés être la version « universalisée » des CIEM Heir Audio 8.0, très largement appréciés. Satisfait des performances de mes Westone UM3X, je souhaitais me diriger vers une paire d’écouteurs amenant une scène sonore plus large, des aigus plus présents […]

Test Heir Audio 5.0

Premiers intra-auriculaires universels alignant 5 drivers au monde, les Heir Audio 5.0 promettent beaucoup : ils sont censés être la version « universalisée » des CIEM Heir Audio 8.0, très largement appréciés.

Satisfait des performances de mes Westone UM3X, je souhaitais me diriger vers une paire d’écouteurs amenant une scène sonore plus large, des aigus plus présents et des médiums moins en avant.

Seront-ils à la hauteur de mes attentes ?

 

Présentation technique :

Pas moins de 5 drivers par écouteur chez ces intra-auriculaires pourtant très petits ! Ils sont répartis de la manière suivante :

• un driver pour les fréquences basses

• deux drivers pour les medium

• deux drivers pour les aigus.

Un double canal part des écouteurs vers les oreilles, et le câble est détachable.

 

Présentation extérieure :

N’ayons pas peur des grands mots, la finition est excellente. J’ai possédé et vu passer des Shure, Westone, Earsonics… Tous sont battus à plate couture par la qualité des Heir 5.0.

Livrés dans une boite plastique extrêmement solide, les Heir 5.0  sont fournis avec trois sachets d’embouts : chaque sachet se compose de trois paires d’embouts de tailles différentes, de quoi être presque sur de trouver un bon fit, indispensable à l’obtention d’un bon son.

 

 

La façade par défaut de ces écouteurs est en Buckeye Burl.

Le résultat de ces écouteurs finis à la main est vraiment impressionnant, et ils restent de taille très modeste :

 

La partie sonore :

Matériel d’écoute : J’utiliserai mon Aune X1 comme source principale, puisque je suis en phase de transition sur les lecteurs nomades.

Les graves :

C’est clairement la partie qui m’a le plus impressionné. je suis habitué à des graves présents et qui descendent bas : mes enceintes ont des hauts parleurs de 32 cm de diamètre, qui descendent à 8Hz. Autant dire que si il manque quelque chose dans ce registre, je le sentirais immédiatement. J’attends des basses qu’elles soient bien présentes mais tendues, sèches et qu’elle descendent bien bas.
Les basses des Heir 5.0 répondent parfaitement à ces critères, et franchement dépassent de beaucoup mes espérances. Le rendu est impressionnant, j’ai du mal à croire que le son provient d’écouteurs aussi petits : on a l’impression d’écouter un casque audio complet. A ce niveau, les Heir 5.0 sont clairement très au dessus de tout ce que j’ai pu écouter en nomade.

Les médiums :

J’écoute principalement du rock et du métal progressif. Dans ce domaine, les guitares et les voix sont très importantes : les médiums jouent alors un rôle crucial dans la restitution. Ils sont légèrement en avant chez les Heir 5.0, et ce n’est pas pour me déplaire. Les voix sont magnifiques, le rendu est impeccable et propre, les détails sont bien présents. Les enregistrements de qualité médiocre passent très bien, et ça c’est un point très positif.

Les aigus :

Je ne suis pas un habitué de ce registre. Mes anciens UM3X coupent les aigus tôt, et ce n’est pas un choix fait au hasard. Il arrive souvent qu’on puissent entendre des saturations à ce niveau, ou que les aigus soient agressifs et rendent l’écoute rapidement fatigante. Ce n’est pas le cas chez ces Heir 5.0, et j’en ai été rassuré. Les aigus apportent une nouvelle dimensions à mes musique, et je dois dire que j’apprécie. Tout est clair et doux à ce niveau, le contrat est rempli pour moi.

Le soundstage :

C’est selon moi la seconde partie la plus impressionnante. Je possède un casque ouvert, et l’un des but de l’achat de ces écouteurs était d’apporter de la clarté et d’augmenter la dimension de la scène sonore pour s’en approcher.

La où mes UM3X présentaient des instruments très proches de votre tête , les Heir 5.0 offre une présentation bien plus aérée. La séparation des instruments est excellente, et la scène sonore est très large. C’est un grand changement pour moi, dans la bonne direction.

 

Ressenti global :

Le sentiment à chaque écoute est très positif, exactement dans ce que je cherchais. La présentation est très peu agressive, mais reste extrêmement détaillée. Aucun registre n’est trop en avant ou en retrait, ce qui donne une bonne impression de cohérence dans la musique.
Les écouteurs passent très bien sur des sources moyennes, et acceptent les enregistrements médiocres en en tirant le meilleur au lieu d’en montrer les défauts : c’est vraiment un point important pour moi.

 

Bilan personnel :

Entre la qualité irréprochable de fabrication et les performances sonores qui correspondent exactement à mes attentes, je dois dire que je suis satisfait.
Ces écouteurs se vendent actuellement aux environ de 600 dollars, mais valent pour moi le surcoût face à des SE535 / UM3X / SM3 / Westone 4.

Vos commentaires sont les bienvenus ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

:D :-) :( :o 8O :? 8) :lol: :x :P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: :wink: :!: :?: :idea: :arrow: :| :mrgreen: