Les intras-auriculaires moulés2015 fut une année riche en nouveautés ! En témoignent le retour de grands noms de l’intra (tel le Wizard, ancien de chez Heir Audio avec sa société Noble Audio et ses fameux Kaiser 10) mais aussi de nouveaux arrivants bien décidés à croquer une grosse part du marché (à l’image d’Earwerkz qui […]

Guide de Noël Tellement Nomade 2015

Les intras-auriculaires moulés

2015 fut une année riche en nouveautés ! En témoignent le retour de grands noms de l’intra (tel le Wizard, ancien de chez Heir Audio avec sa société Noble Audio et ses fameux Kaiser 10) mais aussi de nouveaux arrivants bien décidés à croquer une grosse part du marché (à l’image d’Earwerkz qui n’a pas lésiné sur l’innovation – leur premier flagship comptant 7 voies, un record !).

A côté de cela, d’autres acteurs ont décidé de frapper très, très fort, tel Custom Art (un habitué de ce blog) qui a sorti un 3 voies / 3 drivers en acrylique pour un prix extrêmement contenu ; puis un 3 voies / 6 drivers, pour faire bonne mesure. Leur voisin Spiral Ear — qui partage avec eux le fait d’être polonais et d’œuvrer dans le monde du silicone — a lui sorti une grosse mise à jour de son fleuron : les Spiral Ears 5-Way Ultimate (notez le nom pas du tout prétentieux…). On oubliera pas non plus de parler d’ACS, qui a su revenir sur le devant de la scène… et bien d’autres encore, mais la place nous manque.

Cela étant dit, l’innovation est une chose, mais la musique en est une autre, et des références certes moins récentes mais néanmoins tout autant solides continuent de défendre leur réputation, ici avec le plus célèbre des modèles FitEar. Autant dire que les challengers de cette année étaient particulièrement en forme !

Earwerkz PENTA

Penta

Les Penta font partie de ces intras illustrant parfaitement le terme « cohérence » : une excellente assise avec des infra-graves rapides et tendus, des médiums denses mis en valeur par une restitution des timbres et des vocalises splendide et des aigus aériens – certes manquant parfois d’harmoniques – qui circulent librement, un soundstage haut et profond. C’est sur sa présentation que les Penta surprennent : amateurs de soundstage aéré, passez votre chemin. Les Penta font preuve d’une densité et d’une liaison évidente entre les plans dans l’espace sonore qui les rend naturels et fluides tout en restant dynamiques, contrairement à la séparation chirurgicale et ultra détourée des Hidition NT6 par exemple. La présentation fait la part belle aux voix, situées au premier plan. Parlons du petit extra que je rencontre pour la première fois avec un intra acrylique : la densité des timbres. Les Penta possèdent des timbres corpulents, à l’instar des Spiral Ears SE5 Reference. Par exemple, sur les claviers lead, les distorsions possèdent une matière certaine tout en gardant des aigus plus fins qui circulent librement et indépendamment dans le soundstage. Un moulé très compétent sur des genres modernes (EDM notamment), mais qui ne démérite pas non plus sur de l’instrumental !

Noble Audio Kaiser 10

NOBLE

Les Noble K10 (pour Kaiser 10) sont le fleuron de Noble Audio — lesquels mettent en avant les dix drivers et la grande variété de personnalisation, mais restent muets sur l’impédance et la sensibilité… Les K10 se caractérisent par un soundstage relativement vaste, un son détaillé sans sombrer dans l’analytique et un équilibre global mâtiné d’une agréable chaleur : les basses y sont rapides et percutantes, les médiums très présents et articulés, et les aigus d’une grande finesse. Noble Audio nous offre un produit qui pourrait sembler une addition de compromis mais qui finalement s’avère être une cohérente synthèse qui fait d’eux des moulés capables de donner du plaisir dans tous les styles de musique. Seuls les amateurs de neutralité et de transparence éviteront ces intras qui leur paraîtront trop « liquides » et chaleureux. À noter toutefois que la version universelle est sensiblement différente de la version moulée, de par une scène sonore élargie et des basses moins présentes. Il vous en coûtera 1599$ pour l’acquisition de ces merveilles, à supposer que vous restiez sourd au démon de la personnalisation Noble Audio…


ACS ENCORE

ACS

Les Encore se trouvent être le dernier vaisseau amiral d’ACS et succèdent au T1/Evolve. Le châssis est composé de : 5 drivers (armatures équilibrées), 3 voies et un connecteur type T2 avec un câble Linum BaX, 1 driver pour les graves / 2 pour les médiums / 2 pour les aigus. Le tout enrobé dans du silicone médical d’une bonne densité, la même que Custom Art. En ce qui concerne le son, c’est simple : nous avons à faire à un moulé très chaleureux, voire sombre. Toutefois, la maîtrise en bas du spectre est réussie : ça cogne, ça vibre grâce à des graves assez rapides et qui peuvent descendre bien bas (à titre d’exemple les Encore ont un peu moins de graves que les Fitear MH335DW et moins d’infragraves que les EM32), mais sans jamais empiéter sur le reste du spectre, notamment les voix. Justement, au niveau du médium il faudra s’attendre à des voix très proches — cela peut surprendre si on en a pas l’habitude — et légèrement colorées ; leur placement est assez similaire à celui des EM3-PRO — sur le devant de la scène sonore — mais la comparaison s’arrête là. En effet, les aigus sont présents en quantité et filent haut sans la moindre sibilance — cela étant, le haut médium est à surveiller, une ou deux personnes m’en ayant fait la remarque. Tout ceci contribue à une impression de précision dans le placement, et ce dans une scène sonore ample, en profondeur, largeur comme hauteur — on s’en rend compte particulièrement lorsqu’il y a de la réverbération. Quant à la présentation, elle est plutôt frontale, un peu sphérique et holographique, avec des effets 3D surprenants, une excellente séparation des instruments et enfin un bon niveau de séparation des plans. Pour les timbres et les détails, les Encore font partie de ce qui se fait de mieux : le rendu parait naturel et bénéficie d’une très grande résolution, ça sonne plein, c’est dense façon SE 5-Way Reference. Les Encore font partie des moulés chaleureux et ils se démarquent clairement par leur rendu technique et musical. Cependant si vous êtes à la recherche de neutralité, de rendu analytique, ou d’une signature plutôt froide, tournez-vous vers un autre bonhomme. Dans le cas contraire, les Encore sont un moulé à prendre au sérieux et au moins à tester.

FitEar MH335DW

FitEar

Longtemps, l’accès aux moulés FitEar fut quasiment impossible en France. Il fallait profiter d’un séjour en Asie pour s’en procurer une paire. Et attendre. Pour moi, ce fut près de 5 mois entre la commande et la réception. Un ticket d’entrée élevé puisque l’on taquine les 2000 euros. Et à la réception, une inquiétude certaine : avais-je fait le bon choix de craquer pour des moulés ? Exceptionnelle, la qualité de fabrication contribue indéniablement au fit. Fabriquées à la main, les coques en acrylique sont pleines : l’ensemble respire la solidité et la robustesse. En un an, il m’est arrivé de les cogner, ils n’ont jamais bougé. Côté confort, il est total, l’isolation excellente bien que le seal ne soit pas absolu. Un an plus tard et avec environ 6 heures par jour d’utilisation en moyenne, ils sont toujours en parfait état. La qualité a un prix. Côté son ? Il correspond exactement à ce que j’aime. De l’impact, une scène sonore non pas profonde mais large, une image sonore assez frontale avec un niveau de détail incroyable assorti d’une dynamique impressionnante. Ces intras excellent pour restituer les musiques qui groovent, swinguent, castagnent. Leur signature, portée sur les médiums, peut être considérée comme « chaude ». Leur musicalité s’explique notamment du fait de leur tuning par un ingénieur son reconnu : Mitsuharu Harada — ce qui explique le MH précédant le « 335 ». Et les points faibles ? Leur câble, leur prix et leur sensibilité. Beaucoup de bruits microphoniques au départ qui se dissipent au bout de plusieurs semaines. Le prix : investir près de 2000 euros est une sacrée somme et le packaging est plus chiche que celui des Shure SE846 par exemple. La sensibilité enfin, ces petits monstres sont très sensibles à la source et rares sont celles qui ne vont pas « souffler ».

Alors, faut-il craquer ? Tentez de vous rapprocher de la Team FitEar pour essayer les différents intras qui existent dans la communauté TN avant de franchir le Rubicon. La bonne nouvelle, c’est que si vous êtes partant, il suffira de vous rendre chez le distributeur FitEar français : Alvis Audio. Pour en savoir plus et poursuivre la discussion : allez sur le forum !


Custom Art Ei.3

Custom Art

 

Custom Art a innové cette année en complétant sa gamme de moulés silicone par l’introduction d’une gamme acrylique dont l’Ei.3 est le premier produit. L’Ei.3 (« Ei » voulant dire « 3 » en aztèque) est un moulé à trois drivers, trois voies et deux tubes.

Son but : « secouer votre cerveau comme il le faut » pour un prix extrêmement contenu (340 euros). Côté signature, les infragraves et les basses jouissent d’une incroyable qualité et jouent une ou deux gammes au-dessus du prix des Ei.3, les médiums sont un peu mats mais restent très agréables grâce à la signature maison de Custom Art, et les aigus sonnent un peu courts dans leur tenue mais ne sont jamais fatigants.

Dans l’ensemble, la signature reste assez équilibrée, mais est globalement légèrement basseuse. Conformément à la philosophie annoncée, la scène est frontale. Elle peut manquer de profondeur, mais présente une grande largeur pour un rendu clairement hors-tête. Il en résulte une expérience très engageante, on tape du pied facilement. L’Ei.3 a principalement été conçu pour l’EDM, le Rap et le Hip Hop. Néanmoins, sa signature et son côté engageant font que l’Ei.3 se comporte de manière admirable sur tous les genres (sauf peut-être le classique), et en tout cas bien au-delà de son tarif.

26 réponses à “Guide de Noël Tellement Nomade 2015

    1. Oui, il semblerait qu’il y ait eu quelques loupés dans l’identification des contributeurs…
      Sincèrement désolé, le coupable sera pendu et, surtout, on va rectifier ça très, très vite.

      Space Cowboy et tous les contributeurs non nommés à la fin : acceptez nos excuses.

  1. Sinon, pourquoi il y a une photo des Fitear Air pour la notule des 335? (encore quelques remarques et je vais passer pour un chieur :D)

  2. Super guide tant par son aspect que par son contenu, félicitation aux TNiens contributeur ! Juste une petite précision sur le Oppo HA2, il est aussi un très bon ampli/dac de voyage avec un pc portable ou un macbook …

  3. Merci pour cette nouvelle mouture du guide TN.
    Une remarque néanmoins, les écouteurs-boutons VE Monk ne sont pas livrés avec un étui de rangement, du moins c’était comme ça pour les deux paires que j’ai achetées.

  4. Sacré beau boulot messieurs !
    Merci pour ce guide qui sera bien utile à tous ceux qui se perdent dans cette jungle audiophile… Et ils sont nombreux :mrgreen:

  5. Merci. Une chose que je ne comprends pas pour les intras moulés, aucun mot sur Earsonics qui fait pourtant d’excellents intras ?????

  6. Merci beaucoup à tous les contributeurs pour ce très beau guide !

    La mise en page change en fonction de la taille de la fenêtre, c’est classe !!! Bravo Ward !

  7. Tout d’abord, beau travail ! Très agréable à lire, même pour un novice.

    Pas de Jds the element ? Que vaut-il par rapport au Valhalla ?

  8. Encore un super guide toujours aussi intéressant. Merci à tous les contributeurs … Mon portefeuille relique,lui, de ne pas,apprécier

    1. I love to make chicken salad sandwiches on crisssanto!Christine Jensens last blog post..Got a file you want to send, but it is too big for your email server?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

:D :-) :( :o 8O :? 8) :lol: :x :P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: :wink: :!: :?: :idea: :arrow: :| :mrgreen: