Son  La plupart de mes écoutes se sont faites sur un Sony WM1A (Solis mod) avec le câble stock HR 4C, mais aussi sur smartphone (Sony Xperia XZ1 Compact) et un Shanling M0. Les Stark ne sont pas des IEM particulièrement sensibles, ils le sont cependant un peu plus que les autres IEM haut-de-gamme EarSonics […]

EarSonics Stark : full metal jacket

Son

 

La plupart de mes écoutes se sont faites sur un Sony WM1A (Solis mod) avec le câble stock HR 4C, mais aussi sur smartphone (Sony Xperia XZ1 Compact) et un Shanling M0. Les Stark ne sont pas des IEM particulièrement sensibles, ils le sont cependant un peu plus que les autres IEM haut-de-gamme EarSonics et notamment les EM10. Avec une sensibilité de 125 dB/mW et une résistance moyenne de 18,5 ohms il n’y a aucune difficulté à les alimenter avec des sources moyennement puissantes, mais comme une majorité d’IEM les Stark gagnent à être branchés sur une source de meilleure qualité et plus particulièrement en amplification symétrique.

La cohérence de l’ensemble des registres, grave, médium et aigu, est absolument excellente et m’a d’abord saisi, il est en effet impossible à mon oreille de percevoir le filtrage des voies contrairement aux Itsfit Fusion (testés ici) ou d’autres modèles hybrides comme ceux de Rhapsodio. L’impression de vitesse des transitoires, comme du silence entre les notes, est très perceptible, et contribuent aussi à la cohérence de l’ensemble.
La scène sonore est latéralisée, d’une largeur moyenne, haute et proche de l’auditeur permettant une très bonne visualisation du panoramique. Les Stark ne sont pas des IEM avec une grande scène sonore comme les EM10 ou les Grace, ils vont néanmoins plus loin que les Purple. La clarté de l’image est remarquable, le grave puissant, le haut médium vif et l’aigu particulièrement excitant. EarSonics a encore fait évoluer son tuning vers plus de transparence et d’engagement pour une écoute encore plus intense.

Avec un pic dans le haut médium et un grave dense mais impactant, les Stark donnent une impression d’équilibre permettant de se concentrer sur tous les registres sans avoir le sentiment que certains sont plus en recul que d’autres. Les EM10 sont sans aucun doute les IEM les plus proches des Stark pour ce qui est de la signature sonore, à la différence que les customs phares de la marque ont un grave moins dense, sonnant paradoxalement plus « basseux » et par conséquent moins tenus. La résolution, comme l’articulation, n’est pas en reste, mais comme le positionnement tarifaire des EM10 peut l’expliquer, un gap technique entre les deux produits existe véritablement même s’il n’est pas aussi important que ce que la différence de prix pourrait laisser penser.

 

Impact du transducteur dynamique sur le grave

 

Les architectures à base de transducteur dynamique sont souvent synonymes d’une signature dite en V en raison d’une quantité plus importante de grave et d’aigus que de médium. Les Stark ne sont pas non plus « neutres », mais le transducteur dynamique renforce surtout l’impression physique de l’impact sans que la quantité soit au détriment de la qualité.

L’approche du grave des Stark n’est en effet pas celle des EM32, l’impact en fin d’attaque est bien plus important et le decay de la note bien plus contenu. Le grave vrombit mais avec contrôle et rapidité, équilibre et profondeur. En fait, c’est assez proche d’un transducteur à armature équilibrée mais avec un impact plus physique.

Si les EM10 donnent une impression de grande satisfaction dans la profondeur du grave et l’espace qu’il prend, les Stark apportent à la gamme EarSonics un impact tout en nuance et sans la rondeur qui peut parfois caractériser les transducteurs dynamiques.

 

STARK

 

Le médium, clarté et transparence

 

Depuis les S-EM9 EarSonics avance vers une transparence accrue de ce registre et n’a plus le défaut de limiter le haut médium pour calmer l’agressivité de ce registre. Avec les Stark la limite est presque atteinte, la vivacité des notes jouées (violon, piano, flûte traversière, …) est d’une intensité inédite dans leur gamme d’IEM.

Les voix ne sont pas aussi frontales qu’une signature « neutre » mais ce n’est pas autant en V que les M5 de FiR. Les Stark ne laissent jamais le grave ou l’aigu se positionner devant ces fréquences. Dans les pistes chargées en instrument le focus sur les médiums est très perceptible, même si les Stark n’ont pas un positionnement des voix au centre du crâne comme l’EM64. Autrement dit, les voix et autres instruments jouant dans ce registre bénéficient d’une clarté mettant un focus sur leur présence, mais ils ne sont pas le centre de l’attention. Comme les autres IEM audiophiles de la marque c’est le tout qui l’emporte grâce à une cohérence qui transforme l’écoute en une expérience musicale très engageante.

L’articulation dans le haut-médium n’est cependant pas au niveau des EM10, dont le tuning est vraiment exceptionnel dans ce registre, et les Stark auront peut-être la chance d’évoluer vers un niveau de technicité similaire en espérant que cela reste toujours aussi musical.

 

L’aigu, de l’excitation et du détail

 

Là encore EarSonics ne se trahit pas dans sa façon de restituer l’aigu, on retrouve une sonorité très proche de celle des EM10 avec une gestion de la transition haut-médium / bas-aigu moins réussie sur les mauvais enregistrements sur lesquels ils sont plus sensibles, mais c’est toujours avec beaucoup d’énergie et d’extension. Le jeu des cymbales n’a rien à envier et aux EM10 ou aux VE8, c’est surprenant tant c’est excitant, ça sonne particulièrement vrai. Ce registre est aussi particulièrement détaillé sans casser la musicalité de l’ensemble. Les Stark sonnent comme un tout, à l’unisson, et restent pourtant extrêmement détaillés. Même si la scène sonore est d’une taille moyenne, un rectangle plus profond que large, cela fourmille de détails.

Deux aspects pourraient cependant être améliorés : l’ouverture en largeur et le contrôle de l’agressivité dans la transition entre le haut-médium et le bas-aigu. Une scène sonore plus large servirait mieux les pistes complexes et chargées. La transition haut-médium / bas-aigu manque quelque peu d’articulation, c’est parfois un peu confus voire crispant sur certains enregistrements. C’est rare, mais cela peut arriver…

 

Vic

2 réponses à “EarSonics Stark : full metal jacket

  1. Superbe review intelligible. Merci pour ce retour de grande qualité, qui donne vraiment envie de découvrir ces Intras !

  2. Merci pour ton retour VIC qui m’a donné envie de prendre ces intras vraiment fabuleux.
    En changeant le cable par un Ares 2 8w ça règle le problème des médiums aigus un peu agressif sur certains morceaux sans toucher aux aigus. Et les infra basses ressortent mieux en gardant cette rapidité diabolique.
    Superbe review dont je partage pleinement les conclusions.
    Bravo à Earsonics pour avoir réussi un hybride dynamique et musical.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

:D :-) :( :o 8O :? 8) :lol: :x :P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: :wink: :!: :?: :idea: :arrow: :| :mrgreen: