Le milieu de gamme (entre 200 et 300€) Sennheiser Momentum 2.0 (OverEar) Le Momentum 2.0, sorti il y a quelques mois, est une évolution de premier modèle lancé en 2013, cette nouvelle mouture amenant son lot d’améliorations : il est désormais pliable, doté de coussinets un peu plus grands en véritable cuir, son clamping est […]

Les casques nomades

Le milieu de gamme (entre 200 et 300€)

Sennheiser Momentum 2.0 (OverEar)

Sennheiser

Le Momentum 2.0, sorti il y a quelques mois, est une évolution de premier modèle lancé en 2013, cette nouvelle mouture amenant son lot d’améliorations : il est désormais pliable, doté de coussinets un peu plus grands en véritable cuir, son clamping est modéré mais suffisant pour une bonne isolation, et le confort général est excellent.

square_louped_MOMENTUM_II_AE_Ivory_sq-01-sennheiser_

Le Momentum 2.0 est un casque à la sonorité pleine, équilibrée et mature, qui passera très bien avec tous les styles. Les basses, bien que très légèrement prononcées, sont excellentes et restent bien en place, les médiums sont de très bonne facture — bien que très légèrement en retrait — avec un rendu des instruments et un respect des timbres satisfaisants. Les haut médiums sont détaillés, clairs et aérés, et les aigus délivrent suffisamment de décibels tout en étant plutôt doux, permettant ainsi de donner de l’air et de faire ressortir les détails de vos enregistrements.

Le soundstage est vraiment convainquant tant en largeur qu’en profondeur, offrant à l’auditeur un ensemble cohérent dans lequel il est facile de se laisser aller. Quant à la séparation des instruments, elle est vraiment excellente.

Avec ce Sennheiser Momentum 2.0, nous avons donc affaire à un poids lourd dans la catégorie nomade, un excellent casque qui permettra au novice de redécouvrir sa musique et à l’audiophile on-the-go de ne pas faire de concession.

Kef M 500

Kef

La marque KEF, plus connue pour ses enceintes, a réussi son entrée dans le petit monde des casques nomades avec le M500.

Doté d’un design sobre et élégant, mêlant l’aluminium et le similicuir, le KEF M500 est susceptible de plaire à toutes les tranches d’âge. Il jouit par ailleurs d’une aura de casque « premium », et sa qualité de fabrication est sans reproche – aucune pièce plastique sur les parties mobiles, arceau à cran, etc. Les pads sont à mémoire de forme pour permettre une isolation correcte tout en garantissant un excellent confort sur la durée.

En plus de son bundle comprenant une housse rigide et deux câbles, le casque est intelligemment conçu – pliable, câble détachable judicieusement placé ; le M500 est clairement un produit mature et abouti.

En matière de signature, attendez-vous à un casque plutôt équilibré, légèrement orienté sur les médiums. Distillant savamment un rendu texturé et un soundstage aérien parmi les meilleures de sa gamme, le M500 impressionne. Ni trop dynamique, ni agressif, il fait partie de ces casques polyvalents que l’on écoute sans se lasser. Cependant, la copie n’est pas parfaite : on peut déplorer un manque d’isolation et l’on aurait apprécié des aigus plus étendus.

kef 500

Beyerdynamic T51P

Beyer Logo

C’est avec un design minimaliste et distingué que le T51P s’impose comme une référence dans le milieu de gamme des casques nomades. Supra-aural d’aluminium vêtu, le casque serre fort le crâne mais propose une isolation égalant presque celle du Sennheiser HD25… avec un confort supérieur grâce à ses oreillettes en similicuir à mémoire de forme. Un bémol toutefois : son câble paraît fragile, chose très étonnante quand on considère la robustesse globale du casque ainsi que sa vocation nomade.

Côté son, ce produit de la technologie Tesla est un casque fun, attachant, à la signature chaude et texturée qui, pour autant, ne tombe pas dans l’excès. Outre une belle dynamique et une résolution correcte, il propose des basses profondes, bien détourées et présentes, des médiums fluides et énergiques. Dans le haut du spectre, les aigus ne souffrent d’aucun scintillement et gardent un côté lisse et détaillé. La scène sonore, pour sa part, est bien large et propose de bonnes réserves de profondeur.

Doté d’une sonorité assez colorée, ce casque s’adresse a priori à un public friand de street music (rock, rap, hip-hop, electro, etc.) et aux amateurs de basses. Mais tout est question de goût et il est des amateurs de signatures analytiques qui considèrent sa chaleur comme plus naturelle que la relative froideur du DT1350.

Beyer T51P

Son plus grand avantage par rapport à un DT1350, outre une scène sonore plus réaliste : ses 32 ohms d’impédance qui permettent de l’alimenter avec des sources peu puissantes, y compris votre téléphone — même si, bien sûr, son rendu ne pourra que profiter d’une amplification dynamique et détaillée en amont.

Joli, facile à driver, doté d’une excellente isolation, le Beyer T51P nous semble l’un des tout meilleurs casques nomades supra-auraux pour une écoute aussi bien fun que technique.

Audio-Technica ATH-MSR7

Audio-Technica

Vendu à 240 euros environ et disponible en plusieurs coloris, l’ATH-MSR7 offre un très bon confort avec sa construction robuste et son excellente finition. Il est livré avec 3 câbles dont un est doté d’une télécommande et d’un microphone intégrés, ainsi qu’une housse de transport.

Le MSR7 se révèle très séduisant à l’écoute ; plutôt équilibré, il n’a pas pour autant une restitution sonore analytique. Au contraire, son équilibre tonal est séduisant, plutôt chaleureux et physiologique. Les basses sont profondes et généreuses, tout en restant fermes, propres et percutantes. L’aigu est clair sans être incisif, avec juste une petite pointe de brillance qui aère la signature et contribue à l’impression d’espace que procure le casque. Les médiums, légèrement mats, pourraient en revanche être un peu plus brillants et aérés afin de proposer une signature globale plus fun et enjouée, à la manière d’un Beyerdynamic DT1350 ou d’un Nad HP 50 qui dans ce domaine font tous deux mieux que lui.

En terme d’isolation, le MSR7 est largement supérieur à ses prédécesseurs chez le constructeur nippon, et tout à fait au niveau de ses concurrents les plus redoutables.

Bien construit, confortable, facile à alimenter et offrant une restitution sonore fine et équilibrée assez rare à ce prix, le MSR7 ne souffre finalement que d’une signature un peu sage pour qui cherche dans un casque un peu d’exubérance. Pour les autres, ils trouveront avec l’ATH-MSR7 une restitution sonore équilibrée et naturelle, et un niveau de finition, de confort et d’isolation de premier ordre.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

:D :-) :( :o 8O :? 8) :lol: :x :P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: :wink: :!: :?: :idea: :arrow: :| :mrgreen: