En plus de sortir un flagship universel, les SEM-9, EarSonics renouvelle son entrée de gamme avec les SM2 iFI. Forts de l’expérience acquise, les SM2 iFI viennent donc remplacer les SM1 avec de nouveaux composants et s’adressent à ceux souhaitant faire un premier pas dans l’univers EarSonics. Ces universels nous donneront-ils envie de continuer l’aventure […]

[Test] EarSonics SM2 iFI

En plus de sortir un flagship universel, les SEM-9, EarSonics renouvelle son entrée de gamme avec les SM2 iFI. Forts de l’expérience acquise, les SM2 iFI viennent donc remplacer les SM1 avec de nouveaux composants et s’adressent à ceux souhaitant faire un premier pas dans l’univers EarSonics.

Ces universels nous donneront-ils envie de continuer l’aventure ? La réponse dans la suite.

Cadre du test

EarSonics m’a prêté les écouteurs pendant 3 semaines, dans le cadre d’un partenariat avec Tellement Nomade.

La source principale utilisée est un iBasso DX50. J’ai également affiné mon écoute à l’aide de mon Sony Z3 Compact et d’un iBasso D-Zero branché en DAC sur mon PC.

Dans la même gamme tarifaire, j’ai possédé des TDK BA200 et j’ai pu tester les Focal Sphear. Je possède à présent les EarSonics SM64. Pour situer mes goûts en matière d’écoute, j’aime avoir un son plein avec des graves présents et bien maîtrisés ; la séparation des instruments et le timbre des voix sont également très importants pour moi.


Caractéristiques techniques

  • Sensibilité : 116 dB/mW
  • Réponse en fréquences : 20 Hz – 19 kHz
  • Impédance : 44 ohms
  • Haut-parleurs : 2 transducteurs avec filtre passif 2 voies

 

Packaging

Les SM2 iFi sont livrés dans la boîte classique d’EarSonics. Le packaging est complet et comporte :

  • Une housse semi-rigide
  • 2 paires de biflanges noires et une blanche
  • 2 paires d’embouts en mousse
  • 1 paire de monoflange plat
  • Un outil pour le nettoyage

SM2ifi (packaging)

Qualité de fabrication et ergonomie

Les écouteurs sont d’un beau rouge translucide. Le câble est tressé, fin et détachable. Il est muni de gaines à mémoire de forme, près des connecteurs 2-pins, afin d’augmenter le confort et faciliter la mise en place. Enfin, il dispose d’un neck slider et d’un jack coudé.

SM2ifi (boite)

Ils possèdent la même coque que les SM64 et rentrent facilement dans l’oreille. Le port est confortable, les écouteurs s’oublient au fil de l’écoute.
Il s’agit donc d’un sans-faute pour les considérations matérielles.

Et le son dans tout ça ?

J’ai retrouvé dans les SM2 iFI une philosophie proche de celle des SM64 : une présentation laid-back, une scène sonore large avec de la profondeur et des instruments justement séparés. Les voix sont présentées de manière plus frontale sur les SM2 iFI. Les graves, quant à eux, ont de la texture, du corps et de la présence. Les aigus accusent un léger pic au niveau des cymbales. Il semble toutefois bien maîtrisé car cela ne m’a pas dérangé lors de l’écoute. Je leur reproche seulement un manque de détail et de finesse.
De l’écoute générale, les SM2 iFI sont plutôt chauds et disposent d’une scène sonore cohérente. Le son a du corps et de la dynamique avec un bon niveau de détail.

Scène et séparation

La scène sonore des SM2 iFI est large et les instruments sont bien disposés dans la profondeur. La scène est cohérente dans ses trois dimensions, ce qui rend l’écoute naturelle et agréable. On pourra noter que les embouts choisis jouent sur la largeur. En effet avec des Westone Star Tips, la scène est légèrement rétrécie, mais l’équilibre m’a semblé meilleur et le son plus aéré qu’avec les biflanges grises montées d’origine.

La séparation des instruments est bonne et permet de se focaliser sur chacune des parties. Elle n’atteint pas le niveau des SM64 mais reste très correcte compte tenu de la gamme.

Les graves

Les graves de ces écouteurs sont réussis. Ils ont du corps, du volume et de l’impact. Ils occupent avec un son plein l’espace sonore sans prendre le dessus sur les autres registres. Les attaques sont précises et les notes ont une belle texture.

Cela se perçoit sur les basses et contrebasses : chaque note est bien détourée et sort sans effort. Sur les percussions, on ressent la profondeur des caisses. La résonance et l’extinction sont bien maîtrisées. Les SM2 iFI montrent la qualité de leurs graves sur le dernier album de Sia : beaucoup de maîtrise, d’impact et de corps.

Les médiums

Cette partie du spectre m’a procuré beaucoup de plaisir, l’ensemble du registre est précis et bien texturé. En particulier, les voix sont retranscrites avec justesse. La présentation est plus frontale que sur les SM64, ce qui apporte un surplus d’énergie.

Les SM2 iFI font la part belle aux voix, et c’est un bonheur de voir ses artistes préférés au premier plan. Les timbres sonnent naturellement et sont respectés. Je retrouve, par exemple, la fragilité et le velouté d’Elena Tonra de Daughter.

La restitution des guitares électriques est également réussie, les SM2 iFI donnent de la substance à la saturation, les attaques sont précises et franches : ces intras sont rapides !

Enfin, ce registre est très fin : chaque attaque, intention, nuance nous est transmise avec justesse. Je voudrais porter une mention spéciale à l’extinction des notes : elle est réalisée avec délicatesse et on entend parfaitement l’évanouissement des voix ; les réverbérations sont parfaitement rendues.

Aigus

Il s’agit sûrement de la partie qui m’a le moins convaincu. Ils sont bien présents, mais globalement je trouve qu’ils manquent de finesse et de précision. Cela se ressent notamment sur les cymbales, qui gagneraient à avoir un peu plus d’extension. Néanmoins, leur qualité est correcte pour le placement du produit, mais est en deçà du reste du spectre.

Impressions sur quelques morceaux

Les écoutes ont été réalisées avec un DX50 et des fichiers encodés en FLAC ou en MP3 320kbps. Il faut souligner que les SM2 iFI sont faciles à driver : leur rendu a également été bon sur mon Z3 Compact.

SM2ifi (+dx50)

Antoine Dufour – 30 sec in London
L’introduction a besoin de rapidité et de précision, ce que fournissent les SM2 iFI. Les percussions sont tenues et je ressens une réelle profondeur dans la résonance. Le bas medium est superbement maîtrisé et les basses arrondies. Le timbre des harmoniques est juste et naturel. On peut seulement reprocher un très léger manque d’extension dans les aigus.
Ce morceau montre à merveille la capacité de ces écouteurs à retranscrire les percussions et à donner de la profondeur à la résonance.

On observe une bonne rapidité et de la précision sur l’intro du morceau. La basse est arrondie, les percussions bien maitrisées, l’attaque précise. Je note également le beau timbre des harmoniques et la profondeur des percussions. Le bas medium est superbement maitrisé. En revanche il y a un très léger manque d’extension dans les aigus ainsi qu’un manque de brillance.

Sia – Chandelier
La voix est très bien présentée, face à nous et détourée. L’ensemble de la scène est bien ouvert et aéré. L’étagement des plans est bon..
Les SM2 iFI démontrent ici la qualité de leur scène sonore et leur talent de reproduction des voix.

Brontide – Tonitro
Le timbre de la première guitare qui est superbe, rond et plein. Les nappes en fond ont de la matière et de la texture.
Ensuite, la séparation des guitares à droite et à gauche est propre, chacune est à sa place. Cependant, l’entrée de la basse gagnerait à avoir un peu plus de présence.
L’ensemble est très intelligible et équilibré, on parvient à distinguer chacune des parties. Le détaché des guitares précis, on ressent bien leur agressivité et leurs attaques.

Katie Melua – Piece by Piece
La voix est mise en avant, le timbre est reproduit avec beaucoup de naturel, il sonne juste. L’entrée de la basse est maîtrisée. Elle est présente sans pour autant recouvrir le reste du spectre. La batterie est précise, en particulier les bords de caisse, et résonne bien. La profondeur est encore une fois retrancrite avec succès. Les SM2 iFI régalent sur ce genre de musique.

Katie Melua – Love is a silent thief
L’intro à la contrebasse est bluffante : précision, timbre et résonance, tout y est ! La voix a du volume. Sur le pont, les cuivres pourraient avoir plus de volume et de séparation.

Daughter – Youth
Les SM2 iFI donnent du velouté et de la texture à la voix, ce qui permet de retranscrire toute l’émotion de cette chanson. Le duo guitare/voix est très équilibré et les détails arrivent avec subtilité, en particulier les roulements de cymbales. Les coups de toms sont superbes, avec du corps, de l’impact et de la résonance. La qualité de la réverbération sur la voix à 1’50 m’a impressionné.

K’s choice – Another Year
L’introduction à la batterie est énergique et précise, le son de la caisse claire est un bonheur à entendre. Encore une fois, la voix est très bien restituée, avec de la matière et un timbre naturel. La guitare est détourée et placée précisément. L’étagement en profondeur est juste.

Pink Floyd – Time/The great gig in the sky
La séparation des cloches du début est propre, le tic-tac précis, les percussions sonnent avec brio. Les nappes ont du corps et chaque partie trouve sa place dans la scène : la guitare de Gilmour à gauche, le synthé à droite, la basse derrière à gauche et la voix au centre. Les chœurs s’accordent à merveille et l’ensemble est d’une grande cohérence.

Sur le solo de guitare, la cymbale manque légèrement de substance pendant que la gratte remplace la voix sur la scène. On ressent bien toute la rage de la gratte qui a beaucoup de texture dans cette partie. Les nappes de synthé sont soutenues et pleines.

Sur la transition vers The great gig in the sky, le piano est doux et sonne juste. Les différentes parties se superposent avec finesse, on entend toutes les intentions de la basse de Waters : attaque, volume et fin de note. Alors que l’ensemble se complexifie jusqu’à atteindre son paroxysme lors du solo de voix, les timbres parviennent à conserver leur justesse, la scène sonore reste cohérente et travaillée.

Deep Purple – Highway Star
Le son de l’orgue sur l’intro est plein et l’impact de la caisse claire précis. L’ensemble du groupe remplit ensuite complètement l’espace sonore. On peut situer facilement chaque instrument. Les relances de la batterie sont propres et les écouteurs transmettent à merveille son énergie et son timbre. Sur le solo d’orgue, on distingue parfaitement les deux voies et la guitare est d’une précision redoutable. Sur la fin du solo, le bas medium est très bien soutenu avec un bel effet de rumble. Le pont guitare/orgue est précis est intelligible. Le solo de guitare dispose des mêmes qualités, avec une mention spéciale pour la qualité de timbre rendue.

SM2ifi

Conclusion

Le renouvellement de l’entrée de gamme d’EarSonics est une réussite. Les SM2 iFI offrent une écoute plaisante avec une belle scène sonore et un niveau de résolution remarquable. Si la qualité des aigus n’est pas égale au reste du spectre et que la séparation n’est pas du même niveau que chez leur grand frère, les SM64, les graves et les médiums sont d’une grande qualité et retransmettent avec justesse et émotion notre musique. Je leur attribue la note de 4/5.

9 réponses à “[Test] EarSonics SM2 iFI

  1. Yeah ! Super test, EarSonics revient en forme et en force dans cette gamme d’intras, ça fait plaisir à voir !
    Merci Blaaaaaaaaaaaaax pour ton retour :)

  2. De bons petits frères aux SM64 avec un budget maitrisé, ça le fait. Merci Blaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaax pour cette review (juste pour mettre plus de « aaaa » que Corde).

  3. Au sujet des aigus on sait pas la qualité du fichier. Avec mon iBasso dx50 je suis en flac 24bits 192kHz. En mp3 les aigus il y a beaucoup de perte

  4. Merci pour l’article.
    J’ai cependant pas eu la même appréciation sur ces intras que toi Blaaax. Je ne trouve pas que les aigus manquent de détails en soi mais ont plutôt un souci de linéarité et d’extension qui s’accentuait plus ou moins chez moi, selon les embouts utilisés (et là je te rejoins, les westone startips faisaient le meilleur job chez moi aussi).
    Les mediums restent à mon sens très colorés avec, comme souvent chez ES, un haut medium timide rendant la présentation plutôt dark et intimiste. Enfin niveau soundstage la présentation m’avait paru très laidback, avec une distance assez importante entre l’auditeur et les instruments et une latéralisation peu marquée et une profondeur assez emphasée.

  5. Merci pour cet article !!
    J’avoue que ces écouteurs m’intéressent beaucoup. Auparavant j’avais des SM1 que j’adorais (aigus et mediums justes et basses subtiles). J’aimerais retrouver ça dans ces SM2iFI mais en mieux, surtout que lorsqu’on compare les schémas de signature, ces SM2iFI ont l’air plus équilibrés. Serait-il possible dans un commentaire d’avoir une comparaison entre les SM1 et ces SM2iFI ?
    Merci d’avance.

  6. Merci pour ta review Blaaaax,
    Il me fallait des intras pas trop cher qui sonnent bien mais surtout une isolation et un confort irréprochable.
    J’en ai fait l’acquisition (destockage SV 122€ + bundle true-fit Westone) et le contrat est rempli. J’ai un fiio X3 gen1 ou je booste les basses et un poil les aigus et c’est impec (1ère fois que je booste les aigus sur quelque matos que ce soit -> mon hyperacousie m’en empêche, mais là pas la moindre agressivité, 0 sibillance du coup, un ptit boost).
    Idéal pour ceux qui comme moi veulent se couper du monde en train/bus/tram par ex tout en percevant tous les détails qui foisonnent sans grincer des dents.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

:D :-) :( :o 8O :? 8) :lol: :x :P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: :wink: :!: :?: :idea: :arrow: :| :mrgreen: