Ceci est un feedback succinct sur la base de quelques jours de prêt de ce casque soit une bonne quinzaine d’heures d’écoute quand même. Comme ampli source, j’étais sur un Dac REGA et un ampli à tubes Antique Sound labs MG Head qui, s’il a de la puissance à revendre, n’est pas spécialement bien adapté […]

[Feedback] Hifiman HE-4

Ceci est un feedback succinct sur la base de quelques jours de prêt de ce casque soit une bonne quinzaine d’heures d’écoute quand même. Comme ampli source, j’étais sur un Dac REGA et un ampli à tubes Antique Sound labs MG Head qui, s’il a de la puissance à revendre, n’est pas spécialement bien adapté pour les casques basses impédances à mon avis. Conditions non optimales donc.

Mais qu’est ce que c’est que cette bête ?

Dans la famille Hifiman, les enfants sont au nombre de 6 : HE-4, HE-5, HE5-LE, HE-6, HE-500 et HE-400. Les deux derniers étant l’évolution actuelle de feu les HE-4, 5 et 5LE.  HE-6 c’est le flagship de la marque souvent comparé aux HD800 , LCD3 et staxes. le HE-500 et 400 sont très appréciés et vendus dans le monde du fait de leur tarif très abordable ( 700€ pour le HE-500 et et 400 pour le HE-400) et permettent à l’amateur de casque d’aborder le monde des casques orthodynamiques, très différents des casques élecrodynamiques (grande majorité du marché) , électrostatiques ( Stax entre autres) . Orthodynamiques et Planar magnétiques (Audeze) font l’objet d’un revival depuis quelques années, l’évolution industrielle et l’investissement de marques chinoise comme Hifiman permettant d’industrialiser la production de cette technologie de drivers  et donc de permettre sa démocratisation. Pour en savoir plus : ici

Ici on parle de ce casque là :

et je suis là plus pour un feedback que pour faire un cours sur des trucs que je ne maîtrise pas.

A quoi ça ressemble au déballage ?

Déjà c’est livré dans une jolie boîte estampillée Hifiman dans laquelle le casque est bien rangé avec ses deux câbles. Un câble long (3m) en Jack 6,35mm, gainage tissu ma foi agréable parce que pas trop fin mais relativement souple. C’est bien mieux qu’un HD800 par exemple ou qu’un HE400 qui proposent des câbles assez rigides. Le deuxième câble est court et en jack 3,5 .Genre Nomade… Rigolo au vu des caractéristiques techniques du casque on le verra plus tard.

Le Casque est étonnamment léger (350g) et par rapport au reste des pachydermes (jusqu’à 600gr) qui compose la famille des casques orthodynamiques. Ca surprend et c’est très agréable. Les grands drivers (genre 10cm de diamètre) sont logés dans de grandes cups plastiques noires qui sont fixées à un bandeau cuir via des dispositifs sommaires mais classiques. J’avoue que j’adore ce look simpliste.

Sur la tête le clamping est très fort, le casque ne bouge pas, les oreilles ne touchent pas les bords des larges cups et les pads velours se positionnent sans souci. Le confort est très ferme. J’aime beaucoup mais attention pour les gens que ça gêne.

Il est temps d’envoyer la zique. :headphone:

Et ça sonne comment ce bordayl ?

J’ai pu comparer directement ce casque à un HD800 et un DT880 250Ohms soit deux incontournables du casques. J’ai aussi possédé un HE-400 longtemps et j’ai pu tester ou posséder une ribambelle de casques que j’ai plus ou moins aimés.

On branche le casque sur l’ampli, on met la musique… On remonte considérablement le volume de l’ampli. Eh oui ce casque demande beaucoup de puissance pour s’exprimer. Faible impédance (38 Ohms) mais faible sensibilité (86db) en font un des casques les plus difficiles à driver. Ampli puissant à faible impédance obligatoire. ;)

La première impression qui saute aux oreilles c’est la très grande clarté du son proposé par ce casque. La limpidité de la présentation est (et c’est un possesseur de HD800 qui parle) époustouflante. Vous ajoutez à ça une séparation exemplaire des instruments et une grande aération de l’ensemble et vous avez alors une bonne idée générale du son de ce casque. Un DT880 parait éteint à côté et un HD800 semble lui affublé d’un léger voile.  J’avoue que je ne me souvenais pas du tout de cette limpidité avec le HE-400. Il semblerait donc que cette qualité soit spécifique au HE-4.

Outre la limpidité, le deuxième aspect qui marque c’est la rapidité à tous niveaux, attaques, transitions, liquidité globale. Tout semble couler dans l’eau (de torrent). La Fluidité et la clarté font mouche et on semble être en prise directe avec la musique un peu comme avec un Grado. Rappelons qu’on a un casque vendu 450$ encore aujourd’hui ( il doit rester un peu de stock malgré l’existence du HE-400). Pour un habitué comme moi des casques électrodynamiques, la claque est assez rude et la technologie orthodynamique déploie tout son arsenal de qualités et ça s’entend.

Enfin, après la limpidité et la rapidité , le son produit par le HE-4 garde un corps, une réalité, un toucher particulier. Rien de gras ou de lourd, ce n’est pas non plus dans la signature sonore que ce poids est à chercher , c’est juste que le son garde une matière spécifique . Ici un HD800 par exemple fait sans aucun doute mieux mais on est dans le très haut de gamme électrodynamique. Un DT880 fait (très) pâle figure en matière de vie, de réalité. Et pourtant le DT880 est un excellent casque. J’ai aussi souvent pensé à Grado pendant l’essai puisqu’il me semble retrouver avec le HE-4 cette simplicité, ce côté direct, sans artifice, presque brut qui pour moi ajoute un charme particulier aux Grado que j’ai pu essayer ou posséder.

Je comprends rien à ce que tu dis, t’as pas des graphes plutôt ?

Nan. y’en a pas. Nada. Rien. Que Dalle…. :mrgreen: . Introuvables, j’ai cherché.

Alors du coup la signature il faut la détecter à l’oreille. Vu que mes oreilles sont loin de la perfection il va falloir vous contenter de mon impression subjective.

J’ai eu la grande chance d’avoir le DT880 en comparaison ce qui va nous donner un point d’appui indispensable. Idem avec le HD800.  Le Beyerdynamic et le Sennheiser sont deux casques proches de la neutralité avec des caractères pourtant différents. Il est donc assez facile de positionner le HE-4 face aux deux.

Basses: Le HE-4 en offre un peu plus que le Sennheiser et au même niveau que le DT880 à peu de choses près. Ortho oblige, il me semble qu’elles descendent plus bas sur le HE-4 que sur le HD800 et le DT880. On pourrait même y voir une légère emphase dans les infras basses. Mais à mon avis rien qui sort de la neutralité. En nature, les basses du HE-4 sont propres, sèches sans aucune mollesse ou rondeur. Basses au scalpel! Les deux opposants du jour proposent eux aussi des basses sèches et propres. Des beaux graves comme on les aime en musique classique pour bien profiter des pupitres graves de l’orchestre. Aucun boost dans les mid bass. Pour autant, pour toutes les musiques que j’ai écoutées avec le HE-4, y reste un petit je ne sais quoi de fun dans les basses en plus par rapport au HD800 ou au DT880. On se prend à un peu plus taper du pied sans que je sache le pourquoi du comment.

Aigus: Le HE-4 sonne clair, très clair, aéré et un excédent d’énergie dans les aigus est là pour le souligner. C’est exactement le même pic d’aigu que le DT880 pour ceux qui connaissent. Rien à voir avec le HD800 qui sonne mat à côté du DT880 et du HE-4. Je pense aussi que c’est le même pic que dans mon Ultrasone donc que ça doit se passer vers 9/10 Khz et le reste de la famille Hifiman montrant à peu près le même pic, je pense qu’on peut légitimement estimer que l’excédent d’aigu est à ce niveau.

Maintenant, dans un DT880 ou un HE-4 ça ne sonne pas pareil: Le HE-4 combinant cet éclat avec la limpidité et la rapidité générale peut en faire quelque chose d’un peu « sharp » parfois quand l’enregistrement n’est pas bon mais ça ajoute surtout à l’impression globale de clarté et d’aération. Pour les sensibles de la feuille dans cette zone, l’expérience pourrait être désagréable sinon ça ajoute encore à la magie Hifiman. Pour moi, ça passe relativement bien (mais je supporte les Beyerdynamic et les Ultrasone). Le DT880, avec le même excès d’énergie dans l’aigu mais un son globalement bien moins limpide, donne un rendu à mes oreilles moins agréable, plus acide bien que l’aération et la sensation d’aigu qui file soient aussi bien présents. En tout état de cause, DT880 comme HE-4 peuvent donner des résonances métalliques. J’attire l’attention du lecteur sur le fait que l’ampli du test peut aussi générer des sonorités métalliques dans ce secteur donc il n’est pas dit que ce défaut soit le même sur une chaîne amont plus adaptée. Le HD800 qui booste nettement plus la tranche 4/7Khz et moins les zones 8/10khz est meilleur. Il offre certes lui aussi une légère brillance mais avec un rendu homogène et équilibré. Les écoutes de musiques classiques sont impitoyables pour valider ce point. Les violons peuvent se révéler légèrement criards avec le Beyerdynamic et le HE-4, là où ils sont juste lumineux sur le HD800.

Medium : Le HD800 poutre! Mais on parle d’un des plus grands casques actuellement en production. Ce que propose le Sennheiser en matière de présence et de réalité des voix et autres instruments de cette tessiture est inaccessible pour le HE-4 et le DT880. Ca c’est dit.

Maintenant entre le Beyerdynamic et  le Hifiman, c’est le DT880 pour le coup qui me parait le plus cohérent en matière de médium. En écoute comparée A/B c’est assez net sans que d’ailleurs le HE-4 soit vraiment à la traîne. Ce dernier semble proposer un léger retrait dans le médium. On est pas dans le V du tout. c’est léger et les voix semble manquer très légèrement de matière.  Ca n’empêche en rien de profiter de musiques vocales, c’est juste que la signature n’est pas orientée pour les mettre en avant.  Les Sennheiser sont décidément les rois à mes oreilles pour mettre en valeur les médiums, un DT880 va les présenter de manière totalement neutre sans emphase ni retrait et offrir du coup une signature très homogène et équilibrée, le HE-4 est encore de l’autre côté de la frontière avec une légère signature en U. Les passionnés de médium iront plutôt chercher du côté du HE-500 dans la famille Hifiman.

Globalement le HE-4 n’offre aucun lush, aucun moelleux. Limpidité, clarté, léger retrait du médium, sub bass et aigus en avant. Tout est fait ici pour assurer du son cristallin, de l’espace et de l’air. Le HE-4 propose alors un rendu à la fois dense avec une vraie sensation de présence de la musique ,de tactilité des sons et aéré, léger. Je trouve que c’est assez unique.

Au niveau soundstage et présentation: On a avec le HE-4 quelque chose de réaliste autant en largeur qu’en profondeur. Je n’ai pas noté de choses impressionnantes en bien ou en mal sur ce chapitre. La lisibilité est parfaite, la séparation des instruments idem. On n’a pas un soundstage ramassé comme le LCD2 par exemple ou un soundstage largissime à la HD800.  Ce dernier propose tout de même une réalité et une image saisissante que le HE-4 n’atteint pas même de loin. Mais le HD800 est globalement connu pour être le maître absolu de la précision et de l’image.  Une fois de plus DT880 et HE-4 me semblent pouvoir être placés à égalité en terme de soundstage : aération , précision , espace , bonne sensation de profondeur.

En résumé, le HE-4 m’a semblé être proche dans sa nature d’un DT880 mais en plus moderne, plus rapide, plus clair. Un gros cran au dessus. Un peu comme si la référence avait pris un coup de vieux par rapport au jeunôt.  J’avoue que ce HE-4 m’a collé une grosse baffe parce qu’il colle assez bien à mes goûts en matière de casque. Sachant que je veux bien lâcher du médium pour une signature légèrement physiologique/fun mais en gardant absolument de la clarté et de l’espace auquel m’a habitué le HD800, j’avoue que le HE-4 rend une copie de belle facture. J’avais détesté le HE-400 pour cause de déséquilibre tonal (gros creux du haut médium suivi d’un pic d’aigus ) apportant une coloration insupportable à ma musique et là, le HE-4 n’a vraiment rien à voir. Si l’excédent d’éclat peut gêner et colorer légèrement la musique (un peu à la Grado mais en beaucoup plus raffiné à mon goût), il ne dénature par la musique écoutée.

Pour terminer j’ai trouvé que malgré (ou du fait de ?) ses léger défauts, le HE-4 offre une prestation de haut vol assez nettement au dessus du DT880. J’aurais aimé pouvoir comparer à d’autres Beyerdynamic (DT990, T90, T1 bien sur) qui me semblent avoir un rendu proche dans l’esprit du Hifiman.

Après renseignement, il semblerait que le HE-4 soit  assez particulier et différent de ses frères et sœurs. Assez proche du HE5-LE par exemple mais différent du HE-500 qui offre beaucoup plus de moelleux et de ‘lush ». En tous cas, un HE-4 serait nettement plus proche d’un HE-6 que d’un HE-400. Les aficionados Hifiman font du HE-4 le roi du metal/rock. Moi, j’avoue que j’ai écouté de tout vraiment de tout avec grand plaisir et j’écoute très peu de rock ou de metal.

Si vous avez l’occasion de le croiser en occasion ou en neuf (on peut encore l’acheter directement chez Head-direct), n’hésitez pas à tenter le coup si vous aimez comme moi les signature très droites, très claires et pas trop moelleuses ou sombres. Ce casque est rare , fait l’objet de peu de retours sur le net et semble franchement méconnu. Assurément un trésor caché avec une personnalité assez forte et un tarif relativement contenu compte tenu de la prestation proposée. Assurez vous d’avoir de la ressource en amplification par contre. C’est pas un HE-6 mais ça demande quand même beaucoup de jus.

En discuter sur le forum 

 

Une réponse à “[Feedback] Hifiman HE-4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

:D :-) :( :o 8O :? 8) :lol: :x :P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: :wink: :!: :?: :idea: :arrow: :| :mrgreen: