Test Samsung YP-Z3

  Certains pensaient que Samsung délaisserait complètement sa gamme de baladeurs classiques pour se concentrer sur les Galaxy Player tournant sous Android. Mais comme chaque année pour la rentrée scolaire, Samsung a présenté une nouvelle gamme de baladeurs mp3 composée cette fois des YP-R2, YP-Z3 et YP-F3. Il faut avouer que sur le papier, ça sent plutôt le recyclage. Mais rien ne vaut un bon test pour savoir ce qu’il...

 

Certains pensaient que Samsung délaisserait complètement sa gamme de baladeurs classiques pour se concentrer sur les Galaxy Player tournant sous Android. Mais comme chaque année pour la rentrée scolaire, Samsung a présenté une nouvelle gamme de baladeurs mp3 composée cette fois des YP-R2, YP-Z3 et YP-F3. Il faut avouer que sur le papier, ça sent plutôt le recyclage. Mais rien ne vaut un bon test pour savoir ce qu’il en est vraiment. Voici donc en exclusivité mondiale le tout premier test du Samsung YP-Z3, fraichement arrivé dans les magasins en France.

Ce test a été réalisé en firmware 1.15 et MAJ le 13/11/11 avec le firmware 1.20. Au moment où vous lisez ce test, il est possible que des firmwares plus récents aient vu le jour!

Spécifications

  • Dimensions: 38,9 X 81,5 X 9,9 mm
  • Poids: 36 g
  • Coloris: Blanc, Bleu, Rose
  • Capacités: 4Go, 8Go (4Go seulement en France)
  • Écran: LCD 1,8″ QQVGA (128 x 160) 56k couleurs
  • Autonomie: 30h max en audio, 3h max en vidéo
  • Audio: MP3, MP3HD, WMA, FLAC, OGG, AAC, WAV
  • Vidéo: H.264, MPEG4, Xvid et WMV9 (VC-1)
  • Fonctions: Tuner FM RDS, Dictaphone, effets SoundAlive
  • Contrôles: Boutons mécaniques
  • Protocole de transfert: MSC ou MTP (au choix) en code région FR/EU/US. MSC seulement en code région KR.

Présentation vidéo

Packaging

Le packaging n’est pas aussi soigné que d’habitude. On trouve cette fois une petite boite en plastique dur transparent permettant de voir directement le baladeur mais rien de bien original: Samsung n’a pas trouvé mieux niveau décoration que de mettre en fond un ciel bleu avec un nuage en forme de note de musique… Les informations sont peu nombreuses. Rien n’est vraiment mis en valeur puisque sur la face avant on ne peut lire que “Digital Media Player Z3″. Il faut retourner la boite pour voir les logos “MP3HD” et “SoundAlive”. A noter également que contrairement à d’habitude, la version française du baladeur n’a pas le droit à son propre packaging. Il s’agit ici d’un packaging unique pour le monde entier (hors Corée je présume) avec les informations écrites en anglais uniquement alors qu’en général les spécifications au dos de la boite sont traduites en plusieurs langues. Cela semble être du détail mais ça peut en dire long sur l’état d’esprit de Samsung lors de la conception de ce baladeur. Il est temps d’ouvrir la boite maintenant. Outre le baladeur, on trouve à l’intérieur un guide de démarrage très rapide et donc totalement superflu (le mode d’emploi complet est directement dans la mémoire du baladeur), le câble micro-USB et les écouteurs boutons standard (pas de semi-intras sur ce modèle malheureusement).

Design/Finition


La face avant composée d’une part de l’écran 1,8″ et d’autre part des boutons mécaniques: carré de navigation (à noter que les 4 petits points que l’on voit dessus ne sont pas des diodes), bouton de validation avec cerclage chromé, touches “menu” et “retour”.

Le design du Z3 est assez quelconque, ni beau ni laid je dirais. Oubliez la finition alu du U6, R1, R0 ou P3. Sur le Z3 il n’y a que du plastique. Celui-ci a l’air de bonne facture, en particulier la face arrière en plastique granuleux qui peut être blanche, bleue ou rose selon la version. Elle n’a pas l’air sensible aux rayures, une bonne chose donc. Mais il est vrai que l’aspect du plastique brillant noir de la face avant est moins flatteur que de l’aluminium, sans compter qu’il prend les traces de doigt. Le Z3 propose des dimensions vraiment réduites, c’est en effet le baladeur Samsung à écran couleur le plus petit que je possède. Il est par exemple moins long qu’un U6, plus fin et à peine plus large. Il ne pèse d’ailleurs que 36 g. Du coup, l’écran et les boutons sont également plus petits que d’ordinaire. L’assemblage semble correct, il n’y a pas de jeu au niveau des boutons. A noter l’absence de bouton reset. Pour reseter le baladeur, il faut appuyer une dizaine de secondes sur le bouton power.


La face arrière en plastique granuleux. On y retrouve les informations habituelles telles que le nom du modèle, le numéro de série et la provenance. Le Z3 est fabriqué en Chine.


La tranche supérieure avec les boutons de volume et le bouton power/hold.


Pas de boutons sur les côtés mais l’on remarque que l’épaisseur du baladeur n’est pas uniforme.


La tranche inférieure avec le port micro-USB, la sortie casque 3.5mm et le micro du dictaphone.

Interface/Utilisation


Le Z3 démarre en une dizaine de secondes (à noter qu’il n’y a pas de mode veille, il s’éteint toujours complètement). On tombe alors sur le menu principal par défaut (en français en code région FR). Celui-ci propose un défilement horizontal des icônes. On retrouve un menu similaire sur de nombreux baladeurs Samsung donc je ne suis pas dépaysé. Mais personnellement je préfère les menus “matrix” qui regroupent toutes les icônes sur la même page. Ce type de menu existe également sur le Z3, de couleur bleue ou rose. Je trouve cependant que le design des icônes n’est pas très joli. Il y a également un autre menu de type “matrix” appelé “Illustration” dont les icônes semblent avoir été dessinées à la main. C’est un peu enfantin donc on reviendra rapidement à un menu plus classique. A savoir que le choix du menu principal détermine également la couleur et l’arrière-plan des sous-menus. On peut légitimement se demander si l’on pourra ultérieurement créer et télécharger les fameux UCI (User Created Interface) sur ce modèle. Ça ne serait pas surprenant mais en même temps j’ai le pressentiment que Samsung ne prendra pas cette peine sur ce modèle entrée de gamme. On verra bien… Aussi, contrairement à d’habitude, on n’a pas le choix ici de la police d’écriture mais heureusement celle imposée est suffisamment agréable et lisible.


On arrive maintenant peut-être au point le plus problématique de ce baladeur: l’écran. A peine l’appareil allumé, on a l’impression de faire un grand saut dans le passé. En effet, Samsung a cru bon d’utiliser ici un écran LCD 1.8″ de résolution QQVGA (128*160), comme sur le Samsung YH-J70 ou Cowon X5 de 2005 ou encore le YP-Z5 de 2006. A l’heure des écrans Amoled 4″ de résolution 800*480, on peut se demander ce qui justifie ce choix en 2011. Forcément, si le but était de faire un petit baladeur, il aurait été difficile de mettre un écran 3″ dessus mais rien n’empêchait de mettre un écran 1.8″ de résolution 176*220 comme sur le feu YP-S3 par exemple! Cette stratégie de réduire les coûts de production au maximum, quitte à sacrifier grandement la qualité, est vraiment navrante et révoltante. Du coup, si vous achetez ce baladeur, il faut vous attendre à voir les pixels, on pourrait presque les compter un par un….La luminosité est correcte alors que les contrastes et les angles de vision ne sont pas très bons. Mais finalement ces points-là deviennent secondaires étant donné la définition de l’écran.

Pour l’interface, clairement Samsung ne s’est pas trop foulé. Les différents menus et sous-menus ressemblent fortement à ceux du Q3 (qui lui-même reprenait déjà l’interface du R0…). Personnellement, j’apprécie cette interface, c’est à la fois clair, intuitif et élégant, rien à voir avec une interface Cowon au hasard… Cela dit, le changement ne fait pas de mal et je préfèrerais que Samsung développe une interface propre à chaque modèle afin de leur donner une vraie identité car là le copier/coller ce n’est pas très original. Si on fait abstraction du design extérieur, on a impression d’avoir à faire à un Q3 avec un écran plus petit.

Il est temps d’aborder maintenant l’ergonomie et les boutons. Samsung n’a pas fait l’erreur d’utiliser un pavé sensitif, on a le droit à de vrais boutons sur ce modèle, ce qui confirme encore une fois le virage stratégique pris par la marque depuis 2 ans. Un premier point rassurant sur ce baladeur donc. En fait, la vraie surprise sur ce YP-Z3, c’est le grand retour des boutons de volume dédiés! En effet, si on laisse de côté les modèles à écran tactile, on n’avait plus vu ça depuis le YP-F2 de 2006! Sur tous les modèles plus récents, ce sont les touches de navigation “haut” et “bas” qui permettent également de contrôler le volume. En quoi cela est-il problématique? D’une, on ne peut pas régler le volume lorsqu’on navigue dans les menus du baladeur, et de deux cela est gênant pour une utilisation à l’aveugle dans la poche. Sur ce Z3, les boutons de volume sont placés sur la tranche supérieure, juste à côté du bouton power/hold. Pour pinailler un peu, j’aurais préféré qu’ils soient placés sur la tranche gauche ou droite. A noter que l’on peut régler le volume même lorsque le baladeur est verrouillé avec le bouton “hold”. Si le carré de navigation ainsi que le bouton de validation sont de taille normale, en revanche les autres boutons sont très petits. Cela pourrait peut-être gêner les personnes ayant de gros doigts. Aussi, il faut noter que les boutons sont malheureusement un peu bruyants, comme sur un Sansa Clip+, mais ils répondent très bien au toucher. Enfin, remarquons que le bouton “utilisateur” paramétrable que l’on trouvait sur les précédents modèles n’a pas été repris ici.

Pour les connaisseurs du Q3, en l’absence de bouton “utilisateur”, l’activation du gestionnaire de tâches se fait ici en appuyant longuement sur le bouton “menu”. Il ne s’agit en réalité pas d’un vrai gestionnaire de tâches (on ne peut pas “killer” des processus comme sous Windows et Android par exemple) mais plutôt d’un accès rapide aux différentes fonctions. Le Z3 affiche en effet les 4 derniers menus actifs sous forme de miniature et permet ainsi d’accéder directement à l’un d’entre eux. Je ne dirais pas que c’est une fonction indispensable, loin de là, mais ça peut vous faire économiser quelques précieuses secondes en évitant de retourner au menu principal pour passer d’un menu à un autre

Musique

Le Z3 supporte de nombreux formats audio comme la plupart des baladeurs Samsung: MP3, WMA (DRM), OGG, FLAC, AAC et WAV. Il peut même se targuer d’être le premier baladeur numérique commercialisé à supporter le format MP3HD. Pour rappel, il s’agit d’un format lossless développé par Thomson en 2009. Un fichier MP3HD est composé de deux parties: une partie MP3 normale allant jusqu’à 320kbps qui permet donc au fichier d’être lu à ce bitrate par n’importe quel lecteur MP3. Si en revanche le fichier est lu par un lecteur compatible MP3HD, la 2e partie du fichier contenue dans les id3tags est également utilisée pour atteindre un bitrate entre 500 et 900kbps. L’utilité du support de ce format sur un baladeur entrée de gamme avec 4Go de mémoire fera débat (tout comme l’utilité-même de ce format par rapport au FLAC fait déjà débat). Personnellement, je vois ça comme un simple bonus, c’est toujours ça de pris. Par contre, si pour le prix de la licence MP3HD on aurait pu avoir un meilleur écran à la place, alors là évidemment ce choix marketing serait plus problématique et injustifiable.

Le Z3 prend en charge intégralement les tags (artiste, album, chanson, genre, numéro de piste, pochette d’album) des formats MP3, WMA et FLAC et partiellement pour les formats OGG et AAC (pas de pochette d’album et l’affichage des autres tags dépend de l’encodeur et du type de tags utilisés)

Malheureusement une fois de plus chez Samsung, ce baladeur n’est pas gapless, il y a un micro blanc entre deux pistes quelque soit le format audio utilisé.

L’écran de lecture est très inspiré de celui du Q3 et du R0. La pochette d’album occupe en effet une grande place. Mais étant donné la petitesse de l’écran, Samsung a un peu écrasé cette pochette, le ratio d’origine généralement carré (500*500 chez moi le plus souvent) n’est pas respecté, ici la pochette se transforme en rectangle. Et malgré ce sacrifice, le Z3 est avare en informations. Ainsi, sur ce baladeur seuls le nom de la musique et l’artiste sont affichés sur l’écran de lecture en cours, le nom de l’album est passé à la trappe. Sans oublier que comme d’habitude, on ne peut malheureusement pas avoir d’informations détaillées sur le fichier comme le bitrate et l’échantillonnage par exemple. Comme sur le Q3 et R0, la barre de lecture en cours est très fine: elle ne fait que 2 pixels de haut ici. Dans sa grande bonté, le Z3 affiche quand même le temps écoulé. Au dessus de la pochette, l’heure (format 12h uniquement, Samsung semble avoir du mal à comprendre que dans la majorité des pays, c’est le format 24h qui est utilisé), le mode de lecture et l’indicateur de batterie sont affichés en permanence.

Rien de spécial à dire concernant les contrôles de lecture: on passe à la musique précédente ou suivante avec les boutons gauche et droite. Les boutons haut et bas n’ont aucun effet puisque pour le volume il faut utiliser les boutons dédiés. Le bouton central met la musique en pause. Débrancher les écouteurs lors de la lecture met également la musique en pause.

Le bouton menu permet d’accéder à quelques réglages rapides:

  • Mode étude: On trouvait déjà un tel mode sur le U5 et le U6 mais c’est la première fois qu’il fait son apparition sur une autre gamme. Lorsqu’on appuie sur la touche haut, la lecture revient 3s en arrière tandis que l’appui sur la touche bas active la fonction de répétition A-B.
  • Ajouter à liste de lecture
  • SoundAlive (cd le chapitre sur la qualité sonore)
  • Options de lecture: Mode de lecture (Normal, Répéter 1x, Aléatoire) et Vitesse de lecture (Normal, Rapide 1/2/3, Lent 1/2/3). Il faut noter que le changement de vitesse de lecture ne change pas la tonalité. La qualité audio se dégrade nettement mais cette fonction reste utile pour apprendre une langue étrangère par exemple.
  • Visualisation: Pochette d’album, Pochette d’album + paroles (code région KR), Mon image ou différentes visualisations à la Windows Media Player

Sans aucune surprise, on peut naviguer par tags (artistes, albums, chansons, genres) ou par dossiers, au choix. En navigation par artistes et albums, le Z3 affiche les miniatures des pochettes d’album. Dans les listes, on peut défiler ligne par ligne avec les boutons haut et bas ou bien défiler rapidement page par page avec les boutons gauche et droite. Seule déception, comme sur tous les baladeurs mp3 Samsung il n’est pas possible de naviguer selon l’année de sortie de l’album.

Le Z3 gère les playlists à la volée (=on-the-go) et les listes de lecture créées sur le PC. 5 listes de lecture à la volée sont disponibles. Il est très facile d’ajouter une musique à une playlist ou de l’y retirer. De plus, on peut renommer les listes de lecture directement sur le baladeur via le clavier virtuel de type téléphone portable. Par contre il n’est pas possible de changer l’ordre des musiques dans une liste de lecture.
Mais les listes de lecture peuvent également être créées et transférées à partir de l’ordinateur. Et là il y a révolution chez Samsung! En effet, le célèbre format M3U est parfaitement supporté, on n’avait plus vu ça depuis 2006 chez la marque! Ainsi, il n’y a plus besoin d’utiliser le format propriétaire SPL, il suffit de créer ses listes de lecture avec Winamp par exemple. MAJ: en réalité, le format M3U n’était pas parfaitement supporté: le Z3 arrêtait la lecture à la fin de chaque musique d’une playlist. Au lieu de corriger ce bug, sous prétexte que le format M3U n’était pas dans le cahier des charges, la R&D a préféré retirer purement et simplement le support de ce format dans les nouveaux firmwares… En mode MTP on peut aussi facilement créer des listes de lecture au format PLA mais qui va utiliser ce mode de connexion calamiteux ?
Enfin, il faut noter qu’il n’est pas possible d’ajouter de multiples marque-pages comme sur les baladeurs Cowon par exemple. Le Z3 se souvient seulement où il était dans le dernier fichier lu.

Qualité sonore

Contrairement à son grand frère le Q3, le Z3 n’a pas le droit à d’écouteurs semi-intras, il faudra se contenter ici d’écouteurs bouton EP-340, tout ce qu’il y a de plus banal. Bien évidemment, il est fortement conseillé de les remplacer par une bonne paire d’intras ou par un bon casque.
Comme d’habitude, il y a une limitation de volume sonore en code région FR. En code EU ou US il n’y a pas de limitation mais la puissance maximale délivrée par le baladeur est un peu plus faible que sur un R0 ou Q3 par exemple, ce qui ne permet pas de driver correctement les casques les plus exigeants tels qu’un Ultrasone Pro 900. Pour savoir comment changer le code région, faites un tour sur notre forum.

L’écoute s’est déroulée avec des UE Triple.fi 10, Super.fi 5PRO et Super.fi 5v2. Sans réelle surprise, le son à plat est très bon, sans toutefois atteindre les meilleurs Samsung et Cowon. Il devrait satisfaire la plupart des gens sauf peut-être les audiophiles les plus exigeants mais ceux-là n’achètent généralement pas de baladeur Samsung entrée de gamme de toute façon. A noter qu’avec des intras très sensibles comme les Super.fi 5PRO on peut déceler un léger souffle sur les blancs ou les passages très calmes en lecture. En pause, il n’y a aucun souffle perceptible car la sortie casque est coupée.

C’est également sans surprise que l’on retrouve ici les effets audio SoundAlive auxquels Samsung tient beaucoup a priori. Encore une fois je répète qu’ils ne sont en aucun cas meilleurs que les feu DNSe 3.0. Je n’arrive toujours pas à comprendre pourquoi Samsung a remplacé les EQ prédéfinis en fonction du genre de la musique (rock, jazz, classique, ballad etc) par des EQ prédéfinis en fonction d’on ne sait pas très bien quoi (Instrument, Vocal, Tweeter, Big Bass, Café etc). Leur nom est aussi convaincant que leur rendu: c’est plus caricatural que les DNSe 3.0 sans oublier qu’il y a moins d’EQ prédéfinis qu’avant donc aussi moins de choix pour l’utilisateur au final. Pour ceux qui en seraient restés encore aux DNSe, voici un tableau comparatif:

Heureusement, tout n’a pas été saboté. Les SoundAlive utilisateur, au nombre de deux, sont performants. Pour chacun d’eux on peut régler l’EQ à 7 bandes, l’effet 3D & Bass, la taille et le niveau de la salle de concert ainsi que l’effet Netteté (Clarity) et l’Audio Upscaler. Ce dernier est toujours aussi inutile (il est censé améliorer la qualité des fichiers à faible bitrate mais en réalité ça ne marche pas, on ne fait pas de miracles…) mais avec l’EQ personnalisable et l’effet Netteté il y a de quoi se créer un bon son et par exemple compenser la signature peu équilibrée de certains écouteurs et casques.

Radio FM

Le Z3 dispose d’un tuner FM RDS, malheureusement non-enregistrable.
Son interface est totalement inédite mais cela n’est pas un point positif ici car elle est vraiment peu esthétique. Pour le coup, ça ressemble plus à du “no-name” qu’à un menu designé par Samsung. En effet, on voit juste la fréquence en blanc sur un fond terne tout noir. Un appui bref sur les touches haut et bas change la fréquence par palier de 0.05MHz tandis qu’un appui long change rapidement la fréquence. Pour scanner automatiquement la station précédente ou suivante disponible, il faut appuyer longuement sur les boutons gauche et droite. Un appui bref sur ces mêmes boutons passe à la présélection précédente ou suivante. On peut d’ailleurs enregistrer jusqu’à 100 stations dans les présélections! Fonction inédite sur un baladeur Samsung, on peut renommer les présélections grâce au clavier virtuel intégré. Une bonne idée donc, qui complète le RDS! En parlant de RDS, si vous habitez un pays européen et que les conditions de réception sont satisfaisantes, des informations comme le nom de la station, le type de station voire des informations sur la musique diffusée, peuvent s’afficher.
De manière générale, le tuner capte plutôt bien mais comme souvent sur les baladeurs mp3, bouger légèrement le baladeur ou le fil des écouteurs suffit à changer complètement les conditions de réception.
Enfin, notons que le bouton central allume et arrête la radio, c’est plus que la simple coupure du son (mute) habituelle, ce qui, je suppose, devrait améliorer légèrement l’autonomie.

Autres fonctions

Vidéos


Alors là Samsung nous a concocté une bonne blague, j’espère que ça vous fera rire, ou du moins sourire, autant que moi: Le Z3 lit les vidéos non-réencodées jusqu’en résolution 720*576 sur son écran 160*128! Il fallait le faire, Samsung l’a fait, pour notre plus grand bonheur. J’ai coutume de dire que le support des vidéos devient intéressant à partir d’un écran 3″, en dessous de cette taille c’est plutôt pour dépanner mais là c’est encore pire, c’est ce qu’on pourrait appeler une bouillie de pixels animés. Un gadget qui amusera les jeunes enfants, au mieux. Et quand Samsung fait des blagues, c’est avec professionnalisme jusqu’au bout. En effet, on trouve plusieurs fonctions et réglages dignes d’un vrai PMP:

  • SoundAlive: Normal, Voix, 5.1ch (encore plus efficace que votre Home-Cinéma! Plus sérieusement, le mode 5.1 virtuel met surtout en avant les basses et ajoute un peu de spatialisation). L’effet Théâtre du Q3 a disparu mais ce n’est pas une grande perte.
  • Recherche Mosaïque: Divise la vidéo en 15 chapitres. On peut accéder directement à un chapitre via les miniatures.
  • Affichage: Luminosité et Sous-titres (Arrêt/Marche)
    Le Z3 est censé supporter les fichiers sous-titres au format SMI seulement. Mais les sous-titres au format SRT sont aussi non-officiellement reconnus. Il est regrettable qu’on ne puisse modifier la taille de la police car celle par défaut est bien trop grosse pour de longues phrases. Le sous-titre s’affiche alors sur tout l’écran, cachant ainsi la vidéo…
  • Favoris: Ajouter, déplacer ou supprimer un signet.
  • Vitesse de lecture: Normal, Rapide 1/2/3, Lent 1/2/3 avec changement de la tonalité par contre.
  • Détails: Informations sur le fichier vidéo: nom, poids, codec. Dommage qu’il n’indique pas le bitrate et la résolution aussi.

Cela dit, curieusement les fichiers DivX ne sont pas pris en charge. Samsung n’a probablement pas payé la licence pour ce modèle (sinon il y aurait un gros logo DivX sur le packaging comme pour le R0 et R1) mais en général même les baladeurs Samsung n’ayant pas la licence lisent officieusement ce format. Samsung voudrait-il revenir à la légalité?
Le Z3 supporte donc “seulement” les codecs H.264, MPEG4, Xvid et WMV9 (VC-1). Il s’agit d’une critique “pour la forme” mais comme dit précédemment, il faudrait vraiment être motivé pour regarder une vidéo, ne serait-ce un clip de 5 min, sur un écran 1,8″ donc DivX ou pas DivX, au final…

Images


Fonction aussi inutile que la lecture de vidéos sur un tel écran, voici la visionneuse d’images qui prend en charge les fichiers JPEG, BMP, PNG et GIF. Comme sur le Q3, le baladeur affiche d’abord des miniatures (3×3) et il suffit d’en sélectionner une pour voir l’image en grand. “En grand”, façon de parler car vous imaginez bien que sur un écran 1.8″ on a l’impression de voir un timbre-poste pixelisé. En général les échantillons d’image par défaut sont là pour en mettre plein la vue mais sur le Z3 il faut bien noter que même les images de Samsung sont horribles avec des artefacts de compression visibles un peu partout. Mes photos 5MP redimensionnées à la taille de l’écran sont tout aussi laides. La seule surprise c’est qu’elles chargent très vite malgré leur poids (~2Mo). Malgré l’inutilité, sinon Marketing, de cette fonction, Samsung a quand même implanté les possibilités habituelles, à savoir faire un diaporama, zoomer et définir l’image comme habillage du menu. Un mini-lecteur permet aussi de contrôler sa musique ou la radio FM tout en regardant ses images.

Dictaphone

La qualité des dictaphones des baladeurs MP3 on connait bien depuis le temps. Ce Z3 ne déroge pas à la règle, c’est mauvais, il y a un souffle bien audible en permanence. On peut enregistrer quelques notes vocales avec mais il faut que le sujet soit très proche du micro car sinon on n’entend rien. Les enregistrements se font uniquement en MP3 128kbps.

Exemple d’enregistrement Voix
Exemple d’enregistrement Guitare

Textes

Il s’agit d’un lecteur de fichiers TXT. Bien évidemment, sur un écran aussi petit l’intérêt est assez limité, d’autant plus que le Z3 ne coupe pas les mots (il revient à la ligne) donc il n’affiche guère plus de 3 mots par ligne. Malheureusement la taille de la police est non-réglable. Il est toutefois possible d’ajouter un signet et de changer la couleur d’arrière-plan et de la police (3 thèmes au choix). De même que pour les images, un mini-lecteur est disponible

Transfert/Charge

Le Z3 est UMS par défaut mais pour les inconditionnels du MTP (ça existe?), il est possible de changer le mode de connexion PC dans les réglages du baladeur. Ainsi, il est théoriquement compatible avec n’importe quel système d’exploitation (Windows, Linux, Mac). Je dois dire cependant que je l’ai seulement testé sous Windows. Mac OS est tristement célèbre pour créer des fichiers indésirables et potentiellement dangereux (“.Trashes” ou “.DS_Store”) sur certains baladeurs mp3 donc à utiliser à vos risques et périls! Samsung fournit son logiciel Kies pour les baladeurs mp3 et téléphones mobiles de la marque mais heureusement on peut très bien s’en passer, le drag & drop ou copier/coller marchent parfaitement.

En mode MSC, 372Mo de fichiers musicaux ont été transféré en 1min30, ce qui donne une moyenne de 4,13Mo/s. On a vu mieux, mais on a vu pire également. La bibliothèque musicale se met automatiquement à jour lorsqu’on déconnecte le Z3 de l’ordinateur. On peut également la mettre à jour manuellement dans les réglages. Le temps de recharge via un chargeur secteur USB universel est d’environ 2h. Il faut compter plutôt 3h sur les ports USB d’un ordinateur.

Autonomie

L’autonomie annoncée est de 30h maximum avec des fichiers MP3 128kbps. Malheureusement, il semblerait que ma batterie soit défectueuse ou bien que la gestion de l’alimentation soit désastreuse avec le firmware actuel. Personnellement je pencherais pour le 1er cas. En effet, en utilisant mon protocole de test habituel, le Z3 a tenu seulement 8h40, soit bien moins que l’autonomie annoncée. J’ai utilisé principalement des fichiers MP3 VBR V0, les effets SoundAlive étaient désactivés, l’écran était sollicité ponctuellement (délai de désactivation 1min et luminosité max) et le volume était à 15/30. Dans ces conditions, il aurait dû tenir facilement 20h. Je suis donc en train de voir avec Samsung d’où vient le problème. Le test sera mis à jour ultérieurement avec l’autonomie normale.
MAJ: Il s’avère en réalité que ma batterie n’est pas défectueuse, l’autonomie est bien désastreuse avec des fichiers à haut bitrate. Un comble pour un baladeur qui annonce fièrement être le premier à supporter le MP3HD. La R&D prétend ne pouvoir améliorer l’autonomie sans baisser drastiquement les performances et la stabilité du système donc il faudra faire avec… Au lieu de corriger ça, ils ont juste mis à jour le manuel utilisateur pour officialiser ça, une belle pirouette de la part de bons blagueurs en définitive…

Avant (cliquez pour agrandir):

Image IPB

Maintenant (cliquez pour agrandir):

Image IPB

Comparaisons

Dans cette gamme de baladeurs et de prix, on trouve notamment la série E de Sony et le Philips Vibe. Je ne possède aucun des deux malheureusement donc je ne pourrai pas faire de comparaison directe. En revanche, je peux facilement le comparer aux autres modèles Samsung.

Z3 vs Q3

Mieux sur le Z3:

  • Encombrement
  • Présélections FM renommables
  • Support des playlists M3U
  • Boutons de volume dédiés
  • Compatibilité MP3HD

Mieux sur le Q3:

  • Écran!
  • Autonomie
  • Support basique des fichiers APE
  • Disponible en 8Go
  • Menu principal/UCI
  • Puissance de la sortie casque
  • Design/Finition?

Z3 vs Z5


Pour le “fun”, voici une comparaison entre le Z3 et son ancêtre le Z5. 5 ans les sépare, une éternité dans le domaine des nouvelles technologies, et pourtant le dernier-né de Samsung n’est pas meilleur sur tous les points…

Mieux sur le Z3:

  • Plus de formats supportés
  • Encombrement
  • Tuner FM RDS
  • Interface
  • Connectique micro-USB standard
  • Qualité audio

Mieux sur le Z5:

  • Gapless!
  • Finition plus classe
  • Firmware évolutif
  • Horloge format 24h

Conclusion

Ce nouveau YP-Z3 nous rappelle, si besoin était, que l’heure de gloire des baladeurs MP3 est bel et bien terminée. Où passent les milliards de dollar d’investissement R&D annuels de la marque coréenne? Pas dans les baladeurs MP3 en tout cas. Car ce Z3 c’est surtout ce qu’on appelle communément “faire du neuf avec du vieux” ou pourquoi pas aussi “faire du vieux avec du neuf”. En effet, si le design est bien nouveau, en revanche la partie logicielle est presque identique à celle du Q3: même interface et mêmes fonctionnalités, le tout gâché par un petit écran de résolution ridicule (128*160). D’ailleurs, je me demande pourquoi il s’appelle Z3 car à part cet écran et les boutons de volume dédiés, rien ne le rapproche vraiment du fameux Z5 de 2006. Ce dernier était un baladeur haut de gamme ambitieux (surnommé parfois “Nano Killer”), vendu à l’époque 170€ les 4Go alors que le Z3 est un baladeur entrée de gamme sans aucune prétention vendu entre 60 et 70€ pour la même capacité. On note quand même une première mondiale avec le support du MP3HD, un format lossless encore peu connu et qui fait débat (je me demande d’ailleurs comment Thomson a réussi à convaincre Samsung de prendre en charge ce format sur leurs baladeurs…). Parmi les nouveautés, il y aussi la possibilité bien pensée de donner un nom aux présélections FM et surtout on n’oubliera pas de mentionner le grand retour après 5 ans d’absence du support des playlists M3U! Honnêtement, le Z3 est globalement un bon petit baladeur audio, il fait correctement son boulot, mais ce qui me dérange particulièrement c’est l’impression de doublon dans la gamme. Pour le même prix on peut trouver son grand frère le Q3 qui offre à peu près les mêmes prestations mais avec un écran plus grand et de meilleure définition!
MAJ: étant donné le choix de la R&D de retirer le support M3U plutôt que de corriger le bug existant à ce niveau et ayant maintenant la confirmation que l’autonomie est très mauvaise, la note passe de 3/5 à 2.5/5.

Points positifs:

  • Faible encombrement
  • Vrais boutons mécaniques
  • Interface simple et intuitive (à défaut d’être originale puisque copiée sur le R0 et Q3)
  • UMS/MTP (au choix)
  • Connectique microUSB standard
  • Nombreux formats audio supportés
  • Bonne qualité audio
  • Tuner FM RDS

Points négatifs:

  • Qualité de l’écran!
  • Autonomie honteuse
  • SoundAlive pas meilleurs que les anciens DNSe 3.0
  • Pas de slot microSD / 4Go maximum en France!
  • Fonctions Vidéos et Images gadget
  • Pas de gapless
  • Radio FM non-enregistrable
  • Peu original, n’apporte rien de plus à la gamme actuelle

Mon appréciation: 2,5/5

Nous rappelons que les appréciations sont à remettre dans leur contexte. Niveau gamme du produit, prix pratiqué, public visé. Il n’est pas conseillé de comparer les notes de deux produits différents. Cette note est à titre d’information pour un produit donné dans une gamme bien précise. Nous vous conseillons plutôt de lire attentivement le test dans son intégralité.

Vous pouvez laisser vos commentaires à la suite du test ou sur notre forum.

A lire aussi :

article lu: 4464 fois
Mots-clés : , ,