Ces dernières années, Ultrasone a plutôt défrayé la chronique grâce à ses modèles haut de gamme et hors de prix, les séries Edition et Signature. Compte tenu du fait que la qualité sonore de ces modèles n’a pas toujours soulevé l’enthousiasme des foules, Ultrasone inspire malheureusement peu de respect parmi les audiophiles et souffre d’une […]

[TEST] Ultrasone Performance 840, 860 et 880

Ces dernières années, Ultrasone a plutôt défrayé la chronique grâce à ses modèles haut de gamme et hors de prix, les séries Edition et Signature. Compte tenu du fait que la qualité sonore de ces modèles n’a pas toujours soulevé l’enthousiasme des foules, Ultrasone inspire malheureusement peu de respect parmi les audiophiles et souffre d’une réputation de marque « bling-bling ». Est-ce que ces nouveautés vont changer la donne ?

Ultrasone produit en effet bien autre chose que du casque de luxe. Le cœur de métier de la marque allemande est en fait plutôt le casque « pro », pour home-studistes et DJ. Le modèle emblématique de cette gamme est le pro900, réputé pour son rendu sonore très énergique voire dopé aux stéroïdes. Basses tonitruantes et aigus agressifs caractérisent en effet ce casque haut en couleurs, qui attire autant d’amour inconditionnel que de haine farouche.

Moins connue du grand public et des mélomanes, la gamme HFI proposait depuis quelques années une alternative toujours riche en caractère à des tarifs abordables. Le HFI780 et le HFI 2400 ont par exemple su s’attirer un public d’amateurs certes peu nombreux, mais fidèles. Néanmoins, les gammes pro et HFI accusent maintenant un âge certain et on commençait à douter qu’Ultrasone s’intéresse à nouveau au vulgum pecus. L’annonce de la sortie des Ultrasone Performance 840, 860 et 880 constitue donc une bonne nouvelle.

Ultrasone Performance

Fiche Technique

  • Technologie S-Logic™ PLUS
  • Natural Surround Sound
  • Technologie ULE
  • Blindage métallique MU à radiations réduites conforme aux spécifications ULE
  • Principe dynamique fermé
  • Transducteur 40mm
  • Membrane PET
  • Magnet NdFeB
  • Poids 274g (sans câble)

Performance 840

  • Gamme de fréquences 10–25,000 Hz
  • Impédance 32 ohms
  • Pression acoustique (SPL) 96 dB

Performance 860

  • Gamme de fréquences 10–28,000 Hz
  • Impédance 32 ohms
  • Pression acoustique (SPL) 94 dB

Performance 880

  • Gamme de fréquences 7–35,000 Hz
  • Impédance 32 ohms
  • Pression acoustique (SPL) 94 dB

Déballage, look & feel

Les trois casques nous sont délivrés à peu près dans le même écrin, à savoir une boîte cartonnée de très bonne facture, contenant un package lui aussi similaire.

Ultrasone Performance

Premier point, Ultrasone fournit avec les trois casques une petite pochette en néoprène de très bon aloi pour les emballer au quotidien. Joli, pratique et très agréable au toucher, cet accessoire est à la fois utile et séduisant. Dans la mesure où les casques peuvent se replier à plat, ça rend l’encombrement de l’ensemble très raisonnable quand on a besoin de le transporter.

Les casques sont en outre livrés avec un câble détachable de 3m avec Jack 3,5 mm et adaptateur 6,35mm vissable. Il est de facture tout à fait standard et de bonne qualité. Les 840 et 880 offrent en plus un câble à vocation nomade d’1m20, doté d’une télécommande pour téléphone. Le câble nomade du 880 propose une qualité « premium » qui se voit et se sent à l’usage. Agréable !

Ultrasone Performance

La finition des casques est véritablement excellente. Chaque pièce respire une grande solidité malgré l’usage massif du plastique. Le bandeau , les cups, les articulations semblent solides en main et inspirent confiance en vue d’un usage intensif, qu’il soit nomade ou professionnel. L’aspect va du noir mat du 840 jusqu’à l’alu brillant du 880 en passant par un alu mat pour le 860.

Ultrasone Performance

Hormis ces différences les trois casques sont absolument similaires. Le système de fixation du câble est basé sur un mini jack à baïonnette. Il est à la fois très facile à utiliser et semble une nouvelle fois très fiable.

Ultrasone Performance

On notera enfin que le 880 propose une paire de coussinets velours de rechange.
Décidemment, Ultrasone ne s’est pas moqué du monde en concevant ses casques !

Port et confort

Ultrasone Performance

Le réglage des oreillettes est un peu dur mais une fois la bonne position trouvée, il ne bouge pas d’un poil et on peut « chausser » les casques. Une fois de plus les 3 casques sont totalement similaires de ce point de vue et sont indiscernables une fois sur la tête.

Ultrasone Performance

Sur les oreilles, les casques offrent un confort « ferme ». Ils serrent assez fortement le crâne sans que – dans mon cas tout du moins – l’inconfort ne se fasse sentir. Grâce à des coussinets en matière souple à mémoire de forme couverte d’un simili cuir très fin, les casques épousent parfaitement le crâne et le pourtour de l’oreille, évitant ainsi de nous infliger des douleurs dues à de mauvais points de pression. En outre, et c’est nouveau chez Ultrasone, les oreillettes sont larges et laissent de l’espace pour les esgourdes. On peut à la limite estimer que la profondeur des cups n’est pas suffisante, et que donc l’oreille rentre en contact avec le tissu qui garnit le fonds des cups, mais c’est tout.

Ultrasone Performance

Globalement, la prestation des Ultrasone performance n’attire que des louanges.

A l’écoute

J’ai pu tester ces Ultrasone dans diverses circonstances. La majorité de ces écoutes a été réalisée soit sur un FIIO X3 , soit un ensemble FIIO X3 + jdslabs O2, soit sur un ensemble sédentaire composé d’un DAC Metrum Octave mkI et d’un amplificateur DNA Sonett 2. Je les ai enfin testés depuis la sortie casque d’un iPhone et d’un Smartphone Motorola.

Ultrasone Performance

Les Ultrasone Performance 840 et 880 étant livrés avec un câble nomade équipé pour la téléphonie, ma première curiosité a donc été de tester avec l’iPhone et le smartphone android. La sensibilité somme toute faible des deux casques laissait planer le doute sur le bon fonctionnement de l’ensemble et, en effet, le volume maximal obtenu depuis un iPhone avec le 880 est assez modéré ; à mon avis trop modéré pour considérer que l’association est adéquate pour un usage nomade. Le 840 s’en sort un peu mieux mais n’attendez pas des volumes ahurissants. Globalement il m’a semblé que les 3 casques bénéficiaient assez nettement d’une source adaptée, avec une amplification à la hauteur. Un DAP de bonne facture semble donc un minimum.

Ultrasone Performance

Sur un système plus adapté, qu’est-ce que ça donne à l’écoute ?

Graves

Disons-le tout de suite, aucun casque de la famille ne présente un grave neutre. La domination des mid-basses est évidente. Le 860 présente un boost sensible mais léger là où le 880 et le 840 nous gratifient de bonnes grosses basses « boomy » qui s’étalent sur l’ensemble du spectre. Ici, normalement, l’amateur d’écoutes neutres et de basses tendues aura déjà tourné les talons. Ça me permet donc de continuer à parler à tous ceux qu’un peu d’embonpoint dans ce secteur ne gêne pas.

Indubitablement, le grave débordant du 880 et du 840 est un défaut d’un point de vue technique. Mais s’il envahit un peu beaucoup le reste du spectre, ça n’empêche pas de profiter d’un sous grave présent et lisible et surtout de profiter de basses plutôt rapides. Il reste tout de même que la nature de ce grave sera plus à même de satisfaire l’auditeur nomade et/ou l’amateur de son Dancefloor que l’audiophile exigeant. Le 860 est bien plus mesuré sur ce registre et restitue en conséquence mieux le médium. Pour le coup, je trouve que le 840 s’en tire au moins aussi bien que le 880 en offrant certes un peu plus de quantité mais peut-être aussi, surprenamment, un chouïa plus de tenue.

Médiums

Les trois casques assurent un traitement très satisfaisant du registre. Certes, il souffre un peu trop à mon avis du grave envahissant du 840 et du 880 mais, pour autant, et à l’inverse de nombreux casques qui partagent le même type de signature, les Ultrasone performance ne massacrent pas le médium en l’étouffant sous les basses.

Certes, ce ne sont pas des casques neutres et encore moins centrés sur le médium mais force est de reconnaître que les voix ou les instruments utilisant massivement ce registre ne disparaissent pas, écrasés par le reste de la musique. Assez curieusement pour des Ultrasone, je trouve qu’on peut profiter avec grand plaisir du Rock avec le performance 880 par exemple ; voix et guitares ne sont pas dominées par les basses et les cymbales. Certes, ça va sonner (très) chaud du fait des basses imposantes mais ça reste bien lisible et engageant. Bonne surprise donc ! Le 860, grâce à un secteur grave moins chargé, domine tout de même le reste de la famille en matière de lisibilité des médiums.

Aigus

880 : l’aigu pique un peu mais pas trop. On sent la résonance légèrement métallique typique d’Ultrasone, mais ça contribue à la personnalité claire/sharp du casque de manière plutôt agréable (si on aime ça). Cela doit aussi contribuer à la sensation d’aération et bien sûr de définition. Attention toutefois, ça sera sans doute trop pour les personnes sensibles aux aigus.

Le 840, lui, est plus doux mais évidemment on y perd en sensation de détail.

Sur le 860 en revanche, le défaut est franchement accentué et on bascule vraiment vers un aigu piquant me faisant revenir en mémoire le Shure SRH940 par exemple. Les pics d’aigus sont assez hauts et la conséquence principale est moins la sibilance que la tonalité franchement métallique de l’aigu du 860.

Pour les intolérants à la sibilance, il est probable que l’ensemble de la famille performance soit à éviter. À titre personnel, j’estime que le 840 reste très écoutable, de même que le 880 – pourtant plus agressif – là où le 860 franchit la ligne jaune de l’acceptable pour une écoute plaisir.

Soundstage

On touche là au point fort des trois casques. Lors des premières secondes d’écoute, on est un peu désorientés tant le soundstage semble étiré en largeur, puis l’effet disparaît et la scène gagne en cohérence. Après ce moment de découverte, on profite alors d’une scène vraiment large et aérée pour un fermé. Passer rapidement du HD800 ou d’un K812 à un Ultrasone performance ne provoque pas la sensation d’étouffement qu’on pourrait logiquement anticiper.

Belle scène large donc mais aussi profonde, avec une vraie bonne hiérarchisation des plans. Le grave bien présent ajoute à la sensation de profondeur et d’immersion. Même un orchestre symphonique ne se sentira pas à l’étroit.

Ultrasone Performance

Conclusion

Note globale : 3/5

Ultrasone Performance

Vous l’aurez compris, si la prestation en terme de confort, d’ergonomie et de finition est proche du sans-faute, il n’en va pas de même en ce qui concerne le son. Pour l’occasion, je pense qu’il est préférable de séparer cette conclusion en deux selon ce que peut être votre recherche.

Si vous êtes dans une recherche audiophile de neutralité et de fidélité, vous aurez assez probablement fui bien avant cette conclusion. Les trois casques montrent en effet une personnalité et des colorations trop évidentes pour être qualifiés de fidèle. Au prix affiché – voire moins cher –, on peut trouver très facilement des offres nettement plus performantes de ce point de vue. Allez plutôt essayer les Focal Spirit pro et Classic.

Par contre, si vous aimez le gros son, les sensations fortes, les basses qui claquent et les signatures colorées, les 840 et 880 peuvent largement mériter votre attention. Certes ça sonne un peu beaucoup comme une sono de voiture mais il reste que dans ce genre de signature, il est finalement assez rare de retrouve un medium aussi bien traité , une résolution et un niveau de détail très corrects et enfin et surtout une ouverture et une présentation de la musique très bien faites. A titre d’exemple, ma compagne a vraiment beaucoup apprécié l’écoute du 880 , qualifiant le résultat de ample et profond. Elle utilise habituellement un Focal Spirit pro et une paire d’a-jays.

Du coup la note générale de 3/5 masque un jugement plus nuancé : le 860 n’a pas d’intérêt à mon avis. Il n’est ni neutre ni franchement fun et il a tendance à agresser dans l’aigu (2/5). Le 880 est bien plus rigolo mais reste un peu piquant dans l’aigu et surtout il me parait cher par rapport à la prestation offerte (3/5). Enfin, le 840 reprend globalement la même signature que le 880 : ses basses ne m’ont pas semblé plus exagérées mais l’aigu est moins agressif alors que le reste des qualités du 880 sont bien présentes. À 240 €, pour moi c’est le meilleur candidat de la famille et peut mériter un 4/5 si vos goûts vous portent vers ce type de signature.

8 réponses à “[TEST] Ultrasone Performance 840, 860 et 880

  1. Great work Sorrodje. Ne connaissant que très peu la famille Ultrasone, il semblerait que la série Performance reste fidèle à l’image que je m’en faisais. Grosse dynamique et aigus piquants donc.

  2. Dire qu’on m’avait conseillé le 880 pour son coté neutre et analytique… Merci pour ce test… J’ai bien fait d’attendre…

  3. Merci pour ce test
    Un jour j’essayerai un Pro900..histoire de voir si mes oreilles tiennent le choc!!!!
    Il faudrait quand même qu’Ultrasone arrête ses modèles « bling bling » pour retrouver du sérieux auprès des passionnés de Son !!

  4. Comme d’hab un test exhaustif , en ce qui concerne les casques j’ai tenté deux fois une écoute au meeting Parisien et chez Tonemove. Le confort ,ou du moins l’inconfort provoqué par le serrage m’a rendu l’écoute tout simplement inenvisageable plus de 5 minute !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

:D :-) :( :o 8O :? 8) :lol: :x :P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: :wink: :!: :?: :idea: :arrow: :| :mrgreen: